Aller au contenu principal

Quand un universitaire roule pour le mouvement fascisant Egalité et Réconciliation

ven 03/04/2015 - 00:35
defaut

Nicolas Bourgoin, enseignant-chercheur à l’Université de Franche-Comté et membre du Collège scientifique du Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LASA) est connu pour ses travaux sur l’univers carcéral et les politiques sécuritaires. Depuis quelques temps cependant, le nom de Nicolas Bourgoin est associé au mouvement d’extrême-droite Egalité et Réconcialion, fondé par Alain Soral.

Qu’est-ce qu’Egalité et Réconciliation ?

Alain Soral, ancien cadre du Front national, a fondé Egalité et Réconciliation en 2007 avec d’anciens responsables du GUD (Groupe Union Défense : organisation étudiante d’extrême-droite radicale et violente). Se revendiquant lui-même comme « national-socialiste », son organisation s’inspire des mouvements fascistes du siècle dernier, comme en témoigne sa devise qui prétend associer « gauche du travail et droite des valeurs pour une réconciliation nationale ».

Ainsi, à travers un discours prétendument proche des travailleurs et des classes populaires, mais qui en réalité gomme les contradictions de classe, Soral distille son venin nationaliste. S’abritant derrière un anticapitalisme de façade et sous couvert d’un pseudo « antisionisme », Soral n’a de cesse de dénoncer sa cible privilégiée, qui se cache à Wall Street, dans les médias, les gouvernements, les conseils d’administrations des grandes multinationales, et qui pilote secrètement le monde : le Juif. Antisémitisme et complotisme constituent ainsi les fondements de cette organisation, également antiféministe et homophobe. Farouche soutien de Dieudonné, Soral et ce dernier ont récemment annoncé qu’ils allaient fonder ensemble un nouveau parti politique, Réconciliation Nationale.

Le rapprochement de Nicolas Bourgoin vers Egalité et Réconciliation

Depuis janvier 2014, Nicolas Bourgoin est un fidèle contributeur du site internet d’Egalité et Réconciliation, puisqu’on y trouve plus d’une cinquantaine d’articles de sa plume et plusieurs vidéos d’interviews pour « Egalité et Réconciliation TV ». Dans ces contributions, le sociologue se fait le défenseur zélé de Soral et Dieudonné, et il s’attache avec ardeur à relayer les thèses soraliennes qui font du « sionisme » et du « mondialisme » les causes exclusives de tous les problèmes en France. Il n’hésite pas non plus, sous couvert d’« anti-impérialisme », à manifester son soutien pour des dirigeants autoritaires et des dictateurs tels que Vladimir Poutine ou Bachar El-Assad.

Enfin, les connivences de Nicolas Bourgoin avec l’extrême-droite ne font plus aucun doute lorsque dans un article consacré à la dénonciation des militant-e-s antifascistes – qui constituent selon lui « une véritable milice au service de la réaction et du pouvoir »[sic] – il proclame que les « vrais journalistes, militants ou essayistes résistants à l’Empire » sont, entre autres, Alain Soral, Frédéric Chatillon(ancien président du GUD, aujourd’hui au Fn) et Serge Ayoub (dirigeant des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires et de Troisième Voie, organisations néo-nazies dissoutes après le meurtre de notre camarade Clément Méric).

Nous apprenons que Nicolas Bourgoin doit animer une conférence organisée par Egalité et Réconciliation Franche-Comté le vendredi 3 avril 2015 à Besançon, dans un lieu tenu secret, afin d’y présenter son dernier ouvrage.

Nous dénonçons le rapprochement vers Egalité et Réconciliation, ainsi que la participation à cette conférence, de Nicolas Bourgoin, qui use de sa qualité d’universitaire pour faire la promotion de cette organisation réactionnaire et fascisante. Nous alertons par là-même le Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université de Franche-Comté (dont fait partie Nicolas Bourgoin) et lui demandons de se désolidariser de cet enseignant-chercheur.

L’extrême-droite, sous toutes ses formes, doit être combattue sans relâche ! 

Communiqué de l’AMEB-Solidaires Etudiant-e-s et de Sud Education du 2 avril 2015

 

Dans un communiqué de presse, le bureau du Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LASA) et les responsables du département de Sociologie de l’UFC se désolidarisent de Nicolas Bourgoin.

En septembre 2014, l’ambiguïté des positions de Nicolas Bourgoin qui oscillaient entre posture scientifique et prises de positions politiques avaient déjà conduit la direction du LASA  à lui demander de mettre fin publiquement, par un courrier publié sur le site  du LASA ( rubrique 'mise au point') à toute possibilité d’amalgame entre ses activités personnelles et celles  de son équipe de recherche. http://lasa.univ-fcomte.fr.

Les responsables du LASA-UFC et du département de sociologie apprennent aujourd’hui, comme chacun des membres de la communauté universitaire, la participation avérée de Nicolas Bourgoin, aux activités de l’organisation Egalité et Réconciliation..

Force est de constater que sa position n’a  pas changé comme l’atteste sa participation à la  conférence organisée par ce groupe extrémiste et fascisant prévue le vendredi 3 avril 2015 à Besançon, conférence à laquelle nous lui demandons instamment de renoncer afin de mettre un terme aux amalgames entre ses prises de postions individuelles et celles de l’ensemble des membres du LASA.

Profondément choqués par cette duplicité qui consiste à utiliser son statut de chercheur à des fins non scientifiques, le bureau du LASA-UFC et les responsables du Département se désolidarisent et condamnent l’attitude de leur collègue qui les compromet par des amalgames inadmissibles.

Dominique JACQUES-JOUVENOT, directrice du LASA-UFC

Sylvie GUIGON, directrice adjointe du LASA-UFC

Christian GUINCHARD, Directeur du Département

Sophie CHEVALIER, directrice adjointe  du Département

https://syndicatameb.wordpress.com/2015/04/02/quand-un-universitaire-roule-pour-le-mouvement-fascisant-egalite-et-reconciliation/