Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...
Appel unitaire "Fermons l'Arcadia, local fasciste à Strasbourg" Deuxième manifestation le 20 janvier 2018 L’Arcadia, local/bar du mouvement néo-fasciste "Bastion Social" qui a officiellement succédé au GUD, a été inauguré à Strasbourg le 9 décembre. Le même jour, une manifestation forte de 400 personnes avait alors défilé dans les rues de la capitale alsacienne pour refuser l’implantation de ce local. Nous soulignions alors qu’en prétendant lutter contre la misère sociale, les fascistes entendaient surtout disposer d’un QG pour la préparation d’agressions.    Et nous avions malheureusement raison : le soir même de l’inauguration, un jeune homme d’origine algérienne a été violemment agressé par un groupe de vingt personnes. Deux ont été arrêtées et jugées : l’une d’elle, Thomas Beauffet, une figure de premier plan du Bastion Social à Strasbourg, a été condamné à huit mois de prison ferme.  En...
  Communiqué de la fédération Solidaires étudiant-e-s, émanant de sa commission Antipatriarcat, au sujet du harcèlement ciblé dont sont victimes depuis 2 jours des militantEs féministes et antiracistes.   Depuis le matin du 8 janvier 2018, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) la page "Memes royalistes" une page d’extrême droite a annoncé "faire des révélations sur l’UNEF", et a publié des captures d’écrans de tweets de militantEs (femmes racisées) de l’UNEF, en citant leurs noms prénoms et pseudo, incitant de ce fait a un harcèlement ciblé sur ces personnes. Depuis, plusieurs autres camarades de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s ont également fait les frais de cette abjecte méthode militante d’intimidation.   Les propos cités étaient à chaque fois des tweets dénonçant des oppressions qu’elles subissaient et qui ont été qualifiés par des individus, en majorité d’extrême droite, et certains...
Vous pouvez signer la pétition en ligne par ici. Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds Monsieur le Président de la République   Nous sollicitons votre intervention pour empêcher  qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.           Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des...
Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA   La conférence de presse qui a suivi la rencontre des chefs d’État français et turc a permis de mettre en lumière les manipulations de l’opinion publique par les détenteurs du pouvoir politique à Ankara afin de parvenir à l’instauration d’un régime autoritaire.   Les purges et les licenciements massifs de salariés et de fonctionnaires, les violations quotidiennes des droits fondamentaux de l’Homme continuent sans relâche en Turquie. L’état d’urgence, en vigueur depuis dix-sept mois dans tout le pays, était l’opportunité pour le président Erdogan de promulguer 30 décrets-lois en contradiction, tant sur la forme que sur le fond, avec la Constitution turque.   Dernier en date, un décret-loi du 24 décembre, a entraîné le limogeage de plus de 2 700 personnes. Toutes sont accusées soit d’appartenir, soit d’être liées à des organisations «...
NON A L’OUVERTURE D’UN LOCAL FASCISTE A CHAMBERY !   Le mouvement néo-nazi « Bastion Social », anciennement Edelweiss Pays de Savoie, inaugurera son local "l’Edelweiss", situé entre le 169 et le 187 Avenue de Lyon à Chambéry, le 3 février prochain.   Ne voulant plus se limiter à être un "club de ratonnade", les fascistes savoyards tentent de se reconvertir dans la "solidarité" entre "bon français" blancs.   Sous couvert de récupérer la lutte contre la misère sociale et le mal- logement, les fascistes entendent surtout disposer d’un lieu pour la préparation d’agressions. Devons-nous rappeler les violences d’extrême droite quasi quotidiennes dans le Vieux Lyon, l’attaque violente sur un concert militant le 20 octobre dernier à Chambéry (par les mêmes personnes qui ouvrent ce lieu), ou encore l’agression raciste LE SOIR MÊME de l’ouverture d’un local du «...
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire   Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais "Ile de France Mobilités") [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).   Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les...
L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux   Ni nulle part ailleurs !    L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.  C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte. Leurs ambitions politiques sont en totale opposition avec nos valeurs, notre aspiration de transformation sociale, nos combats syndicaux pour une société plus juste, plus solidaire, accueillante et fraternelle.  Toutes ces organisations ne font...
Une manifestation, regroupant largement des organisations syndicales, des associations et collectifs, ansi que des partis politiques, se tiendra à Lyon le 26 mai 2018 à 14h30, place des terreaux. Les organisations signataires appellent à amplifier la mobilisation populaire contre le Bastion social et l'extrême droite en général qui sévit sur la ville.  

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Racisme et antisémitisme sans frontières : nouvelles passerelles à l'extrême droite

Dieudonné, Le Pen, amateurs du Ku Klux Klan et racistes de l'ex-Tribu K : alliances contre nature et rapprochements inquiétants que l'on aurait envisagé, il y a quelques années encore, comme improbables.

La dernière nouvelle en date n'est déjà plus une véritable surprise : Dieudonné a choisi pour parrain de sa plus jeune fille, baptisée le 18 juillet dernier à Bordeaux, un certain Jean-Marie Le Pen. Le baptême a eu lieu dans la paroisse « traditionaliste » de Saint-Eloi où officie l'abbé Laguérie, qui avait célébré en juillet 1996 les obsèques de Paul Touvier, ancien chef de la milice de Vichy. A cette occasion, ce prêtre  avait défendu - bec et ongles - la mémoire du défunt chef milicien, en se présentant lui-même comme « l'avocat de Paul Touvier auprès de Dieu » : « [Devant le] tribunal divin, il n'y a pas de médias ni de coups médiatiques, pas de communistes, pas de franc-maçonnerie, pas de partie civile et pas de LICRA. » (Libération du 16 juillet 2008) La chose ne surprend qu'à moitié : Dieudonné, ancien chantre de l'anti-racisme, ne s'est-il pas rendu à la Convention Bleu-Bleu-Rouge (lancement de la campagne présidentielle du leader du FN), le 11 novembre 2006 au Bourget ? N'a-t-il pas visité le pays d'origine de son père, le Cameroun, avec Jany Le Pen - l'épouse du chef de file de l'extrême droite - en mars 2007, faisant apparaître celle-ci comme défendant la « cause humanitaire » des Pygmées menacés ? Si les visites publiques de Dieudonné dans le camp lepéniste pouvaient encore apparaître comme des provocations calculées, à condition d'ignorer certaines convergences de fond qui les avaient rendues possibles, c'est quand même autre chose d'aller jusqu'à nouer des liens privés et familiaux avec le vieux leader d'extrême droite. A certains de ses fans, Dieudonné tente encore de justifier sa décision sur le registre de la pure provocation, et au nom de son intérêt  : il en aurait besoin pour réapparaître dans les médias qui l'ont « boycotté » jusqu'ici. Pour cela, il aurait voulu leur offrir en pâture « quelque chose de négatif », avant d'ajouter : « Vous savez ce que cela coûte, une campagne de promotion sur TF1 ? ».

La thèse de la provocation purement médiatique n'est pas crédible

Il ne s'agirait donc, en quelque sorte, que d'un dérapage contrôlé, effectué dans le seul but d'assurer son succès médiatique. Cependant, cette affirmation ne répond pas à la question de savoir pourquoi, de son côté, Jean-Marie Le Pen a accepté d'être le parrain à la fille de Dieudonné. Le chef du FN, expérimenté en communication publique, ne s'est pas rétracté dans les jours suivant la « révélation » - par Dieudonné - du prétendu fond médiatique de l'affaire. Rappelons donc que, s'il existe une certaine convergence entre ces deux hommes-là, ce n'est pas principalement parce que « nous sommes Bretons tous les deux » comme l'a indiqué publiquement Jean-Marie Le Pen. Il faudrait plutôt rechercher du côté d'un délire idéologique partagé sur un prétendu « pouvoir des juifs en France », pouvoir qui s'exercerait soi-disant en partie sur les médias et qui empêcherait nos deux « outsiders marginalisés par le système », comme ils aiment se qualifier, de s'exprimer sur la place publique. Dès 1988, Jean Marie Le Pen prétendait que le refus de la droite classique française de s'allier à son parti serait dû aux diktats et injonctions « du B'nai B'rith », organisation juive des Etats-Unis. De la part de l'extrême droite, la persistance d'un vieux fond antisémite n'est pas vraiment une révélation. Pour ce qui concerne Dieudonné, il faut rechercher ailleurs les motivations profondes d'une dérive idéologique très inquiétante : Fin 2003, Dieudonné avait mis en scène, dans une émission télévisée, un sketch sur un colon israélien fanatique faisant le salut nazi, en criant « Isra-Heil ! ». Cette assimilation de la politique de colonisation israélienne, critiquable par ailleurs, à celle du régime nazi génocidaire pouvait légitimement soulever l'indignation. Néanmoins, l'affaire aurait pu s'arrêter là. Mais, en réaction à des menaces contre son spectacle (appel au boycott), Dieudonné choisit la radicalisation en stigmatisant dans ses spectacles des personnalités d'origine juive. Puis, il s'est mis à accuser en 2004/2005, des « sionistes » d'avoir été les principaux responsables du commerce des esclaves avant de « se reconvertir dans la banque, dans la finance », pour conclure : « ...et maintenant dans l'action terroriste ». Par ailleurs, selon Dieudonné, des « autorités sionistes » contrôleraient le cinéma français et l'empêcheraient de récolter les fonds nécessaires pour réaliser un projet de film sur l'esclavage. Ainsi il reprend, de façon claire et nette, de vieux schémas antisémites, accusant « certains milieux » de contrôler, notamment, la finance et les médias. Quand on faisait remarquer alors à Dieudonné que la traite des esclaves, non seulement n'était pas contrôlée par des juifs, mais était au contraire un « métier » totalement interdit aux juifs (selon l'article 1 du sinistre Code noir adoptée par la monarchie française au 17e siècle), il choisit des arguments fallacieux et délirants pour se défendre. Dans son excellent livre « La vérité sur Dieudonné », paru fin 2005, Anne-Sophie Mercier (qui vient de gagner le procès que lui a intenté Dieudonné) souligne qu'il a prétendu que ce fameux article 1 du Code noir avait été adopté parce que les juifs auraient « exagéré » leur cruauté dans le commerce des esclaves, à la différence des « commerçants » chrétiens. Continuant son délire, Dieudonné ajoute que les « commerçants » juifs, eux, non seulement vendaient des hommes et des femmes en tant qu'esclaves, mais « les castraient, jetaient les enfants par-dessus bord ».

'' La concurrence victimaire''

Au détriment de l'universalisme et de l'aspiration à faire justice à toutes les victimes, à imposer le respect des droits humains pour tous et pour toutes, Dieudonné et ses acolytes cherchent à attiser une concurrence victimaire entre les communautés. Certains courants politiques et associatifs, en résonance avec la droite sioniste, tout en insistant à juste titre sur le caractère singulier du génocide des juifs par les nazis (extermination industrialisée programmée de toute un peuple) se positionnent souvent en soutien inconditionnel de la politique des dirigeants israéliens et véhicule ainsi l'idée d'une menace globale émanant des « arabes » ou de « l'Islam ». Ils basculent ainsi facilement vers des attitudes qui favorisent l'exclusion. A l'opposé, dans certains groupes issus de l'immigration, on observe aussi une attitude consistant à dire qu'en parlant « trop » de l'Holocauste et de la souffrance des juifs européens au cours du 20e siècle, on occulterait les victimes de l'esclavage et (ou) du colonialisme. Certains vont jusqu'à demander, soit de gommer toute différence entre une politique de domination coloniale (incluant des massacres et des violences extrêmes) et l'extermination planifiée de tout un groupe humain, soit - pire - de demander qu'on arrête de commémorer les victimes juives du génocide nazi. Ces positions sont développées, entre autres, par Dieudonné quand il parle de « pornographie mémorielle » à propos de la mémoire de la Shoah (propos tenus à Alger en février 2005, et récemment sanctionnés par la condamnation à une amende de 7.000 euros). Ce phénomène existe déjà dans la communauté noire des Etats-Unis, où le mouvement « Nation of Islam » est connu pour son antisémitisme.

Manipulateurs d'extrême droite

Le rapprochement direct entre Dieudonné et Jean-Marie Le Pen, s'il a un fondement idéologique, a été aussi possible grâce à l'entremise de certains personnages. Parmi ceux qui auront joué un rôle de premier plan :

  • Alain Soral, l'écrivain ex-marxiste, devenu lepéniste. Depuis au moins 2006, il milite pour que les Français d'origine étrangère (qu'il appelle aussi « Français de branche » par opposition aux « Français de souche »), soient pris en compte par le FN en tant que membres de la « communauté nationale ». Il a joué à plusieurs reprises, au cours de ces dernières années, l'entremetteur entre Dieudonné et des dirigeants du FN. C'est lui qui avait confirmé aux médias, mi-juillet, la nouvelle du baptême réunissant les familles Dieudonné et Le Pen. 
  • Frédéric Chatillon, ancien militant du GUD et dirigeant d'une société de sécurité, par ailleurs proche de Marine Le Pen. Chatillon aurait participé à une rencontre entre Dieudonné et Jean-Marie Le Pen, le soir du 1er mai 2008 à Paris, en vue de nouer les contacts pour le fameux baptême. C'est le même Frédéric Chatillon qui avait rendu possible un voyage commun à Beyrouth de Dieudonné, de Thierry Meyssan (écrivain ayant glissé de la lutte antifasciste vers la théorie du complot mondial, notamment depuis le 11 septembre 2001), d'un journaliste de Minute et d'un conseiller issu du FN, dans les derniers jours du mois d'août 2006. Le journal Minute avait rendu compte, en exclusivité, du voyage de ce curieux groupe au Liban. Il s'agissait alors de dénoncer la guerre israélienne au Liban de l'été 2006 mais aussi de favoriser le rapprochement entre individus issus de tendances politiques différentes, le tout sur fond d'animosités antisémites manifestes.

Sur un autre registre, mais avec un fond idéologique similaire, nous pouvons observer d'autres rapprochements apparaissant comme plus inquiétants encore. Ainsi en va-t-il du travail en commun, observable depuis plusieurs mois, d'un groupe néo-nazi violemment antisémite connu sous le nom « La Droite Socialiste » et des partisans d'un leader noir autoproclamé qui se fait dénommer « Kémi Séba » (pseudonyme qui signifie « Etoile noire » en langue de l'Egypte ancienne).

KEMI SEBA

De son vrai nom Stellio Capochichi, ce jeune Franco-Béninois originaire de Strasbourg, né en décembre 1981, a dirigé plusieurs groupuscules : de la « Tribu K » - interdite et dissoute par les pouvoirs publics en juillet 2006 suite à des affrontements avec un mouvement juif d'extrême droite, la Ligue de défense juive (LDJ) - en passant par la « Génération Kémi Séba » jusqu'au « Mouvement des damnés de l'impérialisme » (MDI). Ce dernier a été constitué au début de l'année 2008. Aucune de ces organisations n'a pu quitter le stade groupusculaire. Néanmoins Kémi Séba tente de gagner une notoriété publique dans les banlieues où ses partisans s'activent dans une logique de « radicalisation », par une politique systématique de surenchère. Ainsi, à Clichy sous Bois, Kémi Séba est venu provoquer l'Association AC le Feu (Association citoyenne liberté, égalité, fraternité, ensemble et unis), en lançant « Mes frères Assez le feu ? Ou bientôt le feu ? », accompagné de ses partisans reprenant le slogan « Bientôt le feu ! ». Il moque les militants d'autres mouvements et les sans papiers manifestant dans la rue, ces « macaques », « qui se ridiculisent en criant <Nous ne sommes pas dangereux> dans les rues de Paris ». Des émeutes se produisent à Villiers-le-Bel, fin 2007 ? Ses partisans s'y rendent en délégation.

Stellio Capochichi se fait le chantre de « la dignité raciale de chaque groupe, de chaque peuple ». Il s'oppose violemment au métissage, chaque groupe devant garder sa pureté, y compris les Noirs qui, selon lui, descendent tous d'un peuple héroïque. Les Noirs, qu'il appelle uniquement « Kémites » selon un terme créé par lui (en opposition à « Sémites »), seraient ainsi destinés à retrouver un rôle de peuple dirigeant. S'ils vivent provisoirement en Europe, selon Kémi Séba, c'est uniquement parce qu'ils doivent y attendre d'obtenir des « réparations » qui seraient identiques à celle « du Tribunal de Nuremberg », en dédommagement des dégâts laissés par l'esclavage et le colonialisme.  Mais par la suite, leur rôle consistera - toujours selon Kémi Séba - à retourner sur la terre africaine et d'y construire leurs propres puissances. En attendent, ils ne doivent surtout pas se mélanger, ni avec les « Leukodermes » (les peaux blanches, selon deux termes de l'ancien Grec employés par Kémi Séba), ni avec les Arabes ni avec les Juifs.

Sur ces bases-là, Kémi Séba prône et pratique l'alliance ouverte avec des racistes blancs, en défense commune de la « pureté » de chaque groupe. Dès octobre 2006, Kémi Séba a ainsi développé ses théories Internet : « (...) la colère qu'il y a dans les banlieues a depuis 20 ans été canalisée par les officines sionistes, tel que SOS Racisme et compagnie (...) et redirigée vers la cible idéale que représente la droite nationale. J'ai moi-même été élevé dans la haine de ceux qui aimaient leur pays, jusqu'à ce que j'ouvre les yeux sur ceux qui nous manipulaient tous, à savoir les sionistes. » L'extrême droite des racistes blancs ne serait ainsi qu'un bouc-émissaire, contre lequel une fausse colère serait attisée par des agitateurs et manipulateurs « sionistes » qui tireraient les ficelles. Par ailleurs, dans ce même texte, Kémi Séba poursuit : « La France est devenue un camp de concentration asphyxiant la dignité raciale de chaque peuple. Chaque famille humaine a le droit de vivre dans son espace vital (sic), avec les biens qui lui sont propres. Voilà pourquoi les Kémites sont ici. Dès que nous aurons obtenu dédommagements les mêmes qui ont été obtenus à Nuremberg, nous repartirons chez nous. ». A partir du 2 septembre 2008, Kémi Séba comparaîtra d'ailleurs pour ce texte, accusé du délit de provocation à la haine raciale, au Palais de justice de Paris. Le Parquet avait déclenché l'action publique, le MRAP a signalé vouloir se constituer partie civile.

Alliance entre les racistes des deux bords

L'alliance avec des racistes blancs et des néonazis n'est pas restée que théorique. Le 8 mai 2008, les partisans de Kémi Séba ont ainsi organisé un rassemblement commun à la Fontaine Saint-Michel, avec les néonazis de « La Droite Socialiste ». Les deux groupes y revendiquaient le retrait des troupes françaises d'Afrique et d'Afghanistan, une revendication qui était dirigée contre « les intérêts étrangers » censés conduire aujourd'hui la politique de la France. L'orateur de « La Droite Socialiste » déclarait aux quelques manifestants rassemblés que « ce gouvernement n'a de français que le nom », qu'il défendait des intérêts « qui ne sont pas les nôtres » et, qu'en 1945, la fin de la Seconde guerre mondiale se serait malheureusement (sic !) soldée par la victoire des puissances maçonniques qui, depuis, dirigent le monde.

Ce dernier groupuscule, « La droite socialiste » qui se réfère, entre autres, au Ku Klux Klan, présente des similitudes troublantes avec les groupuscules néonazis « Nomad-88 » et « Nomad-Sécurité », qui se sont auto-dissous début juin 2008 après l'arrestation de trois jeunes militants qui, dans la soirée du 28 mai 2008, avaient traversé en voiture une cité de Saint-Michel-sur-Orge en tirant au moins 35 coups de feu au pistolet-mitrailleur. La perquisition dans un hangar de l'Essonne avait permis de découvrir, selon le parquet l'un des plus grands arsenaux d'armes et de munition jamais trouvés dans le département. Suite à l'auto-dissolution, on a appris que « Nomad-88 » groupuscule d'environ 30 membres, essentiellement skinheads, en région parisienne et lyonnaise ainsi qu'à Nancy - avait servi de service d'ordre à « La Droite Socialiste ». Cette dernière réagit, cependant, en indiquant qu'elle n'avait quasiment aucun lien avec ce groupuscule et qu'il ne lui aurait servi que pour « assurer la sécurité lors de nos événements ». Si le démenti ne semble guère crédible, il indique au moins la volonté de « La Droite Socialiste » de poursuivre son action. Auparavant, des militants de « La Droite Socialiste » avaient, entre autres, participé avec leurs drapeaux au défilé de Jean-Marie Le Pen devant la statue de Jeanne d'Arc, place des Pyramides à Paris, le 1er mai 2008. Ils ne furent pas inquiétés par le service d'ordre du parti lepéniste, mais juste gentiment priés de ne pas trop s'exposer directement devant les photographes. Ils étaient aussi présents au « Congrès nationaliste » organisé par des groupuscules d'extrême droite, dont « L'Oeuvre française » à Villepreux dans les Yvelines le 24 mai 2008. Environ 350 personnes y ont participé. Le 12 juillet dernier, « La Droite Socialiste » a encore voulu apparaître en public en manifestant devant la Sorbonne contre la présence de troupes israéliennes au défilé du 14 Juillet, à Paris (sur fond de sommet de « l'Union pour la Méditerranée »). Mais son rassemblement a été interdit. Début juillet, « La Droite Socialiste » avait pu agrandir ses rangs grâce à l'adhésion d'un groupuscule baptisé « Réconciliation nationale », groupuscule jusqu'ici dirigé par un certain Franck Abed, prétendu « candidat à l'élection présidentielle de 2007 », se définissant lui-même comme « bonapartiste ».

Paranoïa commune

« La Droite Socialiste » est dirigé par Thomas (ou Thömas) Werlet, principal orateur lors des meetings publics, et animé d'un antisémitisme qui confine à la paranoïa aigue. Paranoïa partagée par Kémi Séba. Ce dernier explique ainsi dans une vidéo consultable sur Internet, intitulé « Pourquoi l'Etat a peur de nous » que « dans ce système » - au pouvoir en France - « c'est être sioniste ou mourir ». Dans une autre vidéo, également consultable sur Internet, l'homme s'engage plus loin dans son délire sur le prétendu pouvoir secret - juif - qui régnerait sur la France : « La France est actuellement divisée en deux parties. La première partie est composée de ceux qui dirigent ce pays ; qui, comme par hasard, ont pour point commun de tous prêter allégeance à Israël, qu'on le veuille ou non. La deuxième partie est composée de ceux qui souffrent : le prolétariat, mais pas seulement. Au commencement, je pensais que (ce) prolétariat était composé des Noirs, mais je me rends compte qu'en réalité, tous ceux qui ne sont pas sionistes dans ce pays sont considérés justement comme de la marchandise, sont considérés comme des objets, sont considérés comme du matériel à détruire s'il le faut assassiner, exécuter. C'est la constatation qu'on ne peut que dresser quand on voit le nombre de morts, ces derniers temps, émanant en particulier de notre communauté (.....) Et on se pose la question de savoir, en réalité, QUI dirige ce pays. Si je dis que ce pays est dirigé par les sionistes, on va dire que je suis antisémite. Donc on va peut-être trouver un autre terme, on va dire que ce pays est dirigé par des impérialistes qui prêtent allégeance - il est vrai - à Israël. Et cela donne le fait que, même si vous êtes blanc dans ce pays (...), vous serez considéré comme une merde. » Et il ajoute que la France serait dirigée par une « oligarchie » qui «a volé le gaullisme, qui l'a dépouillé de son véritable sens. Même si le gaullisme n'est déjà pas une idéologie à laquelle j'adhère, il n'en demeure pas moins qu'aujourd'hui, même le gaullisme n'appartient plus aujourd'hui aux autochtones de ce pays. C'est quand même une chose assez extraordinaire, quoi qu'on en dise. Et, ils ont fait ça, comme ils ont fait ça auparavant avec le royalisme. On sait très bien qu'ils ont détruit le royalisme pour pouvoir, j'ai envie de dire, récupérer le territoire français, pour pouvoir (...), au moment de la Révolution de 1789, s'accaparer le pouvoir. Tout le monde a compris ça aujourd'hui, il suffit de connaître un minimum l'Histoire. Et on RETOURNE dans une telle situation aujourd'hui, dans le sens où des gens qui n'ont aucun intérêt réel pour la France, viennent et sont à la tête de cet Etat ». Autrement dit, « Kémi Séba » explique à ses auditeurs que les juifs auraient pris le pouvoir sur le territoire français en 1789, au moment de la Révolution, et qu'ils seraient aujourd'hui - derrière Nicolas Sarkozy - en train de réussir la même opération.

Racisme « ethno-pluraliste » : un rêve de la Nouvelle Droite

Alors que la « Tribu K » de jadis ne cherchait qu'à organiser des Noirs uniquement et excluait de s'adresser à d'autres groupes de population, cette attitude a changé récemment parmi les partisans de Kémi Séba. Son nouveau mouvement, le MDI créé début 2008, s'adresse quant à lui à tous les groupes de population... à condition qu'ils ne cherchent pas à se mélanger par voie de métissage. La « non-mixité » de l'ancien mouvement de « Kémi Séba » avait, d'ailleurs, constitué l'un des points d'achoppement entre lui et Dieudonné. Certes, il existait des liens certains entre les deux hommes - des hommes de la « Tribu K » auraient servi de gardes de corps à Dieudonné lors de son apparition (non désirée par les organisateurs) dans une manifestation des « Indigènes de la République » du 8 mai 2005, et leur mouvement se réunissait souvent dans la Théâtre de la Main d'Or, propriété de Dieudonné. Cependant ils se trouvaient en conflit, sur la question de la « non-mixité », notamment. Désormais, l'approche de « Kémi Séba » a changé ; des hommes et des femmes de toutes les origines (ou toutes les prétendues « races ») peuvent être admis au « Mouvement des damnés de l'impérialisme » ( ?!). Cependant la relation entre les fans de Dieudonné et ceux de « Kémi Séba » reste, en partie, conflictuelle. Si ce dernier a bien pu montrer, en septembre 2007, sa pièce de théâtre intitulée « Sarkophobe » au Théâtre de la Main d'Or, la conversion du mouvement des fans de « Kémi Séba » au principe de la mixité a été jugée comme non crédible sur le site Internet « Les Ogres » (proche de Dieudonné et, lui aussi, vecteur de la diffusion de contenus clairement antisémites qui font actuellement l'objet d'une plainte).

Reste, par ailleurs, qu'une partie de l'extrême droite française a longtemps rêvé d'un mouvement sur des bases racistes, mais transcendant les clivages entre groupes de population. Les intellectuels de la Nouvelle Droite des années 1960 et 1970 appelaient cela  « l'ethno-pluralisme » : chaque « race » (ou, comme ils diront quelque temps plus tard, chaque « culture ») restant chez elle et ne se mélangeant pas. Aujourd'hui, pour la première fois, l'embryon d'un véritable mouvement raciste (et surtout, antisémite), « ethno-pluraliste » cherche à se constituer. Force est de constater que de telles « expériences » d'alliance (en apparence  contre nature) peuvent être menées, aujourd'hui, au sein de l'extrême droite française parce que la crise de son parti principal - le FN - laisse la place libre à l'émergence de mouvements plus marginaux, plus « anti-système ».

VISA

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de l'AG annuelle de VISA du 9 décembre dernier, nous avons décidé de baisser les tarifs de vente du tome 2 à 5€ l'unité et jusqu'à 2€ pour les commandes supérieures à 500 exemplaires (voir tableau ci-après).

« Lumière sur mairies brunes » tome 2, c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite. Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS

Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

assovisabis@gmail.com

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

http://enfantsetrangers.hautetfort.com La demande d'asile de la famille Arabi, venue du Darfour et ayant transité par l'Italie, sera traitée en France. Le rendez-vous crucial du 5 janvier s'est conclu sur cette belle perspective. Un nouveau rendez-vous leur a été donné pour être reçus par l'Ofpra,...
22.06.2018 - 13:43
Contre le retour en Italie de 4 soudanais dublinés
22.06.2018 - 12:31
Arrivés en France en 2017, ces trois garçons, d'origine malienne ou guinéenne, Ibrahima Sory Sylla, Mamadou Diallo et Kandioura Wague sont mineurs et scolarisés en septembre 2017 au lycée à Aurillac. Comme pour tant d'autres jeunes dans le pays, l'authenticité de leurs documents d'identité est...
21.06.2018 - 21:12
Un titre de séjour pour Mamoudou Les OQTF pleuvent sur les lycéens du Val-de-Marne ! MAMOUDOU18 ans, élève au lycée A. Chérioux de Vitry sur Seine menacé d'expulsion du territoire ! Monsieur le Préfet, le 6 juin 2018, vous avez refusé un titre de séjour à Mamoudou DANGO et lui avez ordonné de...
19.06.2018 - 11:22
Pétition pour Monsieur A., Viroflay (78) Pour signer en ligne, utilisez le cadre sous le texte de la pétition. Vous pouvez aussi imprimer le document de pétition en pdf ci-dessous et transmettre les signatures à RESF78. Pour plus de précisions : petitions@resf78.ouvaton.org Monsieur et Madame A...
19.06.2018 - 06:44
Avec Marie Odile Mougin, Cercle de Silence de Paris ; François Guennoc (Auberge des Migrants) et Filipo Furri (Migreurop) 1 – Intro et présentation du sommaire play 1 – Intro et présentation mp3 00:00 / 00:00 1 – Intro et présentation Durée : 04:02 2 – Les dix ans du Cercle de Silence de Paris...
18.06.2018 - 10:58
La période d'examen n'a pas été la même pour tous les élèves. Alors que certains ont passé leur BEP avec un bonne dose de stress, Mohammed, élève de première professionnelle au lycée Marcel Cachin de Saint-Ouen (93), lui avait deux raisons d'être très inquiet : il a reçu début mai, par le Préfet de...
16.06.2018 - 23:05
Le projet de loi Collomb "Pour une immigration maitrisée et un droit d'asile effectif" va être débattu au Sénat à partir du mardi 19 juin, le vote est prévu le mardi 26 juin. L'ensemble des organisations signataires regroupées dans le collectif unitaire marseillais continue à dénoncer ce nième...
15.06.2018 - 16:05
Le Conseil Départemental 13 ne répond toujours pas à ses obligations de prendre en charge les mineurs isolés. Exigeons que tous ces jeunes soient mis à l'abri, accompagnés, soignés, scolarisés ! Rassemblement lundi 18 juin, à 15h30 au 2 quai d'Arenc devant le Conseil Départemental (tram Arenc Le...
15.06.2018 - 16:11
Un titre de séjour pour Mamadou Sidibé, aujourd'hui âgé de 18 ans ! Monsieur le Préfet, le 7 juin 2018, vous avez refusé un titre de séjour à Mamadou SIDIBE et lui avez ordonné de quitter le territoire. Ce n'est pas possible ! Mamadou est arrivé en France fin janvier 2016. Après un long et...
15.06.2018 - 15:43

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

12.06.2018 - 18:30
06.06.2018 - 16:50
06.06.2018 - 11:49
À partir du 14 novembre 2015 et pendant 718 jours, la France a été placée sous le régime de l'état d'urgence, sur le fondement de la loi du 3 avril 1955. Les forces de l'ordre et les services de renseignement, affranchis du contrôle du juge judiciaire, ont pu ainsi disposer de prérogatives élargies...
gisti
22.06.2018 - 11:16

Vidéo Radio Péyi: ici

 COMMUNIQUE

...

dal
21.06.2018 - 12:09

 COMMUNIQUE  Paris le 20 juin 2018

 

Ces Locataires victimes de propriétaires voyous !

