Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...
Appel unitaire "Fermons l'Arcadia, local fasciste à Strasbourg" Deuxième manifestation le 20 janvier 2018 L’Arcadia, local/bar du mouvement néo-fasciste "Bastion Social" qui a officiellement succédé au GUD, a été inauguré à Strasbourg le 9 décembre. Le même jour, une manifestation forte de 400 personnes avait alors défilé dans les rues de la capitale alsacienne pour refuser l’implantation de ce local. Nous soulignions alors qu’en prétendant lutter contre la misère sociale, les fascistes entendaient surtout disposer d’un QG pour la préparation d’agressions.    Et nous avions malheureusement raison : le soir même de l’inauguration, un jeune homme d’origine algérienne a été violemment agressé par un groupe de vingt personnes. Deux ont été arrêtées et jugées : l’une d’elle, Thomas Beauffet, une figure de premier plan du Bastion Social à Strasbourg, a été condamné à huit mois de prison ferme.  En...
  Communiqué de la fédération Solidaires étudiant-e-s, émanant de sa commission Antipatriarcat, au sujet du harcèlement ciblé dont sont victimes depuis 2 jours des militantEs féministes et antiracistes.   Depuis le matin du 8 janvier 2018, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) la page "Memes royalistes" une page d’extrême droite a annoncé "faire des révélations sur l’UNEF", et a publié des captures d’écrans de tweets de militantEs (femmes racisées) de l’UNEF, en citant leurs noms prénoms et pseudo, incitant de ce fait a un harcèlement ciblé sur ces personnes. Depuis, plusieurs autres camarades de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s ont également fait les frais de cette abjecte méthode militante d’intimidation.   Les propos cités étaient à chaque fois des tweets dénonçant des oppressions qu’elles subissaient et qui ont été qualifiés par des individus, en majorité d’extrême droite, et certains...
Vous pouvez signer la pétition en ligne par ici. Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds Monsieur le Président de la République   Nous sollicitons votre intervention pour empêcher  qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.           Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des...
Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA   La conférence de presse qui a suivi la rencontre des chefs d’État français et turc a permis de mettre en lumière les manipulations de l’opinion publique par les détenteurs du pouvoir politique à Ankara afin de parvenir à l’instauration d’un régime autoritaire.   Les purges et les licenciements massifs de salariés et de fonctionnaires, les violations quotidiennes des droits fondamentaux de l’Homme continuent sans relâche en Turquie. L’état d’urgence, en vigueur depuis dix-sept mois dans tout le pays, était l’opportunité pour le président Erdogan de promulguer 30 décrets-lois en contradiction, tant sur la forme que sur le fond, avec la Constitution turque.   Dernier en date, un décret-loi du 24 décembre, a entraîné le limogeage de plus de 2 700 personnes. Toutes sont accusées soit d’appartenir, soit d’être liées à des organisations «...
NON A L’OUVERTURE D’UN LOCAL FASCISTE A CHAMBERY !   Le mouvement néo-nazi « Bastion Social », anciennement Edelweiss Pays de Savoie, inaugurera son local "l’Edelweiss", situé entre le 169 et le 187 Avenue de Lyon à Chambéry, le 3 février prochain.   Ne voulant plus se limiter à être un "club de ratonnade", les fascistes savoyards tentent de se reconvertir dans la "solidarité" entre "bon français" blancs.   Sous couvert de récupérer la lutte contre la misère sociale et le mal- logement, les fascistes entendent surtout disposer d’un lieu pour la préparation d’agressions. Devons-nous rappeler les violences d’extrême droite quasi quotidiennes dans le Vieux Lyon, l’attaque violente sur un concert militant le 20 octobre dernier à Chambéry (par les mêmes personnes qui ouvrent ce lieu), ou encore l’agression raciste LE SOIR MÊME de l’ouverture d’un local du «...
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire   Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais "Ile de France Mobilités") [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).   Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les...
L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux   Ni nulle part ailleurs !    L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.  C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte. Leurs ambitions politiques sont en totale opposition avec nos valeurs, notre aspiration de transformation sociale, nos combats syndicaux pour une société plus juste, plus solidaire, accueillante et fraternelle.  Toutes ces organisations ne font...
Une manifestation, regroupant largement des organisations syndicales, des associations et collectifs, ansi que des partis politiques, se tiendra à Lyon le 26 mai 2018 à 14h30, place des terreaux. Les organisations signataires appellent à amplifier la mobilisation populaire contre le Bastion social et l'extrême droite en général qui sévit sur la ville.  
Communiqué de presse   Beaune : nouvelle fusillade raciste... agir vite et fermement !   Dans la nuit du 29 au 30 juillet, 7 jeunes gens ont été blessés, certains gravement par des tirs d'armes à feu dans le quartier Saint-Jacques à Beaune (Côte-d'Or). Deux suspects ont été arrêtés et mis en examen pour "tentative d'assassinat, violences aggravées commis en raison de l'appartenance à une soit-disant race, religion ou ethnie, réelle ou supposée, injures publiques à caractère racial, menaces de mort à caractère racial". Après le crime raciste d’Ychoux dans les Landes qui a coûté la vie à Saïd El Barkaoui assassiné par un voisin, ce nouveau drame illustre la gravité du climat raciste actuel. Le MRAP s’étonne à nouveau du peu de réaction des politiques en responsabilité de la protection des citoyens et déplore les "silences assourdissants" devant de telles manifestations de racisme.    L’usage des armes s’...
Déchaînement antisémite contre l'avocat grenoblois Denis Dreyfus  :  RLF indigné (communiqué de RLF Isère, contacts : rlfvoiron38@no-log.org)   Un site internet aux références nazies assumées,  au racisme habituel et démentiel, déjà trop connu et qui ose se nommer "democratie participative", s'en prend à l'avocat grenoblois Denis Dreyfus, dans une publication datée du dimanche 12 août 2018, avec un antisémitisme débridé et  très violent.   RLF Isère (Réseau de Lutte contre le Fascisme, ex Ras L' Front) apporte son soutien à Maître Dreyfus.   La suite dans cet article

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

FN et Lois Macron / Rebsamen : Opposition de façade sur fond nationaliste

Quelles que soient les positions syndicales sur les dernières lois Macron et Rebsamen, nous pouvons nous accorder pour affirmer qu'elles vont changer de manière importante le quotidien des salarié-e-s et de leurs représentants. VISA se devait de scruter le positionnement de l'extrême droite sur ces deux lois : en effet, le FN, qui se revendique comme le « premier » parti dans les classes populaires, publie quasi toutes les semaines des communiqués de presse pour dénoncer les suppressions d'emploi, la précarité, le chômage galopant, etc...
Outre la position officielle du parti, il est aussi essentiel de recenser le travail des parlementaires qui lui sont attachés. Les député-e-s et sénateurs du FN, sensé-e-s représenter les intérêts de leurs électeurs, se sont aussi penché-e-s sur ces lois. Il ne sera pas ici traité des positionnements du FN autour des recours à l'article 49-3 de la constitution, qui ont donné lieu à de multiples interviews et articles dans la presse.
Enfin, nous ne saurions être complets sans aller examiner les productions des collectifs qui lui sont attachés. Depuis le 1er mai 2015, le « Cercle National des Travailleurs syndiqués », de Fabien Engelman et Thierry Gourlot, est « concurrencé » par le « Front Syndical » crée par la fédération FN de Paris. Le « collectif AUDACE », cercle de « jeunes entrepreneurs de TPE-PME », est aussi une composante essentielle, sur ce sujet, de la nébuleuse FN.

1. Sur la loi « pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques » dite « Loi Macron » 
Cette loi du 6 août 2015 « pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques », dite loi Macron, est le prototype de la « loi fourre-tout ». Elle contient des dispositions relatives au commerce, à l'investissement, à certaines professions réglementées mais aussi à la vie des salarié-e-s dans les entreprises. Environ 300 articles, des milliers d'amendements, des dizaines d'heures de débat, et une procédure dite 49-3 de la Constitution, pour laquelle le Gouvernement a engagé sa responsabilité.
Au vu de cette masse d'articles, la plupart des député-e-s ont fait des choix : se centrer sur telle ou telle partie, intervenir, poser des questions, soumettre des amendements et les défendre. Ces choix sont évidemment politiques : il n'est pas anodin d’intervenir majoritairement sur les dispositions concernant les avocats ou les huissiers de justice, ou encore sur les droits des institutions représentatives du personnel, et même sur le travail dominical. La sensibilité politique, de droite ou de gauche, ressort à cette occasion avant même d’étudier le sens des amendements ou des déclarations.

Le positionnement du FN sur la loi Macron : la défense de l'électorat traditionnel des TPE-PME
Dans ses deux communiqués de presse des 28 janvier et 9 juin 2015, la présidente du FN,  développe un thème cher à l'extrême droite : la défense  des « petits » contre les « gros ». Elle dénonce, pêle-mêle, les impacts négatifs de la loi Macron sur les « professions réglementées essentielles aux besoins de proximité des citoyens (services, professions juridiques, etc.) », sur les TPE-PME et sur les « salariés ».
Elle dénonce aussi les « déréglementations de professions au bénéfice des gros contre les indépendants » ou encore des « privatisations en cascades ». Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen, députés FN à l'Assemblée nationale, ont voté contre cette loi.
Durant les débats, quelques amendements ont été déposés par ces 2 députés. La plupart ont été retirés avant d’être débattus. Ils ont été à chaque fois rédigés de la même façon : ils visaient à supprimer les articles de la loi concernant le travail dominical et en soirée. Une petite phrase préalable indiquait que le «  chapitre sur le travail du dimanche pulvériserait les acquis sociaux concernant le repos dominical et le droit à une vie familiale en soirée ».
A celles et ceux qui s'attendaient encore à une défense inconditionnelle des salarié-e-s, voici ce que les députés FN pensent des dispositions d'avant la loi Macron : « La législation existante est suffisamment claire ; avec des exceptions raisonnables et limitées. Il n'était donc nul besoin de réexaminer les règles actuellement en vigueur ».
Le reste du texte de motivation des amendements de suppression est une défense, dans la ligne du FN et de sa présidente, des « petits commerces » et de leurs difficultés face à la concurrence des grandes enseignes.
Notons enfin qu'un de ces amendements a été déposé avec Véronique Besse, membre de « Debout la République », députée de la 4ème circonscription de Vendée et maire des Herbiers.
Les sénateurs FN, Stéphane Ravier et David Rachline, ont aussi déposé plusieurs amendements, puis les ont retirés. Sur le travail de nuit et le travail dominical, ils visaient, comme ceux de leurs collègues députés FN, à retirer le chapitre sur le travail dominical et en soirée. Toutefois, ces amendements, plus courts, ont été rédigés différemment, suivant ainsi une ligne politique « identitaire » (au sens strict du terme), plus marquée.
En premier lieu, les sénateurs repoussent « l'extension » du travail dominical et en soirée. Nulle mention dans ces amendements d’« acquis sociaux » en recul. David Rachline a simplement souligné, lors d'une de ses interventions à l'assemblée, le manque d'argent « des Français », faisant qu'ils ne pourront pas le dépenser le dimanche.
« Le repos dominical » est décrit comme un « héritage de notre histoire et de notre culture. En filigrane, il est bien entendu question de culture et d'histoire chrétienne. « Le repos dominical » est ensuite « le gage de la préservation de la vie familiale, du vivre ensemble, du commerce de proximité, etc. ». On retrouve ici non seulement la défense des « petits commerçants », mais aussi celle de la famille. Ainsi sont exprimés, en quelques phrases, deux marqueurs importants de l'idéologie FN.
Dans la même veine, Marine Le Pen, pour fustiger l'élargissement du travail dominical, s'insurge dans son communiqué du 28 janvier 2015 contre « l'américanisation de notre société par le travail le dimanche » prévue par la loi Macron.

Enfin, la fédération FN de Paris, respectant toujours cette ligne de défense des « petits commerçants » a beaucoup communiqué, analysé et proposé, au travers de 3 communiqués (des 4 septembre et 2 décembre 2014, puis du 16 février 2015) de Wallerand de Saint-Just, secrétaire départemental de Paris, et membre du bureau politique du FN .
Le FN de Paris se positionne ainsi contre l'élargissement des possibilités pour les « grandes enseignes » de Paris de recourir au travail dominical. Des tracts auraient même été distribués aux salariés de ces magasins.
Mais, si cet élargissement n'est pas souhaitable, pour le FN, c'est parce qu'il « tue le petit commerce » par une concurrence déloyale. Selon le communiqué du 2 décembre 2014, « ces commerces traditionnels auraient pourtant bien besoin d’un jour travaillé supplémentaire pour arrondir un chiffre d’affaire souvent insuffisant pour survivre et ils sont bien trop fragiles pour supporter le surcoût salarial lié à l’ouverture dominicale ».
Les propositions du FN Paris sont à l'avenant :
« 1) autorisation de l’ouverture dominicale des grandes enseignes uniquement dans certains quartiers bien définis de la capitale avec obligation de compensation financière et de volontariat des salariés,
2) généralisation de l’autorisation d’ouverture dominicale dans l’ensemble de la capitale exclusivement au profit des petits commerces, mais sans mécanisme de compensation car ils ne sauraient faire y face financièrement ».
Elles ont été rappelées par le communiqué de Wallerand de Saint-Just, du 19 août 2015, qui se pose ainsi à nouveau en défenseur des « petits commerces ».
Le principe du repos dominical et de la justice pour les salarié-e-s est donc, pour ce membre du bureau politique du FN, fonction de la zone où ils/elles travaillent et de la taille de leur entreprise.
Le principal argument est la traditionnelle défense des TPE-PME, face à l'hégémonie des grandes enseignes.
Toutefois, derrière l'étiquette de TPE-PME se cache des réalités bien différentes : entre commerçants indépendants et sans salariés et commerces de bouche (boulangeries, pâtisseries) ou franchises de commerce de détail alimentaire aux bénéfices importants, il existe une différence réelle, que les salarié-e-s et les syndicats du secteur connaissent bien.
On sait qu'une partie de cet électorat a en effet suivi le FN depuis sa création. Il convient de noter que le programme présidentiel de Marine Le Pen insistait déjà sur ce type d'entreprises et les professions libérales pour redonner de la croissance et booster l'emploi.
La création du collectif « Audace-Jeunes Actifs Patriotes » et son dynamisme ne sont pas sans lien avec ce regain du FN dans sa volonté à défendre la liberté d'entreprendre et à mettre en valeur ce type d'entreprises. De nombreux articles de presse, ces derniers mois, ont souligné une attirance des « petits patrons » pour le FN. Le collectif « Audace », composé de jeunes cadres dirigeants, de jeunes indépendants et de jeunes entrepreneurs, a été maintes fois interviewé. Des élus et dirigeants du FN, et en particulier Marion Maréchal-Le Pen, s'affichent régulièrement dans les colloques et actions de ce collectif.
Le collectif « Audace » n'a certes pas communiqué sur la loi Macron en tant que tel , toutefois, si on en croit les interventions des élus FN à l'Assemblée nationale et au Sénat, on devine que les idées libérales de ce collectif les a largement inspirés.
Le FN a beaucoup communiqué sa position sur les dispositions de la loi Macron relatives au travail dominical. Mais, le parti semble se satisfaire des dispositions en vigueur avant cette loi. Pour mémoire, ces dispositions ne concernaient pas que les professions dont le travail dominical est indispensable. Tous les salarié-e-s des commerces de vente au détail de biens et services des « zones touristiques et thermales » pouvaient devoir travailler le dimanche sans compensation spéciale. Certaines de ces zones, comme à Paris, ont été légalisées par la force à la suite d'ouvertures illégales mais prolongées de « petits commerces ». Tous les salarié-e-s des commerces alimentaires pouvaient devoir travailler le dimanche jusqu'à 13 heures, sans compensation spéciale. La loi Maillé de 2009 avait aussi légalisé l'existence illégale de zones commerciales entièrement ouvertes le dimanche (les Périmètres Urbains de Consommation Exceptionnelle).
Tous ces reculs, plus ou moins récents, sont des « exceptions raisonnables et limitées » pour le FN, ou des dispositions qui permettraient au petit commerce de fonctionner. Pour ce parti, l'absence de contreparties salariales ou en repos pour ces salarié-e-s n'est pas un problème. Si la loi Macron est un recul des droits, la situation antérieure l'était tout autant.
Enfin, la même loi ne contient pas uniquement des dispositions concernant le travail dominical. Le travail de nuit, les procédures concernant les plans sociaux y sont notamment abordées et constituent autant de reculs des droits des salarié-e-s dans les entreprises. Mais, de ces aspects, le FN, si prompt à dégainer les communiqués vengeurs à chaque plan de licenciement, n'en a manifestement cure, car il brille par son silence, tant dans ses communiqués que dans les interventions de ses parlementaires.
Le recul que constitue la loi Macron sur ce point ne fait pas débat dans les syndicats : d'ailleurs, la totalité des organisations syndicales de salariés (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) a voté  contre le projet de décret portant application de la loi Macron sur ce point, à l'occasion de la réunion exceptionnelle du 15 juillet 2015 de la commission nationale de la négociation collective. L'Union syndicale Solidaires, a aussi fait part de sa totale opposition à cet élargissement.
Les syndicats, eux, unanimement, n'ont pas oublié les conditions de travail et d'emploi des salarié-e-s !

Le FN contre la loi Macron : entre rhétorique anti-européenne et mise en avant du concept de « protectionnisme intelligent »
Dès la présentation du projet de loi, le FN a évidemment déclaré son opposition, par la voix, de sa présidente. Les communiqués de Marine Le Pen des 28 janvier et 9 juin 2015, lui donnent une nouvelle occasion de fustiger la politique libérale de l'Europe et le rôle de valets joué par ce qu'elle nomme aujourd'hui l'RPS (anciennement nommée UMPS).
La rhétorique de Marine Le Pen utilise, pour partie, non seulement pour la loi Macron mais pour la quasi totalité des lois, l'image des « valets » ou des « soldats » de Bruxelles que constitueraient les partis du « système », les Républicains et le PS en tête, l'Union européenne étant elle-même inféodée à l'oligarchie financière et aux multinationales,
la loi Macron est décrite par la dirigeante du FN, dans son communiqué du 9 juin, comme, d'une part, « la contrepartie exigée à l’acceptation du budget de la France par l’Union européenne », et, d'autre part, un bouleversement de « l’équilibre du modèle français dans ce qu’il a de plus sain et de plus protecteur ».D'ailleurs, elle affirme dans son communiqué du 28 janvier : « Rien n’illustre mieux la perte de souveraineté de la France par rapport à l’Union européenne que la Loi Macron ».
La responsabilité des partis politiques français dans ces politiques libérales est évidemment mise en avant. Elle est souvent corrélée par leur appartenance au « système » et leur rôle de courroie de transmission de l'Europe mondialiste.
Outre la dénonciation nationaliste de la mondialisation par le FN, ce type discours permet de présenter le FN comme le seul parti anti-système (mondialisé), qui défendra le « peuple français » contre les banques et l'oligarchie financière, représentées par l'Europe et les partis du système. Cela lui permet aussi de mettre en avant l'idée d'un « modèle social français », insistant ainsi, évidemment sur son caractère national. Cette argumentation a été largement reprise par David Rachline, lors de son intervention au Sénat sur la loi.
Ce type de discours permet d'éluder l'emprise des idées libérales dans la plupart des partis politiques français, Front National compris : en effet, les choix économiques du FN, les interventions de ses élu-e-s et cadres, tant dans le programme que dans les actes, sont autant inspirés de politiques économiquement libérales.
VISA, dans ses 2 dernières brochures, ou dans ses chroniques « Lumières sur Mairies Brunes » démontre qu'outre des idées économiquement illusoires, le FN ne rate aucune occasion de casser des acquis sociaux, de détruire les acquis de politiques sociales municipales ou bien de mettre clairement en avant des politiques ouvertement libérales.
La différence prônée par le FN est que ce libéralisme reste dans un cadre national, protégé par des politiques douanières et monétaires spécifiques que d'autres pays, qu'on ne saurait taxer d'anti-système, comme les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne, ont déjà expérimentées. Ensuite, le fait de mettre en avant un modèle « social » spécifiquement français fait partie de la rhétorique nationaliste du FN. La caractéristique nationale est aussi, sinon plus, importante que le modèle en lui même.
Le modèle dit social du FN est réservé aux seuls « nationaux » dans un cadre national, avec un programme de financement fondée sur une réduction des cotisations sociales et des impôts et dont les allocataires se refuseront par essence à toute « fraude ». Les politiques des municipalités FN à l'égard des plus pauvres ou le programme du parti suffisent pour réfuter tout caractère « social » au FN.
Il convient, pour les syndicalistes d'être attentifs à toute résonance, dans nos syndicats ou parmi les salariés, de ce genre de discours, visant à mettre en premier lieu sur le compte de l'Europe la responsabilité des politiques libérales, et d'ériger le symbole d'un « modèle social français », modèle qui ne serait plus défendu par les « partis du système », courroies de transmission d'intérêts d'«oligarchies et de multinationales à majorité étrangère ».
La crainte de l'avenir, la réalité d'une Europe libérale et, plus récemment, la crise catastrophique pour les travailleurs de Grèce peuvent inciter, ou incite déjà certains appartenant pourtant aux classes laborieuses à se tourner vers ces croyances nationalistes, tendant à trouver le salut dans un repli à l’intérieur des « frontières nationales », et vers le FN en particulier.
Le discours syndical se doit de démonter systématiquement ces idées nauséabondes. Si les politiques économiques et sociales à entreprendre sont un vrai débat dans le mouvement syndical, il convient de ne pas oublier que le cadre national, ou nationaliste, d'un modèle « social » nie l'histoire même de la construction de ces modèles sociaux : les acquis sont le produit, avant tout, des luttes sociales, dans chacun des pays. Contrairement à l'extrême droite, les syndicats ne peuvent que se réjouir et s'inspirer de la progression des acquis sociaux des autres pays. En outre, dans un cadre mondialisé, le cadre national n'est pas efficace et n'a pour conséquence que de mettre les salarié-e-s en concurrence. Les salariés détachés en sont un exemple fragrant : la mise en concurrence des systèmes de protection sociale nationaux, pour accroitre la rentabilité du travail, ne profite qu'aux employeurs.
Aucun des salariés n'en bénéficie, du fait de la politique libérale du « moins disant social » : La protection par le repli dans le cadre national ne permet pas de résoudre la question, car la volonté de réduction des coûts s'adapte aux cadres juridiques, fussent-ils drastiquement régressifs, par le travail au noir. Seule une harmonisation des droits sociaux par le haut le permet : mais cela, l'extrême droite, et Marine le Pen en particulier, ne le défend pas.
Avec sa critique de la loi Macron, et de la politique européenne, Marine Le Pen peut, de nouveau, mettre en avant des « solutions » en matière de politique économique : elle peut ainsi opposer que « seule une politique de restauration de notre souveraineté économique (monnaie, protectionnisme intelligent, patriotisme économique) et de soutien aux TPE/PME, permettra de retrouver les conditions d’une reprise durable, tout en résistant aux pressions de l’oligarchie financière ».

2. loi relative au dialogue social et à l'emploi dite « loi Rebsamen »
La « loi relative au dialogue social et à l'emploi », promulguée le 18 août 2015, a été examinée auprès des commissions des affaires sociales et en plénière des deux assemblées entre avril et juillet 2015.
Les députés FN sont intervenus dans les débats ou ont publiquement exprimé leur position au travers de communiqués. Les sénateurs FN Rachline et Ravier n'ont manifestement pas cure «  du dialogue social et de l’emploi »: VISA n'a ainsi trouvé aucune trace d'intervention, d'amendement ou de communiqué de presse des deux sénateurs FN concernant cette loi. Nous n’avons pas davantage trouvé de communiqués ou analyses publics, de la Présidente du FN ou d’autres membres du bureau politique.
Les députés Maréchal-Le Pen et Collard ont expliqué le sens de leur vote (contre) par un communiqué du 3 juin 2015 : la création des « commissions paritaires interprofessionnelles » serait une pénalisation des TPE.
Pour ces députés, « l’infiltration du syndicalisme à l’intérieur de la petite entreprise remet en cause le dialogue direct entre le patron et ses employés », et ne rajouterait que des possibles « tensions internes », qui seraient « ajoutées aux lourdes contraintes budgétaires existantes qui asphyxient les petites entreprises ». Cette phrase expose la vision du FN des relations sociales entre salarié-e-s et employeurs : un dialogue direct et sans intermédiaire.
Comme VISA l'a affirmé à plusieurs reprises, cette idéologie est pleinement héritière des corporations instaurées en France sous Vichy : une gestion d'intérêts différents, gérée individuellement ou avec quelques filets de protection minimaux instaurés par l'Etat.
Soulignons aussi le choix du terme « infiltration » pour qualifier l'entrée prétendue des syndicats dans les TPE, un choix qui suggère une irruption progressive, sans bruit et à l'insu des patrons.
Même si Marion Maréchal-Le Pen déclare dans son intervention en hémicycle du 26 mai dernier que « les syndicats sont utiles et nécessaires par principe », il convient, à la lumière du communiqué, de conclure que le FN ne peut qu'accepter un « syndicalisme » de type corporatiste et évidemment non revendicatif. A la lumière de ce même communiqué, et au vu de la valorisation du « dialogue direct » entre salarié et employeur, on peut aussi faire l'hypothèse que la représentation du personnel et son organisation collective dans l'entreprise est analysée au FN comme une « perte de temps » et une « lourdeur » de plus dans les pattes de l'employeur.
Pour une vision plus concrète de la vision du « dialogue direct » à la sauce FN, il convient de se reporter au livre « Lumières sur Mairies Brunes »  édité par VISA : les maires FN sont coutumiers des atteintes à l'action syndicale et de la mise en pièce des acquis sociaux des personnels communaux. Les craintes des personnels municipaux s'ils venaient à revendiquer leurs droits, les baisses drastiques ou totales de subventions des structures associatives ou sociales vues comme « oppositionnelles » sont monnaie courante dans les mairies à majorité FN.
Enfin, par leurs interventions ou communiqués, les députés FN démontrent leur méconnaissance de la réalité du terrain : les syndicalistes interviennent dans les TPE. L'impossibilité d'une représentation en interne n'empêche pas de se syndiquer. Elle n'empêche pas non plus l'intervention syndicale des syndicats de branche ou des unions syndicales locales interprofessionnelles dans les litiges, par les courriers de rappel des textes ou la défense prud’homale.
Les commissions paritaires territoriales pour les TPE, crées par la « loi Rebsamen » n'octroient pas de droit d'entrée inconditionnel dans les entreprises : la commission, paritaire, peut se déplacer dans son enceinte, sous réserve de l'accord de l'employeur. Les avis rendus n'ont pas de force juridique particulière, et ne sauraient contraindre l'employeur, mais ont vocation à le renseigner et éventuellement concilier les parties. Il ne s’agit en aucune manière d’une quelconque «  infiltration » syndicale !
Marion Maréchal-Le Pen a, dans sa même intervention, fustigé les centrales syndicales actuelles pour « non représentativité », leurs « oppositions de principe » et leur financement, trois thèmes récurrents de dénonciation des syndicats pour l'extrême droite. Elle a surtout dénoncé les exclusions de militants FN de centrales syndicales, preuve, s'il en est, que ces réflexes enrayent la stratégie actuelle du FN en direction des salarié-e-s.
VISA constate que les militants FN, exclus (ou non) d’un syndicat, pas plus que le « Front Syndical », comme le « Cercle National des Travailleurs syndiqués » ne se sont pas exprimés sur ces deux lois. 
Le principal animateur du Front Syndical, Dominique Bourse-Provence a jugé plus utile d'étaler publiquement la procédure d'exclusion à son encontre très justement mise en place par la CFDT Paris. Ce conseiller prudhommal, pourtant concerné par ces deux lois, dont l'une réforme d'ailleurs le statut d'élu qu'il met en avant pour sa promotion personnelle, s'intéresse plus à sa petite personne et à quelques articles de presse sur le FN qu'aux lois concernant l'ensemble des salarié-e-s. Thierry Gourlot, membre historique du FN, élu régional FN en Lorraine, n'est pas plus causant. Du côté du « Cercle National des Travailleurs syndiqués », c'est l'encéphalogramme plat.
C'est au travers de lois contenant des dispositions impactant directement les salarié-e-s que se dessine la position réelle du FN. Les positions sont imprécises, en général destructrices des droits de chacun-e- dans les entreprises.
Le FN ressasse son discours habituel sur la concurrence entre salarié-e-s « français-e-s » et salarié-e-s « étrangèr-e-s », ou prétend répondre aux revendications des travailleurs avec un discours sécuritaire. Son programme social est proche des idées libérales et continue donc de prôner un dialogue « direct » entre employeurs et salarié-e-s ou une organisation corporatiste, dans la tradition de l'extrême droite.
Sa tentative de stratégie d’infiltration des défenseurs des salarié-e-s se heurte à une détermination, qui va en s’amplifiant, des structures syndicales, et n'a pour seule conséquence que la création de coquilles vides, beaucoup moins productives que les collectifs FN patronaux.
Sans faiblir, la stratégie syndicale d'exclusion des militants d’extrême droite de ses rangs doit continuer car les idées du FN vont à l'encontre des intérêts et des droits des salarié-e-s.

Prochains dossiers de VISA :
- FN et migrants
- Les élus FN au Parlement Européen sur les questions emploi et travail

 

Fichier attachéTaille
2015_09n 1 fn et lois macron rebsamem.pdf72.02 Ko

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de l'AG annuelle de VISA du 9 décembre dernier, nous avons décidé de baisser les tarifs de vente du tome 2 à 5€ l'unité et jusqu'à 2€ pour les commandes supérieures à 500 exemplaires (voir tableau ci-après).

« Lumière sur mairies brunes » tome 2, c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite. Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS

Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

assovisabis@gmail.com

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

Le prochain parrainage dans le 11ème aura lieu le jeudi 29 novembre 2018 à 18h30 en salle des mariages de la mairie du 11e, place Léaon Blum Métro Voltaire. Contact : Laurence LOUSSERT laurence.loussert@gmail.com
17.10.2018 - 20:35
CP du 17 octobre 2018 20 septembre. Placement en rétention à Metz de Mouminy Diallo, jeune guinéen arrivé en France en 2013 à 16 ans. Depuis le 14 octobre, il est au CRA du Mesnil-Amelot, ayant déjà refusé une fois l'embarquement. Pris en charge par l'ASE de la Marne, à Chalons en Champagne, jusqu'...
17.10.2018 - 19:05
Le collectif RESF 27 vous invite à participer à la première édition dans l'Eure d'un stage intersyndical, ouvert à l'ensemble des personnels de l'académie, titulaires ou contractuels, actifs ou retraités.
15.10.2018 - 14:31
LIBRE !!!!!! OQTF annulée, la préfecture doit réexaminer le dossier. Yousri est arrivé en France le 24 décembre 2013. Il y a rejoint ses deux frères, tous deux titulaires d'une carte de résident (10 ans). Scolarisé en 2nde bac pro maintenance de systèmes énergétiques et climatiques au lycée Auguste...
15.10.2018 - 14:07
Le travail social à l'épreuve des politiques de contrôle et d'expulsion Captation audio de la réunion publique de l'Observatoire de l'Enfermement des Étrangers Lundi 8 octobre 2018 A la Ligue des droits de l'homme - 138 rue Marcadet, 75018 Paris Les politiques migratoires entrent souvent en conflit...
14.10.2018 - 22:20
Pétition à l'initiative du Comité de soutien aux 3+4 de Briançon, La Cimade, Collectif Délinquants Solidaires, Gisti, Anafé, Tous Migrants, Emmaüs, Union juive française pour la paix, Fasti, Bagagérue, Fondation Abbé Pierre, Transport People and Care, Syndicat des Avocats de France, Ligue des...
14.10.2018 - 21:05
Elève en Terminale Technicien d'usinage-outillage Lycée Professionnel Chennevière Malézieux Paris 12ème Monsieur le Préfet de Police de PARIS, Notre camarade et élève Nahounou Franck DALLO, est menacé d'expulsion par la Préfecture de Paris. Alors qu'il se rendait jeudi matin 11 octobre 2018, sur...
14.10.2018 - 20:07
Vacance au ministère de l'intérieur, mais ça n'empêche pas de faire tourner à plein la machine à expulser, de briser des vies, l'avenir d'un jeune, une vie de famille. La casse, une habitude de l'ancien monde autant que du nouveau. 1/ Urgence absolue pour Moumouny, amené à Roissy ce dimanche matin...
14.10.2018 - 10:46
Une émission essentiellement par téléphone, avec Shu Aiello, coréalisatrice du film « Un Paese di Calabria » ; Bernard Senet RESF 84 et MRAP et Daniel Gros, de Mayotte 1 – Intro et journal durée : 05:55 2 - Le maire de Riace (Calabre - Italie) arrêté pour délit de Solidarité Avec Shu Aiello Shu...
13.10.2018 - 14:54
Arrivé en France le 16/06/2016 à l'âge de 16 ans, Oussama LAGMIRI, de nationalité marocaine, a été scolarisé en UPE2A (Unité Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants) durant l'année 2016–2017 au Collège Les Pyramides (Evry). Il a passé avec succès le niveau A2 du DELF Scolaire, session 2017. Il...
10.10.2018 - 23:02

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

10.10.2018 - 11:57
08.10.2018 - 15:36
24.09.2018 - 09:57
En prévoyant la collecte par les autorités départementales de la photographie et des empreintes des mineurs isolés étrangers sollicitant une protection au titre de l'Aide sociale à l'enfance, la loi sur l'asile et l'immigration du 10 septembre 2018, dite « loi Collomb », vise à ce que soit désigné...
gisti
17.10.2018 - 09:57
Les 12 et 13 octobre 2018, nos organisations se sont mobilisées à la frontière franco-italienne, vers Briançon, afin de témoigner des pratiques illégales et des violences commises contre les personnes exilées. Ce que les observateurs ont constaté confirme les alertes émises par les associations...
gisti
16.10.2018 - 19:19
Les violations des droits fondamentaux des personnes migrantes, subies tout au long de leur parcours puis à l'arrivée sur le territoire européen, sont aujourd'hui largement documentées. Bien que dénoncées par les ONG et régulièrement relevées par des organismes internationaux et des experts...
gisti
13.10.2018 - 21:30

COMMUNIQUÉ

Paris le 12 octobre 2018

                                   ...

dal
12.10.2018 - 18:58
Le Gisti soutient cette pétition de soutien aux 7 de Briançon incuplés pour délit de solidarité. Signez et faites signer, jusqu'au 8 novembre 2018, la pétition « Liberté et relaxe pour les 7 de Briançon ». Ils risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en danger dans les Alpes....
gisti
12.10.2018 - 14:45
Session de 2 jours, le 11 octobre 2018 - Protection sociale - [Autres Formations]
gisti
11.10.2018 - 08:30
À l'article 27 du projet de loi de finances pour 2019 consacré à la recentralisation du revenu de solidarité active (RSA) en Guyane et à Mayotte le gouvernement a glissé une mesure d'exclusion des personnes étrangères (non ressortissantes de l'Union européenne). Le droit au RSA est depuis 2004...
gisti
10.10.2018 - 15:25

COMMUNIQUÉ Paris le 9 octobre 2018 

                                   ...

dal
10.10.2018 - 11:57
L'Observatoire de l'Enfermement des Étrangers vous invite à une réunion publique sur le thème du « travail social à l'épreuve des politiques de contrôle et d'expulsion ». La réunion se tiendra dans les locaux de la Ligue des droits de l'homme 138 rue Marcadet, 75018 Paris (Métro : Ligne 12, arrêt...
gisti
08.10.2018 - 18:00
sur la régionalisation de la procédure Dublin Le texte prévoit la liste des pôles régionaux Dublin, leurs compétences et les effectifs. Asile...
gisti
08.10.2018 - 15:36
Le Gisti participe à la Nuit du droit le jeudi 4 octobre prochain, à partir de 18 heures, à la 17e chambre de l'ancien Palais de Justice de Paris (10 boulevard du Palais). Venez suivre le procès de la dématérialisation de la justice : il est ouvert à toutes et à tous ! Juridiction numérique...
gisti
04.10.2018 - 17:00
Session de 2 jours, le 4 octobre 2018 - [Autres Formations]
gisti
04.10.2018 - 08:30

COMMUNIQUÉ

Paris le 29 septembre 2018

« Les Baras » occupent les bureaux vacants de la sécu de Bagnolet (93)

Depuis plusieurs jours les 150 migrants du « collectif Baras », occupent les locaux vacants de la sécurité...

dal
30.09.2018 - 19:10
Le Gisti soutient cette pétition pour l'accueil des migrants, lancée par 150 personnalités dont Vanina Rochiccioli, présidente du Gisti, dans les journaux Politis, Mediapart et Regards. Signez et faites signer le « Manifeste pour l'accueil des migrants ». Partout en Europe, l'extrême droite...
gisti
27.09.2018 - 14:39

 

COMMUNIQUÉ

Paris, 23 septembre 2018

 

La loi ELAN : un grand malheur pour les locataires, les habitants et le droit au logement

Ce mercredi 19 septembre, tandis que le Sénat et “En...

dal
24.09.2018 - 09:57

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier