Aller au contenu principal

En Belgique, les syndicats se mobilisent contre l’extrême droite

lun 04/09/2006 - 02:00
defaut
Déclaration parue dans "En route" le journal de l’Union Belge des Ouvriers du Transport FGTB

Notre combat de tous les instants contre l’extrême ...

L’extrême droite (entre autres le Front National et le Vlaams Belang) prône une société dont les valeurs sont diamétralement opposées à celles défendues par la FGTB : la démocratie, l’égalité de tous les hommes, la solidarité, la justice et le droit à des organisations syndicales libres, y compris le droit de grève L’extrême droite s’oppose à la démocratie politique et à la démocratie sociale et économique. Elle voudrait supprimer les syndicats ainsi que les négociations salariales paritaires et la sécurité sociale fédérale. L’extrême droite est pour la femme au foyer et veut remettre en question le droit à l’avortement.

Les récents événements qui se sont déroulés à Bruges et à Anvers confirment ce que nous dénonçons depuis longtemps : les partis et mouvements qui diffusent la haine, l’intolérance et le racisme créent un climat qui rend de tels drames possibles. Pour la FGTB par contre, la diversité est une réalité et une richesse. La FGTB prône une société chaleureuse et tolérante où la solidarité, la démocratie, la justice et l’égalité occupent une place centrale. L’extrême droite profite de l’insécurité sociale croissante de nombreux citoyens et attise le racisme en cherchant partout des boucs émissaires. Les migrants en sont leu premières, mais certainement pas les seules victimes. Tout cela nous est terriblement familier. C’est pourquoi, la FGTB appelle à émettre un vote pour des partis démocratiques et progressistes lors des prochaines élections politiques.

C’est pourquoi, la FGTB rappelle ses statuts qui stipulent : "Il n’y a pas de place à la FGTB pour les idées et les comportements racistes, sexistes, xénophobes ou fascistes. C’est pourquoi l’affiliation à la FGTB est incompatible avec le militantisme ou l’adhésion à des partis et des mouvements d’extrême droite". C’est la raison pour laquelle la FGTB demande que les partis et mouvements qui incitent directement ou indirectement à la haine, à la xénophobie et au racisme ne bénéficient plus de subsides publics.

Nous ne pouvons et nous ne voulons pas fermer les yeux. Nous ne pouvons et nous ne voulons pas dire "Nous ne le savions pas"... Parce que nous savons !