Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !
Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Le conflit sur les retraites vu de l'extrême droite

Les périodes de forts conflits sociaux ne sont jamais, ou très rarement, des périodes faciles pour l’extrême droite. D’un côté, celle-ci tire un bénéfice électoral évident d’une certaine colère sociale, dévoyée et pervertie, mélangée au racisme et à une logique de bouc-émissaire. Elle canalise un désir de revanche sociale, en le dirigeant à la fois contre certains membres des élites (ciblés par exemple en tant que « corrompus » ou membres de « lobbys antinationaux », juifs, maçonniques ou autres) sans pour autant remettre en cause les hiérarchies sociales, et contre des personnes socialement plus faibles (travailleurs immigrés, réfugiés, Roms). De l’autre côté, la nature profonde du projet social de l’extrême droite est réactionnaire, anti-égalitaire, basée sur l’idée qu’il existe nécessairement des « inégalités naturelles ». Quand des luttes sociales sont menées pour défendre des intérêts sociaux concrets, quand une polarisation sociale traverse toute la société, ces deux dimensions risquent d’entrer en collision. Les contradictions propres à l’extrême droite risquent ainsi de ressortir visiblement.

Le "programme" du F.N. sur les retraites

En matière de retraites, l’extrême droite française - surtout son parti principal, le FN - a toujours adopté une position de fond assez claire. Jean-Marie Le Pen l’a ainsi exprimée en 2003, au moment du conflit sur l’(avant-)dernière « réforme » des retraites : « Il faut travailler plus et plus longtemps en France. » A l’époque, il donnait pour exemple… son propre cas, indiquant que ça ne le dérangeait point de continuer son activité (politique) jusqu’à l’âge de 80 ans. En effet, d’ailleurs, s’il envisage aujourd’hui d’abandonner « enfin » - en janvier 2011 - la présidence du parti, il le fait à 82 ans passés…
Jusqu’il y a peu de temps, le programme du FN - tel que consultable en ligne - comportait trois propositions centrales en matière de retraite : qu’il fallait fixer l’âge de départ (minimal) à 65 ans, contre 60 jusqu’à maintenant ; exiger 40 annuités de cotisation ; et développer les retraites par capitalisation. Or, très récemment, devant l’ampleur pris par le conflit sur les retraites, ce passage a miraculeusement disparu du programme en ligne. Le FN aurait-il eu peur qu’au moment où tout le monde parle du problème des retraites, des électeurs curieux puissent avoir envie de consulter ce qu’il dit en la matière - et qu’il aurait pu laisser une impression désagréable avec ces deux mesures ?
Le 25 septembre 2010, Jean-Marie Le Pen réunit le « Conseil scientifique » du FN (qui réunit dirigeants du parti et universitaires) à son nouveau siège, basé à Nanterre. A cette occasion, il a présenté sa conception en matière de retraites. Le passage central est celui-ci : « Il faut en finir avec la référence à la retraite à 60 ans comme les syndicats et les partis politiques se bornent à le faire, et qui n’a pour effet que de limiter le taux d’emploi des   ,seniors’ (aujourd’hui moins de 40 %). Nous sommes en revanche attachés à la limitation de la durée de cotisation à 40 annuités pour l’octroi d’une retraite à taux plein. Nous souhaitons donc que le départ à la retraite soit possible à n’importe quel âge mais à la condition d’avoir cotisé 40 annuités. Au-delà pour les salariés qui le souhaitent, une retraite ,à la carte’ avec surcote proportionnelle au temps de cotisation supplémentaire serait proposée. Dès lors, la question du passage obligatoire à 66 ou 67 ans pour obtenir un taux plein ne se poserait plus. » 
Cette phrase, selon laquelle « la question » de l’âge légal de départ - sans décote - « ne se poserait plus », dissimule mal l’idée qu’il s’agit de faire disparaître complètement la limite d’âge. En ce qui concerne la référence aux 40 années de cotisation, elle signifierait, d’un côté, pour certains travailleurs de l’ancienne génération (surtout des ouvriers) la possibilité de prendre une retraite plus tôt que prévu dans le système actuel et/ou dans les plans du gouvernement pour le proche avenir. Cependant, de l’autre côté, pour des pans croissants des générations suivantes, cette même règle signifierait un recul de l’âge de la retraite à plus tard, sans qu’il n’y ait une borne sous forme d’âge légal sans décote (65 ans à l’heure actuel, 67 ans selon les plans gouvernementaux). En effet, avec l’allongement de la durée de la scolarité et des études, les périodes de chômage et de précarité, les « stages » abusifs, les changements d’employeurs devenus plus fréquents, les générations montantes sont souvent entrées nettement plus tard sur le « marché du travail » que celles qui les ont précédées.
Par ailleurs, Jean-Marie Le Pen ajoute toujours une dose de privatisation des systèmes de retraite : « Il nous apparait qu’une incitation à l’épargne personnelle et aux assurances complémentaires telle que l’assurance vie serait positive. »

Radicalisme verbal

A la mi-octobre, Marine Le Pen, quant à elle, participa à une émission de télévision sur « La Chaîne parlementaire » (LCP). C’est à cette occasion que, interrogée sur les manifestations contre le projet de « réforme » gouvernemental, elle prononça sa fameuse phrase : «Je ne veux pas calmer le jeu, je n'attends qu'une chose du système, c'est qu'il implose. Je veux que le système implose. » Elle y ajouta : «Je veux que les Français se rendent compte que tout est à reconstruire, que notre pays est en train de s'effacer, que l'Etat s'effondre, que la souveraineté nationale a disparu et que la pérennité de notre civilisation est en cause. » 
Cependant, ce « radicalisme » au niveau du verbe ne correspond - bien entendu - aucunement à une radicalité du contenu social de ses positions. Au contraire. Dans un communiqué de presse en date du 12 octobre 2010 (intitulé « Réforme des retraites : ni le gouvernement, ni la gauche, ni les syndicats ne sont porteurs d’espérance ! »), Marine Le Pen considère que : « Gouvernement et syndicats sont en train de jeter la France dans  le chaos, jouant dangereusement avec le feu. Chacun se montre  irresponsable… »
 Ainsi, selon elle, il n’est pas question de renforcer la lutte sociale, mais au contraire de la freiner, puisqu’il s’agit de ne pas se montrer « irresponsable ». Ceci même si la fille du vieux chef tente de s’ériger en tribun, qui serait plus radical que «des organisations syndicales  qui se sont spécialisées dans la trahison des intérêts des travailleurs  français ». Ce qu’elle propose sur le fond ne passe pas par le conflit social, mais par « le plein-emploi  et une vraie politique nataliste », donc l’augmentation des naissances françaises. Sur le plein-emploi, elle ne nous dit pas, ici, comment elle souhaite y arriver ; même si l’on sait que le FN prétend y parvenir par les moyens du protectionnisme. Sur le fond, elle propose donc une politique purement nationaliste, même si elle y ajoute - pour mieux coller aux opinions des travailleurs ? - qu’il faudrait « (élargir) le financement des retraites aux revenus du capital, stock  options et spéculation »
Au total, le radicalisme verbal de Marine Le Pen ne recouvre qu’une stratégie de la démagogie sociale, classique pour l’extrême droite. Cependant, certains observateurs s’y sont trompés lourdement. Ainsi, sur le site « Le Post. », le propos tenu sur LCP par la probable future chef du FN a été présenté, même si c’est de façon à moitié ironique, comme  une tentative « de rejoindre l’extrême gauche ». L’auteur de l’article en question n’a décidément rien compris à la démagogie sociale fasciste ou d’extrême droite.
Ce même article a aussi été repris, sans commentaire et sous le titre « Marine Le Pen décidée de rejoindre l’extrême gauche ? », sur le site Internet du FN de Nouvelle-Calédonie. On y trouvait aussi, datée du 11 octobre 2010, une mini-contribution dont voici le texte : « Sarkozy casse vos retraites ! TOUS à la MANIF ! » Au bout de quelques heures, cependant, ces deux contributions avaient disparu du site sans laisser aucune trace. Apparemment, certains responsables avaient été horrifiés par la manière dont leur « troupes » avaient adhéré et cru à la démagogie sociale…

Appel à la répression

Par ailleurs, le FN a encore trouvé une occasion de réagir quand il y a eu de conflits autour de l’occupation d’une raffinerie située à Grandpuits . Des forces de police ont évacué cette raffinerie, vendredi 22 octobre, après qu’une « réquisition » ait été prononcée pour une partie du personnel - ce qui constitue une très grave remise en cause du droit de grève. En effet, dès lors qu’une réquisition de salariés grévistes peut être prononcé (au nom d’impératifs « de la défense nationale » !) pour un simple motif d’amélioration de la distribution du carburant - et non pas en raison d’un danger réel pour la sécurité ou la santé des populations -, toute grève dans une installation comparable pourra être demain cassée. Une réquisition signifie que des travailleurs et travailleuses, soient-ils grévistes ou non, ne peuvent refuser d’effectuer un travail qu’on leur demande… sous peine d’être condamnés à de la prison.

Ce n’est pas cette grave atteinte à un droit fondamental et consacré par la constitution, qui inquiète cependant le FN. Celui-ci, au contraire, trouve gravement insuffisante la répression ainsi exercée par le pouvoir de Nicolas Sarkozy. Certes, il prend soin de se démarquer, du même coup, d’une « réforme aussi injuste qu’inefficace » et de prendre ses distances verbalement avec un gouvernement qui « s’entêt(e) sur une réforme des retraites idiote ». Mais cela pour prôner, dans les faits, une répression encore nettement plus dure.

Ainsi, dans un communiqué en date du 22 octobre 2010, Marine Le Pen déclare-t-elle : « La réquisition cette nuit de la raffinerie de Grandpuits est l’occasion pour le gouvernement de plastronner. Le gouvernement n’a pourtant aucun mérite à faire mine de s’opposer à une situation qu’il provoque lui-même par une mollesse délibérée. (…) Le gouvernement aurait dû intervenir dès les premiers blocages. Ceux-ci dépassent en effet le simple droit de grève. Ils consistent à empêcher les salariés qui le désirent de travailler et de susciter le chaos et l’arrêt de l’économie dans notre pays. Les blocages et la pénurie d’essence sont à ce titre intolérables. Or, voilà deux semaines que la France s’installe dans le chaos, entre grèves, manifestations et blocus. » Un appel clair à durcir la répression, quelle que soient les critiques verbales par ailleurs formulées à l’encontre de la politique gouvernementale.  

Les identitaires dans les rues

Un autre courant d’extrême droite demande, lui aussi, de durcir la répression. Cette fois-ci, surtout à l’encontre de la jeunesse, et en particulier de sa fraction populaire et d’origine immigrée.
Le Bloc identitaire et ses groupes de jeunesse (« Jeunesses Identitaires », « Projet Apache », « Rebeyne ! » à Lyon) ont ainsi manifesté, vendredi 22 octobre à Lyon et samedi 23 octobre à Paris, pour dénoncer surtout une partie - la plus révoltée - de la jeunesse.
A Lyon, selon ses propres chiffres, 150 à 200 manifestants du Bloc identitaire aurait marché le vendredi après-midi de la place Carnot à la place Ampère « afin de protester contre l’inaction des forces de l’ordre contre la racaille ». En toile de fond, les images télévisées du mardi 19 octobre qui montraient des scènes opposant des « casseurs » aux forces de l’ordre. (En réalité, des phénomènes bien différents ont été mis sous cette appellation faussement unificatrice. Il y a eu quelques scènes de pillage dans des magasins, bien sûr critiquables ; mais la plupart des « casseurs » jugés dans les jours suivants à Lyon furent plutôt poursuivis pour avoir résisté ou riposte à la violence policière. Plusieurs jeunes personnes présentées au juge en comparution immédiate furent, par exemple, poursuivies pour avoir renvoyé une grenade lacrymogène qui avait attiré devant leurs pieds.) Un tract de la mouvance identitaire, diffusé à l’occasion, proclamait : « Ils brûlent les voitures, pillent les commerçants, agressent nos filles, insultent notre pays… Offrons-leur le retour au bled ! » La désignation des jeunes d’origine immigrée, la visée raciste ne laissaient ainsi aucune place au doute.
Un nombre à peu près égal de contre-manifestants firent face aux « jeunes identitaires » marchant dans Lyon, mais les premiers ont été vite dispersés par les forces de l’ordre. La police a par ailleurs, également, fini par embarquer les militants « identitaires » dans des bus pour les amener à un contrôle d’identité au poste de police. Sur le site Internet Rebelles.info - très proche de la mouvance identitaire, mais qui publie aussi des articles d’auteurs de droite bien en vue (Eric Zemmour, Ivan Rioufol) « avec l’autorisation de l’auteur » -, il est ainsi affirmé que « la police a ainsi empêché la résistance de faire le ménage et le travail qu'elle est incapable d'accomplir ». C’est, certes, du verbiage creux (vu par exemple que les contre-manifestants étaient légèrement supérieurs en nombre), mais témoigne néanmoins d’une disposition à la violence assez inquiétante.
A Paris, le lendemain, ils seront 500 selon leurs propres chiffres - 250 à 300 selon l’AFP - à suivre un appel à manifester sous le mot d’ordre « Une autre jeunesse ». Cette fois-ci, sans incidents et sous des slogans tels que « Jeunesse, jeunesse, anti-racaille ». Un article publié sur Rebelles.info à la date du 24 octobre 2010 conclut d’ailleurs, sur une tonalité pseudo-rebelle, mais très clairement sans aucun contenu social : « Une jeunesse qui se bat aujourd’hui contre des menaces d’aujourd’hui, sans se préoccuper d’un indice retraite qu’elle ne touchera de toute manière sans doute pas en 2040 ou 2050. » 

VISA

En septembre 2015, VISA publiait le 1er tome de « Lumière sur mairies brunes ». Il recensait tous les faits et méfaits de la 1ère année de l’extrême droite aux pouvoirs dans les villes qu’elle occupe. Pendant les deux années suivantes, VISA a poursuivi ce travail de « mémoire ».

Pour mettre en pleine lumière les origines véritablement fascistes du Fn et de toute l’extrême droite, rien ne vaut un recensement exhaustif, méticuleux et daté.

Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre donc la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

« Lumière sur mairies brunes », c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS
Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

04.10.2017 - 17:55

Le départ de David Rachline du Sénat a ouvert la voie à un imbroglio dont seul le Front national a le secret. En vertu du respect du non-cumul des mandats, le maire de Fréjus a quitté son poste de sénateur du Var, qu’il avait obtenu en 2014. La candidate en deuxième position sur la liste...

04.10.2017 - 17:55

Henri Guaino se définit aujourd’hui comme un homme « libre ». « Encore plus libre qu’avant », précise même l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Elysée (2007-2012). L’ex-député (Les Républicains) des Yvelines, qui officie désormais...

26.09.2017 - 11:42

Fil d'informations RESF

1 – Intro et journal Rassemblement devant la préfecture de Créteil, l'inauguration de l'annexe du Tribunal de grande instance (TGI) de Bobigny, au bord des pistes de l'aéroport de Roissy … http://anafe.org/spip.php?article437 Durée : 11:23 2 – En direct de Clermont-Ferrand et ailleurs ; Afghans en...
21.10.2017 - 13:08
L'Assemblée des Départements de France était en congrès à Marseille, les 19 et 20 octobre 2017. Son président s'est exprimé pour une demande de prise en charge des mineurs par l'État. (Cliquer pour lire le texte.) : La réponse du Premier Ministre :
21.10.2017 - 09:25
Rodiat est ivoirienne. Elle a fui son pays craignant de fortes représailles de la part de sa famille qui la destinait à un mariage forcé alors qu'elle était enceinte de l'homme qu'elle aimait. Elle arrive en France en passant par l'ltalie où ses empreintes sont enregistrées. Elle se retrouve à la...
20.10.2017 - 18:35
M. Afrim MURSELI et sa compagne Mme. Gjylije TERSTENA ont demandé asile en France en 2010. Ils avaient quitté le Kosovo, leur pays natal, dans d'extrêmes difficultés pour fuir les menaces de membres de leur famille. Depuis leur arrivée en France sont nés leurs quatre enfants Merisa, Kumrije et les...
20.10.2017 - 18:07
Nous, l'équipe éducative et les camarades de lycée de BAKARY ainsi que ses soutiens associatifs demandons l'annulation de l'obligation de quitter le territoire délivrée par le préfet de Seine saint Denis. Bakary, de nationalité malienne, est arrivé en France en juin 2014, alors âgé de 15 ans et...
18.10.2017 - 19:56
Pétition à signer http://resf.info/P3228 L'élève, né en Côte-d'Ivoire, est arrivé en France en février. L'agence sociale à l'enfance demande son renvoi vers Lyon (Rhône). La récréation matinale a été mouvementée au lycée Jean-Monnet, à Moutrouge. Ce lundi, une trentaine de professeurs et d'élèves...
17.10.2017 - 16:04
En avance sur leur plan Migrants, Macron et Collomb font le plein dans les centres de rétention. Qu'ils démembrent des familles, brisent l'avenir de jeunes courageux, ratissent large pour faire marcher la machine à expulser. Les vies brisées, ce n'est pas leur problème. C'est le nôtre, et de la...
17.10.2017 - 14:02
Suggestion de texte : Vous pouvez évidemment le modifier à votre guise…. tout en contrôlant votre expression écrite…. Préfet : Michel DELPUECH Fax cabinet du préfet : 01 53 71 67 23 Mail préfecture de police de Paris : pp-dpg-sdae-secretariat@interieur.gouv.fr EXPULSION PROGRAMMEE D'UN PAPA CHINOIS...
16.10.2017 - 21:24
http://enfantsetrangers.hautetfort.com Le Collectif Enfants Etrangers Citoyens Solidaires et MOBILISATION pour mettre à l'abri une famille en demande d'asile venant du DARFOUR DU DARFOUR AUX RUES NANTAISES Partie du Darfour en mai 2016 la famille ARABI a traversé la Libye puis la Méditerranée jusqu...
16.10.2017 - 12:34
Avec Steve Irakoze, intervenant au CRA du Mesnil-Hamelot et Medhi Dimpré, militant calaisien. 1 – Intro et journal durée : 08:09 2 - La France et l'Europe accélèrent les expulsions vers l'Afghanistan Steve Irakoze, intervenant au CRA du Mesnil-Hamelot parle du rapport conjoint de Amnesty...
15.10.2017 - 22:10

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

16.10.2017 - 13:13
09.10.2017 - 14:44
Ne dites plus « mineur isolé étranger » mais « mineur non accompagné ». – Ah bon ? mais qu'est-ce que ça change ? – Lors du comité de suivi du 7 mars 2016, le garde des Sceaux a souhaité modifier la dénomination de MIE en MNA pour être en adéquation avec la directive européenne, mettant ainsi l'...
gisti
20.10.2017 - 11:43
En décembre 2014, le conseil départemental de la Manche a décidé de réformer les aides accordées aux jeunes majeurs. Ces aides, souvent appelées « contrat jeune majeur », sont fondées sur plusieurs dispositions de Code l'action sociale et des familles. Tirant argument du fait qu'il s'agit d'une...
gisti
18.10.2017 - 13:48

COMMUNIQUE

Paris le 15 octobre 2017

 

Il est bien le président des riches :   Il maintient la...
dal
16.10.2017 - 13:13
Accords de réadmission, de coopération, Migration Compact, accords bilatéraux… Depuis plusieurs années, on assiste à une prolifération des accords passés par l'Union européenne (et ses États membres) avec les pays d'émigration et qui ont pour finalité de stopper les flux de migrations aux portes de...
gisti
13.10.2017 - 13:37
Session de 2 jours, le 12 octobre 2017 - [Autres Formations]
gisti
12.10.2017 - 08:30
Migreurop demande l'arrêt immédiat de toutes les collaborations initiées par l'Union européenne et ses Etats membres avec la dictature d'Omar El-Béchir et avec tout Etat qui bafoue les droits fondamentaux. Lorsqu'il s'agit d'expulser des étrangers jugés indésirables, rien ne semble devoir arrêter l...
gisti
11.10.2017 - 16:40
Paris:

 

Mulhouse:

...

dal
09.10.2017 - 14:44

COMMUNIQUÉ Montreuil le 8 octobre 2017

 

Expulsion de 45 personnes à Montreuil (93)

 

Les habitants du 30 rue Gambetta, dans le bas Montreuil (93), ont été expulsés par la police dans la matinée du vendredi 6 octobre.

Ils habitaient...

dal
08.10.2017 - 17:50
Session de 2 jours, le 5 octobre 2017 - [Autres Formations]
gisti
05.10.2017 - 08:30

COMMUNIQUE Lundi 2 octobre 2017

Expulsion à Mée-sur-Seine, Melun 77 Une femme et son fils de 10 ans diabétique handicapé bientôt expulsée de leur HLM !

 

Au Mée-sur-Seine, proche de Melun (77) Madame B., et son fils diabétique et atteint de la maladie...

dal
03.10.2017 - 13:59

 

Hôtel-Dieu – Après le chantage au gel des relogements, la Préfecture a cédé grâce a la mobilisation des mal logés solidaires : les 12 familles et ménages menacées d’expulsion ont un hébergement stable des ce soir, et seront si besoin rapprochées de Paris. Un toit...
dal
30.09.2017 - 10:48
Signez la pétition! Pas d’économies sur le dos des locataires! http://vivelapl.org/

 

 

APPEL COMMUN...
dal
28.09.2017 - 12:01
The European Court of Human Rights has announced in september 2017 it would examine the complaint lodged over a year ago by 51 Afghani, Syrian and Iraqi asylum seekers (including many children) who were at the time forcibly retained on the island of Chios (Aegean Sea, Greece) in the so-called «...
gisti
27.09.2017 - 18:10
La Cour européenne des droits de l'homme vient d'annoncer qu'elle allait examiner la requête déposée voici plus d'un an par 51 personnes, demandeuses d'asile, de nationalités afghane, syrienne et irakienne (parmi lesquelles de nombreux mineurs) alors qu'elles étaient maintenues de force dans une...
gisti
27.09.2017 - 17:36

Toulouse, le 26 septembre 2017 

 

A Toulouse, expérimentation du plan « Nettoyage d’abord ! »

 

Ce lundi 25 septembre à 22h, les polices...

dal
26.09.2017 - 19:44
portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel relatif aux étrangers sollicitant la délivrance d'un visa, dénommé France-Visas Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, notamment ses articles L.211-1, L. 611-6 et L.611-7 Code de procédure pénale...
gisti
26.09.2017 - 17:28

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier