Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Bloc identitaire : activisme ou radicalité ? - 1ere partie -

L’organisation d’extrême droite a été nouvellement transformée en parti politique. Concurrent «plus radical» du FN - ou nouvel allié de la droite (bourgeoise) dure ? En tout cas, la nouvelle formation «brille» par son activisme dangereux..

«Nous sommes plus proches de la Ligue du Nord (italienne) que du Front national (français)», tel a été le positionnement politico-idéologique de l’orateur principal, à la tribune d’une réunion d’extrême droite, en France. La raison pour une telle préférence est, que le nationalisme classique (ayant pour cadre l’Etat-nation, à l’instar du FN) serait dépassé et que l’Europe «blanche» devrait se réunir. L’orateur ajoutera même que «le nationalisme a été une catastrophe pour les peuples européens.» Non pas pour des motivations pacifistes, loin de là, mais parce que les guerres fratricides auraient affaibli la race blanche, (néanmoins, l’orateur s’attirera, quelques jours plus tard, les foudres d’un des idéologues de l’extrême droite : Pierre Vial, idéologue «racialiste» très proche du nazisme historique, expliquera début novembre sur le site «Doctrine nationaliste» que la phrase sur le nationalisme, catastrophique pour l’Europe, était un véritable scandale à ses yeux.)

L’orateur cité est Fabrice Robert, principal dirigeant du «Bloc identitaire», qui avait réuni ses troupes en «convention» le week-end des 17 et 18 octobre derniers à Orange. Lui succédera à la tribune, Richard Roudier, animateur d’une fantomatique «Ligue du midi» mais surtout chef du «Comité de secours pour les prisonniers européens», comité dont l’activité consiste à venir en aide aux détenus, condamnés pour des crimes ou délits racistes.

Le courant dit des «Identitaires» a pu se réunir à Orange, avec l’appui explicite de la municipalité. Le maire, Jacques Bompard, bien qu’il ait annoncé (pour se défendre des critiques) qu’il ne serait «pas à la tribune» de ce meeting, en avait défendu bec et ongles la tenue dans « sa » municipalité. Ancien membre du FN depuis l’année de sa fondation (1972), Jacques Bompard a quitté ce parti en novembre 2005 pour rallier le MPF («Mouvement de la France») de Philippe de Villiers. Cependant, à l’heure où le MPF s’est rapproché à grands pas de l’UMP,  les deux partis siégeant dans un «Comité de liaison» commun depuis l’été 2009, Bompard se dit plutôt mécontent de sa ligne, pas assez dure à ses yeux. L’homme reste bel et bien d’extrême droite, alors que le MPF ne l’a pas exclu à l’heure actuelle, malgré ce que des commentateurs ont pu appeler «le grand écart de l’UMP jusqu’aux Identitaires».

Petit historique du courant

Les «Identitaires» ont vu le jour en 2002, au lendemain de l’interdiction et dissolution de l’ancien regroupement «Unité Radicale» (UR). Celle-ci avait été dissoute par le gouvernement le 6 août 2002, suite à l’attentat commis par l’un de ses militants – Maxime Brunerie – contre le président de la République, Jacques Chirac, le 14 juillet de la même année. (Brunerie vient d’ailleurs d’être libéré de prison après sept années de détention, mais aurait renoncé à ses idées antérieures.)

UR, née en 1998, regroupait des fascistes de différentes tendances : venant du groupuscule étudiant ultra-violent GUD (Groupe Union-Défense) dont le fief était Paris-Assas ; des rangs des «nationalistes-révolutionnaires» ou «nationaux-bolcheviques» comme Christian Bouchet ; certains aussi du FNJ (organisation de jeunesse du FN)… Le but affiché était alors «de permettre l’expression de ceux qui risquent d’être déçus par la modération nécessaire du mouvement national», autrement dit : qui trouveraient le FN «trop mou» (en raison de sa stratégie essentiellement électorale). Il s’agissait, d’ailleurs, à l’époque, bien plus d’affirmer une complémentarité qu’une concurrence réelle avec ce parti. Après la scission du FN en 1998/99, UR suivra cependant plutôt les «dissidents» autour de Bruno Mégret que le «canal historique» autour de Jean-Marie Le Pen.

L’affaiblissement puis l’échec définitif (visible depuis 2002) du MNR a conduit Unité Radicale à s’affirmer davantage. Dès avant son interdiction, certains de ses militants utilisaient d’ailleurs le qualificatif d’«identitaire» pour s’auto-désigner tout en se démarquant du «national» affiché, parmi d’autres, par le FN. La différence réside d’un côté dans une ouverture plus forte à la dimension européenne, de l’autre côté, le profil «identitaire» se veut plus radical que celui des purs nationalistes ; ainsi, disent-ils, un immigré africain «peut bien acquérir la nationalité française et il sera ainsi considéré comme un Français, mais il ne sera jamais ni Alsacien, ni Breton, ni Basque». L’identité revendiquée, construite sur le système des poupées russes en imbriquant des dimensions régionale, nationale et européenne, est finalement avant tout un concept «racial» : elle ne s’acquiert pas, elle s’hérite par le sang.

Ainsi, le 12 juin 2002, après la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, des militants d’extrême droite perturbèrent un meeting anti FN tenu à Nice aux cris de «Nice, Liberté, Identité !». Fabrice Robert, alors militant d’UR (et, à l’époque, en même temps membre du Conseil national du MNR après avoir transité par le FN dont il avait été conseiller municipal), revendiqua l’action au nom de «militants identitaires». Peu de temps après l’interdiction et dissolution d’UR, sont nés d’abord - en septembre 2002 – les «Jeunesses identitaires». L’organisation de jeunesse fit figure de ballon d’essai. Comme elle n’était pas frappée par la répression, à son tour, le «Bloc identitaire» (en tant que nouveau groupe intergénérationnel) commença à se mettre en place. Dès l’hiver 2002/2003, le nouveau mouvement fit parler de lui par des actions spectaculaires, attaquant par exemple, à Saint-Denis, le curé de la Basilique (Bernard Berger) engagé dans le soutien aux sans-papiers. Cette action avait été revendiquée sous le nom d’«Unité amicale». Un membre du commando (Hervé Lallin, ancien militant d’ultra-gauche ayant sombré dans l’antisémitisme) sera condamné, plus tard, à quatre mois de prison avec sursis. Un autre membre du même commando, Florian Scheckler, membre des «Jeunesses identitaires», sera arrêté en février 2003 à son domicile : il avait projeté de  faire sauter une mosquée à Paris… Un arsenal d’armes sera découvert chez lui.

Nouveau parti politique, et candidature avec la « Ligue du Sud »

Les «Identitaires» viennent d’annoncer, lors de leur meeting à Orange, leur intention de se transformer en parti politique. Ainsi désormais, ils se posent ouvertement en concurrent du FN ; ils comptent bien profiter de l’affaiblissement de ce dernier. A l’avenir, les «Identitaires» pourront, une fois constitué en parti politique, bénéficier de financements publics. Ceci en raison de la défiscalisation de dons qui leur sera faite mais également d’une subvention étatique en fonction d’éventuels résultats électoraux.

Leur «Convention» aurait accueilli, selon des chiffres du «Dauphiné Libéré», repris par Novopress, agence de presse des «Identitaires», 620 participants. Certaines sources indiquent cependant que ce chiffre a pu être gonflé. Parmi ces participants, se trouvaient des invités de pays européens, notamment le Vlaams Belang flamand et le FPOe autrichien. L’ «Union du centre» (UDC) suisse, qui porte mal son nom, était également représentée par son député Dominique Baettig qui siége pour  le canton du Jura suisse au parlement fédéral à Berne. L’UDC nettement plus forte en Suisse germanophone que dans sa partie francophone (malgré un gros score pour la droite populiste en octobre dernier à Genève), est le parti de droite populiste et raciste aux plus forts résultats électoraux dans toute l’Europe. Ces dernières années, elle a obtenu jusqu’à 29 % des voix, au plan fédéral. Cependant, son député, Dominique Baettig, déplorant «trop de dérapages verbaux», a quitté le meeting d’Orange avant son terme.

Le «Bloc identitaire» projette de se présenter aux élections régionales des 14 et 21 mars 2010, surtout dans la région PACA. Plus précisément, il a l’intention de présenter des candidats – notamment à Nice, où sa section «Nissa Rebela» est extrêmement active – sur une liste commune avec d’autres forces d’extrême droite. Cette liste, en cours d’élaboration, a pour nom «Ligue du Sud», sous la direction du maire d’Orange : Jacques Bompard. (A Nice, un candidat des «Identitaires» sous l’étiquette de «Nissa Rebela» a pu obtenir lors d’une élection cantonale partielle en septembre dernier 7,7 % des voix). Le nom du nouveau regroupement fait allusion, à l’évidence, au parti régionaliste raciste d’Italie : la Ligue du Nord. (Parallèlement, des militants «identitaires» conduits par Richard Roudier avaient, jusqu’ici, entretenue une «Ligue du midi»)

Seul problème : la nouvelle alliance n’a pas encore décollé dans les sondages pré-électoraux. Ceux-ci la voient pour l’instant scotchée à 1 % des intentions de vote ; alors que la liste du FN en PACA,  conduite par Jean-Marie Le Pen, en personne, se voit accorder 12 % des voix. Ceci peut être encore dû à une absence de notoriété de la liste et/ou de ses candidats. Or, à quatre mois des élections régionales, il semble tout de même improbable qu’elle puisse encore passer devant la liste du FN (alors que localement, à Nice, les «Identitaires» ont pu parfois rivaliser avec le FN, voire même le dépasser).

Les partisans de Jacques Bompard et les «Identitaires» ne se laissent visiblement pas perturber par ces difficultés. En même temps, leurs adversaires au sein de l’extrême droite, surtout le FN, leur reprochent d’agir en sous-marins de l’UMP, voire d’être payés par elle pour tenter leur aventure électorale. Le but principal de l’opération consisterait à arriver à abaisser le score du FN sous la barre des 10 % (seuil requis pour entrer au Conseil régional). Leurs reproches se nourrissent aussi du fait que Renaud Muselier, un cadre de l’UMP dans la région et maire adjoint de Marseille, avait qualifié, dans « Le Figaro » du 1er octobre, la présence d’une telle deuxième liste d’extrême droite – se plaçant en rivale à celle du FN – de «divine surprise».

Rien ne peut être exclu. Cependant, il y a une autre donnée : il faut bien comprendre qu’à l’heure actuelle, surtout en matière internationale, les positions affichées par les «Identitaires», et certains de leurs alliés, semblent bien plus «digérables» pour la droite classique que celles actuellement adoptées par le noyau dur de la direction du FN. En effet, les premiers se veulent pro-européens (mais dans le but précis de réaliser une Europe «de la race blanche») et plutôt pro-occidentaux en matière de conflits internationaux. Jean-Marie Le Pen, lui, a rompu avec l’ «atlantisme» et le pro-américanisme depuis sa prise de position pour Saddam Hussein et contre les Etats-Unis, lors de la crise irako-koweïtienne en 1990 (se trouvant alors en porte-à-faux avec la majorité de l’électorat du FN).

Divergences

Une partie des dirigeants du FN, sous l’influence d’intellectuels venus de la «Nouvelle Droite», ont cru qu’avec la fin de la Guerre froide, l’anticommunisme comme principe directeur d’un positionnement international était dépassé. A sa place, ils mettaient, à partir des années 1990, la prise de distance avec la domination américaine, la «mondialisation» économique et les variantes libérales du capitalisme. Ce faisant, ils voulaient se poser en alliés des nouveaux (ou anciens) nationalismes se réveillant en Europe de l’Est après la chute du mur, mais aussi sur d’autres continents. Quelquefois même l’islam politique radical a été salué par eux comme un «réveil des identités», salutaire dans la mesure où il pousserait au départ des populations musulmanes immigrées en Europe, afin de «reconstruire leur identité culturelle». Jean-Marie Le Pen a ainsi rencontré Necmettin Erbakan, leader islamiste turc et éphémère Premier ministre de son pays, en août 1997, sur le bord de la mer Egée. Plus récemment, en 2009, il a plusieurs fois salué le régime iranien comme conduisant une politique de «nation indépendante» (… la peine de mort largement pratiquée en Iran et le négationnisme du régime vis-à-vis de la Shoah ne devant pas trop le gêner).

Bien que cette conception soit à proprement parler «identitaire» sur le plan idéologique, elle est actuellement plutôt rejetée par le «Bloc identitaire», et de façon encore plus claire par ses alliés. Pour eux, l’islam constitue tout simplement l’ennemi principal, un «danger pour l’Europe» qui serait menacée d’ «invasion». Leurs partisans s’insurgent contre les propos tenus sur l’Iran par Jean-Marie Le Pen dans une interview donnée au «Centre Zahra» (une secte chiite basée en France, proche de Dieudonné et ses alliés antisémites) en janvier 2009, puis dans une interview au journal «nationaliste-révolutionnaire» proche d’Alain Soral, «Flash», en septembre de cette année. Dans cet entretien, Le Pen met même un peu d’eau dans le vin de l’agitation contre les immigrés musulmans présents en France. A ses yeux, les vieilles antiennes sécuritaires et anti-immigrés classiques semblent avoir quelque peu perdu de leur intérêt : sur ce terrain, il est difficile de se démarquer d’une droite classique qui s’affirme plus décomplexée que jamais sous Sarkozy, Hortefeux et Besson. Ceux parmi les courants de l’extrême droite qui sont sensibles à ces questions, selon le calcul de Le Pen, rallieront de toute façon tôt ou tard le sarkozysme. Ainsi, selon lui, il faut davantage miser sur une conception spécifiquement nationaliste (dans une optique d’opposition), se démarquant de la domination américaine et libérale ainsi que du «mondialisme».

Pour les «Identitaires» et d’autres courants – qui, dans ce contexte, se rapprochent plutôt d’eux -, cela fait de Le Pen un traître en puissance. Ce dernier les considère, à leur tour, comme une force supplétive de la droite bourgeoise, conservatrice et libérale ; appelée à jouer un rôle comparable à celui des anciens du groupe «Occident». Ce courant, né dans les années 1960, avait versé dans l’activisme violent pour soutenir l’effort de guerre colonial et favoriser la victoire militaire contre les mouvements de libération nationale (et contre «le communisme»). Or, à partir de 1974 environ, ses membres ont été recrutés par la droite classique – notamment par les partisans de Valéry Giscard d’Estaing -, puis certains cadres ont été intégrés dont les appareils politiques traditionnels : Alain Madelin, Gérard Longuet, Patrick Dévedjian… La plupart d’entre eux ont fini libéraux ou ultra-libéraux. Cette mouvance-là, à la différence du FN naissant à peu près à la même époque, n’avait jamais essayé d’exploiter la «question sociale», de construire un parti ou mouvement de masse «autonome» (par rapport à la droite et à l’ordre établi) en surfant sur la démagogie et le mécontentement sociaux. Aux yeux de Jean-Marie Le Pen, ses nouveaux détracteurs au sein de l’extrême droite sont probablement en train de répéter l'histoire.

(... / ...)
 

En septembre 2015, VISA publiait le 1er tome de « Lumière sur mairies brunes ». Il recensait tous les faits et méfaits de la 1ère année de l’extrême droite aux pouvoirs dans les villes qu’elle occupe. Pendant les deux années suivantes, VISA a poursuivi ce travail de « mémoire ».

Pour mettre en pleine lumière les origines véritablement fascistes du Fn et de toute l’extrême droite, rien ne vaut un recensement exhaustif, méticuleux et daté.

Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre donc la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

« Lumière sur mairies brunes », c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS
Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

Le 9 et 10 février prochain, se tiendra à la bourse du travail de Paris un colloque sur le thème « Une vraie alternative à l'enfermement des enfants : la liberté. Les lieux d'enfermement en question » organisé par le Syndicat de la magistrature, le SNPES- PJJ/FSU, l'Observatoire international des...
16.01.2018 - 22:08
http://enfantsetrangers.hautetfort.com La demande d'asile de la famille Arabi, venue du Darfour et ayant transité par l'Italie, sera traitée en France. Le rendez-vous crucial du 5 janvier s'est conclu sur cette belle perspective. Un nouveau rendez-vous leur a été donné pour être reçus par l'Ofpra,...
16.01.2018 - 16:24
Avec Joël Deydier (Association Ados Sans Frontières) http://adossansfrontiere.collectif-citoyen.fr/ , Solène Bourgouin ( Association Ados Sans Frontières et marraine de Kantra) et Laure Palun (ANAFE http://www.anafe.org/ ) Avec Joël Deydier (Association Ados Sans Frontières) , Solène Bourgouin (...
16.01.2018 - 16:35
Pas d'expulsion, laissons-les vivre ici ! Daria KAIDAN, 16 ans, est élève en Seconde au Lycée Saint Charles (Marseille 1er). Elle a deux frères : Mykhailo, 14 ans, en Troisième au Collège Clair Soleil (Marseille 14ème) et Ivan, 6 ans, en CP à l'École élémentaire Saint Barthélémy (Marseille 14ème)....
16.01.2018 - 16:10
Monsieur le Préfet de la Gironde, Rinesa, 11 ans, Sami, 10 ans, Loris, 6 ans, et Dijar, 3 ans, sont des élèves de l'école maternelle Noviciat et de l'école élémentaire André Meunier, à Bordeaux. Ils sont kosovars. Leur famille a choisi de vivre ensemble en France, pour échapper à des persécutions...
16.01.2018 - 13:10
16.01.2018 - 13:12
Non à son expulsion en RDC où sa liberté et sa vie sont menacées ! Deborah est arrivée seule en France en 2013, à l'âge de 17 ans, suite à des exactions commises contre sa famille pour des raisons politiques. Prise en charge par l'ASE, elle s'est accrochée à sa scolarité, a obtenu son bac (gestion...
15.01.2018 - 23:35
Le Préfet de la Somme veut expulser en Arménie Ailaz KANOYAN, d'origine Yézide, père de 2 enfants, présent à Amiens depuis 7 ans, avec ses parents ! Actuellement en assignation à résidence, avec obligation de signer quotidiennement un registre au commissariat d'Amiens et le risque d'être capturé...
14.01.2018 - 20:13
Le maire de Grenoble, Eric Piolle, s'est rendu à Montgenèvre à proximité du Col de l'Echelle, entre France et Italie, pour lancer un appel au Président Macron. Il dénonce l'"absurdité" des reconduites à la frontière dans une vidéo publiée ce mercredi 10 janvier 2018 sur YouTube. Par Anne Hédiard...
14.01.2018 - 20:28
Un petit livre de Michel AGIER (4 ou 5 €) qui donne à réfléchir sur l'accueil du Migrant et notre (nos) attitude face à lui. Une petite phrase tirée de sa conclusion : « Même si les gouvernements des pays concernés ne le reconnaissent pas, continuant de traiter les migrants sur un mode sécuritaire...
14.01.2018 - 20:36

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

25.01.2018 - 09:30
06.01.2018 - 19:34
30.12.2017 - 13:24
24.12.2017 - 13:51
Session de 2 jours, le 1er février 2018 - [Autres Formations]
gisti
01.02.2018 - 09:30
Session de 2 jours, le 25 janvier 2018 - [Autres Formations]
gisti
25.01.2018 - 09:30
La politique du tout enfermement des personnes étrangères en rétention menée par le gouvernement, en particulier depuis la circulaire Collomb du 20 novembre 2017, conduit à multiplier les violations de leurs droits fondamentaux. Des personnes sont jugées par visioconférence en toute illégalité au...
gisti
18.01.2018 - 11:11
InfoMIE, association rassemblant une multiplicité d'acteurs divers œuvrant dans le champ de la protection des mineurs isolés étrangers , se voit contrainte de fermer momentanément son site. Ce centre de ressources constitue pourtant l'unique source d'information spécialisée au sujet de ces enfants...
gisti
17.01.2018 - 17:35
Les conditions d'accueil des demandeurs d'asile sont régies par le chapitre IV du titre 4 du livre VII du Ceseda relatif au droit d'asile. Alors que le livre VII est applicable dans tout le territoire national ce chapitre comporte des dérogations importantes. L'ensemble de ce dispositif ne s'...
gisti
17.01.2018 - 16:54

COMMUNIQUE Paris le 16 janvier 2018   

Suites de la marche #BalanceTaRequisition Les sans logis demandent à M. PEPY dirigeant de la SNCF, d’ouvrir le 19-27 Bd de l’Hôpital (Paris 13e) : Rassemblement mercredi 17 janvier à 14h30 devant le siège de la SNCF...
dal
16.01.2018 - 21:12
EN SOUTIEN A L’UACDDDD / NO-VOX et de la Convergence Malienne contre les Accaparements de Terres ET AUX PAYSANS TUÉS ALORS QU’ILS LUTTAIENT POUR LEURS TERRES AU MALI RASSEMBLEMENT MERCREDI 17 JANVIER 2018 A PARTIR DE 16H30 DEVANT L’AMBASSADE DU MALI...
dal
15.01.2018 - 19:11
Plus de vingt associations saisissent le juge des référés du Conseil d'Etat contre la circulaire du 12 décembre organisant le tri des personnes étrangères dans les centres d'hébergement. A la fin de l'année 2017, le ministre de l'Intérieur et le ministre de la Cohésion des territoires ont édicté,...
gisti
11.01.2018 - 15:25

#BalanceTaRequisition  ! Marche dimanche 14 janvier 15h RV Square Marie Curie Paris 13e 17 Bd de l’Hôpital – M° Gare d...
dal
10.01.2018 - 14:22
Paris, le 9 janvier 2018 Monsieur le Premier ministre, Par un message du 6 janvier, vous avez invité le Gisti à une réunion de concertation sur la politique de l'asile et de l'immigration fixée au 11 janvier, précisant qu'il s'agissait d'une « deuxième réunion pour évoquer l'avant-projet de loi »...
gisti
09.01.2018 - 15:30
  “Je veux que nous puissions apporter un toit à toutes ceux et celles qui sont aujourd’hui sans-abri.“ E. Macron, Président de la République

 

De belles paroles ??? Soyons concrets !

 

Pour accueillir toutes les personnes et familles à la...
dal
06.01.2018 - 19:34
En septembre 2015, les maires de Barcelone, Paris, Lesbos et Lampedusa lançaient un appel pour la constitution d'un réseau de villes-refuge garantissant au niveau local ou municipal des conditions d'accueil décentes pour les exilés, migrants et demandeurs d'asile cherchant refuge en Europe. Dans un...
gisti
03.01.2018 - 12:41
Les régions ultrapériphériques : un atout pour l'Europe L'outre-mer...
gisti
02.01.2018 - 13:22
au parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen, au comité des régions et à la banque européenne d'investissement Un partenariat stratégique renouvelé et renforcé avec les régions ultrapériphériques de l'Union européenne...
gisti
02.01.2018 - 12:51

Paris, le 31 décembre 2017

J-1 Emanuel Macron remet le couvert  : “je veux que nous puissions apporter un toit à toutes ceux et celles qui sont aujourd’hui sans-abri. “ Et bien il le peut et on veut du concret : Au...
dal
30.12.2017 - 22:19

 

COMMUNIQUE Paris le 30 décembre 2017

J-2 : « D’ici la fin de l’année, je ne veux plus avoir des femmes et des hommes dans les rues »,

...

dal
30.12.2017 - 13:24
portant extension et adaptation de la partie législative du code du travail, et de diverses dispositions relatives au travail, à l'emploi et à la formation professionnelle à Mayotte L'outre-mer...
gisti
24.12.2017 - 18:40

COMMUNIQUE Paris le 23 12 17   

Un locataire meurt pour un impayé de loyer, à Épinay sur Seine (93) Tour Michelin – Place Oberursel

 

Droit Au Logement fait part de sa colère après la chute du 30e étage et...

dal
24.12.2017 - 13:51
de programmation relative à l'égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique L'outre-mer...
gisti
23.12.2017 - 14:12
Le 21 décembre 2017, l'OIP, La Cimade et le Gisti ont saisi le Conseil d'Etat d'une demande de transmission au Conseil constitutionnel d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) visant les dispositions législatives relatives aux délais de recours formés contre les OQTF notifiées en...
gisti
21.12.2017 - 22:59

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier