Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...
Appel unitaire "Fermons l'Arcadia, local fasciste à Strasbourg" Deuxième manifestation le 20 janvier 2018 L’Arcadia, local/bar du mouvement néo-fasciste "Bastion Social" qui a officiellement succédé au GUD, a été inauguré à Strasbourg le 9 décembre. Le même jour, une manifestation forte de 400 personnes avait alors défilé dans les rues de la capitale alsacienne pour refuser l’implantation de ce local. Nous soulignions alors qu’en prétendant lutter contre la misère sociale, les fascistes entendaient surtout disposer d’un QG pour la préparation d’agressions.    Et nous avions malheureusement raison : le soir même de l’inauguration, un jeune homme d’origine algérienne a été violemment agressé par un groupe de vingt personnes. Deux ont été arrêtées et jugées : l’une d’elle, Thomas Beauffet, une figure de premier plan du Bastion Social à Strasbourg, a été condamné à huit mois de prison ferme.  En...
  Communiqué de la fédération Solidaires étudiant-e-s, émanant de sa commission Antipatriarcat, au sujet du harcèlement ciblé dont sont victimes depuis 2 jours des militantEs féministes et antiracistes.   Depuis le matin du 8 janvier 2018, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) la page "Memes royalistes" une page d’extrême droite a annoncé "faire des révélations sur l’UNEF", et a publié des captures d’écrans de tweets de militantEs (femmes racisées) de l’UNEF, en citant leurs noms prénoms et pseudo, incitant de ce fait a un harcèlement ciblé sur ces personnes. Depuis, plusieurs autres camarades de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s ont également fait les frais de cette abjecte méthode militante d’intimidation.   Les propos cités étaient à chaque fois des tweets dénonçant des oppressions qu’elles subissaient et qui ont été qualifiés par des individus, en majorité d’extrême droite, et certains...
Vous pouvez signer la pétition en ligne par ici. Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds Monsieur le Président de la République   Nous sollicitons votre intervention pour empêcher  qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.           Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des...
Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA   La conférence de presse qui a suivi la rencontre des chefs d’État français et turc a permis de mettre en lumière les manipulations de l’opinion publique par les détenteurs du pouvoir politique à Ankara afin de parvenir à l’instauration d’un régime autoritaire.   Les purges et les licenciements massifs de salariés et de fonctionnaires, les violations quotidiennes des droits fondamentaux de l’Homme continuent sans relâche en Turquie. L’état d’urgence, en vigueur depuis dix-sept mois dans tout le pays, était l’opportunité pour le président Erdogan de promulguer 30 décrets-lois en contradiction, tant sur la forme que sur le fond, avec la Constitution turque.   Dernier en date, un décret-loi du 24 décembre, a entraîné le limogeage de plus de 2 700 personnes. Toutes sont accusées soit d’appartenir, soit d’être liées à des organisations «...
NON A L’OUVERTURE D’UN LOCAL FASCISTE A CHAMBERY !   Le mouvement néo-nazi « Bastion Social », anciennement Edelweiss Pays de Savoie, inaugurera son local "l’Edelweiss", situé entre le 169 et le 187 Avenue de Lyon à Chambéry, le 3 février prochain.   Ne voulant plus se limiter à être un "club de ratonnade", les fascistes savoyards tentent de se reconvertir dans la "solidarité" entre "bon français" blancs.   Sous couvert de récupérer la lutte contre la misère sociale et le mal- logement, les fascistes entendent surtout disposer d’un lieu pour la préparation d’agressions. Devons-nous rappeler les violences d’extrême droite quasi quotidiennes dans le Vieux Lyon, l’attaque violente sur un concert militant le 20 octobre dernier à Chambéry (par les mêmes personnes qui ouvrent ce lieu), ou encore l’agression raciste LE SOIR MÊME de l’ouverture d’un local du «...
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire   Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais "Ile de France Mobilités") [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).   Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les...
L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux   Ni nulle part ailleurs !    L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.  C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte. Leurs ambitions politiques sont en totale opposition avec nos valeurs, notre aspiration de transformation sociale, nos combats syndicaux pour une société plus juste, plus solidaire, accueillante et fraternelle.  Toutes ces organisations ne font...

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Cologne (I) : nette défaite pour l'extrême droite

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 80 à 90 militants d'extrême droite auront réussi à accéder au meeting qui devait conclure les trois jours de " congrès ". Sur la place - le Heumarkt (ancien " Marché du foin ") de Cologne, ils avaient l'air un peu perdus, même entourés par plus de 300 journalistes venus de plusieurs pays (France, Turquie...). Parmi les manifestants, quelques cinquante militants et sympathisants allemands du groupe organisateur " Pro Cologne ", une douzaine d'activistes de la Ligue du Nord italienne - dont le sénateur Mario Borghezio, condamné à cinq mois de prison (avec sursis) pour avoir incendié, en 2000, des tentes abritant des immigrés à Turin -, trois représentants du MNR, un député du " British National Party " et une quinzaine de militants du Vlaams Belang de Belgique. 400 autres militants, selon les organisateurs, mais les journalistes présents parlent plutôt de 150 à 200, se trouvaient bloqués au même moment à l'aéroport international de Bonn-Cologne. Parmi eux, le député du Vlaams Belang, Filip Dewinter, un représentant du FPÖ autrichien (Andreas Mölzer) ou encore Henry Nitzsche, député au Parlement allemand, élu en 2005 sur une liste de la droite chrétienne-démocrate, mais depuis passé à l'extrême droite et dirigeant un club intitulé " Travail, Famille, Patrie ".

Autour de la place, selon les chiffres, entre 15.000 et 45.000 personnes, opposées à la tenue du " congrès raciste " dans cette ville de Rhénanie, ont participé selon le goût (ou le courage) de chacun, à des rassemblements, des concerts ou encore des opérations de barrage. La police estime que 6000 manifestants ont directement participé au blocage total des rues menant à l'ancien " Marché au foin "..

Au bout de trois quart d'heure environ, la police déclara que le meeting, à peine commencé devant de maigres troupes, était dissout. La direction locale de la police expliqua qu'elle n'était " pas en mesure d'assurer l'ordre du rassemblement ", et qu'il était " manifestement disproportionné d'ouvrir l'accès à la place (aux militants d'extrême droite) en utilisant canons à eau et forces d'intervention spéciales ". Les policiers présents ne semblaient pas mécontents de cette décision.

Le rôle des syndicats

Les syndicats locaux et régionaux ont joué un rôle important dans la mobilisation. Dans les semaines précédant le " Jour J ", ce sont les syndicats de la confédération DGB qui ont - de fait - joué un rôle de jonction entre les deux coalitions anti-extrême droite qui s'étaient formées. (Manfred Rouhs, idéologue de " Pro Cologne ", a d'ailleurs publiquement prétendu que les syndicats avaient " payé les contre-manifestants ", et " offert le voyage et la collation " pour " les faire venir de toute l'Europe germanophone, en leur faisant miroiter la promesse d'un week-end mouvementé et plein d'événements ", discours délirant montrant à quel point l'orateur se méfie de la puissance des syndicats...)

D'un côté, il existait l'alliance " Wir stellen uns quer " (" Nous nous mettons sur leur route "), qui regroupait plutôt les grands partis politiques, une bonne partie de l'Eglise catholique et des représentants de la municipalité. Cette coalition organisait, le matin avant le meeting public " anti-islamisation ", un rassemblement devant la cathédrale de Cologne. Quatre orateurs prirent la parole : le maire de la ville, Fritz Schramme (chrétien-démocrate), une représentante de l'Eglise catholique, une représentante de la DGB et un intervenant de la Fédération internationale des Résistants et Déportés (FIDR). De l'autre côté, la coalition " Hingesetzt ! » (Assis !), organisant directement les blocages et sit-ins sur la place publique - prévus à l'heure et aux endroits même du " Congrès anti-islamisation » -, regroupait surtout des associations (dont le MRAP qui avait signé l'appel), des forces politiques de gauche et d'extrême gauche, et des comités antifascistes.

Les syndicats de la confédération DGB appartenaient, de fait, aux deux coalitions à la fois et pouvaient ainsi jouer un rôle de jonction. Au rassemblement qui se tenait le matin devant la cathédrale, on notait surtout la présence d'importantes délégations de la fédération syndicale de la métallurgie (IG Metall) et de militants des usines Ford (dont la direction, d'ailleurs, soutenait, elle aussi, le rassemblement). Cette fois, les syndicats appelaient aussi à participer directement à des blocages contre la tenue du meeting. Ordinairement, l'appareil de la confédération DGB a l'habitude d'appeler - avec le Parti social-démocratie et d'autres grands partis - à des rassemblements plutôt éloignés de l'endroit où se réunissent les fascistes et ce sont, d'ordinaire, plutôt les forces de gauche, d'extrême gauche et les « Autonomes » qui acceptent la confrontation directe avec l'extrême droite. Ce 20 septembre, à Cologne, les deux pôles politiques se mélangeaient partiellement. Et des militants syndicaux participèrent en nombre aux sit-ins et blocages

Le résultat peut être considéré comme un franc succès. D'autant que la veille déjà, alors que le groupe local d'extrême droite « Pro Cologne » souhaitait organiser des événements à huis clos avec ses invités internationaux, ses militants ont dû rapidement constater leur échec total. Une « conférence de presse internationale » (sic !) sur un bateau, naviguant sur le Rhin, s'est transformée en odyssée sans but - puisque la police interdisait le passage sous les ponts. Des manifestants auraient pu jeter des projectiles... Par la suite, les militants de l'extrême droite n'arrivaient pas à sortir du port où ils avaient été débarqués... puisque les chauffeurs de bus entrèrent en grève, et les chauffeurs de taxi contournèrent le lieu systématiquement. Enfin, la police avait interdit un tour en bus que « Pro Cologne » entendait organiser, avec ses invités, à travers les « quartiers à difficultés » de la ville, pour leur montrer les « populations à problèmes ». A la fin, les extrémistes durent rentrer à pied (pour certains), pour constater qu'ils n'étaient pas les bienvenus dans leurs hôtels, ni dans les bars de la ville. Des réservations d'hôtel, qui avaient été faites sous un faux prétexte - il s'agissait soi-disant d'un groupe d'avocats -, furent annulées.

Des facteurs locaux spécifiques :

1) Un certain climat social, sur fond d'Histoire...

Deux facteurs locaux, non transposables a priori à d'autres villes ou régions d'Allemagne (voire d'autres pays voisins), ont conduit à ce résultat et ont rendu possible ce succès des antifascistes, ou l'ont - en tout cas - énormément facilité.

Le premier facteur réside dans une certaine tradition politique et sociale de la Rhénanie, dont Cologne est la métropole. Cette région, en effet, se montre souvent fière de sa « libéralité » et de sa « tolérance ». Or, s'il ne faut pas escamoter que ces valeurs ont connu leurs parenthèses pendant les années sombres du nazisme, il est vrai qu'il existe un climat local spécifique qui plonge ses racines dans l'Histoire. Cologne et la Rhénanie ont été annexées, à l'Etat dominant de la Prusse, au lendemain des guerres napoléoniennes, en 1815. Par la suite, la population s'est souvent opposée à l'Etat central prussien d'abord, pour des raisons d'ordre confessionnel : l'Etat militariste prussien était dominé par le protestantisme - quasiment érigé en religion d'Etat -, alors que la Rhénanie était à dominante catholique. En 1837, l'Etat prussien fit arrêter l'archevêque de Cologne, qui s'était opposé à ses ordres, non pour des progressistes mais parce qu'il avait refusé les « mariages mixtes » (entre catholiques et protestants).... sauf si le mari était catholique et garantissait d'élever les enfants communs dans la foi catholique. En même temps, historiquement, un certain esprit local « frondeur » prit forme dans la confrontation avec le pouvoir prussien. Cette situation se renforçait sous le « Kulturkampf » (combat de culture), de 1871 à 1878, lorsque le chancelier prussien Otto von Bismarck tenta de mettre au pas - par des méthodes autoritaires - la minorité catholique.

Tout cela n'a pas empêché le nazisme de se développer à Cologne. Aux élections nationales du début des années 1930, le NSDAP - le parti nazi - plafonnait certes autour de 30 % des voix à Cologne (alors qu'il approchait les 40 % ailleurs) en raison d'une bonne résistance électorale du « Zentrum » (Centre), le principal parti catholique, prédécesseur des chrétiens-démocrates. Mais aux élections à la mairie, en mars 1933, le NSDAP réalisa 39,6 % des voix, un résultat guère différent de ceux obtenus ailleurs, et prit la mairie. Tout au long des années 1930, le célèbre carnaval de Cologne, prit des allures de plus en plus antisémites : on ne riait plus seulement « de tout » (ou des Prussiens), mais plus particulièrement des Juifs. Cependant, après la Seconde guerre mondiale, « l'esprit frondeur » et la « libéralité rhénane » furent remis au goût du jour et constamment affichés comme valeurs fondatrices de la ville.

Aujourd'hui, différents ingrédients ont permis à la mobilisation anti-« droite populiste » et antiraciste de se développer, en partie avec le soutien affiché de la mairie de Cologne. Celle-ci est conduite depuis quelques années (après des décennies de domination social-démocrate) par le chrétien-démocrate Fritz Schramma. Le maire est d'ailleurs favorable à la construction d'une grande mosquée à Cologne, dont le refus a été transformé par « Pro Cologne » en cheval de bataille politique. Cependant, son propre parti - l'Union chrétienne-démocrate (CDU) - est profondément divisé sur ce projet, même si ses adversaires au sein de la CDU n'avancent pas des arguments ouvertement racistes, mais purement « techniques » : la taille de la future mosquée, son insertion dans le quartier... Sa construction n'a d'ailleurs pu être votée en Conseil municipal à la fin août que grâce à l'apport de voix de l'opposition municipale. En effet, de nombreuses voix de la CDU de la ville, dont l'aile droite est narguée et partiellement grignotée par « Pro Cologne », firent défaut au maire. Mais ces divisions politiques ne se sont pas affichées au moment de la tenue du « Congrès anti-islamisation ». La presse locale, dont le tabloïd « Express », était très ouvertement hostile à la tenue du « congrès », et a plutôt encensé ses adversaires.

2) L'incapacité flagrante de mobilisation de l'extrême droite locale

A tout cela s'ajoute un facteur puissant, interne, qu'est l'incapacité avérée de l'extrême droite locale à organiser une mobilisation. L''extrême droite locale de Cologne est marquée par une spécificité : elle est représentée par un petit parti politique qui n'existe que dans cette ville. Il s'agit du « Mouvement citoyen Pro Cologne » («Bürgerbewegung Pro Köln»), née formellement comme association en juin 1996. En fait, il s'agit d'un ultime produit de scission issue de ce qui était, dans les années 1980 et 1990, le principal parti d'extrême droite en Allemagne « Die Republikaner » (REPs). L'équipe de ce mouvement local « Pro Cologne », a été exclue du parti des REPs lors des premières graves crises internes, en 1990. A l'époque, le chef du parti, Franz Schönhuber, essayait de se défaire d'une « minorité de racistes et d'extrémistes » qui menaçait - selon lui - de salir l'image du parti. En réalité, l'exclusion visait à la fois les tenants d'une ligne plus « dure » et les jeunes cadres, qui risquaient de faire de l'ombre au chef. Un scénario qui pourrait ressembler, de loin, à celui de la scission mégrétiste du FN, en 1999. En même temps, le parti d'extrême droite connaissait ses premiers sévères reculs électoraux. L'Allemagne se trouvait en pleine « réunification nationale », le parti se trouvait écarté du centre de la vie politique. Schönhuber tentait, par cette purge, d'enrayer la chute.

Les exclus fondèrent alors - pendant l'hiver 1990/91 - une nouvelle formation politique, baptisée « Deutsche Liga für Volk und Heimat » (DLVH, « Ligue allemande pour le peuple et la patrie »), dotée d'une direction collégiale à trois têtes. Ses dirigeants juraient de mettre fin « au culte du chef tout-puissant », dont ils avaient fait les frais sous Schönhuber, à travers cette nouvelle structuration. En cela aussi, l'aventure ressemble à celle du MNR, lui aussi doté d'une direction collégiale après que ses principaux cadres aient fait la douloureuse expérience de la « toute-puissance du chef » (Jean-Marie Le Pen). Les dirigeants de la DLVH venaient en grande partie soit du NPD - parti plus « radical » que les « Républicains », et davantage identifié aux héritiers du nazisme historique -, soit des exclus des « Républicains. En fait, le nouveau parti, la DLVH, qui se voulait un « mouvement de rassemblement » ratissant plus large que les « Républicains », ne réussit jamais à décoller. Au contraire, il restait toujours au stade groupusculaire. A une exception près : celle de la ville de Cologne. Là, le nouveau parti pouvait s'appuyer sur le petit groupe de parlementaires locaux, issus des anciens élus des « Republikaner » et qui avaient gardé leurs mandats après leur exclusion. Aux dernières élections municipales précédant cette scission, fin 1989, le parti avait obtenu 7,4 % des voix. Il en restait un groupe au conseil municipal, qui passa - en grande partie - au nouveau mouvement .

La DLVH de l'époque ne réussit jamais vraiment à rayonner au-delà de Cologne, où elle faisait parler d'elle à travers des campagnes - suscitant l'indignation - contre des réfugiés roms fuyant la guerre en ex-Yougoslavie. En février 1993, le groupe municipal de la DLVH lança une campagne d'affichage d'« avis de recherche » (ressemblant aux avis policiers) contre une réfugiée désignée nommément, Nidar Pampourovna qui avait fui la Macédoine et, à Cologne, avait réussi à se soustraire à une mesure d'expulsion. La DLVH lança une « chasse à l'homme », ou plutôt « à la femme », scandaleuse. Par ces méthodes, La DLVH s'isola de la population.

A travers le lancement de la nouvelle plateforme « Mouvement citoyen Pro Cologne », à la fin des années 1990, les principaux animateurs du groupe de la DLVH tentaient d'échapper à l'isolement groupusculaire. Le nouveau « mouvement » devait gommer les aspects les plus « extrémistes » des partis politiques qu'avaient parcourus ses fondateurs. Le programme municipal était formulé de façon « soft », apparaissant partiellement comme « apolitique ». Dans ses options stratégiques, le groupe tentait d'ailleurs davantage un rapprochement avec des secteurs de la droite dite classique, qu'un positionnement protestataire et clairement situé à l'extrême droite. Sur quatre « cercles de travail » du groupe, deux sont respectivement intitulés « Classes moyennes avec Pro Cologne » (un cercle thématique tourné notamment vers les petits patrons) et «Chrétiens avec Pro Cologne ». Le groupe se positionnait ainsi plutôt comme le FN des années 1980, c'est-à-dire en marge de la droite classique et proche des milieux catholiques. En revanche, « Pro Köln » manquait assez visiblement d'un ancrage dans la jeunesse, même si un troisième cercle est intitulé « Jeunesse avec Pro Cologne » et si le groupe a réussi dans le passé à animer un ou deux journaux lycéens.

C'est surtout le conflit sur la construction de mosquées, et plus particulièrement de l'une d'entre elles, qui allait permettre à ce mouvement de se développer quelque peu sur le plan municipal.

Suite de l'article ... Cologne II


 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de l'AG annuelle de VISA du 9 décembre dernier, nous avons décidé de baisser les tarifs de vente du tome 2 à 5€ l'unité et jusqu'à 2€ pour les commandes supérieures à 500 exemplaires (voir tableau ci-après).

« Lumière sur mairies brunes » tome 2, c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite. Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS

Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

assovisabis@gmail.com

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

19.05.2018 - 08:53
19.05.2018 - 00:01
18.05.2018 - 13:35
18.05.2018 - 12:29
18.05.2018 - 11:06
16.05.2018 - 15:31
Manifestation devant la préfecture Mercredi 23 mai à 15h
21.05.2018 - 06:51
Avec Clémence Lormier (La Cimade) et l'Auberge des Migrants 1- Journal Lycéens et jeunes en rétention, expulsions d'exilés soudanais, une jeune femme morte dans la Durance à proximité de Briançon ... Télécharger 2018-05-16%20RESF%20sur%20FPP%20474%20-%201%20Journal.mp3 ( 12.7 Mo ) 1- Journal...
19.05.2018 - 13:53
Samedi, 26 mai Déroulement de la manifestation du 26 mai. Rendez-vous à 14h Place Dombasle à Nancy, pour un départ à 14h30. .... Parcours : Départ - Place Dombasle / Arrivée – Place Stanislas (en passant devant la Gare). La manifestation joindra le Cercle de Silence mensuel de RESF, à l'arrivée...
19.05.2018 - 08:53
19.05.2018 - 00:01
Le premier pique-nique 2018, c'est le 24 juin sur les bords du lac Daumesnil ligne 8 métro Porte dorée / sortie Parc zoologique RDV 12h précises à la sortie du métro
18.05.2018 - 13:35
Je suis parti de mon pays d'origine suite à de graves problèmes de famille. Je ne savais pas où j'arriverai. Après un parcours très difficile, je suis finalement arrivé en France au mois de mai 2014. J'ai été pris en charge par l'ASE (aide sociale à l'enfance) comme la plupart des jeunes isolés qui...
18.05.2018 - 12:29
« La France doit être une chance pour tous », promesse du candidat Macron. Non tenue. Ils sont plusieurs centaines, voire quelques milliers, en Ile-de-France mais aussi dans tout le pays. Des élèves, garçons et filles, que rien ne distinguerait de leurs camarades si leur vie n'était gâchée par leur...
18.05.2018 - 11:06
L'avis de la CNDH rendu début mai nous conforte dans notre opposition à #LoiAsileImmigration. Communiqué de presse du Réseau Education Sans Frontières 32 La Commission nationale consultative des droits de l'homme a rendu son avis sur la #LoiAsileImmigration et fait 37 recommandations : http://www....
18.05.2018 - 07:07
NON ! Madame Naïma KARIMI ne peut retourner dans un pays où elle recommencerait à perdre toute liberté et à mener une vie de soumission avec le risque d'être violentée ! NON ! Les enfants ne peuvent interrompre brutalement leurs études après neuf années de scolarité en France. Ils gardent un...
17.05.2018 - 18:23
Indignation après l' expulsion manu miltari d'une famille albanaise bien intégrée, résidant dans les Vosges.
16.05.2018 - 15:31

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

 

Projet de loi logement ELAN = DANGER ! (ELAN : Évolution du...

dal
18.05.2018 - 14:36
Session de 2 jours, le 17 mai 2018 - [Autres Formations]
gisti
17.05.2018 - 08:30
En France, nombre de personnes vivent aujourd'hui sur des terrains, dans des bidonvilles, des squats et d'autres formes d'habitat de fortune. Ces dernières années, l'expulsion de ces lieux de vie très précaires sans aucune proposition de relogement a été érigée en véritable politique publique. Ces...
gisti
14.05.2018 - 11:17
Plus de 40 000 personnes (un tiers des demandes d'asile) ont fait l'objet, en France, d'un placement en procédure « Dublin » en 2017 et ont été particulièrement maltraitées par l'administration : coupure de droits, assignation à résidence avec obligation de pointage quotidien, contrôle systématique...
gisti
14.05.2018 - 11:17
Projet de loi constitutionnelle pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace présenté mercredi 9 mai 2018 en conseil des ministres Texte Dossier législatif Cet article sera probablement l'objet de plusieurs amendements. Article 73 de la constitution de 1958 Dans les départements...
gisti
10.05.2018 - 16:05

COMMUNIQUÉ Paris 8 mai 2018  

 

Jeudi 10 mai à partir de 14h30 :   Marche contre des hôtels...
dal
09.05.2018 - 12:39

COMMUNIQUÉ

Paris m. à j. le 19 avril 2018

 

Note sur le projet de loi ELAN : ...
dal
02.05.2018 - 16:27

Mercredi 11 avril, le comité DAL HLM des locataires Louis Calmel à Gennevilliers a manifesté devant le siège de leur bailleur IN’LI à La Défense.

Les locataires de ces immeubles de 182 logements, anciennement RRP, Résidences de Régions Parisiennes, ont appris le déconventionnement...

dal
27.04.2018 - 16:11
Alors que des citoyen·ne·s, associations et collectifs locaux se mobilisent depuis de longs mois pour organiser l'accueil de personnes exilées sur leur territoire face aux pratiques irrégulières des forces de l'ordre, les évènements de ce week-end à Briançon montrent bien que le délit de solidarité...
gisti
26.04.2018 - 09:45
Statuant sur un recours du Conseil grec pour les réfugiés, le Conseil d'Etat grec a considéré le 17 avril 2018 comme illégale et discriminatoire la pratique des autorités grecques de bloquer les migrants arrivant par la mer depuis la Turquie dans les cinq îles où, depuis le début de l'année 2016, l...
gisti
25.04.2018 - 17:33

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier