Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
Le SNUI-PP FSU a produit en ce mois d'avril un nouveau tract en 4 pages, pour expliquer pourquoi le FN est le pire ennemi de l'école publique !
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !
Communiqué du SNJ-CGT, adhérent à VISA.   Les résultats du premier tour de la présidentielle mènent les classes populaires et le monde du travail dans une impasse. De lourdes menaces pèsent sur la démocratie et les droits des salariés. Marine Le Pen a recueilli 7,6 millions de voix, un score jamais atteint par le Front national, ce qui la qualifie pour le second tour. Les discours haineux, racistes, antisyndicaux et la préférence nationale sont aux antipodes des valeurs prônées par la CGT : fraternité, solidarité, justice sociale, égalité, paix.    La pseudo-dédiabolisation du FN et le prétendu virage social de ses propositions sont des leurres. En témoignent les revirements du FN sur la loi travail ou la retraite à 60 ans. Marine Le Pen a également lancé des attaques inacceptables contre les juges et les journalistes, notamment lorsqu’elle était mise en cause dans des affaires de détournement de fonds publics.  Le SNJ-CGT continuera à combattre sans relâche...
Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Italie : "Fini, c’est fini" … ou ça ne fait que commencer ? (II)

(Suite et fin)

Banalisation de l’héritage de la période mussolinienne

Ces propos et activités intervenaient d’ailleurs dans un climat général où il était devenu presque de bon ton d’évoquer « aussi les avantages qu’avait apportés le régime fasciste, au moins durant sa première période ». Dans une interview accordée à ‘Sport Week’, supplément hebdomadaire de la ‘Gazzetta dello Sport’ du 27 septembre 2008, le footballeur italien Christian Abbiati, gardien de but du Milan AC, pouvait déclarer : « Je suis un homme de droite, d'extrême droite pour laquelle j'ai voté aux élections. Je partage les valeurs du fascisme comme la patrie, l'ordre social, le respect de la religion catholique. Mais je ne partage pas ses erreurs : l'alliance avec Hitler et l'entrée en guerre en particulier. » Le gardien de but milanais poursuivait sa réflexion en indiquant qu'« il faut arrêter de considérer le fascisme comme un tabou ».

A la même période, dans un débat public sur la revalorisation des « villes de fondation », villes nouvelles dont la construction fut lancée sous le régime mussolinien, en asséchant des zones où sévissait la malaria, certains propos pour le moins douteux furent tenus. Il est vrai que le débat urbanistique et architectural sur ces ex-villes nouvelles réunissait des maires de gauche comme de droite, et ne comportait pas qu’une dimension idéologique. Néanmoins, ce débat public donna l’occasion à l'assesseur à la culture de la province de Latina (droite), Fabio Bianchi, d’expliquer que désormais « le regard sur le fascisme a changé et les conditions de sérénité sont réunies pour juger. Il n'y a pas eu que des moments noirs». (Cité d’après ‘Le Monde’ du 03 octobre 2008)

Berlusconi banalise, lui aussi, le passé fasciste

Silvio Berlusconi lui-même a entretenu ce climat, et non pas seulement grace à ses journaux. Le 13 septembre 2003, l’hebdomadaire britannique ‘The Spectator’ publie un long entretien avec Berlusconi, où ce dernier (alors président du Conseil) visiblement agacé par un possible parallèle suggéré par les journalistes entre la dictature du Duce et celle, renversée, de Saddam Hussein en Irak. s'était empressé de bien préciser qu'aucun amalgame n'était possible entre les deux et d’expliquer notamment : « Mussolini n'a jamais tué personne! Tout au plus, il se contentait d'envoyer des opposants en vacances », aux confins du pays, allusion au bannissement d’opposants sur des îles isolées de la Méditerranée… Puis, le 9 novembre 2005, Berlusconi avait curieusement 'oublié' Mussolini quand son parti avait établi une « liste de dictateurs » et invités les italiens à « dire non aux dictatures », lors d'une manifestation « pour l'anniversaire de la chute du mur de Berlin ». Sur les affiches placardées à l’occasion, on trouvait les portraits d'Hitler, Staline, Castro, Saddam Hussein et Oussama ben Laden, autrement dit, outre les plus célèbres, Hitler et Staline, uniquement d’actuels « ennemis de l’Occident ». (Oussama ben Laden, dont les actions sont, bien sûr, condamnables, ne saurait être qualifié de « dictateur » puisqu’il n’a jamais exercé aucun pouvoir étatique…). « En regardant les affiches, un doute naît : auraient-ils oublié un certain Mussolini ? », s'interrogeait ainsi  ‘L'Unità’, le quotidien du parti de gauche DS (social-libéral, ex-communiste).

Tout cela ne fait pas, naturellement, du gouvernement Berlusconi un régime fasciste, loin de là : il n’a pas rompu avec le cadre de la démocratie parlementaire. Et si certains traits de fonctionnement d’une démocratie qui se respectent sont actuellement comme ‘suspendus’, en Italie, c’est essentiellement le fruit d’une utilisation du pouvoir à des fins privés et de la résignation d’une société dont une bonne partie reste passive face à ses dérives. En même temps, les nostalgiques d’un passé autoritaire, dictatorial et de 'grandeur nationale' sont bel et bien là pour appuyer le système en place. La célèbre journaliste Rossana Rosanda a pu qualifier le gouvernement actuel de « bande d’affairistes, de fascistes et de séparatistes » (ce dernier terme étant réservé à la Ligue du Nord, pour laquelle il n’est d’ailleurs plus tout à fait exact).

Critique du passé fasciste/colonial quand il est opportun

Cela n’empêche pas Berlusconi d’avoir une certaine intelligence stratégique, quand il fait de la ‘Realpolitik’ en rangeant provisoirement au placard le passé fasciste. Ainsi, à deux reprises (le 30 août 2008 puis de nouveau le 2 mars 2009), il a présenté des « excuses nationales », pour les torts causés aux habitants de la Libye, ancienne colonie italienne (de 1911 à 1943) où la répression fut sévère et sanglante au cours de ces années. Fin août 2008, Berlusconi a même accepté de verser des 'réparations' à la Libye, pour les crimes commis pendant son passé colonial : 200 millions de dollars par année pendant 25 ans, c’est-à-dire cinq milliards de dollars au total, mais sous forme d’investissements dans les infrastructures libyennes (construction d’une autoroute Est-Ouest, de logements).

…pour empêcher des migrants de venir

Derrière cette apparence de 'repentance' (pour utiliser le terme sarkoyste), se dissimule surtout une visée stratégique. Il s’agit à la fois de contrôler l’accès au pétrole et au gaz du sous-sol libyen et d’intégrer ce pays d’Afrique du Nord dans une politique qui vise à empêcher l’arrivée des immigrés africains subsahariens sur le sol européen. Lors de son séjour libyen en août 2008, Berlusconi a d’ailleurs clairement expliqué l’avantage, pour l’Italie, des accords conclus: « La Libye nous donne du pétrole et du gaz, et  nous prend des immigrés. » Par la suite, son ministre de l’intérieur, Roberto Maroni, a entamé une coopération intensive avec la Libye à laquelle le gouvernement italien fournit radars, bateaux-vedettes et matériel militaire destiné à détecter les bateaux des migrants en haute mer, pour les empêcher d’aller vers l’Europe.

Notons tout de même que, malgré ces arrière-pensées du côté italien et à l’heure où la France met une pression sur les pays du Maghreb pour les forcer à suivre une politique similaire, Sarkozy et les siens refusent encore de pratiquer le minimum de 'repentance' pour les crimes coloniaux. Juste après la visite de Berlusconi dans la ville libyenne de Benghazi, un porte-parole du Quai d’Orsay déclarait ainsi que le problème de la reconnaissance des crimes coloniaux était « un problème spécifique de l’histoire de ces deux pays (Italie et Libye) » . Hors de question donc, pour la France officielle, de reconnaître les crimes du colonialisme en Algérie …
       
Explosion du racisme au cours des derniers mois

La politique d’immigration et le racisme constituent, à côté de la banalisation rampante du passé fasciste, le deuxième aspect sombre qui empoisonne la vie politique italienne. Les acteurs ne sont pas nécessairement exactement les mêmes : alors que pour la réhabilitation ou banalisation du fascisme historique, certains représentants de l’ex-« Alliance Nationale » (et parfois Berlusconi lui-même) sont aux premiers postes, ils sont davantage en retrait quand il s’agit d’inciter ouvertement au racisme. Sur ce terrain-là, c’est la Ligue du Nord qui attise les flammes, même si elle n’est pas la seule.

Depuis environ un an, les exactions xénophobes, des insultes voire des meurtres, se multiplient en Italie. Au printemps 2008, cela a commencé par des multiples incendies volontaires de camps de Roms, originaires, pour la plupart, de Roumanie (Une spécificité de l’immigration en Italie, en comparaison avec la France, réside dans le fait que ses groupes les plus nombreux sont originaires de l’Europe du Sud-Est. Sur un total estimé de quatre millions environ de ressortissants étrangers, 1,6 million seraient des Roumains et environ 400.000 des Albanais. Viennent ensuite les Marocains, les Chinois et les Ukrainiens). Les forces de l’ordre laissent souvent faire des groupes d’habitants enragés qui, surtout dans la région de Naples, s’attaquent à visage découvert aux baraques dans lesquelles vivaient ces immigrés.

Le 24 juin 2008, le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni annonce qu’il va envoyer les forces de l'ordre dans l'ensemble des « camps nomades » du territoire pour relever les empreintes digitales de tous les occupants : adultes comme enfants. Hypocritement, le ministre affirme le lendemain, devant une commission parlementaire, qu’il « ne s'agira pas d'un fichage ethnique mais d'une garantie supplémentaire pour la protection de leurs droits ». Le ministre ajoute: « Nous prendrons aussi les empreintes des mineurs pour éviter des phénomènes comme la mendicité. La garde des enfants sera retirée aux parents qui les envoient mendier plutôt qu'étudier à l'école. » Cette mesure suscite, dans un premier temps, des vives polémiques. L’Union Européenne condamne le projet, déclarant qu’il s’agit d’une mesure discriminatoire. Pour parer à cette accusation, le gouvernement italien déclare que, « pour que ce ne soit pas discriminatoire, nous allons ficher les empreintes digitales de tous les habitants de l’Italie jusqu’en 2010. » La polémique, d’abord vive, se calme entre-temps.

Dans un nouveau train de mesures sécuritaires, le gouvernement italien fait patrouiller, à partir de l’été 2008, quelques 3.000 soldats dans les rues des villes de la Péninsule. Les premières arrestations de quelques petits délinquants, consécutives à ce déploiement de l’armée, sont fêtées comme des grands succès. Cependant, on n’entend plus beaucoup parler de cette opération militaire au bout de quelque temps, sans que  cela n’ait d’incidence sur la délinquance. L’opération, limitée dans le temps, doit prendre fin en février 2009. Le plus grand syndicat de policiers en Italie condamne ce déploiement de militaires comme « indigne d’un pays démocratique ». Mais, fin janvier et  mi-février 2009, cinq viols sont commis et l’on soupçonne des immigrés (principalement des Roms), le gouvernement décide alors de prolonger l’opération de six mois. Entre-temps, le débat public sur les violences sexuelles se recentre sur la question des « viols ethniques », comme ils sont désormais appelés. Inutile de préciser que tous les violeurs ne sont pas étrangers, loin s’en faut. Mais le traitement n’est pas le même. Ainsi, à Rome, un homme, de nationalité italienne, ayant avoué sa participation à un viol collectif, a été remis en liberté au bout de quelques heures seulement (avec obligation de pointer au commissariat) alors que les présumés 'violeurs' de février 2009 de Rome, Bologne et Milan, tous étrangers, restent en détention préventive. Depuis ces événements, une vingtaine d’agressions violentes contre des membres de la communauté roumaine/'tzigane' ont été commises au cours de quelques semaines, « à titre de représailles ». Par ailleurs, le 22 février 2009, plusieurs dizaines de membres du parti activiste d’ultradroite ‘Forza Nuova’ (Nouvelle Force) se sont rassemblés à Rome, pour demander l’expulsion des immigrés : « Nous voulons suspendre les accords de Schengen qui sont la cause de ce désastre. Nous voulons également entamer l’expulsion des gitans, et dans le même temps nous pensons que les étrangers qui commettent des crimes en Italie doivent être renvoyés chez eux » a alors déclaré Roberto Fiore, leader du mouvement.

Par vagues successives, la violence raciste traverse le pays. Le 14 septembre 2008 à Milan, le jeune Burkinabè Abdul Guibré, âgé de 19 ans, a été tué à coups de barre de fer par les gérants d’un snack-bar à qui il avait dérobé un paquet de biscuits. « Sale nègre » auraient, selon plusieurs témoins, hurlé les assassins. Le 18 septembre 2008, à Castel Volturno, dans les environs de Naples, sept personnes dont six Africains sont massacrés par les tueurs de la Camorra. Deux d’entre eux aurait omis de payer à la mafia locale « l’impôt » levé par elle sur le trafic de drogue. Les autres ? Probablement morts en raison de leur seule appartenance « à la même communauté » à titre de « représailles ». Le 29 septembre 2008 à Parme, un jeune d’origine ghanéenne est ressorti du commissariat avec un œil poché et une jambe abimée, faute d’avoir compris son nom de famille, les policiers ont écrit sur ses papiers : « Emanuele Negro ». Le 2 octobre 2008 à Rome, un homme d’origine chinoise a été roué de coups par cinq adolescents devant un arrêt de bus. le 31 janvier 2009, à Civitavecchia non loin de Rome, un inspecteur de police a abattu de sang froid, avec son arme de service, pour une banale querelle de voisinage, Cheikh Mory Diouf,un sénégalais de 43 ans. Le lendemain, 1er février 2009, trois jeunes Italiens revenant d’une soirée arrosée ont croisé Navtej Singh Sindu (35 ans), un SDF d’origine indienne endormi à la gare de Nettuno dans la banlieue de Rome. Ils lui ont demandé de l’argent, puis l’ont roué de coups, aspergé d’essence pour tenter de le brûler vif. « On voulait juste éprouver une émotion forte pour finir la soirée » aurait déclaré l’un d’eux aux carabiniers venus l’arrêter.

Au niveau politique, presque chaque fait-divers impliquant des délinquants présumés d’origine étrangère est utilisé comme prétexte pour un nouveau tour de vis législatif anti-immigrés. C’est principalement la Ligue du Nord, parti le plus raciste, qui gagne maintenant du terrain dans le centre du pays, sur d’anciennes « terres de gauche », qui développe une agitation intense dans ce sens. Ce parti comporte de nombreux militants fanatiques, qui vont jusqu’ à ériger des murs à travers des municipalités entières en Italie du Nord, ou à promener des porcs en laisse et les faire uriner sur des emplacements de futures constructions de mosquées… pour les « souiller »,

Le dernier durcissement massif des lois a été voté le 5 février 2009 au Sénat, avant de passer plus tard à l’Assemblée nationale. Cet amendement prévoit divers renforcements de l’arsenal législatif anti-immigrés. En fait partie, l’instauration d’un prix pour chaque renouvellement d’un titre de séjour fixé à 200 euros, contre 80 euros auparavant. (Précisons qu’en France, les autorités préfectorales à Paris exigent 280 euros pour le renouvellement d’une carte de séjour valable un an). L’amendement prévoit également des amendes, pouvant atteindre 5.000 à 10.000 euros, pour toute personne ayant commis le délit de « séjour illégal ». La principale disposition controversée concerne, cependant, la possibilité désormais ouverte aux médecins de dénoncer leurs patients immigrés 'sans papiers' auprès des autorités. Selon la Ligue du Nord, il s’agirait du « seul moyen d’endiguer les épidémies que les immigrés transmettent » (sic). Une bonne partie du corps médical ainsi que l’Eglise catholique – puissante en Italie – se sont cependant insurgés contre cette disposition discriminatoire. Les Instituts catholiques ne l’appliqueront pas s’il entre en vigueur, et la CGIL (première confédération syndicale italienne) appelle à la « désobéissance civile » contre toute tentative de violer ainsi le serment d’Hippocrate.

Une seconde disposition législative extrêmement controversée a, cependant, été définitivement votée le 19 février à  la demande pressante de la Ligue du Nord. Il s’agit de la légalisation des « rondes citoyennes », qui constituent une sorte de milices - non armées – effectuant des rondes nocturnes dans les villes ou à leurs abords. De telles milices de 'citoyens' partent à la chasse aux étrangers sans titre de séjour ainsi qu’aux prostituées. La nouvelle loi encadre davantage qu’auparavant, ces 'rondes', les soumettant désormais formellement au contrôle des maires et des commissariats de police. Cependant, en même temps, elle crée, pour la première fois, une base légale à l’activité de ces 'justiciers', aux motivations racistes - et qui n’ont bénéficié d’aucune formation leur permettant de connaître leurs limites et les droits des personnes qu’ils 'interpellent'. Les militants de la Ligue du Nord, vêtues de chemises vertes portées comme un uniforme, participent à ces milices non armées depuis quelque temps déjà, terrorisant les 'étrangers extracommunautaires' dans certaines régions. Dans d’autres parties de la Péninsule, d’autres forces d’extrême droite – tel que le parti « La Destra » (La Droite), formation fascisante qui effectue des 'rondes' dans les alentours de Rome – jouent un rôle similaire.

En dehors des résistances de citoyens aux convictions antifascistes et universalistes, de syndicalistes ou encore des milieux de l’Eglise (ou d’une partie d’entre elle), la nouvelle offensive sur la question du racisme bute aussi sur certaines résistances  au sein même du camp de droite.

Alors que la Ligue du Nord est en pointe sur ces question de 'l’immigration' et de la démagogie sécuritaire ou raciste, les autres forces principales de la droite sont (pour le moins) légèrement en retrait sur ce terrain. Alessandra Mussolini (petite fille du dictateur, entrée en politique il y a 15 ans sous les couleurs du MSI et qui anime désormais sa propre formation d’extrême droite : ‘Alternativa sociale’), a ainsi condamné l’amendement sur la délation des médecins. En février, elle déclare : « De nombreux fils d’immigrés ne seront plus soignés, parce que leurs mères auront peur d’être dénoncés ». Gianfranco Fini, lui aussi, a déjà pris publiquement ses distances avec plusieurs mesures législatives contre ’immigration clandestine.

Le 18 mars dernier, 101 parlementaires de la droite et du centre-droit, emmenés par Alessandra Mussolini, expriment par courrier leur désaccord avec cet amendement (voté au Sénat) qui lève le secret professionnel pour les médecins face à un « sans papiers ». Le lendemain, Silvio Berlusconi déclare que « l’esprit de la lettre des 101 est juste ». Au même moment, il prend ses distances avec les fameuses 'rondes citoyennes', même si l'argument de fond était plutôt faible : « Ces rondes sont un prétexte pour m’attaquer. » Ces propos sont interprétés comme un gage donnés à ceux qui dans sa majorité, y compris et peut-être surtout de l’ex-« Alliance nationale » (dissoute le 22 mars), expriment leurs désaccords avec ces mesures.

Conclusion  

Derrière ces controverses et disputes au sein même de la droite, on trouve des enjeux stratégiques importants : les vecteurs de la droitisation de la société italienne ne sont pas les mêmes, selon le terrain sur lequel on se place. La réhabilitation du passé fasciste n’interpelle pas les mêmes secteurs de la société que les questions du racisme et de l’immigration (question plus 'parlantes' au Nord qu’au Sud de l’Italie, ce dernier ayant longtemps été une région d’émigration plutôt que d’immigration quoique cela change rapidement depuis les années 1990). Surtout, le fait de pouvoir se démarquer de quelqu’un qui sera « toujours plus à droite que soi-même » peut servir de gage face à l’opinion publique : voyez, nous ne sommes pas les pires…

En attendant, le gouvernement Berlusconi, s’il ne constitue point un régime fasciste au pouvoir, constitue bel et bien une expérience périlleuse pour la démocratie. Non pas qu’elle la démantèle de force, ce n’est ni son but ni son effet. Cependant, en réhabilitant de façon rampante des idées, des schémas, des concepts étrangers à la démocratie et à l’universalisme des droits de l’homme, la République italienne dérive. Non pas sous les coups de boutoir d’une terreur fasciste, mais par l’effet de la résignation et l’apathie politique de larges pans de la société (et surtout de l’ancienne gauche), des difficultés de mobiliser, de croire en la possibilité d’alternatives.

Alors que l’Italie est, elle aussi, touchée par la crise économique (ce que nie Berlusconi, dénonçant le 6 mars ces « médias qui exagèrent » en allant « à l’encontre du bien de tous »), ‘il Cavaliere’ peut se reposer sur un matelas d’opinions positives. Il garderait autour de 60 % de valeurs de sympathie. Il peut continuer à tenir des propos antipolitiques, des blagues de mauvais goût, déplacés ou sexistes, à exhorter publiquement et cyniquement les chômeurs « à ne pas rester là les mains dans les poches », et conseiller aux travailleurs trop pauvres pour vivre de leur salaire « de se chercher un second boulot au noir ». L’indifférence face à un tel phénomène politique, même s’il apparaît parfois comme clownesque, est le plus dangereux. A l’heure actuelle alors qu’aucune terreur de masse ne menace les opposants, l’indifférence peut elle aussi tuer les libertés démocratiques.

VISA

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Pas question de changer de méthode, même si la justice a décidé de s’en mêler. Le système des kits de campagne mis en place pour les élections législatives de 2012, qui se trouve au cœur de l’enquête judiciaire qui vaut au Front national d’être renvoyé en tant que personne...

08.05.2017 - 18:43

Des militants d’Action française lors du défilé en l’honneur de Jeanne-d’Arc, en 2013. MIGUEL MEDINA / AFP

C’est devenu un rendez-vous incontournable du petit milieu militant parisien. Chaque vendredi en fin d’après midi, l...

03.05.2017 - 15:22

Fil d'informations RESF

Tamara, Narek et Arman doivent rester parmi nous Luttons pour la régularisation de la famille Torossyan Vardoui Markossyan épouse Torossyan de nationalité ukrainienne et son mari arménien Armen Torossyan sont entrés en France en septembre 2014 avec leurs trois enfants. Ils se sont installés à...
27.06.2017 - 16:50
Wisdon doit rester parmi nous Luttons pour la régularisation de Maria Maria Ighodaro, de nationalité nigériane, est entrée en France en avril 2014 avec son fils Wisdon. Elle avait dû quitter le Nigéria, sa vie étant menacée. Elle a demandé l'asile, a été déboutée puis vient de déposer une demande...
27.06.2017 - 16:59
A 15 ans et 8 mois, Djelil Guigma doit être libéré immédiatement du centre de rétention Saint Exupéry pour être présenté à un juge des enfants et protégé par l'ASE. La présomption de minorité doit lui profiter en attendant que son état civil soit consolidé par des démarches auprès des autorités...
26.06.2017 - 00:59
Davit Kosakyan est en France, à EPERNAY depuis 4 ans. Sportif de haut niveau (arts martiaux : judo et MMA(mixed martial arts), il vivait avec sa famille en Russie où il a été victime d'oppression, de chantage, de coups, blessures physiques et morales. Il a fui et est arrivé en France en septembre...
25.06.2017 - 00:47
assure le lien avec de site de l'AME ; cet article a une date de publication qui est mise à jour par la syndication avec le site de l'AME
24.06.2017 - 20:23
avec Philippe Wannesson, (Passeurs d'Hospitalité des exilés à Calais), Brigitte Cerf (RESF 75, par téléphone. 1 – Intro et journal On dira un mot, entre autre, du procès en appel de Cédric Herrou et de la tentative d'expulsion de M. Ismaili – dont on avait parlé lors de notre émission du 27 mai,...
24.06.2017 - 15:18
Depuis de nombreuses semaines, se pose le problème du renvoi de jeunes migrants du dispositif de l'ASE. Leur minorité est contestée par le Conseil départemental. Les droits ne sont pas toujours respectés.
24.06.2017 - 06:13
La préfecture continue de refuser la résolution humaine de la question des femmes congolaises de l'Aisne. Elle leur refuse la protection à laquelle ces femmes ont droit. Nous souhaitons une nouvelle mobilisation citoyenne pour empêcher l'expulsion de Nesca.
23.06.2017 - 10:33
Da Costa MALONGUE, père de famille, ne doit pas être expulsé de France vers l'Angola et séparé de manière inhumaine de sa conjointe et de ses 2 enfants ! Monsieur le Préfet de Paris, Monsieur le Préfet de la Somme, Je, soussigné(e), sollicite de votre bienveillance pour que Monsieur Da Costa...
22.06.2017 - 20:23
Menacées d'expulsion, les Femmes congolaises de l'Aisne s'organisent. Elles reçoivent d'appui de parents d'élèves, de professeurs, de féministes... Elle participent à des réunions, s'interrogent et s'inquiètent sur le sort de leurs enfants. Des stratégies de survie sont mises en place, avec la...
21.06.2017 - 16:57

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

Le 10 mai 2017, les gardes-côtes libyens interceptent dans les eaux internationales un bateau de 500 migrants auxquels l'organisation non gouvernementale allemande Sea-Watch s'apprêtait à porter secours, mettant en danger les deux embarcations, celle des migrants et celle de l'ONG. Les migrants...
gisti
27.06.2017 - 13:51
À l'heure de la déréglementation du travail, du dumping social, du développement de chaînes de sous-traitance internationales et de l'explosion de statuts dites « indépendants », les travailleuses et travailleurs étrangers sont en première ligne : travailleurs détachés ou « sur-subordonnés »,...
gisti
26.06.2017 - 14:11
En écho à la demande adressée au gouvernement par Anne Hidalgo, maire de Paris, de réfléchir à « un plan général d'accueil des migrants en France » avec l'ouverture de camps de premier accueil dans les métropoles régionales – à l'image de celui qu'elle a installé en octobre 2016 porte de La...
gisti
26.06.2017 - 13:18
Tous les jours des exilés, femmes et hommes, fuyant guerres, violences, dictatures, misère…, traversent la Méditerranée. Beaucoup y meurent. Les autres espèrent pouvoir trouver asile en Europe. Certains cherchent à venir en France. Mais celles et ceux qui arrivent à Vintimille sont bloqués, la...
gisti
26.06.2017 - 12:30
Cette note interassociative s'adresse à toutes les personnes qui, par leurs activités professionnelles (juristes associatifs, praticiens du droit, avocats, juges) ou militantes, s'intéressent aux procédures d'expulsion des habitants de terrains occupés sans titre. Le cadre des procédures d'...
gisti
26.06.2017 - 09:53
La convocation en garde à vue de Simon a été reportée au jeudi 29 juin. RV 10h 27 bd Bourdon! ———

 

COMMUNIQUE Paris le 23 juin  – 14h

SIMON, militant de DAL Paris et environs est convoqué en “garde à vue” Mardi 27 juin au...
dal
23.06.2017 - 18:56
Ce camp dit humanitaire, ouvert en novembre 2016 à l'initiative de la mairie de Paris et géré par Emmaüs solidarité, mis en avant comme vitrine de l'accueil des réfugiés cache une toute autre réalité. Hier, mercredi 21 juin, aux alentours de 7h, l'ouverture du centre dit de « premier accueil » s'...
gisti
22.06.2017 - 09:04
Session de 2 jours, le 22 juin 2017 - [Autres Formations]
gisti
22.06.2017 - 08:30
Contre l’expulsion de la Cité de l’air à Athis-Mons*, les habitants ont décidé aujourd’hui d’organiser un rassemblement demain jeudi 22 juin 2017 à 16h à la sous-préfecture de Palaiseau Avenue du Général de Gaulle 91125 Palaiseau Cedex

*voir...

dal
21.06.2017 - 17:51

COMMUNIQUÉ Paris mardi 20 juin 2017

ATHIS-MONS (91), CITÉ DE L’AIR 200 personnes menacées d’expulsion les prochains jours POINT PRESSE et rencontre avec les...
dal
20.06.2017 - 14:23
« Chacun est appelé à venir sur le Canal de l'Ourcq à La Rotonde, pour fabriquer avec d'autres son bateau de papier et à venir le lâcher sur le canal… Nous sommes tous potentiellement un migrant, un exilé qui aura peut-être un jour besoin d ‘une main tendue. Nous l'avons été dans le passé et aux...
gisti
20.06.2017 - 14:00
Plus de 200 organisations, des très connues à des micro-collectifs dans des villages, lancent un appel public inter-associatif à Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Gérard Collomb pour que le gouvernement change radicalement sa politique migratoire. Elles réclament l'organisation d'une conférence...
gisti
20.06.2017 - 10:18

 

...

dal
16.06.2017 - 22:13
À JOUR des deux dernières réformes législatives importantes – la loi du 29 juillet 2015 sur l'asile et la loi du 7 mars 2016 sur le droit des étrangers –, cet ouvrage vise à offrir une information claire et accessible sur l'état de la réglementation en vigueur, particulièrement touffue et complexe...
gisti
16.06.2017 - 11:56
[ NE PAS CONFONDRE, avec le concert « Liberté de circulation » du 5 juin 2017 au Trianon, Paris ]CHLOÉ LACAN LOST feat. Camélia Jordana Billets en vente : 18 € tarif plein / 15 € tarif réduit www.lestroisbaudets.com Chloé Lacan / Ménage à Trois / Le trio est polymorphe et passe d'un instrument à l'...
gisti
15.06.2017 - 19:00

COMMUNIQUE Paris le 15 juin 2017   

Incendie meurtrier à LONDRES : c’est toujours les mêmes qui meurent dans les incendies !

Droit Au Logement, syndicat de mal logés, de sans logis et de locataires en France fait part de sa tristesse, de sa solidarité...

dal
15.06.2017 - 15:40
« Collusion avec les passeurs », création d'« un facteur d'attraction », « mise en danger des personnes en migration » : depuis plusieurs mois, les ONG intervenant en Méditerranée pour sauver des vies font l'objet d'attaques et de diffamation de la part de la justice italienne, de l'agence...
gisti
14.06.2017 - 09:19

COMMUNIQUÉ

Paris le 13 juin 2017 18h30

 

Une mère de famille handicapée et ses trois enfants, prioritaires DALO, expulsés sans relogement à Argenteuil ! L’Etat hors la loi,...
dal
14.06.2017 - 08:12
Diverses associations de défense des droits ont souhaité réagir à la vidéo « Eurodame help ! », produite par l'asociation Européens sans frontières et diffusée par le réseau de cinémas MK2 en France, et qui présente à tort et de façon infantilisante une Europe salvatrice et accueillante envers les...
gisti
13.06.2017 - 11:57
Session de 5 jours 35H, le 12 juin 2017 - [Autres Formations]
gisti
12.06.2017 - 08:30

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier