Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !
Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Après l’élection présidentielle, avant les législatives 2/2

Vote FN et proximité syndicale
Au niveau du vote des personnes déclarant dans les sondages « qualitatifs » avoir une « proximité syndicale » quelconque, on observe grosso modo les mêmes tendances que lors des élections présidentielles de 1995 et 2002. La stabilité dans les proportions règne aussi par rapport au scrutin de 2007, même si le volume global du vote d’extrême droite était plus faible lors de cette élection.

Nous retrouvons, comme en 2002, toujours un niveau assez faible de vote FN chez les personnes déclarant une proximité avec les syndicats de SOLIDAIRES : 3 % ; certains sondages indiquant 4 % pour cette année. Parmi celles se déclarant proches de la FSU, le taux est identique. Pour les organisations syndicales les plus importantes en adhérents, le taux d’électeurs FN parmi les personnes s’en déclarant « proches » varie toujours – selon les différents sondages – entre 6 % et 12 %, pour la CGT et la CFDT. Ce fut déjà le cas en 1995 et en 2002. Les pourcentages les plus élevés sont toujours, comme lors des élections présidentielles, observés parmi les personnes se déclarant proches de FO (au moins 15 %, selon les instituts, et jusqu’à 25 % dans un sondage réalisé en 2012). La moyenne lors des élections de 1995 et 2002, parmi les personnes « proches » de ce syndicat, était alors de 18 à 19 %. Le fétichisme du prétendu caractère apolitique du syndicalisme qui est parfois cultivé dans cette confédération, au nom de l’« indépendance », ne protège visiblement pas des pires dérives politiques. Ceci d’autant plus qu’aucun repère politique n’est fourni pour les prévenir. Le vote FN est aussi particulièrement élevé parmi les « proches » de la CFTC, avec au moins 15 % ; ce taux était cependant encore plus élevé en 2002.

Ces chiffres ne valent pas constat scientifique, puisqu’ils sont basés sur des déclarations subjectives et non vérifiables, des électeurs sondés. Il leur était, en outre, demandé leur « proximité » ressentie avec une organisation syndicale donnée, et non pas leur appartenance réelle : les sondés ne possèdent pas nécessairement une carte d’adhérent à un syndicat. 

Auto portrait d’un électeur FN
Notons un dernier élément intéressant, en ce qui concerne les électeurs et électrices du FN. Dans un sondage publié par le quotidien « Libération » (du 25 avril 2012), les personnes qui déclarèrent avoir voté pour tel ou telle candidat(e) étaient priées de décrire elles-mêmes leur situation sociale. Elles avaient ainsi le choix de dire que leur situation globale s’était améliorée (1), détériorée (2), ou qu’elle était restée au même niveau (3). Ainsi on observe que dans la première et la troisième catégorie, c’est Nicolas Sarkozy qui est nettement en tête, avec respectivement 43 % des votes. Pour le candidat François Hollande, on constate qu’il est en tête dans le deuxième groupe (31 %), mais les différences ne sont pas énormes dans son cas puisqu’il obtient aussi 28 % dans la troisième et 24 % dans la première catégorie. Pour Marine Le Pen, enfin, les écarts sont nettement plus significatifs. 22 % dans la deuxième catégorie – qui indiquent que leur situation se serait dégradée -, 11 % dans la première (la situation se serait améliorée) et 9 % de la troisième catégorie votent pour elle.

Ensuite, on demande aux mêmes électeurs et électrices de s’auto-décrire par l’un des termes suivants, en référence au regard que la personne porte sur la marche globale de la société : « optimiste », « confiant », « heureux », « indifférent », « pragmatique », « inquiet », « désenchanté » ou encore « révolté ». A cet égard, on observe – sans entrer ici dans tous les détails importants – que le candidat François Hollande était en position de force parmi les « optimistes » (32 %) et les « heureux » (31 %) mais aussi les « désenchantés » (29 %), alors que Sarkozy attirait surtout le vote des « confiants » (42 %) mais aussi des « inquiets » (30 %). La confiance déclarée semblant, ici, surtout avoir un aspect légitimiste vis-à-vis de « l’homme fort ». Or, en ce qui concerne l’électorat de la candidate du FN, on observe ici une différence éclatante. Plus que toute autre candidate, Marine Le Pen attire, dans ce sondage, les votes de ceux et celles qui se déclarent « indifférents » à la marche de la société, à savoir 53 %. Son deuxième meilleur résultat se situe dans la catégorie des « révoltés » (30 %).

Ce constat permet de déduire que, s’il est vrai qu’un certain vote « protestataire » et de colère sociale dévoyée ou pervertie a pu être porté sur la candidate FN, cela n’en explique qu’une partie. Le large écho recueilli par la candidate d’extrême droite parmi des personnes se déclarants « indifférent(e)s » vis-à-vis de l’avenir de la société est remarquable. Il démontre aussi qu’il s’agit d’un vote d’égoïsme social caractérisé.

La droite classique : plus radicalisée que jamais
Cette année, le terme « immigration » n’est pas seulement mentionné – comme dans les années précédentes – par une majorité parmi les électeurs du FN, pour expliquer les raisons de leur vote. C’est désormais aussi le cas des électeurs du candidat de la droite classique. Selon des chiffres indiqués par le journal « Rue 89 » (en date du 07 mai 2012), au total 53 % des électeurs de Nicolas Sarkozy au second tour auraient déclaré que « l’immigration » était parmi leurs principaux motifs de vote. Le terme est ainsi classé au deuxième rang, puisque « la dette et les déficits » (mentionnés par 65 %) occupent le premier.

La radicalisation idéologique d’une partie de la droite classique, reprenant une partie de plus ou plus importante du répertoire du discours du FN, ne date pas d’hier. Dans la chronologie, on peut nommer la création d’un « ministère de l’immigration et de l’identité nationale » (annoncée en mars 2007 par le candidat Sarkozy, réalisée après les élections de 2007), le fameux « débat sur l’identité nationale » (de novembre 2009 à février 2010), le « discours de Grenoble » avec la campagne contre les Roms et les doubles nationaux criminels (juillet - août 2010), ou encore le « débat » totalement artificiel sur la viande halal. Ce dernier avait été déclenché par Marine Le Pen lors de la convention du FN à Lille des 18 et 19 février 2012, puis la fièvre était retombée… avant d’être rallumée par Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, aux premiers jours de mars 2012.

Une bonne partie de la campagne de la droite classique, juste avant et surtout après le premier tour, était consacrée à présenter un dessin apocalyptique des plans du camp adverse en matière d’immigration. Le « danger » représenté par le droit de vote qui serait donné aux immigrés installés depuis une certaine durée en France – décrit par le camp sarkozyste comme un outil de « chantage communautaire » - occupait une bonne partie de la campagne de l’UMP à partir du 22 avril. Un « appel de 700 mosquées » au profit du candidat François Hollande fut inventé, alors qu’il s’agissait en réalité de l’appel d’un individu (par ailleurs ancien « conseiller diversité »… de Nicolas Sarkozy) qui indiquait s’être adressé à 700 mosquées afin d’inciter au vote. Tout était utilisé pour allumer les feux des ressentiments et flatter les bas instincts, faisant croire que la France était en train d’être submergée par une invasion étrangère, dont le candidat socialiste serait le complice.

Une partie de l’ancien camp gouvernemental a d’ailleurs continué sur la même lancée, quand les résultats du second tour étaient connus. Des dirigeants de l’UMP (dont l’ancienne ministre Nadine Morano et le chef du parti, Jean-François Copé), au même titre que le vice-président du FN Louis Aliot , s’offusquaient de la présence de « drapeaux étrangers », le soir du second tour. Alors que quelques jeunes ayant probablement la double nationalité brandissaient gentiment des drapeaux espagnols, marocains, algériens ou sénégalais à la place de la Bastille, la scène fut décrite sur un ton apocalyptique.

N’oublions pas, non plus, la véritable provocation que constituait la tentative de la droite sarkozyste d’organiser un contre rassemblement, opposé à celui des syndicats et des travailleurs, le 1er mai. Celui-ci fut d’abord décrit comme la « fête du vrai travail », opposant ainsi les salariés (et les patrons !) du privé aux « assistés », mais aussi au travail dans la fonction publique. Ses membres, enseignants ou personnels infirmiers, seraient des privilégiés parce que « non exposés à la concurrence », faisait valoir le candidat Sarkozy. Par la suite, la provocation étant décidément trop grosse, Nicolas Sarkozy tenta de reformuler l’expression ; il voulait désormais parler de « vraie fête du travail ». Mais le mal était déjà fait. On pouvait d’ailleurs observer, place du Trocadéro le Premier mai, que l’assistance était plutôt patronale (et étudiante) que composée de travailleurs et travailleuses. Le discours de Nicolas Sarkozy, vantant par exemple les « risques » de ceux qui – à ses yeux – travaillent et auraient donc le droit de « jouir de leur patrimoine », s’adressait d’ailleurs aussi plutôt à des patrons-entrepreneurs qu’à des salariés… Le tout étant couronné de provocations se voulant « viriles », telle que cette formulation : « Je dis aux syndicats : posez votre drapeau rouge par terre, et servez la France. Servez la France » !

Il est probable que la direction de la droite classique avait fait le choix d’adopter une stratégie du « Ca passe ou ça casse ». Le discours du candidat UMP était fortement « clivant » : il choisissait la polarisation vis-à-vis des syndicats, de la gauche au sens très large, des associations de défense des droits humains, des Français(es) d’origine immigrée et d’autres pans de la société. En même temps, il n’avait jamais été aussi « ouvert » vis-à-vis du FN, le candidat Nicolas Sarkozy disant dès le lendemain du premier tour : « Si Marine Le Pen a le droit de se présenter, c’est qu’elle est compatible avec la République. » L’« ouverture » étant plus grande encore, évidemment, vis-à-vis des électeurs de ce parti, auxquels le candidat Sarkozy s’adressait en tant que tels et en justifiant quasiment leur vote : « Ils ont émis une souffrance, et il faudrait qu’on leur reproche de souffrir ? Ils ont émis un vote, et il faudrait qu’on leur reproche ce vote ? C’est à nous de les entendre, c’est à nous de les respecter, c’est à nous de les considérer. » (Le 24 avril 12 à Longjumeau).

Jamais, la droite classique n’était allée aussi loin, non plus, dans la prise en compte de revendications-clé du parti FN lui-même. Ainsi, le 26 avril 2012, alors que certains syndicats de policiers manifestaient contre la mise en examen d’un de leurs collègues – ayant tiré sur un malfaiteur dans le dos, à Noisy-le-Sec -, Nicolas Sarkozy fit sienne l’exigence de créer une « présomption de légitime défense » pour les agents de police. Celle-ci, plus forte que la présomption légale d’innocence garantie à tout justiciable, devrait permettre aux porteurs d’un uniforme d’échapper à une condamnation après avoir utilisé leur arme. Une partie des syndicats de policiers mobilisés n’avait même pas porté cette revendication, mais avait formulé des revendications plutôt en termes de conditions de travail et de débordement de la justice. En revanche, la « présomption de légitime défense » pour les policiers était inscrite en bonne place dans le programme de la candidate Marine Le Pen, depuis juin 2011. Quelque temps avant ces récents événements, le ministre sarkozyste de l’Intérieur, Claude Guéant, pas vraiment connu pour être l’un des moins durs, avait encore rejeté cette idée. Il avait parlé d’un « permis de tuer », qui ne serait pas acceptable...

Bilan (très) provisoire
Il est probable qu’une partie de l’UMP, ou une fraction de ses dirigeants, avait délibérément opté pour une stratégie du « Tout ou rien ». Conscients que la période à venir sera probablement difficile, en raison des accélérations probables de la crise économique et financière, ils avaient opté pour un test : la pression de la crise a-t-elle conduit la société française assez loin, pour qu’elle puisse accepter des « solutions » autoritaires ? Tout en acceptant une mise au pas des syndicats ? Si cela est le cas, nous pourrons apporter des avancées au Capital. Si cela n’est pas le cas, si la crise n’a pas encore assez progressé : alors nous passerons un tour. Aux socialistes de gérer les soubresauts de la crise, et d’encaisser les frustrations sociales et les déceptions qu’elle ne manquera pas de nourrir. A nous de nous opposer, et d’attendre notre heure, quand elle sera plus propice aux « solutions » dures.

Les élections législatives n’ont pas encore eu lieu. Une partie, au moins, de la droite semble d’ores et déjà avoir pris ses places dans l’opposition. Ainsi Henri Guaino, conseiller du président Sarkozy, parle-t-il (cité par « Libération » du 12/13 mai 12) du choix, pour l’UMP, de savoir qui la représentera « dans l’opposition » après les législatives de juin 2012. Partant ainsi du principe qu’une période d’opposition s’ouvrira devant elle. Le même jour, l’ex-ministre Claude Guéant déclara être « opposé à une cohabitation », qui serait mauvaise du point de vue de la raison d’Etat. Il n’est pas certain, cependant, que ce choix apparent soit partagé par tous les cadres de l’UMP.

D’autres semblent plutôt mobilisés pour infliger une cohabitation au président Hollande, à l’instar de Guillaume Peltier, jeune dirigeant de l’UMP passé auparavant par… le FN, mais aussi le MPF de Philippe de Villiers. Celui-ci considère d’ailleurs que la campagne présidentielle passée – critiquée par une partie des dirigeants UMP tels que Jean-Pierre Raffarin ou l’ex-ministre Chantal Jouanno pour sa droitisation excessive – est loin d’être un échec : « Absolument pas. Il y a un an, jour pour jour, Nicolas Sarkozy était éliminé du second tour. Les sondages le créditaient de 18% à 19% des intentions de vote, derrière DSK, Hollande et Le Pen. Cette campagne lui a permis de passer de 22% début février à 27% le 22 avril. Et d’à peine 40% à 48,5% au second tour. » (Peltier, interviewé dans « Libération » du 11 mai 12.) Pour le jeune dirigeant montant de l’UMP – au meeting de Villepinte en mars dernier, c’était lui qui modérait et introduisait les intervenants -, la campagne imaginée par le très droitier conseiller de Sarkozy, Patrick Buisson, constitue ainsi plutôt un modèle pour l’avenir.

A l’heure  des élections législatives , au moment où viendra le casse tête des « triangulaires » gauche / UMP / FN,  la question du rapport au FN se posera de nouveau à l’UMP. Il est vrai qu’aujourd’hui, l’heure ne semble pas avoir sonné pour une alliance en bonne et due forme. Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, un sondage avait indiqué que 64 % des électeurs de l’UMP seraient « favorables à une alliance avec le FN aux législatives ». Entre-temps, d’autres sondages ont été publiés, qui montrent que 51 % de l’électorat UMP y serait opposé (contre 46 %), au même titre que 62 % de la population française (contre 32 %).

Pour le moment, en attendant les recompositions éventuelles dans l’opposition ou les futurs développements  de la crise,  l’UMP et le FN adoptent d’ailleurs la stratégie de l’« union par la base » et  pas celle de l’« union au sommet ». Ainsi, chacun des deux partis est prêt à considérer que l’autre se trouve dans le même camp que lui, et de s’adresser à lui… mais pour gagner ses électeurs. Sans pour autant s’allier à l’appareil du parti d’ en face, sans accord entre les deux directions.

Telle est la ligne poursuivie actuellement par la direction de l’UMP (« ni front républicain contre le FN, ni alliance avec le FN ») depuis l’élection présidentielle. Nicolas Sarkozy avait d’ailleurs clarifié – trois jours après le premier tour - qu’il « n’y aura pas de ministres issus du FN ». Telle est aussi la ligne du FN lui-même, qui ne cherche pas à s’allier à l’UMP en tant que telle, dont la direction lepéniste cherche plutôt à provoquer « l’explosion » pour impulser un regroupement à droite. Marine Le Pen ayant d’ailleurs refusé de choisir au second tour entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. Au 1er mai, elle indiqua ainsi que « personnellement » elle allait voter blanc, mais qu’elle laissait la liberté de choix à ses électeurs. (Dont 51 % ont fini par voter pour Nicolas Sarkozy au second tour, 15 % pour Hollande, 25 % à 35 % blanc ou nul, les autres s’abstenant.)

Pour le moment, le FN cherche plutôt à se construire davantage pour imposer plus fortement encore son poids à la droite. Pour ce faire, le parti d’extrême droite a d’ailleurs besoin de continuer sur la ligne d’une dénonciation verbalement forte des effets économiques et sociaux du libéralisme. Il aspire à apparaître comme la seule vraie opposition au nouveau gouvernement. Mais l’heure viendra où la question des alliances pourrait se poser en d’autres termes. Au soir du premier tour des Législatives de Juin prochain , bien des lignes pourraient bouger.

En attendant, la vigilance de tous les syndicalistes est plus nécessaire que jamais. Les reculs de la gauche et du mouvement social, les déceptions, les hésitations seront la force de cette droite dure et de l’extrême droite de demain.

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

01.09.2017 - 15:43

Jacques de Guillebon le jure : « Marion n’est pour rien dans cette entreprise. Ni au début, ni au milieu, ni à la fin. » Non, l’ancienne députée de Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen, qui s’est mise provisoirement en retrait de la vie politique, à 27 ans, n’a rien à...

01.09.2017 - 15:43

Fil d'informations RESF

T., en France depuis 4 ans, très actif dans son intégration (il est inscrit à l'Université de Grenoble) a développé récemment une maladie nécessitant un traitement spécifique à vie. Il vient de recevoir du Préfet de l'Isère une Obligation de Quitter le Territoire Français. Il fait partie d'une...
21.09.2017 - 20:00
M. et Mme MARKOVIC et leurs 3 enfants, d'origine serbe, sont arrivés en France il y a 4 ans, en octobre 2013. Depuis une petite fille est née sur le sol français, à ce jour âgée de 10 mois. La famille avait quitté la Serbie pour fuir les exactions et la discrimination, notamment scolaires. Après...
21.09.2017 - 20:06
Débouté de sa demande d'asile alors qu'il a dû chercher refuge en France après avoir été arrêté au cours d'une manifestation de soutien à un opposant au régime de RDC et que sa femme ait été maltraitée et enlevée sous les yeux de leurs enfants, à Kinshasa ... Dix mois après que le TA de Rouen ait...
21.09.2017 - 15:43
18.09.2017 - 20:37
Monsieur le préfet de la Gironde, Dans notre école, une de nos élèves et ses deux frères n'ont plus de logement depuis le mois d'aout. C'est une famille d'origine géorgienne qui a été déboutée du droit d'asile. Actuellement, leurs conditions de vie sont extrêmement précaires et ils n'ont aucune...
18.09.2017 - 20:34
Arrivée de Serbie en juin 2010, Danijela AVDIJA, 27 ans, a fui une suite ininterrompue de malheurs. Elle vient au monde en 1990. C'est le début de la guerre en Serbie. En toile de fond des épurations ethniques et des déplacements de population, sa mère et Danijela subissent la violence d'un père,...
17.09.2017 - 20:09
La famille Mehmed, d'origine macédonienne, vit en France depuis plus de 8 ans. Les parents ont 3 enfants, dont 2 mineurs (leur enfant majeur est en attente d'une demande de régularisation) scolarisés à Fontaine (Isère). Alors qu'elle était logée en hôtel par la Direction départementale de la...
17.09.2017 - 20:13
La famille Mehmed, d'origine macédonienne, vit en France depuis plus de 8 ans. Les parents ont 3 enfants, dont 2 mineurs (leur enfant majeur est en attente d'une demande de régularisation) scolarisés à Fontaine (Isère). Alors qu'elle était logée en hôtel par la Direction départementale de la...
17.09.2017 - 20:21
septembre 2017, 12è rentrée scolaire pour le RESF de l'Aude auprès des enfants sans papiers et de leurs familles !!...toujours les mêmes combats !! Venez nombreux mercredi 20 septembre à 18h place Carnot à Carcassonne, participer au cercle de silence pour y exprimer votre soutien ..
16.09.2017 - 12:44
COLLECTIF DES HABITANTS DE LA CITÉ DE L'AIR À ATHIS MONS : NON À L'EXPULSION ! OUI A LA SCOLARISATION ! 150 personnes, dont près de 70 enfants, occupent par nécessité des pavillons vacants de la Cité de l'air à Athis Mons, à proximité de l'aéroport d'Orly. Ces maisons, vides depuis plus de 6 ans,...
15.09.2017 - 15:22

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

26.08.2017 - 14:13
Session de 2 jours, le 5 octobre 2017 - [Autres Formations]
gisti
05.10.2017 - 08:30
************

21 septembre 2017

Ce matin au CNH*, les acteurs du logement ont rejeté à une majorité écrasante le projet de baisse des APL: 22 contre, 5 pour, 7 abstentions. Souhaitons que le gouvernement prenne au sérieux cet avertissement. De toute évidence, il va falloir se...
dal
21.09.2017 - 17:24

APL : pas d’économies sur le dos des locataires !

 

 Paris, le 19 août 2017

 ...

dal
20.09.2017 - 10:13
Vendredi La campagne Un toit pour apprendre fait sa rentrée !!!

 

Il y a 10 jours, le Président de la République venait à Toulouse et professait avec M le Maire de belles promesses. Hélas, la ré-ouverture des permanences du DAL Toulouse 31 la semaine passée montre que les faits sont...

dal
19.09.2017 - 15:46
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/180917/la-justice-dans-les-tribunaux-pas-sur-le-tarmac Pour faire suite au projet de délocalisation d'une annexe du TGI de Bobigny à Roissy qui « est porteur de graves dérives et qu'il revient à mettre en place une justice d'exception pour...
gisti
18.09.2017 - 12:10
Session de 5 jours 35H, le 18 septembre 2017 - [Autres Formations]
gisti
18.09.2017 - 08:30

Julien Denormandie nous cache-t-il la vérité ? Le projet de décret “-5 euros” ne dit pas la même chose …

Julien Denormandie, secrétaire d’état au logement  nous annonce aujourd’hui dans le JDD “qu’aucun allocataire ne perdra un euro”...

dal
17.09.2017 - 17:56
Menace de grave régression des droits des locataires et des mal logés

Jeudi, le gouvernement présente les grande ligne de son projet de loi logement qui s’annonce brutal, tandis que les attaques sur les APL et le budget social du logement se précisent :

– Le “nouveau” bail Macron de...

dal
14.09.2017 - 14:51
«Allez, maintenant… Du BALAIS ! » Bailleur SCIC-Habitat, Mairie de Grenoble, Métro, ANRU : tout le monde est d’accord pour que les locataires du 10-20 galerie de l’Arlequin quittent leurs logements… sauf les locataires eux-mêmes !

Aucune décision officielle n’a été prise...

dal
13.09.2017 - 15:14
Photos de Jean-Claude Saget: ici —— Contre les Jeux Olympiques et le Grand Paris de la spéculation tous et toutes à Bercy le 13 septembre 2017 !

Le 13 septembre prochain, le CIO (Comité...

dal
11.09.2017 - 08:10
Pas de marche arrière sur nos droits! Baisse des APL, casse du Code du Travail , de la protection sociale et de tous les droits, pour nous c’est non! Pour conquérir de nouveaux droits en gagnant...
dal
08.09.2017 - 16:31
  N’enterrez pas nos libertés !

 

L’état d’urgence a été renouvelé jusqu’à début novembre par le parlement. Or il a largement démontré...

dal
08.09.2017 - 16:32
L'état d'urgence a été renouvelé jusqu'à début novembre par le parlement. Or il a largement démontré son inefficacité contre les attentats. Il a été dévoyé contre les mouvements sociaux et les militant.e.s, contre les musulman.e.s ou supposés l'être, contre les migrant.e.s et leurs soutiens, contre...
gisti
08.09.2017 - 15:43
Le centre de premier accueil (CPA) a été mis en place à Paris en novembre 2016 afin de « mettre à l'abri » les exilé·e·s qui arrivent dans la capitale et d'éviter que ces personnes ne vivent dans des campements insalubres sur les trottoirs. Dès son ouverture, il a rapidement montré ses limites et...
gisti
04.09.2017 - 11:00
pris pour l'application des articles L.723-5 et L.752-3 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile et définissant les modalités de l'examen médical prévu pour les personnes susceptibles de bénéficier, ou qui bénéficient, d'une protection au regard des risques de mutilation...
gisti
04.09.2017 - 07:25

COMMUNIQUE Paris le 3 septembre 2017  

Nadine Z. a réintégré son logement ! Mais d’autre personnes âgées sont menacées

Nadine Z. âgée de 85 ans, expulsée de son logement situé Quai de la Loire Paris 19e le 12 juillet dernier, est de retour...

dal
03.09.2017 - 17:18
Photos de Jean-Claude Saget: ici Photos de Serge d’Ignazio: ici    ...
dal
01.09.2017 - 10:37

Toulouse, 31 août 2017, 22h50

Les hébergés menacés d’être mis à la rue pour avoir demandé des garanties sur leurs condition d’hébergement Conférence de Presse ce vendredi 9H au CHUS La Ramée (231 Chemin Ramelet Moundi)

Après une journée d’...

dal
31.08.2017 - 11:14
Photos de Jean-Claude Saget: ici Le 30 août, bloquons le Medef

Le 30 août, le Medef tient son université d’été, dans laquelle il présentera au gouvernement ses nouvelles exigences, de plus en plus fortes....

dal
26.08.2017 - 14:13

COMMUNIQUE Paris le 25 août 2017

 

APL : On peut toujours stopper un coup de “rabot”, surtout que “c’est jamais intelligent ” Pour nos APL et le droit au logement, on commence dans la rue le 31 août !

 

Le chef du gouvernement a déclaré...

dal
25.08.2017 - 12:40

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier