Aller au contenu principal

64 % des voix dans une capitale régionale : L’extrême droite en Autriche ne cesse d’inquiéter

jeu 19/03/2009 - 11:15
defaut

Au vu des derniers résultats électoraux obtenus par les deux partis d’extrême droite ou de « droite populiste » en Autriche, il y a lieu de s’inquiéter de la situation dans ce pays de l’Union européenne.

Dimanche 15 mars, le candidat du BZOe (Alliance Avenir Autriche) à Klagenfurt (capitale régionale de la Carinthie, 100.000 habitants environ) a engrangé 63,99 % des voix exprimées. Christian Schneider a remporté le second tour de l’élection municipale dans la métropole régionale. Il devient le maire de Klagenfurt. Au premier tour, il avait fini la course en tête avec 40,66 % des suffrages. Selon toute vraisemblance, la majeure partie de l’électorat conservateur s’est déplacée au second tour au profit du candidat de la droite «populiste». Le représentant du BZOe faisait face à la candidate du Parti Social-démocrate, Maria-Luise Mathiaschizt (24 % des voix), celui de la droite classique et catholique avait été éliminé (22 %) au premier tour. Il s’agissait de Harald Scheucher, ancien maire de Klagenfurt depuis 1997, et dont le parti - l’OeVP (« Parti du peuple autrichien ») chrétien-social - avait gouverné la ville sans interruption depuis 1973. Ce règne vieux de 35 ans est ainsi interrompu au profit de la « droite populiste ».

Le parti de Christian Schneider, le BZOe, n’est autre que l’ancien pari «personnel» de Joerg Haider, qui fut pendant de longues années le chef incontesté de l’extrême droite autrichienne. Cependant, en 2005, cette dernière s’était scindée en deux partis : le FPOe («Parti de la liberté d’Autriche») autour de Heinz-Christian Strache, et le BZOe, ce dernier étant davantage un instrument personnel de Joerg Haider.

Après la mort de Haider, le 11 octobre 2008, son parti a continué à connaître des succès, utilisant à son profit la mémoire de l’ancien gouverneur (chef du gouvernement régional) de Carinthie. Avant comme après le décès du chef, le BZOe n’avait eu de cesse d’utiliser le racisme à des fins de campagnes politiques. Au cours de l’été 2008, alors que l’Autriche se trouvait en campagne électorale au plan national, le gouvernement conduit alors par J. Haider a ainsi - en toute illégalité - expulsé des demandeurs d’asile du territoire de la Carinthie vers des régions voisines. Les personnes concernées étaient de réfugiés politiques, soupçonnés par les autorités locales d’avoir commis des délits, mais sans qu’aucun procès ni aucun condamnation n’ait eu lieu. Puisque les autres régions ont renvoyé ces réfugiés en Carinthie, après une partie de «ping-pong» indigne, le gouvernement régional les a isolés dans un foyer excentré situé en pleine montagne, sur un alpage dénommé « Saualm » (alpage des cochons).

Aux élections régionales du 1er mars 2009, le BZOe avait déjà obtenu pas moins de 45,5 % dans toute la Carinthie, auxquels il faudrait rajouter 4 % pour son concurrent d’extrême droite, le FPOe. Au niveau des maires, l’ancien parti de Joerg Haider a pu encore renforcer son emprise. Cela est dû, aussi, au fait que les autres partis politiques n’ont jamais cru bon de dresser un « cordon sanitaire » autour de l’extrême droite autrichienne. Tous les huit chefs de gouvernement des autres régions d’Autriche, conservateurs ou sociaux-démocrates, ont ainsi assisté aux obsèques de Haider le 18 octobre dernier, encensant le défunt et taisant toutes les critiques vis-à-vis de l’idéologie dangereuse qu’il portait.

Aujourd’hui, alors que BZOe et FPOe a déjà réuni 29 % des voix au plan national lors des élections de fin septembre 2008, il est grand temps de tirer la sonnette d’alerte. Une tâche brune est en train de grandir en plein milieu de l’Europe, ayant pour centre cette région aux fausses apparences idylliques qu’est la Carinthie.

VISA