L’affaire de Nadine, propriétaire sans solution d’hébergement ces derniers jours suite à une défaillance de la...

dal
21.06.2018 - 10:57
Session de 2 jours, le 21 juin 2018 - [Autres Formations]
gisti
21.06.2018 - 08:30
Critiqué par tous les acteurs de l'asile, qu'ils soient institutionnels, syndicaux ou associatifs, le projet de loi « Asile et Immigration » a pourtant été conforté dans sa philosophie et ses orientations répressives par l'Assemblée nationale. L'examen en séance publique au Sénat, prévu du 19 au 26...
gisti
19.06.2018 - 12:00
À la veille du débat en plénière au Sénat sur la loi Asile et Immigration, 15 associations appellent les sénatrices et sénateurs à mettre fin définitivement à la rétention administrative d'enfants en l'inscrivant dans la loi. Plusieurs amendements ont été présentés en ce sens. La France a été...
gisti
19.06.2018 - 10:44
DES CENTAINES DE FAMILLES DES HAUTS-DE-SEINE ET D’AILLEURS REMISES À LA RUE PAR LE 115 !

 

Depuis le début du mois d’avril dans les Hauts-de-Seine, premier département touché, plus de 200 familles...

dal
15.06.2018 - 13:42
Cette tribune de Danièle Lochak, présidente honoraire du Gisti, a été publiée par le journal Libération le 13 juin 2018. Alors que l'Aquarius a été refoulé par l'Italie, il y a quatre-vingts ans des réfugiés fuyaient le nazisme en embarquant sur un paquebot transatlantique, le « Saint-Louis ». Le...
gisti
14.06.2018 - 13:25
Libération 11 juin 2018

Logement social : vers le grand Monopoly ? Par Patrice Lanco, ancien directeur-adjoint de l’habitat et de la construction au ministère du Logement

11 juin 2018 à 18:36 (mis à jour à 18:43) Logement social : vers le grand Monopoly ?

L’...

dal
13.06.2018 - 17:16
On peut se réjouir que, grâce à la proposition de l'Espagne d'accueillir les passagers de l'Aquarius, le drame que vivent depuis presque une semaine ces 629 personnes sauvées du naufrage mais interdites d'accostage trouve bientôt une issue. Cette solution ne saurait cependant dédouaner l'Italie et...
gisti
13.06.2018 - 17:45
Des réfugiés qui fuient en masse le nazisme, des gouvernements qui leur barrent l'accès à leur territoire, des exilés contraints d'embarquer clandestinement sur des bateaux de fortune, une diplomatie prête à donner des gages aux pires dictatures et néanmoins impuissante, comme l'atteste l'échec...
gisti
13.06.2018 - 14:57

COMMUNIQUÉ

Paris le 12 juin 2018

 

La loi ELAN : Précarisation des locataires, financiarisation du logement social, Cadeau pour l’immobilier et la spéculation

 

La loi ELAN a...

dal
12.06.2018 - 21:11

Juin 2018

  Loi ELAN: vers la précarisation des habitants et la financiarisation des HLM

Tout à un activisme international bien peu prospère, le Président des riches poursuit le démantèlement de la protection sociale. Les...

dal
12.06.2018 - 18:30
APPEL A DÉFENDRE NOS LOGEMENTS LE 16 JUIN  ...
dal
11.06.2018 - 15:46

  

  

 

Ce samedi matin avait lieu l’inauguration du Centre Solidaire Abbé Pierre. Au total une centaine de personnes sont passées durant ces trois heures d’ouverture au public. Des adhérent-e-s du DAL 31 mal-logé-e-s venu-e-s pour la...

dal
11.06.2018 - 15:17
Session de 5 jours (35H), le 11 juin 2018 - [Autres Formations]
gisti
11.06.2018 - 08:30
Cette Marche Citoyenne et Solidaire de Vintimille à Calais, initiée par l'Auberge des migrants (Calais) et Roya citoyenne (Alpes maritimes), dénonce le blocage des frontières, le délit de solidarité et exige une politique d'accueil de personnes migrantes digne de ce nom. Au moment où a lieu au...
gisti
07.06.2018 - 12:17

ROUEN

6 juin 2018

Jeudi dernier, la préfecture a daigné recevoir une délégation d’occupants et de leurs soutiens mais après à peine une demi-heure d’échanges, le directeur de cabinet de la préfète a mis un terme brutal à la réunion, prétextant...

dal
06.06.2018 - 16:50

COMMUNIQUÉ Paris 5 juin 2018  

Loi ELAN  : offensive anti-squat à l’Assemblée Mézard rejette mais s’engage à faire une proposition.

Laisser un logement vacant est un abus du droit de propriété ! Le squat par nécessité...

dal
06.06.2018 - 11:49
Dans une décision du 1er juin 2018, le Conseil constitutionnel estime que les restrictions apportées à l'exercice d'un recours contre les mesures d'éloignement frappant les étrangers détenus sont contraires à la Constitution. La législation prévoyait en effet que les obligations de quitter le...
gisti
05.06.2018 - 15:02

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier