Aller au contenu principal

Le FN et les femmes : Un projet de société sexiste

mar 10/04/2007 - 02:00
defaut
Le FN et les femmes : des propositions électorales édulcorées pour masquer un projet de société sexiste et discriminatoire.

Continuant à se réclamer du Travail, Famille, Patrie pétainiste en se déclarant le champion de la défense de la Famille, des Professions et de la Nation (Discours de Le Pen le 31/03/07), le FN cherche cependant à rassurer sur ses projets concernant les femmes. Car celles-ci font preuve de plus de discernement que les hommes face au danger que représente le FN. Ainsi « elles sont plus nombreuses que les hommes (68 % contre 63 %) à estimer que Jean-Marie Le Pen représente un danger pour la démocratie...36 % d’entre elles jugent les positions du président du Front national (FN) inacceptables soit 4 points de plus que les hommes et 66 % (contre 65 %) considèrent qu’il est d’extrême droite .... le sondage montre également qu’elles sont moins attachées que les hommes à la défense des valeurs traditionnelles : 36 % approuvent contre 42 % d’hommes et 54 % désapprouvent contre 51% . Ces chiffres tendent à montrer que les Françaises sont moins sensibles que les Français aux efforts de M. Le Pen - et de sa fille Marine Le Pen - pour polir l’image du candidat à l’élection présidentielle. » - Le Monde 14/12/06.

Ce sondage montre que l’évolution des modes de vie, la place et les exigences des femmes dans la société française sont un handicap pour un FN qui écrit toujours dans son programme : « Non content de s’acharner contre la famille, les gouvernements promeuvent aujourd’hui, par la loi, des modèles sociétaux régressifs comme le PACS ... la dissolution par étapes du droit de la famille (nom patronymique, transmission des biens, simplification des formalités de divorce ... ».

C’est une des raisons pour lesquelles les propositions du FN pour l’élection présidentielle 2007 ont été édulcorées : Faisant certainement grincer les dents de sa tendance catholique intégriste, il ne demande plus l’abrogation immédiate de la Loi Veil. Cependant il n’abandonne pas, à terme cette perspective en proposant de financer toutes les associations qui défendent le droit à la vie (des associations créées et noyautées par les intégristes), par ailleurs l’interdiction de l’IVG pourrait être décidée par référendum à la fin du quinquennat.

En ce qui concerne la parité hommes/femmes, les dernières déclarations de Le Pen à Sciences Po sont sans équivoque : le Front National veut la remettre en cause. Dans un de ses argumentaires il était d’ailleurs écrit que la parité « s’inscrit dans une stratégie globale d’abandon progressif des valeurs qui fondaient notre civilisation...au profit de nouveaux concepts étrangers à la défense de la cellule familiale ».

Si le FN propose un salaire parental et non maternel, sa revendication d’un statut de mère de famille exprime bien son véritable projet : le retour d’une partie des femmes à la maison pour s’occuper des enfants. Pour l’extrême droite, la femme a toujours été destinée à ce rôle biologique et culturel et la famille cellule mère de toute société constitue le mode unique permettant le renouvellement des générations et la transmission des valeurs identitaires et traditionnelles. Le FN prévoit de mettre en place toute une série d’avantages en faveurs des femmes dites légitimes et françaises. Sa défense du mariage, inscrite dans son programme, laisse présager de futures discriminations contre les femmes célibataires, divorcées, vivant en union libre et les lesbiennes qui ont des enfants à charge. Dans des textes précédents du Front National n’a-il pas été écrit que les enfants naturels constituaient un facteur de fragilité sociale ?

Quand on lit l’intégralité du programme du Front national on s’aperçoit que, malgré un discours qui se veut plus moderne, le parti de Le Pen défend toujours un projet de société sexiste et discriminatoire envers les femmes articulé autour de la préférence familiale, la préférence nationale et l’ordre moral.