Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
La Mairie de Bollène (ligue du Sud) envisage, pour des projets immobiliers, de vendre le stade de Bollène-Ecluse, dit des Tamaris, qui est pourtant le dernier équipement public significatif d'un quartier populaire, excentré.    Le stade est une ressource importante pour l’école publique des Tamaris : les enseignants l'utilisent fréquemment pour les activités sportives des élèves, l’éducation physique et sportive étant un aspect indispensable des apprentissages et du développement des élèves, inscrit dans tous les programmes scolaires. La cour de l’école, du fait de sa taille et de son état général, ne pourrait s'y substituer et assurer des conditions de sécurité correctes.    Le stade des Tamaris est la seule structure sportive à proximité de l’école, avec un accès direct, qui permet aux enseignants et aux élèves de s'y rendre facilement, sans coût pour l’école, sans avoir besoin de solliciter des parents-...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
La Maison des Potes vous invite à participer le 21 mars 2017 de 14h à 22 h, au colloque "Unis pour l'Egalité, contre le FN" à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d'Eau 75010 Paris (Metro République).    Le 21 mars, journée internationale de lutte contre le racisme, nous voulons débattre avec des syndicats de travailleurs, les associations de défense des droits de l'homme et de lutte contre le racisme, avec les militants et responsables politiques fidèlement mobilisés contre la préférence nationale et le racisme.   A chaque étape du "Grand Paris de l’Égalité" du 21 février au 21 mars, les marcheurs des Maisons des Potes vont à la rencontre des associations, des élus progressistes pour partager des revendications communes pour l'égalité, contre le racisme et les discriminations. Avec nos tracts et nos affiches "Unis pour l’Égalité" nous faisons campagne pour le droit de vote des étrangers, l'...
Même si vous savez très bien pourquoi le Front national est d’extrême droite, VISA vous signale la conférence que la CGT organise, à son siège, le mardi 14 mars : "Pourquoi le Front national est-il d’extrême droite ?". Une petite et salutaire mise au point face à l’entreprise de dédiabolisation du FN qui est à l’œuvre.
Le FN a fait connaître son intention d’organiser une réunion publique en présence de Marion Maréchal Le Pen à Bayonne le mardi 11 avril prochain. (…) Aujourd’hui le FN représente une réelle menace pour la société. Le projet de société proposé par Marine Le Pen et son parti porte en lui un retour en arrière considérable. Malgré ses tentatives de toilettage afin de devenir un parti présentable qui prétend défendre les intérêts des « petits » contre les « grands », son idéologie n’a pas changé : intolérance, exclusion, rejet des libertés publiques… Les villes gérées par le FN en sont la preuve. Le FN n’est pas un parti « anti-système » comme il le prétend, au contraire le projet qu’il porte ne remet aucunement en cause le libéralisme qui concentre les richesses dans les mains d’une minorité et produit des effets dévastateurs sur le plan écologique, social et économique mettant en jeu le droit des...
La CGT-PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) des Bouches-du-Rhône a tenu son congrès fin 2016.Nous reproduisons ici une motion unanime contre l'extrême droite et un tract dénonçant le racisme dans les services!
Le SNUI-PP FSU a produit en ce mois d'avril un nouveau tract en 4 pages, pour expliquer pourquoi le FN est le pire ennemi de l'école publique !
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Le FN contre les droits des salariés et les syndicats

Le parti Lepéniste est par nature farouchement opposé au syndicalisme et aux droits fondamentaux des salariés. Cependant, pour mieux tromper les salariés, dans les années 1990, à l’époque où Mégret était encore numéro 2 du F.N., ce parti a tenté de promouvoir des « syndicats » FN dans la Police, chez les gardiens de prison, et dans les transports publics, notamment à Lyon. Les réactions syndicales et les jugements des tribunaux qui ont suivi ont heureusement bloqué ces velléités.

Le FN veut « simplifier » le code du travail

Le FN ne dit pas tout aux salarié-e-s. Dans son programme, il préconise la simplification du Code du travail (vieux serpent de mer qui revient aussi, de façon récurrente, dans certains discours patronaux ou de représentants de la droite classique). Simplification non pas en faveur des salarié-e-s, mais pour « libérer le travail des entreprises de l'étatisme », dit le FN. Et laisser place nette aux négociations de branche.

Outre les attaques portées contre les syndicats et la défense d'un système corporatiste « de branche », source en soi d'inégalités entre les salarié-e-s dès lors qu’il n’y aurait plus de socle minimum de droits et de garanties assurés par la loi, le FN vise à casser le socle fondateur du droit du travail. Il ne dit pas précisément sur quels points une simplification s'impose. Mais on peut s'attendre, à l’évidence, à ce que le droit du licenciement, les règles relatives au salaire minimum garanti, à la formation professionnelle, aux droits des travailleurs-euses privé-e-s d'emploi seraient transférés aux branches. Ainsi, il n’y aurait plus de protection générale : chaque salarié-e devra se référer à des accords collectifs de branche  minima.

A noter aussi que le Front National, dans son programme ou ses interventions publiques, ne parle que rarement des conditions de travail, de la santé et la sécurité des salarié-e-s. Ou alors, quand il le fait et s’érige de façon démagogique en « meilleur défenseur des travailleurs français », il concentre le tir sur le seul problème de la sécurité ; et présente ce dernier uniquement par le prisme des menaces extérieures. Ainsi le FN a-t-il tenté, depuis la fin des années 1990 et jusqu’à récemment (au printemps 2010), de s’adresser aux travailleurs-euses des transports publics sous l’angle de la « sécurité », qui serait menacée par les habitants des quartiers populaires ou des banlieues. A l’occasion, le FN a pris appui, pour diffuser son discours, sur des incidents réels. Simplement, à chaque fois, il « oublie » de préciser que le problème essentiel provient des réductions de personnel effectuées par les directions d’entreprise : un conducteur-une conductrice de bus seul-e à bord du véhicule, est autrement plus exposé-e à tout type  d’agressions qu’accompagné-e d’un-e collègue dans son travail. Le FN, quant à lui, préfère l’agitation pour présenter les habitants des quartiers populaires (surtout la partie d’entre eux et elles qui est d’origine immigrée) comme « dangereux par nature ».

Nous rappelons que le mouvement syndical s'est toujours battu pour un Code du travail unique, défenseur des droits collectifs des salarié-e-s, contre les inégalités de branche et l'individualisation des droits, pour la protection de droits minimaux contre les licenciements, les accidents du travail, et pour rappeler les obligations de l'employeur en matière de risques liés aux conditions de travail.

Le programme du FN, contrairement aux idées qu'il voudrait diffuser auprès des salariés, c'est l'allégeance aux besoins des entreprises, cassant le peu de droits collectifs acquis de haute lutte, au profit d’une « régulation » qui ramène chaque salarié à son entreprise ou à sa branche professionnelle. C'est aussi la préférence aux patrons, à la libéralisation du travail. Et la marche au pas... Comme le rappelait Jean-Marie Le Pen dans son discours au conseil national du F.N le 13 février 2010 : « Notre conception de la société réinstaurera le primat du travail et de l’effort sur l’oisiveté et l’hédonisme

Le FN contre les syndicats et la représentation du personnel, pour le corporatisme

Pour le FN, comme il l'écrit lui-même dans la partie de son programme concernant les « acteurs économiques », les syndicats de salariés seraient  « archaïques et non représentatifs » ; ils feraient partie de ces maux qui « asphyxient l’entreprise française ».

Sur ce point, le FN reprend une vieille vision patronale : l'entreprise française ne serait pas compétitive, au niveau mondial, en partie à cause des résistances syndicales à toute tentative de démantèlement des statuts sociaux, des mouvements de lutte, des combats pour l'emploi ou l'augmentation des salaires.

En outre, dans la même partie du programme, le FN donne un point de vue plus développé : « Enfin, le syndicalisme français, dévoyé et moribond, est quant à lui une des causes du blocage de notre économie et un des obstacles majeurs aux réformes nécessaires de la société française (retraites, Sécurité sociale, fonction publique, formation professionnelle, Code du travail,…). Partisans presque exclusifs de la stratégie de rupture (grèves et opposition systématique à tout changement), ceux-ci interdisent de fait les négociations collectives par branches d’activité, seuls facteurs réels et concrets de dialogue social. »

Ainsi, non seulement, le FN rend responsables les syndicats de l'absence de compétitivité des entreprises françaises, mais il les désigne comme instigateurs de prétendus « blocages de réformes nécessaires ». Un point de vue que ne démentiraient pas les ultralibéraux, alors que ces derniers aiment parfois  montrer du doigt ce parti pour mettre en exergue les « dangers du populisme ». Un terme sous lequel ils mettent, pêle-mêle, les syndicats et mouvement sociaux, les résistances des travailleurs dans les entreprises, et l’extrême droite raciste, afin de dénoncer toute critique du libéralisme économique qui représenterait « le meilleur des mondes possibles ». Or, sur « les réformes nécessaires » et la dénonciation des « blocages » qui les freineraient, ces deux visions du monde peuvent se rapprocher voire se rejoindre.

Ce que souhaite établir le programme du FN au niveau des branches professionnelles, se dessine de la manière suivante : la mise en place « d’organisations professionnelles par branches, intervenant directement en matière de formation professionnelle, de recherche et émettant des avis sur les grandes questions telles que les délocalisations et les négociations avec la Commission de Bruxelles et l’OMC. ». Cela ressemble beaucoup à des corporations au sens pré-capitaliste ou encore au sens de la « Charte du travail » du 4 octobre 1941, reflétant un prétendu « intérêt général » d’un secteur économique ou « de métier », réunissant patrons et salariés. En tout cas, ça y ressemble beaucoup plus qu’à un syndicat qui représente les travailleurs dans un rapport de forces (pouvant prendre la forme du conflit ou de la négociation) vis-à-vis du patronat. Surtout, ces « organisations professionnelles », ressemblant quand même quelque peu aux « comités de production » instaurés sous le régime de Vichy, seraient là pour défendre un « intérêt national » vis-à-vis des intérêts économiques d’autres pays... puisqu’ils devraient surtout s’exprimer dans le cadre de négociations pouvant opposer les secteurs économiques de différents pays. Nous sommes donc proches, ici, de l’idée d’une représentation organisant la défense nationale dans le cadre de la guerre économique internationale. Ce mode d’organisation, corporatiste, n’est certes pas (ultra-,néo-)libéral, puisqu’il se distingue de cette idéologie sur plusieurs points dont le refus de l’individualisme forcené prôné par l’ultralibéralisme ; mais il est aussi très loin d’être un instrument du progrès social ou de l’émancipation des travailleurs.

En effet, la négociation par branches, avec des syndicats corporatistes, telle que conçue par le programme du FN, conduit nécessairement à des salaires inégaux, des statuts différents, une protection conventionnelle  minima, négociée par des syndicats défendant uniquement des intérêts particularistes au détriment d’une solidarité plus générale entre les travailleurs-euses. Même si la vision du FN (avec sa priorité donnée à la branche professionnelle) se distingue de certaines visions néolibérales, préconisant soit le recours au seul contrat individuel employeur/salarié-e soit la préférence donnée aux seuls accords d’entreprise, il est loin de la défense des intérêts des travailleurs. En effet, en lieu et place d’une solidarité des salariés, cette vision cherche uniquement à promouvoir des intérêts catégoriels, combinés à un soi disant « intérêt national », opposé aux intérêts d’autres pays.

Syndicalistes, nous opposons à cette vision d’une « régulation » par branches, l'harmonisation des statuts et des salaires par le haut, en usant des moyens d'action que nous jugeons nécessaires en fonction du rapport de force à établir.

Le FN contre le droit de grève

Pour finir, le FN est plutôt hostile à l’exercice du droit de grève, arme  importante dont disposent (encore) les travailleurs-euses alors que le rapport de force avec la patronat s’est beaucoup dégradé par ailleurs. Le parti d’extrême droite a régulièrement dénoncé les mouvements de grève, présentés comme des « prises d’otages » (à l’unisson d’un discours pro-gouvernemental ou ultralibéral, d’ailleurs). Ainsi, pendant la grande grève des services publics en novembre/décembre 1995, l’hebdomadaire du FN d’alors (« National Hebdo ») a trouvé ce titre, en décembre 1995 : « (Louis) Viannet et (Marc) Blondel en prison, ça en réjouirait plus d’un ». Même si cela a entraîné par la suite, un débat au sein du parti d’extrême droite, des courriers de lecteurs désavouant la prise de position du journal, et le « délégué général » du FN de l’époque – Bruno Mégret – allant par la suite « draguer », dans « Le Monde » (du 13 février 1996), les salarié-es qui avaient suivi les mouvements sociaux.
Encore très récemment, en avril 2010, le FN a dénoncé un mouvement de grève des  cheminots, en ces termes : « En pleine crise économique, en pleine crise du trafic aérien, en plein retour de vacances de centaines de milliers de Français et de touristes étrangers, une minorité de syndicalistes d’extrême gauche se permet le luxe de paralyser les chemins de fer pendant près de 2 semaines ! Outre le chantage permanent qu’elles constituent, ces grèves à répétition d’une caste de privilégiés et professionnels de l’agitation anarcho-marxiste sont une honte alors que des millions de Français sont au chômage, souffrent de précarité et de pauvreté ! Cette prise d’otages permanente des citoyens et survivants de la crise économique doit cesser immédiatement ! Mais que fait le gouvernement contre ces intolérables atteintes à la liberté de circuler et de travailler dignement ? Rien. » Dans la même déclaration, le FN a émis des conditions à l’exercice du droit de grève, qui le rendraient de fait quasiment inutilisable et soumettraient son exercice à l’appréciation – plus ou moins arbitraire – des juges qui devraient statuer sur la légitimité ou l’opportunité des revendications : « Si le Front National est favorable au droit de grève fondé sur des revendications réalistes et justes d’un nombre conséquent de travailleurs, il refuse par contre les agissements illégitimes et le blocage systématique d’une poignée de gauchistes professionnels ».
Mais lorsqu’il s’agit de promouvoir sa démagogie sécuritaire auprès des salarié-e-s (voir plus haut), le FN n’hésite pas à déclarer « soutenir » des débrayages dans des entreprises de transport, par exemple à Montpellier. Il s’agissait, en effet, de soutenir (ou approuver) des mouvements axés sur des problèmes « de sécurité », tout en les orientant dans un sens idéologique déterminé (« insécurité », prétendument caractéristique de certaines populations) au lieu de soulever prioritairement la question des effectifs et des conditions de travail.

En outre, nous notons que le FN ne se préoccupe pas de la réalité du travail des salarié-e-s : son programme ne comporte en effet pas une ligne sur les conditions de travail ou les accidents du travail, sur lesquelles les syndicalistes se battent au quotidien pour éviter que leurs collègues ne bousillent leur vie à la gagner.

Enfin, nous soulignons que le FN, malgré ses grandes théories sur la négociation de branche, et l'hypothétique convergence patronat-salariés pour l'intérêt supérieur de la nation, ne fait aucun constat ni aucune proposition sur le lot commun de milliers de salarié-e-s : les emplois précaires (temps partiels, contrats à durée déterminée, intérim) qui entraînent pour nombre d'entre nous la chute dans la pauvreté, l'obligation d'accepter des conditions de travail déplorables ou de « la fermer » pour obtenir un prochain emploi.

Nous, syndicalistes, défendons des statuts garantissant la protection des salarié-e-s et leurs salaires, pour conserver des acquis sociaux et la protection sociale, de manière collective, par les moyens que nous jugeons nécessaires. Nous opposons notre conception de la solidarité à la vision corporatiste et pro-patronale du FN.

VISA
 

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

10.04.2017 - 16:02

Marine Le Pen espère une vague de ralliements en vue des élections législatives des 11 et 18 juin, mais, pour l’instant, ces derniers se font au compte-gouttes. Selon nos informations, qui confirment celles du site d’info locale...

10.04.2017 - 16:02

Benoît Loeuillet, entouré de Marion Maréchal-Le Pen et Olivier Bettati pendant la campagne des régionales 2015 (crédit : Olivier Faye)

Depuis son accession à la tête du Front national, en 2011, Marine Le Pen assure avoir fait le ménage parmi...

15.03.2017 - 16:11

Fil d'informations RESF

1 – Intro durée : 05:18 = = = = = = = = = = = = = = = = 2 - « Sursaut Citoyen » Avec Nina Marx (CCFD) par téléphone Une cartographie collaborative et un répertoire à vocation de mettre en lumière toutes les initiatives de personnes, de collectifs citoyens ou d'associations qui viennent localement...
22.04.2017 - 14:37
En pièce jointe voici le premier numéro du tout nouveau Journal de RESF69.
21.04.2017 - 16:38
assure le lien avec de site de l'AME ; cet article a une date de publication qui est mise à jour par la syndication avec le site de l'AME
21.04.2017 - 08:36
Le Juge des libertés et de la détention du Mesnil-Amelot a rendu la justice… M. S. et ses fils K. (23 ans) et L. (20 ans) sont emprisonnés au Centre de rétention du Mesnil-Amelot depuis un mois. Ils y resteront 15 jours de plus s'ils ne sont pas expulsés avant. Comme ils ont déjà refusé d'embarquer...
20.04.2017 - 00:08
Nous, signataires de cette pétition, demandons l'annulation de l'obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui frappe un lycéen de l'EREA Alexandre Dumas à Paris 15ème. Nous, signataires de cette pétition, demandons l'annulation de l'obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui...
19.04.2017 - 21:04
21 avril : Monsieur S. et ses fils K.(23 ans) et L. (20 ans) ont été expulsés ce matin par avion spécial. Sa femme reste seule en France avec son fils de 12 ans. 20 avril : Il faut sauver la famille ! Deuxième tentative d'expulsion prévue pour l'Albanie vendredi 21 avril semble t-il à 7 h du matin...
18.04.2017 - 20:46
20 avril : Il faut sauver la famille S. ! Deuxième tentative d'expulsion prévue pour l'Albanie vendredi 21 avril semble t-il à 7 h du matin Hier 19 avril, le père et ses deux fils, K., âgé de 23 ans, et L., 21 ans, scolarisé au Lycée Louis Blériot de Suresnes, ont été maintenus en rétention lors de...
18.04.2017 - 14:20
1 – Introduction Télécharger 2017-04-05%20RESF%20sur%20FPP%20431%20-%201%20Intro.mp3 ( 3.7 Mo ) 1 – Introduction Durée : 04:02 = = = = = = = = = = = = = = = = = 2 – L'intervention de Cédric Herrou lors la réunion publique « Migrants bienvenus » à Vitry sur Seine samedi 1er avril
18.04.2017 - 14:51
Ce mercredi 12 avril, un Erythréen présent depuis plusieurs mois rue Pajol, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, s'est tranché la gorge. Avec les moyens du bord : une bouteille cassée. Il a été hospitalisé en urgence à l'hôpital Lariboisière, grâce à l'intervention d'un riverain. Il dormait à...
16.04.2017 - 22:33
Anima'Sion : l'accueil de jeunes migrants, avec Maurine Coucher Présentée par Melchior Gormand
15.04.2017 - 15:56

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

  Samedi 29 avril 8h à Paris (Lieu du RV transmis le 24 avril)

Les mal logés et les sans logis, avec la fanfare invisible, de nombreuses casseroles, sifflets et autres instruments,...

dal
24.04.2017 - 10:22

COMMUNIQUE Paris le 21 avril 2017

 

Les expulsions illégales continuent malgré la loi !

Environ 200 locataires et mal logés ont manifesté mercredi...

dal
21.04.2017 - 12:27
Monsieur le ministre de l'intérieur, L'ouverture de la salle d'audience « délocalisée » du tribunal de grande instance de Bobigny dans la zone aéroportuaire de Roissy Charles de Gaulle est annoncée pour le mois de septembre prochain en vue d'y faire comparaître les personnes dont la prolongation du...
gisti
20.04.2017 - 15:35
Source: Halem La Charte d’Essonne ou la chasse aux sorcières

mardi 18 avril 2017

Au nom de l’écologie, la préfète de l’Essonne organise une chasse aux pauvres L’...
dal
19.04.2017 - 16:42
gisti
13.04.2017 - 10:19
Ce jeudi 13 avril, dix associations et syndicats mettent en ligne les vidéos du tribunal d'opinion pour les droits des enfants Roms qui s'est déroulé le 27 juin 2015 à Saint-Denis (93). La question posée par ce procès était celle des responsabilités des pouvoirs publics dans les violations de leurs...
gisti
13.04.2017 - 09:39
Abandonner un gamin à la rue, ce n'est pas le « délaisser » au sens de l'article 223-3 du code pénal : telle est la subtile nuance que la cour d'appel de Paris invoque pour absoudre ceux qui ont refusé d'en assumer la charge. Livré à lui-même dans les rues de Paris depuis une semaine, un jeune...
gisti
12.04.2017 - 17:46
Les deux documents ci-dessous ont été transmis aux candidats à l’élection présidentielle: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup —>...
dal
07.04.2017 - 19:43
L'Observatoire de l'Enfermement des Etrangers vous invite à une réunion publique sur le contrôle et l'internement des Tsiganes en France. La réunion se tiendra dans les locaux de la Ligue des droits de l'Homme 138 rue Marcadet 75018 Paris (Métro : Ligne 12, arrêt Lamarck-Caulaincourt) Afficher une...
gisti
05.04.2017 - 18:00
Première expulsion sans relogement d’un locataire prioritaire DALO à PARIS Rassemblement / raffut Mercredi 5 avril 15h , Place Louis Lépine (sortie M° Cité )

  Mardi après midi, un locataire d’une résidence Richemond (RIVP), a été expulsé dans le 13e arrondissement, car il ne répondait...

dal
05.04.2017 - 13:01

 

COMMUNIQUE

Paris, le 3 avril 2017

Fin de la trêve hivernale des expulsions : A PARIS, les...

dal
03.04.2017 - 18:36
2 documents ci-dessous: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup

—> ici

 

Les...
dal
01.04.2017 - 09:46
Session de 2 jours, le 30 mars 2017 - [Autres Formations]
gisti
30.03.2017 - 08:30
portant diverses dispositions relatives à l'allocation pour demandeur d'asile Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le 1er avril 2017. Notice : les articles 1er à 4 du décret complètent la partie réglementaire du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile pour y...
gisti
29.03.2017 - 18:39
On s’installe et on bouge plus ! Jeudi 30 mars à 15h place de la République     Contre les expulsions, et le logement cher Pour le Droit Au Logement et le respect des lois :

Des locataires menacés d’expulsion, avec des sans logis et des mal logés, souvent prioritaires DALO, s’...

dal
29.03.2017 - 16:04
Avec la mise en place de la CMU, l'assurance maladie s'est vu confier une nouvelle mission : l'assistance, soit la prise en charge de bénéficiaires non cotisants. Pour faire face à l'arrivée de ces publics précaires, « étrangers » ou perçus comme tels, à ses guichets, sans obérer la « performance...
gisti
29.03.2017 - 11:42

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier