Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
La Mairie de Bollène (ligue du Sud) envisage, pour des projets immobiliers, de vendre le stade de Bollène-Ecluse, dit des Tamaris, qui est pourtant le dernier équipement public significatif d'un quartier populaire, excentré.    Le stade est une ressource importante pour l’école publique des Tamaris : les enseignants l'utilisent fréquemment pour les activités sportives des élèves, l’éducation physique et sportive étant un aspect indispensable des apprentissages et du développement des élèves, inscrit dans tous les programmes scolaires. La cour de l’école, du fait de sa taille et de son état général, ne pourrait s'y substituer et assurer des conditions de sécurité correctes.    Le stade des Tamaris est la seule structure sportive à proximité de l’école, avec un accès direct, qui permet aux enseignants et aux élèves de s'y rendre facilement, sans coût pour l’école, sans avoir besoin de solliciter des parents-...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
La Maison des Potes vous invite à participer le 21 mars 2017 de 14h à 22 h, au colloque "Unis pour l'Egalité, contre le FN" à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d'Eau 75010 Paris (Metro République).    Le 21 mars, journée internationale de lutte contre le racisme, nous voulons débattre avec des syndicats de travailleurs, les associations de défense des droits de l'homme et de lutte contre le racisme, avec les militants et responsables politiques fidèlement mobilisés contre la préférence nationale et le racisme.   A chaque étape du "Grand Paris de l’Égalité" du 21 février au 21 mars, les marcheurs des Maisons des Potes vont à la rencontre des associations, des élus progressistes pour partager des revendications communes pour l'égalité, contre le racisme et les discriminations. Avec nos tracts et nos affiches "Unis pour l’Égalité" nous faisons campagne pour le droit de vote des étrangers, l'...
Même si vous savez très bien pourquoi le Front national est d’extrême droite, VISA vous signale la conférence que la CGT organise, à son siège, le mardi 14 mars : "Pourquoi le Front national est-il d’extrême droite ?". Une petite et salutaire mise au point face à l’entreprise de dédiabolisation du FN qui est à l’œuvre.
Le FN a fait connaître son intention d’organiser une réunion publique en présence de Marion Maréchal Le Pen à Bayonne le mardi 11 avril prochain. (…) Aujourd’hui le FN représente une réelle menace pour la société. Le projet de société proposé par Marine Le Pen et son parti porte en lui un retour en arrière considérable. Malgré ses tentatives de toilettage afin de devenir un parti présentable qui prétend défendre les intérêts des « petits » contre les « grands », son idéologie n’a pas changé : intolérance, exclusion, rejet des libertés publiques… Les villes gérées par le FN en sont la preuve. Le FN n’est pas un parti « anti-système » comme il le prétend, au contraire le projet qu’il porte ne remet aucunement en cause le libéralisme qui concentre les richesses dans les mains d’une minorité et produit des effets dévastateurs sur le plan écologique, social et économique mettant en jeu le droit des...
La CGT-PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) des Bouches-du-Rhône a tenu son congrès fin 2016.Nous reproduisons ici une motion unanime contre l'extrême droite et un tract dénonçant le racisme dans les services!
Le SNUI-PP FSU a produit en ce mois d'avril un nouveau tract en 4 pages, pour expliquer pourquoi le FN est le pire ennemi de l'école publique !
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

« Alliance européenne des mouvements nationaux » : Les durs de l’extrême droite européenne se connectent

Bruno Gollnisch, vice-président du Front national et responsable des relations internationales, a diffusé la nouvelle dans un communiqué de presse daté du 25 février 2010 : «Le mouvement des étudiants nationalistes flamands, le NSV, a organisé hier à Gand (Belgique) un grand colloque sur l’Europe, auquel ont participé Nick Griffin, député européen et président du British National Party, Frank Vanhecke, député européen, ancien président du Vlaams Belang, Andreas Mölzer, député européen du FPÖ, rédacteur en chef du journal « Zur Zeit » et éditeur, et Bruno Gollnisch, pour le Front National». Le numéro 3 du FN précise que les quatre députés européens d’extrême droite «ont fait une analyse commune des dangers et défis auxquels sont confrontées les nations d’Europe, et notamment les dangers que font peser sur leur identité et leur indépendance l’immigration massive, la mondialisation économique et financière, et une construction européenne dévoyée». La rencontre, conclut-il, aura permis de «mesurer leurs convergences de vues quant aux réponses à apporter à ces défis», et souligné par ailleurs «la nécessité d’une coopération accrue entre nationaux de tous les pays d’Europe».

Quelques amis très « recommandables »

Précisons que la NSV (Nationalistische Studentenvereniging - Association des Etudiants nationalistes), mouvement estudiantin belgo-flamand, est une association aux traditions assez ouvertement pro-nazie et souvent traitée de «néonazie». En novembre 2009, elle avait obtenu sa reconnaissance officielle par l’université de Gand, avec subsides et droit à un local, ce qui a provoqué de vives protestations. Dans sa revue « Branding » (marée), la NSV met en avant son caractère «flamand, socialiste, national» ; sa précédente publication portait le nom de « Signaal », à l’instar d’une revue pro-hitlérienne qui était publiée en Belgique sous l’Occupation. Cette association a souvent participé à des commémorations à la mémoire de collaborateurs de premier ordre, tels que Léon Dégrelle, et elle exige dans son manifeste «l'amnistie inconditionnelle pour tous ceux qui, après la seconde guerre mondiale, ont été condamnés sur la base de raisons politiques». Bref, le caractère politique de ce mouvement étudiant – reprenant presque mot pour mot  l’appellation de la NSJV, une organisation flamande de jeunesse pro-hitlérienne sous l’Occupation – ne laisse guère de doutes à l’observateur. Si elle dépasse encore le Vlaams Belang (le parti « Intérêt flamand ») dans son extrémisme, l’association reste néanmoins liée au parti raciste et séparatiste belgo-flamand. Concernant Frank Vanhecke, il est l’ancien président de ce parti, démissionnaire en novembre 2009 suite aux graves conflits internes qui secouent ce parti depuis plusieurs mois.

Quant à Andreas Mölzer, rédacteur en chef du journal autrichien « Zur Zeit » (En ce temps), il est député européen représentant la tendance dure - plus ou moins ouvertement nostalgique du nazisme - du FPOe («Parti de la liberté d’Autriche»). Alors qu’il s’occupait d’une association d’universitaires proches du FPÖ, dans les années qautre-vingt-dix, l’annuaire de celui-ci publiait des textes très ouvertement pro-nazis. Ainsi, en 1995, on y trouvait un article, intitulé « Nationalisme contre internationalisme – ennemis mortels pour toujours ? », d’un universitaire de Münster, Werner Pfeifenberger, qui détaillait une vision de l’Histoire fondée entièrement sur l’idée d’un complot juif mondial, de la destruction de l’Empire romain par « la secte chrétienne » (d’origine juive, comme il ne manque pas de souligner, et utopiste-égalitaire) en passant par les Révolution française et juive (œuvre des franc-maçons et juifs) jusqu’à la destruction du « modèle social » allemand d’Hitler et Goebbels. Si son auteur s’est suicidé, en mai 2000, à la veille de son procès, Andreas Mölzer, lui, joue toujours un rôle important dans l’extrême droite autrichienne,  et, depuis quelques années, européenne. On voit ainsi que Bruno Gollnisch compte des amis très « recommandables », à l’échelle de l’Europe.

Leur rencontre récente, à Gand, n’est pas du tout un événement isolé. Les intéressés, ainsi que quelques autres amis très «respectables» du même acabit, cherchent ensemble depuis quelques années à construire une alliance transnationale de l’extrême droite européenne. Le FN français, le FPÖ autrichien et le Vlaams Belang belge ont ainsi travaillé ensemble en 2007 dans le groupe parlementaire (éphémère) « Identité, tradition, souveraineté (ITS) » au Parlement européen. Celui-ci n’existe plus. En janvier 2008, le FPÖ, le Vlaams Belang et le FN français avaient tenté de lancer en commun un « parti patriotique européen », à créer « avant la fin de l’année (2008) », mais cette annonce n’avait pas été suivie d’effet.

A l’heure actuelle, une partie des forces politiques présentes à Gand – en l’occurrence le FN et le BNP britannique  – adhèrent et appartiennent à une nouvelle structure transnationale de l’extrême droite : l’ « Alliance européenne des mouvements nationaux ». Celle-ci comptait initialement cinq partis fascistes (dont deux francophones, le FN et son homologue belge) ; cependant, d’autres partis politiques l’ont rejointe plus récemment. Mais actuellement, ni le FPÖ ni le Vlaams Belang n’ont font partie.

Naissance de l’Alliance

Ce nouveau regroupement transnational de partis fascistes fut lancé le week-end des 24 et 25 octobre 2009 à Budapest, en marge du sixième congrès du parti hongrois « Jobbik ». (Quoiqu’un site du FN ait annoncé dès le 6 octobre dernier : « Bruno Gollnisch lance une alliance européenne des mouvements nationaux », en attribuant tout le mérite – à leurs yeux – de la fondation « à l’initiative du FN », il semble bien qu’en réalité les Hongrois aient aussi joué un rôle assez central.  Ses premières réunions eurent lieu le 10 novembre dernier à Paris, se concluant par une conférence de presse de Bruno Gollnisch, et le 12 novembre à Bruxelles en tant que capitale européenne.

L’« Alliance européenne des mouvements nationaux »  a la forme d’une association dont les statuts ont été déposés à Strasbourg, selon le droit local spécifique applicable en Alsace et Moselle. L’un de ses objectifs est de rentrer dans le cadre juridique prévu par l’Union européenne pour un « parti politique à dimension européenne », qui ouvre droit à des subventions et à des moyens techniques importants au Parlement européen. (Cela dit, pour le moment, l’ « Alliance » ne remplit pas les conditions qu’exige ce statut ; elle ne satisfait notamment pas à la condition d’avoir 25 députés européens ou d’avoir obtenu au moins 3 % des voix dans un moins sept pays différents de l’Union. Sauf à connaître une expansion ultérieure. L’« Alliance » ne se définit cependant pas comme un parti politique (européen), mais comme une  sorte de confédération de partis nationaux, précisant qu’une autre solution serait contraire à ses convictions idéologiques.

Zoltan Balczo, vice-président du mouvement hongrois fasciste et antisémite « Jobbik » (dont le nom signifie « Le meilleur », abréviation du nom en entier « Alliance des jeunes de droite - Mouvement pour une meilleure Hongrie »), présenta la nouvelle structure à la presse lors du congrès de fondation. Son objet était, selon lui, « de protéger l’Europe contre l’impérialisme religieux, politique, économique et financier », celui prêté aux Autres (et non pas aux bourgeoisies européennes) bien entendu. La nouvelle alliance a adopté, lors de la réunion de Budapest, une déclaration programmatique en neuf points. Elle rejette l’Europe supranationale, en tout cas dans sa forme actuelle, tout autant que « les puissantes obscures du mondialisme » (voir site).

« Jobbik » et le FN

Le parti hongrois « Jobbik », connu pour sa violence (verbale et, parfois, physique) et dont la « Garde hongroise » paramilitaire a été dissoute par les autorités hongroises, sans pour autant cesser d’exister, constitue l’une des principales forces de la nouvelle Alliance. C’est, entre autres, pour cette raison que le lieu du congrès de fondation a été situé à Budapest.

La date, elle non plus, n’a pas été laissée au hasard : elle tombe dans la période où la Hongrie commémore l’écrasement du soulèvement d’octobre 1956 par les chars soviétiques tout autant que la date de l’écroulement de l’ancien système en 1989. La date-clé étant, dans les deux cas, le 23 octobre. (Quant au soulèvement de 1956, si celui-ci avait plutôt le caractère d’une révolte ouvrière contre la domination soviétique et stalinienne, les fascistes hongrois – autant que les nationalistes bourgeois – ont toujours tenté d’en récupérer la mémoire au nom d’un nationalisme anti-russe.) L’extrême droite s’active depuis de longues années autour de ces dates de commémoration. Jean-Marie Le Pen en personne avait d’ailleurs assisté à un rassemblement de l’extrême droite hongroise, fin octobre 1996 à Budapest, pour le quarantième anniversaire. Il y retourna le 23 octobre 2003. Cependant, Le Pen avait alors été invité par le « Parti de la vie et de la vérité » (MIEP, d’extrême droite) de l’écrivain antisémite Istvan Csurka. Ce dernier parti se trouve aujourd’hui marginalisé politiquement, alors que le mouvement « Jobbik », issu d’une scission du MIEP en 2003/04, a pris sa place dans le paysage politique en se montrant plus dynamique et plus jeune.

« Jobbik », qui a réuni 14,77 % des voix hongroises lors des élections européennes de juin 2009, est l’un des partis fascistes, en Europe, qui ont le plus le vent en poupe. L’une des raisons à cela réside dans le fait que la social-démocratie en Hongrie, actuellement au gouvernement, porte un double héritage : celui du régime du « socialisme réel » d’avant 1989 (puisqu’elle est issue de l’ancien parti dominant de cette époque), puis celui du néolibéralisme appliqué à partir des années 1990, qu’elle a contribué à mettre en œuvre en tant que parti au gouvernement. En Hongrie, c’est actuellement la droite, tout autant la droite classique – très nationaliste – du FIDESZ que l’extrême droite, qui a réussi à récupérer la colère sociale et à poser sur la place publique « la question sociale ».

« Jobbik » se distingue d’autres partis d’extrême droite en Europe qui sont forts sur le plan électoral, par sa place dans le paysage politique international. Ce mouvement ne dissimule pas son antisémitisme (à la différence de nombreux partis « postfascistes ») ; il ne soutient pas les positions « occidentales » par ex. dans l’appui à l’Etat d’Israël, qu’il abhorre (à la différence de la droite populiste néerlandaise de Geert Wilders, très pro-Isräel en même temps que fanatiquement islamophobe, ou de la droite postfasciste italienne de Gianfranco Fini). Le FN est lui-même extrêmement divisé sur ces questions de positionnement international – des positions d’une vieille droite colonialiste, souvent pro-israélienne, y côtoient celle du « nationaliste-révolutionnaire » Christian Bouchet qui soutient le régime iranien, mais son statut de relativement « infréquentable » du point de vue (majoritaire) des bourgeoisies européennes rapproche les deux partis.

Cependant, dans le milieu du FN, il y avait encore de la dispute (au début) sur l’investissement du parti dans la nouvelle « Alliance européenne ». Une nouvelle structure satellite du FN, « Populisme et perspectives françaises » (PPF), structure qui se consacre essentiellement à l’élaboration d’un discours social et économique, alliant protectionnisme et démagogie sociale, et existe depuis février 2009, s’insurgeait contre l’adhésion à la nouvelle alliance transnationale. Sur son site et dans un communiqué de presse du 6 novembre 2009, « PPF » exigeait ainsi de dire « Non à un parti européen nationaliste ! » Et la structure, dirigée par Gilbert Péréa (qui soutient Marine Le Pen), ajoutait : « Populisme et Perspectives Françaises s’émeut et s’indigne, par la même, de la présence de Bruno Gollnisch à cette réunion fondatrice de Budapest, sachant que le même Bruno Gollnisch est candidat potentiel à la présidence du Front National. Quel mandat a-t-il reçu ? ». Sur le fond, elle objecta à la participation du FN à l’Alliance, principalement : « Un parti 'National européen’, mais pour quoi faire ? Pour produire 'européen’ et se 'protéger’ des méchants Chinois ou Indiens qui travaillent pour des salaires bien inférieurs aux nôtres ? La bonne blague ! Aujourd’hui, ce n’est pas 'Produisons européen’ qui doit être le slogan des nationalistes français, mais bel et bien 'Produisons français, en France, avec des Français’. L’objet central de la discussion devenant, dès lors, non pas l’Europe, fût-elle une 'confédération’ des Nations, mais bel et bien la récupération, par la France, de ses avoirs au niveau européen et la restauration de l’indépendance nationale. Certes, il faudra bien 'du sang et des larmes’, au vu de l’ampleur de la catastrophe actuelle ! Aujourd’hui, qui nous cause tant d’ennuis, si ce ne sont des pays au sein de la propre Union Européenne, tels que la Roumanie, la Bulgarie, la Pologne, la Hongrie… vers lesquels on délocalise des entreprises comme Continental. Qui nous cause tant d’ennuis si ce n’est une immigration venant de la propre Union Européenne, notamment, la Roumanie ? Les Roms à Marseille, n’est ce pas un problème majeur, 'européen’ ?(…) » - Objections qui, cependant, n’auront pas empêché Bruno Gollnisch à continuer d’activer au sein de la nouvelle « Alliance européenne », au nom du FN.

Les autres partis participants

Concernant les autres partis participant à l’ « Alliance européenne des mouvements nationaux », il y en a d’abord trois, mais ceux-ci sont de bien moindre importance, comparés aux « poids lourds » du FN et du « Jobbik » hongrois.
Ainsi le FN belge, homologue du parti français implanté en Wallonie, est loin de connaître les mêmes succès qu’a connu – entre 1983/84 et 2007 -  le « Front » français dont il avait adopté le nom. Ce parti, fondé en 1985, a connu plusieurs scissions et scandales importants (autour de propos négationnistes ou encore autour de procédés internes douteux). Avant les élections européennes de juin 2009, la justice belge a dû trancher entre deux fractions qui se disputaient le nom du parti. Ses résultats électoraux en Wallonie ont oscillé dans le passé entre 4 et 8 % ; aujourd’hui, le parti face à une crise importante.

En Italie, le parti « Movimento sociale - Fiamma tricolore » participe également à l’alliance européenne. Ce parti regroupe, depuis 1995 – l’année du congrès de Fiuggi consacrant le tournant des anciens néofascistes italiens vers le « postfascisme » - les nostalgiques du (néo)fascisme des années précédentes. Ses partisans refusent l’aggiornamento prône par Gianfranco Fini, à la tête de l’ancien parti néofasciste MSI puis (à partir de 1995 et du congrès de Fiuggi) de l’« Alleanza nazionale » qui lui a succédé. « Fiamma tricolore », qui a envoyé des représentants assister à plusieurs congrès du FN, représente – grosso modo – 1 % de l’électorat italien. (Ses candidats auront réalisé un score de 0,7 % aux élections européennes de 2004.) Cependant, la plupart du temps, le mouvement s’est présenté à des élections politiques soit avec la droite classique et « postfasciste » de Berlusconi / Fini comme en 2001 au plan national, soit dans une alliance avec d’autres groupes d’extrême droite comme en 2008.

Enfin, le parti suédois « Nationaldemokraterna » (Nationaux-démocrates) lui aussi membre de l’« Alliance européenne », constitue une formation plutôt groupusculaire. Les ND sont nés d’une scission d’un parti de droite populiste et raciste plus influent, celui des « Sverigedemokraterna » (Démocrates de Suède), ayant lui-même obtenu un peu moins de 3 % des voix lors des dernières législatives suédoises en 2006. Les ND, plus « radicaux » et extrémistes, ont alors dû se contenter de 0,1 % des voix exprimées. Aujourd’hui, on prédit au plus influent des deux partis - celui des SD - une entrée au Parlement suédois aux prochaines législatives, d’ici quelques mois. Cela suppose qu’il puisse franchir la barre des 4 % des suffrages exprimés. (Son chef âgé de 30 ans, Jimmi Akesson, a pu publier en octobre 2009 une tribune dans un quotidien suédois à fort tirage, « Aftonbladet », où il traitait les musulmans de « plus grande menace étrangère de la Suède » depuis 1945.) Les « Nationaux-Démocrates » restent quant à eux un parti taxé d’extrémisme et plutôt marginal.

Nouveaux membres

D’autres partis d’extrême droite, dont l’un a davantage d’envergure que les trois formations précitées, ont depuis rejoint la nouvelle « Alliance européenne ». Ils sont, pour l’heure, au nombre total de trois.

Le 12 novembre 2009, le « British National Party » (BNP) a intégré les structures du regroupement. Ce parti d’extrême droite britannique, fondé en 1982 et dirigé par Nick Griffin, a eu le vent en poupe au cours de ces derniers mois ; au moins dans une certaine mesure. Pour la première fois de son histoire, depuis les élections européennes de juin 2009, le BNP (ayant obtenu 6,3 % des voix au Royaume-Uni) est représenté dans un parlement au-delà du niveau local. Jusqu’ici, il était cantonné à certains conseils municipaux, en raison du bipartisme britannique et du scrutin majoritaire. Désormais il compte deux députés européens. Le BNP a par ailleurs réussi à surfer sur une certaine colère sociale, mais surtout sur les mouvements de travailleurs revendiquant que des emplois reviennent à des salariés britanniques, courant 2009. Enfin, le 22 octobre dernier, son chef Nick Griffin fut invité dans une émission de la BBC, ce qui déclencha une polémique ainsi que des protestations antifascistes – jusqu’à l’entrée de plusieurs centaines de manifestants dans le hall d’entrée de la station.

Par ailleurs, le parti ukrainien « Svoboda (Liberté) »-« Union pan-ukrainienne » a, de son côté, adhéré à la nouvelle « Alliance européenne ». Son président, Oleh Tyahnybok, et son vice-président Taras Osaulenko ont été reçus le 23 novembre 2009 au siège du FN à Nanterre par Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch. Comme d’autres partis d’extrême droite en Europe de l’Est, ses dirigeants semblent surtout voir en Jean-Marie Le Pen leur « modèle » politique. Dans la même région (au sens large), des nationalistes lituaniens siégeant au Parlement européen auraient déclaré de leur côté leur volonté de « faire partie de cette Alliance », selon Gollnisch. Leur éventuelle future adhésion n’a cependant pas encore été actée.

Enfin, une formation politique portugaise, le « Parti national rénovateur » (Partido nacional renovador) a rejoint l’Alliance européenne, fin 2009. Ce parti, fondé en 1985 au centre-gauche, mais ayant glissé à l’extrême droite à la fin des années 1990 suite à des infiltrations réussies, prône avant tout des programmes natalistes, le rejet de l’immigration et une politique sécuritaire. Ses résultats électoraux sont inférieurs à 1 % (par exemple 0,2 % aux élections législatives de 2005).

Absence de plusieurs grands partis d’extrême droite

En revanche, plusieurs partis d’extrême droite en Europe, électoralement forts et bien implantés dans leurs pays respectifs, restent actuellement en dehors de l’« Alliance européenne des mouvements nationaux ».

Cela n’est guère étonnant de la part de partis racistes plutôt pro-occidentaux en matière de politique internationale (notamment pro-Israël) et qui rejettent toute filiation avec le fascisme et le nazisme historiques. Ainsi le Néerlandais Geert Wilders, connu par ses discours anti-musulmans fanatiques mais qui est aussi vigoureusement pro-israélien, ne voudra pas se voir mêlé à un Jean-Marie Le Pen dont il trouverait les relents antisémites trop gênants, ni, a fortiori, au « Jobbik » dont les dirigeants ont publiquement comparé leur succès aux élections européennes de 2009 à un triomphe de « combattants palestiniens en lutte contre des hélicoptères israéliens » (selon les propos du chef de parti Gabor Vona)… Les sympathies du Hollandais vont d’ailleurs plutôt aux ultralibéraux qu’aux forces politiques sorties du fascisme historique, comme « Fiamma tricolore », ou ayant des liens avec ce passé comme une partie du FN ou du FPÖ autrichien, voire ouvertement antisémites. Pour des raisons similaires, le « Parti du peuple danois » (DFP), raciste anti-musulman et soutien parlementaire du gouvernement libéral-conservateur du Danemark depuis 2001, n’éprouvera guère des sympathies pour le nouvel axe FN / Jobbik.

Davantage proches (en tout cas pour une partie d’entre eux) de l’extrême droite fascisante au sens le plus classique, le FPÖ autrichien ou le Vlaams Belang n’ont également pas – ou pas encore – adhéré à la nouvelle « Alliance européenne ». Ces deux partis ainsi que le parti bulgare « Ataka » sont représentés au Parlement européen de Strasbourg où ils ont déjà coopéré dans le passé avec le FN, notamment dans le cadre du groupe parlementaire commun « ITS (Identité, tradition, souveraineté) », présidé par Bruno Gollnisch, pendant ses quelques mois d’existence au cours de l’année 2007… avant d’éclater suite à un conflit entre fascistes roumains et italiens. Aujourd’hui, les députés du FPÖ et du parti « Ataka » coopèrent avec ceux du FN dans le cadre d’une « Coordination parlementaire ».

Cela dit, le caractère quelque peu trop « sulfureux » du parti bulgare « Ataka » avait bien été mis en avant, fin 2006, par le « Vlaams Belang » et par la « Ligue du Nord » pour expliquer leurs hésitations à rallier la fraction parlementaire commune « ITS ». A l’instar d’ailleurs du parti hongrois « Jobbik », la formation bulgare « Ataka » met surtout en avant l’antisémitisme et le racisme anti-roms. L’agitation contre les immigrés joue un moindre rôle dans la mesure où l’immigration n’est pas très importante en Bulgarie. Au contraire, le « Vlaams Belang » (qui s’oriente aussi vers la droite populiste puissamment implantée chez son voisin néerlandais, avant tout anti-musulmane) et la « Ligue du Nord » retiennent davantage l’antisémitisme pour mettre avant tout au centre le rejet de l’immigration et de l’islam. Dans un article paru début décembre 2006 dans un quotidien autrichien, il était question de réticences de la part de ces deux partis à rallier le groupe « ITS ». Le « Vlaams Belang » le rejoindra finalement quelques semaines plus tard ; mais pas la « Ligue du Nord ».

Lors d’une conférence de presse tenue le 25 janvier 2008 à Vienne, pour annoncer la création d’un « Parti patriotique européen » ou « Parti de la liberté européen » avant la fin de l’année 2008, on trouvait ensemble les chefs des partis suivants : FN (Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch avaient fait le voyage), FPÖ, « Vlaams Belang » et « Ataka » bulgare. Le parti commun alors annoncé, n’a cependant jamais vu le jour.

Les 31 janvier et 1er février 2009, a eu lieu une nouvelle rencontre de plusieurs partis d’extrême droite à Vienne. Cette fois-ci, on trouve parmi les participants : le FPÖ, le FN, les danois du DFP (un parti d’extrême droite surtout anti-musulman mais « pro-occidental », au sens où il est nettement moins antisémite ou anti-américain que d’autres) et « Ataka » de Bulgarie. Néanmoins, ces différents partis iront en ordre dispersé aux élections européennes de juin 2009. Lors de la séance constituante du nouveau Parlement européen, le 14 juillet 2009, ces partis ne se retrouveront pas tous sur les mêmes bancs. Le DFP rejoindra ainsi un groupe parlementaire (sous le nom d’« Europe de la liberté et de la démocratie ») ayant 30 sièges à Strasbourg. Ce groupe comprend également la « Ligue du Nord »; les souverainistes – de droite, mais non fascistes - du « United Kingdom Independance Party » (UKIP) et du « Mouvement pour la France » (MPF), ainsi que des partis plus classiquement d’extrême droite comme le LAOS grec. Les « Vrais Finlandais » ayant percé pour la première fois en juin 2009 avec 10 % des voix aux Européennes (un parti de droite populiste, à fondement chrétien-fondamentaliste) y siégeront également. Tout comme le « Parti national slovaque » (SNS), très à droite et connu pour son racisme anti-roms et son rejet des homosexuels… mais participant également au gouvernement avec la social-démocratie (Smer), en Slovaquie, depuis 2006. – En revanche, ni le FN, ni le FPÖ, ni le Vlaams Belang n’arrivent à se « caser » dans un groupe constitué, à l’échelle du Parlement européen.

Cependant, le FPÖ et le parti bulgare « Ataka » participeront, ensemble avec le FN, à une « Coordination parlementaire » n’ayant pas le statut de groupe (et donc pas les moyens alloués aux groupes). Ce sont surtout ces deux formations politiques-là qui sont dans la ligne du mire du FN pour sa politique d’alliance actuelle en Europe. Ainsi, Bruno Gollnisch a-t-il encore déclaré, début février 2010 sur « Radio Courtoisie », sa volonté d’associer ou de rapprocher notamment ces deux partis à l’« Alliance européenne des mouvements nationaux ». En tout cas, précisait-il à cette occasion, ils ne devraient « pas (avoir) d’objection en ce qui concerne la déclaration politique » de l’Alliance. 

Perspectives

En tout cas, tant que cette structure ne regroupera – au-delà de l’axe FN / Jobbik  - que des partis groupusculaires et réputés ultra-radicaux, elle ne décollera pas au niveau transnational. Cependant, la participation commune du Vlaams Belang (quoiqu’il soit actuellement en proie à des conflits internes forts), du BNP, (d’une fraction) du FPÖ et du FN à la récente réunion à Gand est plutôt un mauvais signe dans ce sens.

VISA
 

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

10.04.2017 - 16:02

Marine Le Pen espère une vague de ralliements en vue des élections législatives des 11 et 18 juin, mais, pour l’instant, ces derniers se font au compte-gouttes. Selon nos informations, qui confirment celles du site d’info locale...

10.04.2017 - 16:02

Benoît Loeuillet, entouré de Marion Maréchal-Le Pen et Olivier Bettati pendant la campagne des régionales 2015 (crédit : Olivier Faye)

Depuis son accession à la tête du Front national, en 2011, Marine Le Pen assure avoir fait le ménage parmi...

15.03.2017 - 16:11

Fil d'informations RESF

1 – Intro durée : 05:18 = = = = = = = = = = = = = = = = 2 - « Sursaut Citoyen » Avec Nina Marx (CCFD) par téléphone Une cartographie collaborative et un répertoire à vocation de mettre en lumière toutes les initiatives de personnes, de collectifs citoyens ou d'associations qui viennent localement...
22.04.2017 - 14:37
En pièce jointe voici le premier numéro du tout nouveau Journal de RESF69.
21.04.2017 - 16:38
assure le lien avec de site de l'AME ; cet article a une date de publication qui est mise à jour par la syndication avec le site de l'AME
21.04.2017 - 08:36
Le Juge des libertés et de la détention du Mesnil-Amelot a rendu la justice… M. S. et ses fils K. (23 ans) et L. (20 ans) sont emprisonnés au Centre de rétention du Mesnil-Amelot depuis un mois. Ils y resteront 15 jours de plus s'ils ne sont pas expulsés avant. Comme ils ont déjà refusé d'embarquer...
20.04.2017 - 00:08
Nous, signataires de cette pétition, demandons l'annulation de l'obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui frappe un lycéen de l'EREA Alexandre Dumas à Paris 15ème. Nous, signataires de cette pétition, demandons l'annulation de l'obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui...
19.04.2017 - 21:04
21 avril : Monsieur S. et ses fils K.(23 ans) et L. (20 ans) ont été expulsés ce matin par avion spécial. Sa femme reste seule en France avec son fils de 12 ans. 20 avril : Il faut sauver la famille ! Deuxième tentative d'expulsion prévue pour l'Albanie vendredi 21 avril semble t-il à 7 h du matin...
18.04.2017 - 20:46
20 avril : Il faut sauver la famille S. ! Deuxième tentative d'expulsion prévue pour l'Albanie vendredi 21 avril semble t-il à 7 h du matin Hier 19 avril, le père et ses deux fils, K., âgé de 23 ans, et L., 21 ans, scolarisé au Lycée Louis Blériot de Suresnes, ont été maintenus en rétention lors de...
18.04.2017 - 14:20
1 – Introduction Télécharger 2017-04-05%20RESF%20sur%20FPP%20431%20-%201%20Intro.mp3 ( 3.7 Mo ) 1 – Introduction Durée : 04:02 = = = = = = = = = = = = = = = = = 2 – L'intervention de Cédric Herrou lors la réunion publique « Migrants bienvenus » à Vitry sur Seine samedi 1er avril
18.04.2017 - 14:51
Ce mercredi 12 avril, un Erythréen présent depuis plusieurs mois rue Pajol, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, s'est tranché la gorge. Avec les moyens du bord : une bouteille cassée. Il a été hospitalisé en urgence à l'hôpital Lariboisière, grâce à l'intervention d'un riverain. Il dormait à...
16.04.2017 - 22:33
Anima'Sion : l'accueil de jeunes migrants, avec Maurine Coucher Présentée par Melchior Gormand
15.04.2017 - 15:56

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

  Samedi 29 avril 8h à Paris (Lieu du RV transmis le 24 avril)

Les mal logés et les sans logis, avec la fanfare invisible, de nombreuses casseroles, sifflets et autres instruments,...

dal
24.04.2017 - 10:22

COMMUNIQUE Paris le 21 avril 2017

 

Les expulsions illégales continuent malgré la loi !

Environ 200 locataires et mal logés ont manifesté mercredi...

dal
21.04.2017 - 12:27
Monsieur le ministre de l'intérieur, L'ouverture de la salle d'audience « délocalisée » du tribunal de grande instance de Bobigny dans la zone aéroportuaire de Roissy Charles de Gaulle est annoncée pour le mois de septembre prochain en vue d'y faire comparaître les personnes dont la prolongation du...
gisti
20.04.2017 - 15:35
Source: Halem La Charte d’Essonne ou la chasse aux sorcières

mardi 18 avril 2017

Au nom de l’écologie, la préfète de l’Essonne organise une chasse aux pauvres L’...
dal
19.04.2017 - 16:42
gisti
13.04.2017 - 10:19
Ce jeudi 13 avril, dix associations et syndicats mettent en ligne les vidéos du tribunal d'opinion pour les droits des enfants Roms qui s'est déroulé le 27 juin 2015 à Saint-Denis (93). La question posée par ce procès était celle des responsabilités des pouvoirs publics dans les violations de leurs...
gisti
13.04.2017 - 09:39
Abandonner un gamin à la rue, ce n'est pas le « délaisser » au sens de l'article 223-3 du code pénal : telle est la subtile nuance que la cour d'appel de Paris invoque pour absoudre ceux qui ont refusé d'en assumer la charge. Livré à lui-même dans les rues de Paris depuis une semaine, un jeune...
gisti
12.04.2017 - 17:46
Les deux documents ci-dessous ont été transmis aux candidats à l’élection présidentielle: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup —>...
dal
07.04.2017 - 19:43
L'Observatoire de l'Enfermement des Etrangers vous invite à une réunion publique sur le contrôle et l'internement des Tsiganes en France. La réunion se tiendra dans les locaux de la Ligue des droits de l'Homme 138 rue Marcadet 75018 Paris (Métro : Ligne 12, arrêt Lamarck-Caulaincourt) Afficher une...
gisti
05.04.2017 - 18:00
Première expulsion sans relogement d’un locataire prioritaire DALO à PARIS Rassemblement / raffut Mercredi 5 avril 15h , Place Louis Lépine (sortie M° Cité )

  Mardi après midi, un locataire d’une résidence Richemond (RIVP), a été expulsé dans le 13e arrondissement, car il ne répondait...

dal
05.04.2017 - 13:01

 

COMMUNIQUE

Paris, le 3 avril 2017

Fin de la trêve hivernale des expulsions : A PARIS, les...

dal
03.04.2017 - 18:36
2 documents ci-dessous: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup

—> ici

 

Les...
dal
01.04.2017 - 09:46
Session de 2 jours, le 30 mars 2017 - [Autres Formations]
gisti
30.03.2017 - 08:30
portant diverses dispositions relatives à l'allocation pour demandeur d'asile Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le 1er avril 2017. Notice : les articles 1er à 4 du décret complètent la partie réglementaire du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile pour y...
gisti
29.03.2017 - 18:39
On s’installe et on bouge plus ! Jeudi 30 mars à 15h place de la République     Contre les expulsions, et le logement cher Pour le Droit Au Logement et le respect des lois :

Des locataires menacés d’expulsion, avec des sans logis et des mal logés, souvent prioritaires DALO, s’...

dal
29.03.2017 - 16:04
Avec la mise en place de la CMU, l'assurance maladie s'est vu confier une nouvelle mission : l'assistance, soit la prise en charge de bénéficiaires non cotisants. Pour faire face à l'arrivée de ces publics précaires, « étrangers » ou perçus comme tels, à ses guichets, sans obérer la « performance...
gisti
29.03.2017 - 11:42

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier