Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
La Mairie de Bollène (ligue du Sud) envisage, pour des projets immobiliers, de vendre le stade de Bollène-Ecluse, dit des Tamaris, qui est pourtant le dernier équipement public significatif d'un quartier populaire, excentré.    Le stade est une ressource importante pour l’école publique des Tamaris : les enseignants l'utilisent fréquemment pour les activités sportives des élèves, l’éducation physique et sportive étant un aspect indispensable des apprentissages et du développement des élèves, inscrit dans tous les programmes scolaires. La cour de l’école, du fait de sa taille et de son état général, ne pourrait s'y substituer et assurer des conditions de sécurité correctes.    Le stade des Tamaris est la seule structure sportive à proximité de l’école, avec un accès direct, qui permet aux enseignants et aux élèves de s'y rendre facilement, sans coût pour l’école, sans avoir besoin de solliciter des parents-...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
La Maison des Potes vous invite à participer le 21 mars 2017 de 14h à 22 h, au colloque "Unis pour l'Egalité, contre le FN" à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d'Eau 75010 Paris (Metro République).    Le 21 mars, journée internationale de lutte contre le racisme, nous voulons débattre avec des syndicats de travailleurs, les associations de défense des droits de l'homme et de lutte contre le racisme, avec les militants et responsables politiques fidèlement mobilisés contre la préférence nationale et le racisme.   A chaque étape du "Grand Paris de l’Égalité" du 21 février au 21 mars, les marcheurs des Maisons des Potes vont à la rencontre des associations, des élus progressistes pour partager des revendications communes pour l'égalité, contre le racisme et les discriminations. Avec nos tracts et nos affiches "Unis pour l’Égalité" nous faisons campagne pour le droit de vote des étrangers, l'...
Même si vous savez très bien pourquoi le Front national est d’extrême droite, VISA vous signale la conférence que la CGT organise, à son siège, le mardi 14 mars : "Pourquoi le Front national est-il d’extrême droite ?". Une petite et salutaire mise au point face à l’entreprise de dédiabolisation du FN qui est à l’œuvre.
Le FN a fait connaître son intention d’organiser une réunion publique en présence de Marion Maréchal Le Pen à Bayonne le mardi 11 avril prochain. (…) Aujourd’hui le FN représente une réelle menace pour la société. Le projet de société proposé par Marine Le Pen et son parti porte en lui un retour en arrière considérable. Malgré ses tentatives de toilettage afin de devenir un parti présentable qui prétend défendre les intérêts des « petits » contre les « grands », son idéologie n’a pas changé : intolérance, exclusion, rejet des libertés publiques… Les villes gérées par le FN en sont la preuve. Le FN n’est pas un parti « anti-système » comme il le prétend, au contraire le projet qu’il porte ne remet aucunement en cause le libéralisme qui concentre les richesses dans les mains d’une minorité et produit des effets dévastateurs sur le plan écologique, social et économique mettant en jeu le droit des...
La CGT-PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) des Bouches-du-Rhône a tenu son congrès fin 2016.Nous reproduisons ici une motion unanime contre l'extrême droite et un tract dénonçant le racisme dans les services!
Le SNUI-PP FSU a produit en ce mois d'avril un nouveau tract en 4 pages, pour expliquer pourquoi le FN est le pire ennemi de l'école publique !
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Extrême droite française et guerre à Gaza

Les récentes manifestations, à propos de Gaza, ont mis en évidence les positions multiples et très contradictoires de l'extrême droite française. Ce n'est pas tout à fait nouveau de voir des positions divergentes apparaître au sein de l'extrême droite, dès lors qu'un conflit militaire met aux prises l'Etat d'Israël  et des Etats ou mouvements politiques arabes ou musulmans. Pour l'extrême droite, un tel conflit est lourd de symbole, dans la mesure où l'antisémitisme d'une part, le racisme anti-arabe d'autre part constituent des marqueurs idéologiques très forts. Ces marqueurs se retrouvent tout au long de l'histoire de l'extrême droite française, mais ils peuvent entrer en contradiction (vraie ou apparente) à un moment donné.

Dans un contexte où le Front national - parti dominant de cette mouvance - est très affaibli, les contradictions éclatent et s'exacerbent. Avant, il existait une épine dorsale organisationnelle, un appareil structuré capable d'intégrer les différents courants idéologiques et de leur proposer une « synthèse ». Aujourd'hui, les trajectoires respectives de ces courants peuvent se radicaliser, dans la mesure où ce « centre » organisationnel  a moins de puissance et de force d'intégration.

Petite mise en perspective historique

Une petite mise en perspective s'impose. Historiquement, c'est d'abord l'antisémitisme - contre les juifs, présentés comme « le poison des nations » - qui transforme la « droite révolutionnaire » (pour parler avec Zeev Sternhell, qui a analysé les mouvements préfascistes) et nationaliste en mouvement de masse. Au début du XXe siècle, il fournit une grille de lecture de la société, capable de tenir lieu d'« alternative » à l'aspiration révolutionnaire. La « théorie du complot » antisémite explique que ce seraient les juifs, et accessoirement les francs-maçons, qui possèderaient l'argent et détiendraient - secrètement - le pouvoir. Ils chercheraient à contrôler les nations, pour les détruire et ériger leur « gouvernement mondial ». Cette « théorie » permet aux forces les plus réactionnaires de s'adresser aux couches populaires, paupérisées, pour leur offrir une prétendue perspective de lutte aux allures pseudo révolutionnaires.

A partir de 1945, une telle approche semble désormais interdiie aux forces de droite et d'extrême droite. L'antisémitisme doit faire face au bilan historique des crimes du nazisme. Il est devenu politiquement, moralement, sinon juridiquement périlleux voire impossible de s'en revendiquer ouvertement. En même temps, la période des guerres coloniales (surtout celles des années 1950) ainsi que la construction de l'Etat d'Israël change - au moins provisoirement - la donne. L'Etat d'Israël constitue un allié de poids dans la région, pour la France colonialiste combattant le mouvement de libération nationale en Algérie et l'Egypte de Nasser qui cherche à stimuler les forces indépendantistes. A travers une intervention militaire commune contre l'Egypte, en octobre 1956, la France colonialiste et Israël se trouvent côte à côte. (Jean-Marie Le Pen sert alors comme officier, engagé volontaire, dans le corps d'expédition). De plus, la construction d'un Etat national juif, fortement militarisé, semble rendre possible, aux yeux de l'extrême droite de l'époque, une « solution de la question juive » nouvelle. Au lieu de « se mêler » aux peuples et nations de l'Europe, les juifs devraient partir au Proche-Orient pour y ériger leur propre Etat-nation, ce qui permettrait de possibles alliances (pour des raisons stratégiques), et du même coup l'extrême droite serait disculpée de tout antisémitisme. Cette période constitue un tournant majeur pour les droites nationalistes, en France autant qu'en Allemagne fédérale. Au cours de ces années et même plus tard, Jean-Marie Le Pen, portant à l'époque un bandeau, se compare volontiers à Moshe Dayan, le « héros » militaire israélien notamment pendant la guerre des Six jours en 1967.

A la fin des années 1980, la donne change encore. Jean-Marie Le Pen passe, à un autre registre et remet au centre de son discours un antisémitisme qui avait semblé passé au second plan, sinon quasiment disparu. L'épisode du « point de détail » déclenche une rupture. Le chef du FN, ayant cru qu'il avait donné suffisamment de gages « aux juifs » (après avoir rencontré, entre autres, des représentants du parti droitier Herout - ancêtre du Likoud - à New York en février 1987), ne faisait plus suffisamment attention à dissimuler sa tendance naturelle. Lors d'une émission de TV, en septembre 1987, il professe ses sympathies pour les thèses des « révisionnistes », qu'il convient mieux d'appeler négationnistes puisqu'ils nient une évidence historique : la réalité de la Shoah. Ensuite, sur la défensive, il revendique « la liberté de la recherche historique », avant de se réfugier derrière une formule selon laquelle cette « question » - celle de l'existence, ou non, des chambres à gaz - serait « un détail de l'histoire », sans importance majeure.

Cet épisode provoque un tollé. La politique israélienne et la droite pro sioniste, mais aussi de façon plus générale les droites occidentales dominantes rompent les contacts les plus avancés avec le FN. Invité à assister à un congrès du parti conservateur britanniques - des « Torys », nous sommes encore à l'époque de Margaret Thatcher -, Jean-Marie Le Pen voit son invitation annulée en octobre 1987. Il doit aussi faire une croix sur le projet de se rendre en Israël à l'approche des élections présidentielles françaises du printemps 1988. Dès lors, l'extrême droite française peut laisser libre cours à son antisémitisme. En même temps, la donne géopolitique a évolué. C'est l'effondrement du bloc soviétique à la fin de l'année 1989. Jusque-là, l'anticommunisme avait fortement dominé l'orientation du FN en politique internationale, et l'extrême droite avait bruyamment soutenu la réélection du président Reagan en 1984. Mais à la fin de la décennie, la bipolarité entre « communisme » et « monde libre » perd de sa force idéologique. Aux pays de l'Est, c'est « l'éveil des nations ». L'extrême droite  prend - majoritairement - la tangente de l'antiaméricanisme, et la direction du FN défend (non sans beaucoup de mal en interne) une position radicalement opposée à l'intervention militaire des USA en Irak en janvier/février 1991.

A partir de là, l'Etat d'Israël cesse, aux yeux d'une bonne partie l'extrême droite (quasiment en même temps que les USA), d'être vu comme un allié privilégié. C'est désormais le nationalisme radical - y compris des « petites nations » plus ou moins opprimées - qui prime sur l'orientation pro-occidentale classique, aux relents colonialistes. L'antisémitisme pourra plus librement s'exprimer. Ce qui n'empêchera pas Jean-Marie Le Pen, en 2002, de se référer positivement, dans une interview au quotidien israélien « Haaretz » à la politique « de la main forte contre le terrorisme » engagée par Ariel Sharon. Ce dernier n'avait-il pas, dans une interview à « L'Express » à la fin de l'année 2001, comparé sa politique à celle des forces pro-« Algérie française » ? Désormais, les références idéologiques contradictoires coexistent au sein du FN.

Positionnements actuels

Face aux événements de Gaza, l'extrême droite française se positionne de trois façons. Premièrement, une partie (minoritaire) de ses forces applaudit aux opérations militaires d'Israël. Deuxièmement, une bonne partie défend une position « neutraliste », renvoyant dos à dos non seulement les belligérants sur place, mais aussi les manifestations de sympathie pro israéliennes et pro palestiniennes sur le sol français, rejetées comme marque de sympathie pour une « cause étrangère ». Enfin une dernière fraction, professant un nationalisme radical et « révolutionnaire », défend sans retenue des positions ouvertement anti-israéliennes et en même temps antisémites, allant même jusqu'à tenter (sans grand succès) d'infiltrer les manifestations pro palestiniennes, généralement soutenues par des forces de gauche et des immigrés d'origine arabe.

Applaudissements pour les opérations militaires d'Israël

Dans le premier camp, on trouvera notamment Jean-François Touzé, exclu de la NPD pour ses « positions bourgeoises, atlantistes et sionistes » et qui a créé, en septembre 2008, son propre groupement politique : la « Nouvelle Droite Républicaine » (NDR). La NDR, tiendra son premier meeting public à Paris, le 1er mars 2009, sous le titre « Pour une nouvelle alliance occidentale » et avec le symbole de l'OTAN comme drapeau. Fin 2008, Jean-François Touzé, son mini-parti et le site Internet qui lui est proche (Rebelles.info) avaient bruyamment fait campagne pour l'élection de John McCain à la présidence des Etats-Unis.  Dans ce contexte, la NDR défend des positions explicitement favorables à la guerre menée par l'armée israélienne à Gaza, et applaudit bruyamment ses soldats et leurs « victoires » : « La Nouvelle Droite Républicaine soutient sans réserve l'offensive menée par L'Etat d'Israël contre le Hamas. Ce qui est en cause c'est bien sur la sécurité des Israéliens (...). C'est aussi la sécurité de l'Occident tout entier qui, face au terrorisme islamique, doit revendiquer son droit et son devoir à la riposte légitime et à l'emploi de la force juste. La NDR dénonce enfin la désinformation qui tend à faire croire que des centaines de civils ont été tués ces deux derniers jours sur la bande de Gaza. S'il est malheureusement inévitable dans tout conflit que des pertes soient à déplorer au sein de la population, la vérité est que 80% des tués appartiennent aux forces armées du Hamas. » Le site Internet qui soutient la NDR agit d'ailleurs en partenariat étroit avec des journalistes connus proches de la « droite dure » classique, reprenant et publiant leurs articles « avec autorisation de l'auteur », dont Ivan Rioufoul du « Figaro ». C'est le cas des articles de Michel Gurfinkiel, journaliste à l'hebdomadaire « Valeurs actuelles », proche politiquement de la droite dure israélienne et de l'idéologie des colons ; adversaire depuis toujours de toute reconnaissance d'un droit à l'autodétermination des Palestiniens et opposé à l'OLP (selon lui « une fratrie terroriste ») autant qu'au Hamas.

Neutralisme nationaliste : Non aux « intérêts étrangers » des uns et des autres

Une majeure partie de l'extrême droite française défend plutôt une politique du « Ni - Ni », mettant les deux camps dos à dos, refusant du même coup que l'on « se batte dans les rues françaises pour des intérêts étrangers ». Ainsi l'hebdomadaire « Minute », proche du FN sans être sous le contrôle de ses instances, titrait le 14 janvier 2009 : « Qu'ils soient pour le Hamas ou pour Israël : Qu'ils aillent se battre là-bas ! » C'est aussi l'orientation des interventions de la NDP (Nouvelle Droite Populaire), qui a, par exemple, distribué le 26 janvier - avec un groupuscule monarchiste - un tract sous le titre « Ni Israël ni Palestine... Vive la France » où l'on peut lire : « Suite aux manifestations passées et à venir pour soutenir les politiques israélienne ou palestinienne, la Nouvelle Droite Populaire et Génération FA8 s'associent pour rappeler que ce conflit ne concerne ni l'Europe et encore moins la France. De plus, des individus sur notre sol en profitent pour imposer des discours qui sont très éloignés des intérêts politiques de la France et des Français, ceci est inadmissible. (...) La Nouvelle Droite Populaire et Génération FA8 tiennent à rappeler que seuls les intérêts de nos peuples et de notre civilisation doivent guider les choix politiques de la France (et non être animés par une rhétorique gauchiste, droit de l'hommiste et pro islamiste). »

C'est dans une logique similaire qu'à Nice, le « Bloc identitaire » (puissamment implanté) s'est opposé à la tenue de manifestations pro palestiniennes. Allant jusqu'à organiser, le 17 janvier, une contre-manifestation sous les mots d'ordre « Maîtres chez nous ! » et « Ne laissons pas notre ville à la racaille ! » A ses yeux, ceux qui se mobilisaient contre la guerre à Gaza étaient uniquement, soit des immigrés d'origine arabe, soit des traîtres défenseurs d’’ intérêts étrangers ». Les deux manifestations (celle des pros palestiniens, et celle des « Identitaires ») à Nice avaient été interdites, mais ont eu lieu quand même - au moins pendant une courte durée -, les deux publics s'invectivant respectivement en scandant : « Nous sommes d'ici ! ».

Offensive pour le négationnisme et la banalisation de la Shoah

En même temps, certains des protagonistes de l'extrême droite ont profité l'occasion pour repasser à l'offensive sur la question du négationnisme, ou plus précisément sur la banalisation de la Shoah.  Jean-Marie Le Pen, notamment, s'est exprimé à plusieurs reprises en cherchant à assimiler les massacres commis par l'armée israélienne à Gaza au génocide perpétré par les nazis en Europe. Le 8 janvier 2009, il compare la situation dans la bande de Gaza à un gigantesque « camp de concentration ». Cette allusion aux camps de la mort, instrument dans la politique d'extermination de régime nazi, est, bien entendu, une contrevérité historique - alors qu'on pourrait éventuellement analyser la situation des Palestiniens à Gaza à la lumière de celle faite aux Amérindiens parqués dans une « réserve » ou des Noirs mis dans un « Bantoustan » par l'Afrique du Sud sous l'Apartheid (régime soutenu dans son temps par le FN français).  Huit jours plus tard,  Jean-Marie Le Pen compare Gaza au « Ghetto de Varsovie », et les forces politiques agissantes en Palestine occupée (dont le Hamas) à l'insurrection du ghetto en 1943. Une fausse analogie historique, là aussi, bien entendu : la politique d'occupation en Palestine et les assauts militaires doivent bien sûr être condamnés, mais ils ne sont en rien assimilables à la tentative des nazis d'exterminer physiquement tout un peuple jusqu'au dernier nourrisson. Dans le cas de la politique militaire d'Israël (comme dans celui des guerres coloniales menées, entre autres, par la France), il s'agit d'imposer des objectifs politiques (ou parfois économiques). Une fois ceux-ci atteints, la violence à l'état brut peut cesser - même s'il subsiste une violence structurelle - ; et la mort de civils est considérée comme « un prix à payer » ou encore « des dégâts collatéraux », mais non pas comme un but en soi. Les deux logiques ne sauraient être confondues.

De toute manière, ce que recherche Jean-Marie Le Pen ce n'est pas une explication ou analyse par analogie historique. Son but est bel et bien de banaliser l'horreur des crimes nazis, en les faisant disparaître (avec toute la spécificité qui les caractérise) derrière une chaîne de crimes politiques ou militaires assez différents les uns des autres. Le tout, non pas pour dénoncer tous les crimes, mais pour finir par dire : « Les uns ne valent pas mieux que les autres, donc cessons de nous battre la coulpe. Au final, personne ne fait des omelettes sans casser des œufs, donc cessons de nous en émouvoir. »

Jean-Marie Le Pen n'est pas le seul dans cette logique de banalisation de la Shoah, ni d'ailleurs celui qui va le plus loin. Le MDI (« Mouvement des Damnés de l'impérialisme »), groupuscule radical - inspiré de racialisme noir et d'antisémitisme - qui a pris la succession de la « Tribu K » interdite en 2006, va beaucoup plus loin. Sur son site, ce groupuscule dirigé par le fasciste « Kémi Séba » alias Stellio Capochichi délire : « Gaza est pire que la Shoah ! », ceci alors que, par ailleurs, il n'a jamais reconnu la réalité du génocide perpétré contre les juifs (ces derniers s'érigeant, selon lui, en victimes de façon frauduleuse).

Précisons que dans le contexte actuel, lourd de confusions politiques et historiques, il n'est pas rare de voir dans les manifestations - dénonçant à juste titre l'intervention militaire de l'Etat d'Israël à Gaza et les brutalités qui l'ont accompagnée - des pancartes assimilant Israël à l'Allemagne nazie, la guerre de Gaza à la Shoah, « Gaza et Auschwitz ». Ces pseudos comparaisons historiques ne sont pas toujours l'œuvre de groupes politiques organisés, mais souvent le fruit d'une émotion et colère spontanées. Il n'en reste pas moins que les comparaisons aboutissant objectivement à une banalisation du nazisme ne doivent pas avoir leur place dans le discours politique des forces anti-guerre, pro palestiniennes, humanistes ou anticolonialistes.

Les nationalistes-révolutionnaires et les « Rouges-bruns » pour un combat en apparence pro palestinien

Reste qu'une fraction de l'extrême droite, celle qui se voudrait la plus « révolutionnaire » et/ou qui est, en réalité, la plus antisémite, a tenté de se mobiliser - dans le conflit- pour un combat en apparence « pro palestinien ».

Il s'agit d'une part des « Rouges-bruns », qui adoptent une rhétorique « révolutionnaire » verbalement dirigée contre le capitalisme (décrit de préférence comme « apatride ») et « anti-système ». A leurs côtés, on trouve les « nationalistes-révolutionnaires », qui forment un courant idéologiquement structuré au sein de l'extrême droite. Selon leur idéologie spécifique, ils formeraient un mouvement révolutionnaire ; les sujets des révolutions étant - selon eux - non pas des forces sociales mais des « peuples » conçus au sens ethnique du terme. En faisant cela, ils gomment systématiquement toute différence entre la situation d'un peuple victime d'une réelle oppression nationale (ce qui était, entre autres, le cas des Algériens sous le colonialisme, et est le cas des Palestiniens ou des Kurdes, à l'heure actuelle) et celle des autres nations, y compris les plus dominantes. Ce courant aimerait adopter un schéma de mouvement - par essence nationaliste - qui a pu « fonctionner » et trouver un soutien populaire dans des pays colonisés, en les appliquant aux (anciennes) métropoles elles-mêmes. Or, faute d'oppression nationale - qui n'existe pas , par exemple, pour le peuple français en tant que tel - ils inventent une oppression de ces nations par des forces occultes supranationales, par des « lobbys mondialistes » hyper puissants et (parmi eux) « le sionisme international ». Le chemin pour dire que ce seraient les juifs qui opprimeraient les nations, éventuellement avec un pouvoir « mondialiste » basé aux Etats-Unis - mais opprimant selon eux aussi les « vrais » Américains -, n'est jamais très loin.

Un tel positionnement a été adopté, dans le récent conflit, bien sûr par le courant « nationaliste-révolutionnaire » lui-même, représenté par le site Internet « VoxNR ». Celui-ci a, très tôt, adopté un langage ultra-violent contre Israël (« Israël, une machine conçue pour tuer ») et un positionnement de soutien - rhétorique - aux Palestiniens. Ce courant trouve des alliés structurels dans le MDI, mais aussi, entre autres, chez les partisans d'un Dieudonné devenu antisémite forcené.

L'intervention d'Alain Soral, un « rouge-brun » faisant partie des conseillers de Marine Le Pen - quoique cette dernière soit sur d'autres positions, concernant notamment l'attitude à adopter vis-à-vis d'Israël et des Etats-Unis -, allait dans le même sens au moment des événements de Gaza. Après « VoxNR », l'association  propre d'Alain Soral, appelée « Egalité & Réconciliation », appelait elle aussi - après une réunion de sa direction, le 12 janvier - à se joindre aux manifestations pro palestiniennes. Dès le 10 janvier d'ailleurs, selon des informations rapportées par « indymedia », un groupe d'une dizaine de partisans d'Alain Soral (reconnaissables par leurs badges) avait infiltré la manifestation pro palestinienne à Bordeaux. Sur le site « Nations Presse Info », proche de Marine Le Pen, c'est plutôt cette ligne-là qui dominait dans les articles publiés pendant la durée du conflit à Gaza. Même si des forces situées dans le proche entourage de Marine Le Pen, comme le groupe « Convergences nationales » (formé par d'anciens du MNR, dont Nicolas Bay, son ancien secrétaire général), soutenaient sur le même site d'autres positions. Ainsi, selon un communiqué de « Convergences nationales », toute la faute de la guerre de Gaza incomberait uniquement au seul Hamas.

La manifestation pro palestinienne parisienne du 24 janvier 2009 devait permettre l'épreuve du terrain pour les partisans d'Alain Soral et de VoxNR. Accompagnés de partisans du MDI de « Kémi Séba », ils étaient environ deux douzaines au total à tenter de rallier la manifestation à Paris. A son début, ils en furent chassés par le Service d'ordre au point de ralliement. Cependant, ils reviendront un peu plus tard, pour se mettre dans le cortège d'un groupuscule politico-religieux d'obédience chiite, le « Centre Zahra » basé en région parisienne (qui vient de fonder un fantomatique « Parti Anti-sioniste »). On y notait aussi la présence de Ginette Skandrani, négationniste connue et anciennement exclue du Parti des « Verts », tiers-mondiste fourvoyée, mais aussi autrefois très proche de Roger Garaudy.

(sur la photo, prise par nos soins,...Ginette Skandrani )

Plus tard, le Service d'ordre et la Police feront sortir les partisans d'extrême droite de la manifestation, la police invoquant les nécessités de « leur protection ».

Sur des tracts, les partisans d'Alain Soral décrivent la situation des Palestiniens de Gaza comme celles de « victimes, depuis 60 ans, de l'immigration illégale ». Les juifs vivant en Israël y sont assimilés à des sans-papiers qui auraient submergé le pays historique des Palestiniens - dessinant la menace que demain, cela pourrait aussi arriver à l'Europe. La propagande ne semble cependant pas extrêmement appropriée au public de la manifestation, pour l'essentiel composée soit d'immigrés (d'origine maghrébine et autres), soit de militants de gauche et d'extrême gauche défendant habituellement les sans-papiers.

VISA

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

10.04.2017 - 16:02

Marine Le Pen espère une vague de ralliements en vue des élections législatives des 11 et 18 juin, mais, pour l’instant, ces derniers se font au compte-gouttes. Selon nos informations, qui confirment celles du site d’info locale...

10.04.2017 - 16:02

Benoît Loeuillet, entouré de Marion Maréchal-Le Pen et Olivier Bettati pendant la campagne des régionales 2015 (crédit : Olivier Faye)

Depuis son accession à la tête du Front national, en 2011, Marine Le Pen assure avoir fait le ménage parmi...

15.03.2017 - 16:11

Fil d'informations RESF

ll faut lever l'OQTF de Betty Kabena et Fifi Lunda, et leur accorder le droit au séjour ! BettyKabena et Fifi Lunda sont toutes deux venues de République Démocratique du Congo en 2012 afin de fuir les violences récurrentes dans ce pays. Betty était accompagnée de deux de ses enfants, Prescillia ,...
27.04.2017 - 23:11
Une fois de plus, le Conseil Départemental [de Loire Atlantique] a failli à sa mission de protection de l'enfance ! Depuis vendredi 20 avril, une dizaine de jeunes Mineurs Isolés Étrangers sont arrivés à Nantes. Ils ont été reçus dans le service chargé par le Conseil Départemental d'assurer leur...
27.04.2017 - 20:50
Une carte de séjour pour Victor-Hugo ! Victor-Hugo Dos Santos Pereira, élève en terminale littéraire au lycée Léon Blum de Créteil (94), a demandé sa régularisation et un titre de séjour à la Préfecture de Créteil. Celle-ci ne lui a octroyé qu'une autorisation provisoire « pour finir l'année...
27.04.2017 - 15:08
Parce qu'il n'est pas admissible de condamner des êtres humains à une vie de « sans » (sans papiers, sans travail, sans droits …), nous vous invitons à venir nombreuses et nombreux constituer avec nous, chaque premier mardi du mois, un cercle du silence pour crier silencieusement notre indignation...
27.04.2017 - 00:16
Le Réseau Éducation Sans Frontières nous a habitués à voir se succéder les bonnes et les mauvaises nouvelles. Même dans le cas de ces dernières (souvent une mise en rétention), il y a toujours un espace pour la lutte. Cette fois non. Aucun espace : notre camarade André Landrain nous a quittés. C'...
26.04.2017 - 18:15
La famille géorgienne Petrova-Dzidziguri est menacée d'expulsion alors qu'elle est arrivée en novembre 2013 pour rejoindre le père malade, décédé depuis. Les deux jeunes enfants sont scolarisés et très bien intégrés et la mère est bénévole au Secours Populaire ! Comment peut-on expulser une...
26.04.2017 - 09:36
1 – Intro durée : 05:18 = = = = = = = = = = = = = = = = 2 - « Sursaut Citoyen » Avec Nina Marx (CCFD) par téléphone Une cartographie collaborative et un répertoire à vocation de mettre en lumière toutes les initiatives de personnes, de collectifs citoyens ou d'associations qui viennent localement...
22.04.2017 - 14:37
En pièce jointe voici le premier numéro du tout nouveau Journal de RESF69.
21.04.2017 - 16:38
assure le lien avec de site de l'AME ; cet article a une date de publication qui est mise à jour par la syndication avec le site de l'AME
21.04.2017 - 08:36
Le Juge des libertés et de la détention du Mesnil-Amelot a rendu la justice… M. S. et ses fils K. (23 ans) et L. (20 ans) sont emprisonnés au Centre de rétention du Mesnil-Amelot depuis un mois. Ils y resteront 15 jours de plus s'ils ne sont pas expulsés avant. Comme ils ont déjà refusé d'embarquer...
20.04.2017 - 00:08

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

Le 1 er mai 1995, Brahim Bouarram, 29 ans, profitait d'une journée ensoleillée sous le pont du Carrousel. Il ne savait pas qu'on allait le précipiter dans la Seine et mettre fin à ses jours. Les assassins venaient de quitter le défilé du Front National. Depuis, d'autres noms se sont ajoutés à la...
gisti
01.05.2017 - 10:00

COMMUNIQUE Paris le  26 avril 2017

STOP expulsions illicites ! Nouvelle expulsion dans le 17e … Action concrète Avec des locataires victimes de ces bailleurs voyous RV jeudi 27 avril – 12h sortie du métro Pereire

Des centaines de locataires sont...

dal
26.04.2017 - 16:28

 

  Samedi 29 avril à Paris RdV à 8h angle place des Ternes/bd de Courcelles Métro Ternes (ligne 2)

Les mal logés et les sans logis, avec la « fanfare invisible », de nombreuses...

dal
24.04.2017 - 10:22

COMMUNIQUE Paris le 21 avril 2017

 

Les expulsions illégales continuent malgré la loi !

Environ 200 locataires et mal logés ont manifesté mercredi...

dal
21.04.2017 - 12:27
Monsieur le ministre de l'intérieur, L'ouverture de la salle d'audience « délocalisée » du tribunal de grande instance de Bobigny dans la zone aéroportuaire de Roissy Charles de Gaulle est annoncée pour le mois de septembre prochain en vue d'y faire comparaître les personnes dont la prolongation du...
gisti
20.04.2017 - 15:35
Source: Halem La Charte d’Essonne ou la chasse aux sorcières

mardi 18 avril 2017

Au nom de l’écologie, la préfète de l’Essonne organise une chasse aux pauvres L’...
dal
19.04.2017 - 16:42
gisti
13.04.2017 - 10:19
Ce jeudi 13 avril, dix associations et syndicats mettent en ligne les vidéos du tribunal d'opinion pour les droits des enfants Roms qui s'est déroulé le 27 juin 2015 à Saint-Denis (93). La question posée par ce procès était celle des responsabilités des pouvoirs publics dans les violations de leurs...
gisti
13.04.2017 - 09:39
Abandonner un gamin à la rue, ce n'est pas le « délaisser » au sens de l'article 223-3 du code pénal : telle est la subtile nuance que la cour d'appel de Paris invoque pour absoudre ceux qui ont refusé d'en assumer la charge. Livré à lui-même dans les rues de Paris depuis une semaine, un jeune...
gisti
12.04.2017 - 17:46
Les deux documents ci-dessous ont été transmis aux candidats à l’élection présidentielle: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup —>...
dal
07.04.2017 - 19:43
L'Observatoire de l'Enfermement des Etrangers vous invite à une réunion publique sur le contrôle et l'internement des Tsiganes en France. La réunion se tiendra dans les locaux de la Ligue des droits de l'Homme 138 rue Marcadet 75018 Paris (Métro : Ligne 12, arrêt Lamarck-Caulaincourt) Afficher une...
gisti
05.04.2017 - 18:00
Première expulsion sans relogement d’un locataire prioritaire DALO à PARIS Rassemblement / raffut Mercredi 5 avril 15h , Place Louis Lépine (sortie M° Cité )

  Mardi après midi, un locataire d’une résidence Richemond (RIVP), a été expulsé dans le 13e arrondissement, car il ne répondait...

dal
05.04.2017 - 13:01

 

COMMUNIQUE

Paris, le 3 avril 2017

Fin de la trêve hivernale des expulsions : A PARIS, les...

dal
03.04.2017 - 18:36
2 documents ci-dessous: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup

—> ici

 

Les...
dal
01.04.2017 - 09:46

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier