Aller au contenu principal

Congrès du Fn : des changements en trompe l’œil

ven 16/03/2018 - 16:14
defaut

Réélue avec 100 % des voix, Marine Le Pen espère maintenant conquérir et obtenir le pouvoir, notamment en nouant des alliances, inspirée en cela par ce qu'il se passe à l'extrême-droite dans plusieurs pays européens. Cela dit, la composition de l'équipe dirigeante reste le fruit d'un équilibre entre les tendances historiques du parti, et le programme de celui-ci fait toujours la part belle aux grands thèmes classiques de l'extrême droite.

Enfin, le changement de nom ne doit pas faire oublier le maintien de la flamme tricolore.

Le « vieux parti » est toujours bien présent...

Le vote des militant.es pour le conseil national, s'il se traduit par l'entrée de très proches de Marine le Pen, le cercle Héninois notamment, a aussi concrétisé le maintien de piliers historiques tels que B Gollnisch et MC Arnautu dans les 10 meilleurs élus. Philippe Vardon, figure des identitaires, a lui aussi été bien élu.

Le compagnon de Marine le Pen, Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales, est arrivé en tête à l'élection du conseil national. La tradition clanique et le népotisme sont respectés.

Du côté des « idées », le vieux parti peut être rassuré : Immigration, islam, sécurité, identité, mondialisme…

Morceaux choisis : « l’immigration légale et illégale n’est plus tenable»... «l’argent des Français doit d’abord revenir aux Français »… « patriotisme économique »… «on est chez nous»… « ce qui se joue, c'est un défi de civilisation »…

MLP a même annoncé la tenue d’un colloque pour «en finir avec mai 68»... « Pour l'autorité contre les soixante-huitards bedonnants »...

D'autre part, la venue du suprématiste blanc Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, qui a promis la victoire des populistes en Europe, a aussi contredit les efforts de «dédiabolisation» de Marine Le Pen en déclarant : « laissez vous traiter de racistes... Portez le comme un badge d'honneur ! ». Et il s'est même payé le luxe de dire que « Marion Maréchal Le Pen était la personne la plus impressionnante du monde »...

… La flamme fasciste aussi

Si le nouveau nom n'a rien de nouveau au Fn, puisqu'il ne s'agit que de la reprise du nom du groupe Fn de 1986 à l'Assemblée Nationale, il faudra encore qu'il soit approuvé par un vote des adhérent.es (réalisé sans trucage?) et que l'imbroglio avec le nom d'un parti déjà existant et titulaire du droit de propriété à l'INPI soit levé. Sachant aussi qu'il a déjà été utilisé par le parti de Tixier Vignancourt en 1954, et qu'il ressemble furieusement au rassemblement national populaire du collaborationniste Marcel Déat... Peut être s'en sortiront-ils en ajoutant « socialiste » à « rassemblement national » ??

Mais le plus important, c'est le maintien de la flamme dans le logo. Car au moment de sa fondation, en octobre 1972, le Fn se fait épauler par le MSI, parti néo fasciste Italien fondé en 1947, et prend le même logo que lui, la flamme tricolore qui a une signification historique précise : Après la seconde guerre mondiale, elle symbolise l'âme de Benito Mussolini qui s'échappe de son cercueil pour « monter au ciel ».

Ne nous y trompons pas, le Fn reste un parti néofasciste.