Aller au contenu principal

FN, le pire ennemi des salarié.e.s

mer 01/09/2010 - 04:25
Image

Depuis la fermeture du site Métaleurop d'Hénin Beaumont en 2003, les militants
du Front National s'adressent directement aux salarié-e-s des entreprises : sur les
piquets de grève, à la porte des entreprises, lors d'annonces de délocalisations, de
mise en redressement ou en liquidation judiciaire, de plans sociaux ... Durant les
campagnes électorales successives en France depuis 2007, et notamment pendant
les régionales 2010, le FN et ses militant-e-s ont été particulièrement présents devant
les entrées des entreprises : Renault à Flins, Gandrange, Chantiers navals de Saint
Nazaire ... En outre, se voulant " national, social et populaire ", le Front National
multiplie les communiqués de presse sur ces sujets. Il communique de manière
massive sur des mesures, présentées comme " sociales ", en direction du monde
du travail dans son ensemble : salarié-e-s du privé et du public, chômeurs-euses,
retraité-e-s ...
Au sortir des élections régionales de 2010, les chiffres, pour les syndicalistes et
militant-e-s progressistes, sont plutôt alarmants : parmi les votant-e-s, 19 % des
ouvriers-ères et 16 % des chômeurs-euses auraient voté FN au premier tour des
régionales.
Derrière le discours, les diffusions de tracts, le programme du FN va à l'encontre des
intérêts du monde du travail ; il va fondamentalement dans le sens des intérêts du
patronat :
➤ Sur la question du temps de travail : haro contre les 35 heures .
➤ Sur la question des retraites : hors des fonds de pension, point de salut.
➤ Sur la question de la représentation des salarié-e-s sur le lieu de travail et
sur les syndicats, le FN reste dans le sillon de l'extrême droite traditionnelle,
dénonçant des empêcheurs de travailler en rond ...

couverture
Catégorie