Aller au contenu principal

Communiqués SUD CT et FSU : Zemmour, ça suffit !

mar 20/10/2020 - 20:35
illustration

Communiqué SUD CT : 

ZEMMOUR, CA SUFFIT COMME CA !

Mardi 29 septembre, à une heure de grande écoute, sur la chaîne Cnews, Eric Zemmour a tenu les propos suivants concernant les mineurs non accompagnés : “ils sont voleurs, ils sont assas-sins, ils sont violeurs. C’est tout ce qu’ils sont. Tous, tous, tous.»Zemmour est un récidiviste. Déjà condamné plusieurs fois, et encore récemment le 25 sep-tembre 2020 à 10 000 euros d’amende, pour incitation à la haine raciale, le triste polémiste continue à distiller ses diatribes nauséabondes, racistes.Ce passage a été diffusé par la chaine Cnews en différé. Par conséquent, il ne s’agit pas d’un malencontreux dérapage, isolé, mais bien d’une tribune xénophobe et d’extrême droite qui incite à la haine et au rejet des enfants qui arrivent seuls sur notre territoire après un parcours dangereux et traumatisant. Ils ont besoin de soins, d’accompagnement, de fraternité. C’est pour cela que la loi les confie à l’Aide Sociale à l’Enfance, mise en œuvre par les Conseils dépar-tementaux.Les déclarations de Zemmour, essentialisant l’ensemble de ces 15000 enfants et adolescents, génèrent un facteur de danger supplémentaire en distillant dans la population haine et rejet et en incitant aux agressions.La fédération SUD CTreprésentant notamment les professionnel.les exerçant quotidienne-ment, sur le terrain, les missions de protection de l’enfance :-condamne sans réserve ces propos abjectes, exige du conseil supérieur de l’audiovisuel qu’il fasse enfin respecter la loi interdisant de tels propos racistes,-condamne sans réserve la chaîne qui accueille consciemment ce polémiste, avec la volonté manifeste de diffuser une idéologie fascisante dans une course à l’audience mortifère, en étu-diant la possibilité de lui retirer son agrément,-invite l’ensemble des présidentes et présidents de conseil départemental a porté plainte contre Zemmour et la chaine Cnews, comme l’ont déjà fait les président.es de Loire Atlan-tique, Gers, Landes, Haute Garonne...La fédération SUD CT réaffirme l’urgence que nos services publics prennent en charge les mineurs non accompagnés qui fuient la guerre et la misère au péril de leur vie.Cela passe par la mobilisation des budgets nécessaires, ce que le gouvernement se re-fuse à faire.Cela passe aussi par la condamnation des conseils départementaux qui n’assument pas leurs responsabilités en se dérobant à leur rôle de protection où en proposant une prise en charge ces enfants et adolescents au rabais.Cela passe enfin par la fin des politiques répressives à l’encontre de ces jeunes, dont les tests osseux...
Paris le 5 octobre

***
COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FSU Mineur-es isolé-es : stop aux insultes, soutien aux services de l’aide sociale à l’enfance (ASE)

La FSU dénonce l’instrumentalisation de l’attentat commis à Paris le 25 septembre pour s’en prendre aux mineur-es isolé-es et au service qui les prend en charge, l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance). Certain-es dont Eric Zemmour, déjà condamné pour injure et provocation à la haine raciale, n’hésitent pas à utiliser le fait que cet attentat a été commis par un individu qui avait été pris en charge par l’ASE pour généraliser et tenir des propos haineux et racistes à l’encontre de mineurs isolés.

Ces mineurs réfugiés de guerre, des crises climatiques et économiques arrivent en France sans famille, après un trajet éprouvant et traumatisant. Ils sont accueillis par les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) des Conseils départementaux dans le cadre des missions de protection de l’enfance qui leur sont confiées par la loi affirmant le droit des enfants, à être protégés, soignés et d’être soutenus par un accompagnement social et éducatif.

Cette actualité remet en lumière la problématique de la protection de l’enfance. Depuis des années les professionnels du secteur alertent sur les difficultés d’exercice des missions de l’aide sociale à l’enfance : manque de moyens financiers et humains, manque de professionnels formés, manque de structures adaptées, gestion de plus en plus déshumanisée des situations…Des reportages ont souligné des dysfonctionnements du système.

Pour autant aucune amélioration des conditions d’accueil des jeunes confié-es à l’ASE ne s’est opérée. L’ASE est percutée par d’incessantes restrictions budgétaires conjuguées à la non compensation par l’État du coût des politiques sociales. Cela limite sa possibilité de réponses pour pouvoir assurer pleinement ses missions de service public.

La FSU condamne les propos haineux et abjectes portés à l’encontre de jeunes mineur-es ainsi que la chaîne télévisée qui sert de tribune quotidienne à un de ses auteurs, polémiste délinquant et multirécidiviste.

La FSU soutient les agents du service public qui concourent à l’accompagnement social, éducatif et d’insertion des jeunes en besoin de protection.

La FSU revendique des mesures conséquentes pour améliorer les conditions de vie des enfants confiés à l’ASE et les moyens nécessaires à l’exercice des missions des travailleurs sociaux.

Les Lilas, le 12 octobre 2020