Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
La Mairie de Bollène (ligue du Sud) envisage, pour des projets immobiliers, de vendre le stade de Bollène-Ecluse, dit des Tamaris, qui est pourtant le dernier équipement public significatif d'un quartier populaire, excentré.    Le stade est une ressource importante pour l’école publique des Tamaris : les enseignants l'utilisent fréquemment pour les activités sportives des élèves, l’éducation physique et sportive étant un aspect indispensable des apprentissages et du développement des élèves, inscrit dans tous les programmes scolaires. La cour de l’école, du fait de sa taille et de son état général, ne pourrait s'y substituer et assurer des conditions de sécurité correctes.    Le stade des Tamaris est la seule structure sportive à proximité de l’école, avec un accès direct, qui permet aux enseignants et aux élèves de s'y rendre facilement, sans coût pour l’école, sans avoir besoin de solliciter des parents-...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
La Maison des Potes vous invite à participer le 21 mars 2017 de 14h à 22 h, au colloque "Unis pour l'Egalité, contre le FN" à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d'Eau 75010 Paris (Metro République).    Le 21 mars, journée internationale de lutte contre le racisme, nous voulons débattre avec des syndicats de travailleurs, les associations de défense des droits de l'homme et de lutte contre le racisme, avec les militants et responsables politiques fidèlement mobilisés contre la préférence nationale et le racisme.   A chaque étape du "Grand Paris de l’Égalité" du 21 février au 21 mars, les marcheurs des Maisons des Potes vont à la rencontre des associations, des élus progressistes pour partager des revendications communes pour l'égalité, contre le racisme et les discriminations. Avec nos tracts et nos affiches "Unis pour l’Égalité" nous faisons campagne pour le droit de vote des étrangers, l'...
Même si vous savez très bien pourquoi le Front national est d’extrême droite, VISA vous signale la conférence que la CGT organise, à son siège, le mardi 14 mars : "Pourquoi le Front national est-il d’extrême droite ?". Une petite et salutaire mise au point face à l’entreprise de dédiabolisation du FN qui est à l’œuvre.
Le FN a fait connaître son intention d’organiser une réunion publique en présence de Marion Maréchal Le Pen à Bayonne le mardi 11 avril prochain. (…) Aujourd’hui le FN représente une réelle menace pour la société. Le projet de société proposé par Marine Le Pen et son parti porte en lui un retour en arrière considérable. Malgré ses tentatives de toilettage afin de devenir un parti présentable qui prétend défendre les intérêts des « petits » contre les « grands », son idéologie n’a pas changé : intolérance, exclusion, rejet des libertés publiques… Les villes gérées par le FN en sont la preuve. Le FN n’est pas un parti « anti-système » comme il le prétend, au contraire le projet qu’il porte ne remet aucunement en cause le libéralisme qui concentre les richesses dans les mains d’une minorité et produit des effets dévastateurs sur le plan écologique, social et économique mettant en jeu le droit des...
La CGT-PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) des Bouches-du-Rhône a tenu son congrès fin 2016.Nous reproduisons ici une motion unanime contre l'extrême droite et un tract dénonçant le racisme dans les services!
Le SNUI-PP FSU a produit en ce mois d'avril un nouveau tract en 4 pages, pour expliquer pourquoi le FN est le pire ennemi de l'école publique !
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Pour liquider l'ordonnance de 1945 sur l'enfance délinquante, Rachida Dati installe la ''droite extrême'' dans la commission

 

Le 3 juin 2008, VISA faisait paraître un article sur la composition de la commission Varinard chargée de réformer l'ordonnance de 45 sur l'enfance délinquante. Nous développions, dans cet article, l'idée que, cette fois ci, il ne s'agissait pas d'une énième réforme mais bien de liquider l'éthique et la philosophie de ce texte de Loi issu de la résistance. Nous faisions la démonstration que le profil, l'histoire et les penchants politiques de la majorité des membres de la commission excluaient toute réflexion objective. Nombre de membres de  la commission ont été désignés par le gouvernement en fonction de leurs prises de positions antérieures empreintes de ''populisme pénal'' et de conservatisme réactionnaire sur les questions de société. C'est pourquoi dans les conclusions de notre article, nous écrivions : « Pour accomplir la  sale besogne le pouvoir a coopté cette ''fraction politique'' de la droite extrême dans la ''Commission chargée de formuler des propositions pour réformer''. Ces ''compagnons de route'' de la droite extrême sont là pour imposer les desiderata du gouvernement aux autres membres de la commission, pour qu'à l'issue des ''travaux'' de la commission, le nouveau texte de Loi, certainement déjà en grande partie rédigé par les juristes du cabinet de Rachida Dati, puisse être ratifié rapidement et sans obstructions par le Parlement. ».

Le contenu du rapport de cette commission et la nature ultra répressive et anti-éducative de ses propositions a, hélas, confirmé notre pronostic, même si, visiblement, la mesure sur l'enfermement des jeunes à partir de 12 ans fait problème jusqu'au sein du gouvernement. En raison de la publication du rapport Varinard et des indignations légitimes que ce rapport suscite, nous avons décidé de le faire reparaître en première page cet article. Le voici :

 

Le 15 avril 2008 dernier, en installant  la ''Commission chargée de formuler des propositions pour réformer l'ordonnance du 2 février 1945 sur l'enfance délinquante'', Rachida Dati, Ministre de la Justice déclarait : « Pourquoi réformer l'ordonnance de 1945 ? L'ordonnance du 2 février 1945 sur l'enfance délinquante est ce que l'on appelle un « texte fondateur ». Il est devenu quasiment sacré... C'est un texte qui a perdu de son efficacité. Pourquoi? Parce que la société de 1945 n'a rien à voir avec la société de 2008. ». Cette déclaration fait écho à l'article de Denis Kessler, ex-vice président du MEDEF qui écrivait le 4 octobre 2007 dans le magazine Challenge : « Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! ».

En finir avec l'espérance humaniste et démocratique de la Libération

L'ordonnance de 45 sur l'enfance délinquante fut la conséquence directe de la volonté politique du Conseil National de la Résistance qui exigeait dans son programme : « La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l'instruction et d'accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires. ». Cette exigence, le législateur du gouvernement de la libération l'affirmait dans le préambule à l'ordonnance du 2 février 1945 sur l'enfance délinquante: « La France n'est pas assez riche d'enfants pour que l'on ne se donne pas tous les moyens d'en faire des êtres sains. ». A l'époque, les législateurs, dont un certain nombre avaient connu la prison pour fait de résistance refusaient l'idée que l'incarcération des enfants puisse être la solution pour en faire « des êtres sains ». Aujourd'hui, répondant aux exigences du MEDEF, le gouvernement cherche à défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance L'offensive visant à la destruction du modèle social issu de la libération va de pair avec la multiplication de lois liberticides et sécuritaires. A mesure que l'Etat social se délite, l'Etat pénal se renforce. Pour le gouvernement, il s'agit de liquider cette ordonnance de 45 qui privilégie l'éducation sur la répression afin que les jeunes mineurs ayant commis des délits puissent être jugés dès 16 ans comme les majeurs. La conséquence en sera l'augmentation exponentielle de l'incarcération des mineurs et le transfert des financements de la Protection Judiciaire de la Jeunesse actuellement consacrés aux prises en charges éducatives aux Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs et aux lieux de contention (centres fermés). Par ailleurs, tout ce qui concerne la prise en charge des mineurs en danger incombera aux Conseils généraux sans contrepartie financière de la part de l'Etat. Pour avaliser ce projet, en total contradiction avec les idées humanistes et les espérances des membres du Conseil national de la Résistance, le Ministère de la Justice a décidé de créer une commission composée de 33 membres dont un certain nombre ont un profil politique des plus inquiétants :   

André Varinard, Président de la commission : de Lyon 3 à la place Vendôme, un parcours contre l'esprit de la Résistance

André Varinard, recteur, le Président de cette ''Commission chargée de formuler des propositions pour réformer l'ordonnance du 2 février 1945 sur l'enfance délinquante'' a fait la majeure partie de sa carrière universitaire à l'Université Lyon 3 dont il a été le vice-président. Cette université s'est tristement fait connaître pour avoir avalisé des thèses négationnistes remettant en cause l'existence des chambres à gaz. Elle a servi de terrain de prédilection et de base arrière à des professeurs et des étudiants d'extrême droite (du Club de l'Horloge, de l'U.N.I, du G.U.D, du G.R.E.C.E, du C.L.A.N, etc.),  un certain nombre de ces ''intellectuels'' comme Gollnish  étant membres du Front National.

Le 20 décembre 2001, le Maire de Lyon demandait à Alain Jakubowicz, avocat des parties civiles lors du procès de Klaus Barbie et Président délégué à l'animation du Conseil Lyonnais pour le respect des droits « de faire toute la lumière sur les faits de négationnisme à Lyon 3 et les pratiques discriminatoires qui les accompagnent ». Après enquête et investigation, un ''Rapport sur le négationnisme et le racisme à l'université de Lyon'' était rédigé par le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits. Ce rapport est sans équivoque sur le rôle d'André Varinard à Lyon 3 et sa bienveillance vis-à-vis de l'extrême droite universitaire.

André Varinard fut à l'origine de la création de Lyon 3 : « Après les mois de conflit de l'après mai 1968, les tenants de l'ordre au sein de l'université de Lyon, notamment André Decocq (membre du Club de l'Horloge et du SAC), Jacques Goudet (membre fondateur de l'U.N.I, ancien responsable du SAC et membre du Club de l'Horloge) et André Varinard, obtiennent le droit de faire scission... de nombreux militants notoires d'extrême droite sont recrutés à Lyon 3, comme Pierre Vial (fondateur du GRECE), Bernard Notin (membre du G.R.E.C.E), Jacques Marlaud qui a collaboré 15 ans à la radio d'Etat de l'Afrique du Sud sous l'apartheid » (Rapport du Conseil Lyonnais pour le respect des droits p 5 à 7). 

André Varinard a voté la création de l'Institut d'Etudes Indo-Européennes (1981/2001), toujours selon le rapport (p 9) remis au Maire de Lyon : « la quasi-totalité des collaborateurs de cet institut sont des militants d'extrême droite » et André Varinard ne pouvait feindre d'ignorer par ailleurs que le : « Le G.R.E.C.E à travers la notion d'indo européens, cherche à réhabiliter dans les années 70 les théories nazies sur les aryens. Cette réhabilitation passe par la revue Elément et Nouvelle école. Face à ces tentatives de réhabilitation la presse française réagit. Ainsi en 1979 plus de 500 articles ou émissions dans Le Nouvel Observateur, Le Point, Libération, La Croix, Europe 1, France Inter, dénoncent les activités du GRECE Le 2 juin 1981, le conseil scientifique de Lyon 3 adopte les statuts d'un Institut d'études indo-européennes (I.E.I.E. Les fondateurs sont Jean Haudry, Jean Varenne et Jean-Paul Allard, tous trois membres du GRECE. Ils ont participé au colloque GRECE sur les indo-européens en 1975... C'est donc bien en connaissance de cause... que Jacques Goudet et André Varinard votent la création de l'I.E.I.E ».

Et pour finir «Le Conseil scientifique, avec Bruno Gollnisch et André Varinard, soutient l'I.E.I.E dans des demandes de subvention auprès du Conseil général et du Conseil régional » (Rapport du Conseil Lyonnais pour le respect des droits p 11)

Pour avoir soutenu en 2004 qu' «aucun historien sérieux n'adhère intégralement aux conclusions du procès de Nuremberg» et qu'il fallait «laisser les historiens discuter des chambres à gaz», Bruno Gollnish a été condamné le 28 février 2008 en appel,  « pour contestation de l'existence de crime contre l'humanité ». Lors des travaux de la commission, monsieur Varinard ne fera certainement pas preuve de la même mansuétude vis-à-vis des jeunes en grande difficulté familiale et (ou) sociale qui deviennent délinquants que celle qu'il a eu, dans les années quatre-vingt, vis-à-vis du ''futur délinquant'' Bruno Gollnish.

Les autres membres de la commission et les oubliés

Font aussi partie de la Commission nommée par la Garde des Sceaux :

- Deux autres universitaires juristes

- La Présidente du conseil d'administration de l'Agence Nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (qui vient de quitter le Modem pour le Nouveau Centre)

- Une commissaire divisionnaire,

- Un psychiatre.

- Trois avocats,

- Un éducateur de la PJJ 

- Quatre Directeurs de la Protection judiciaire de la Jeunesse (qui, ne nous leurrons pas, appliqueront sans état d'âme les consignes de la  Chancellerie).

- Neuf magistrats (dont seulement trois Juges des Enfants).

Lorsqu'elle était substitut au Parquet de Toulon, l'une de ces Magistrats, Anne Lezer, a été à l'origine d'une expérimentation, dont elle a fait la promotion lors d'un colloque en novembre 2003, en Suisse, dans une intervention qu'elle a intitulé : "Quels soins pour les familles maltraitantes ? Pertinence d'une aide sous contrainte (sic)". Selon la Magistrate, cette action du parquet consistait à « Agir sur les parents pour les inciter à réfléchir sur leur fonction éducative et à adopter une attitude plus responsable...». Cette expérimentation, qu'on pourrait qualifier de ''stage parental obligatoire sous peine de prison'', a eu pour conséquence la condamnation « sur la base de l'article 227-17 du Code pénal, d'une mère à un an de prison ferme pour manquements éducatifs à l'égard de son fils de treize ans. Le refus du stage parental a occasionné son renvoi en correctionnelle. Pour la mère un travail d'intérêt général aurait été peut-être plus adapté  déclarait Anne Lezer au Monde. Peut-être un peu consciente d'être apprentie sorcière » (Journal du Droit des Jeunes -Avril 2003).

Par contre les représentants de l'Association Française des Magistrats de la Jeunesse et de la Famille n'ont pas été invités à participer à cette commission. Cette Association n'est pourtant pas un repère d'extrémistes et est forte de l'expérience de cinquante année de réflexion sur la prise en charge judiciaire des mineurs : « Fondée en 1947, l'AFMJF est la seule association professionnelle regroupant les magistrats spécialisés en matière de mineurs. Militante d'une conception humaniste de la justice des mineurs, elle est un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics, des associations et des organismes de formation et de recherche. Elle invite les professionnels de l'éducation et du droit à partager ses travaux et enrichir sa réflexion » (Site de l'AFMJF).

Quant aux représentants des organisations syndicales d'éducateurs (SNPES-FSU, CGT, UNSA et CFDT) et de Magistrats (Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale des Magistrats), leur présence dans la Commission aurait été pour le gouvernement une hérésie.

La présence d'élus politiques à la droite de la droite

La composition du ''pôle d'élus politique'' de la commission est fortement déséquilibré : 5 UMP, 1 Union du Centre, 1 Nouveau Centre 1 Modem, seulement deux élus PS, 0 PC, 0 Vert). Il convient de souligner les positionnements politiques à la Droite de la Droite de certains élus UMP présents dans la commission :

Jean-Claude Carle, Sénateur UMP de Haute Savoie. A saisi le Conseil constitutionnel pour tenter de faire invalider le PACS, a signé la pétition contre l'homoparentalité. A soutenu le projet de Loi  pour la reconnaissance des aspects positifs de la colonisation et déclaré en décembre 2005 dans le Journal du Sénat : « La colonisation est un moment difficile à expliquer... parler des aspects positifs, qui ont permis à ces peuples de progresser. Abroger l'article 4 signifierait les occulter et serait contraire à la vérité historique ».A été élu en 1998 vice président du Conseil régional Rhône Alpes avec les voix du Front national comme il est écrit dans l'Humanité du 8 avril 1998 : « L'extrême droite les a fait vice-rois, ils ont accepté le honteux marché du FN. Dans la nuit de lundi à mardi, neuf vice-présidents de droite, sur les quinze que compte l'exécutif de la Région Rhône-Alpes, ont été élus avec les voix du Front national ; « Ce fut ensuite le tour de Jean-Claude Carle (UDF)... d'être élus, tous deux au troisième tour, avec l'appui des voix du FN, les 13 conseillers régionaux de droite s'abstenant toujours ».

Il faut aussi citer ce passage particulièrement éloquent (délirant?) de l'intervention de Jean Claude Carle au Sénat sur la délinquance des mineurs: « Qui sont ces jeunes délinquants ? 92 % des actes commis émanent de jeunes garçons présentant 4 caractéristiques : 1ère caractéristique : leur famille a des difficultés à assumer sa mission, du fait notamment, de l'absence du rôle du père. Cette absence du père se prolonge tout au long du cursus du jeune par l'absence de l'homme : absence du père au sein de la famille, absence de l'homme à l'école, l'Education Nationale est un corps très féminisé, absence de l'homme lorsque le jeune est traduit devant une juridiction, les juges pour enfants sont très souvent des femmes, absence de l'homme lorsque le délinquant est sanctionné. La PJJ est une administration elle aussi, très féminisée. Cette absence de l'homme constitue un vrai problème ».

Christian Demuynck, Sénateur Maire UMP de Neuilly Plaisance, signataire du manifeste contre l'homoparentalité. A déclaré au Sénat, le 5 juillet 2005, lors de la séance consacré au projet de loi sur la récidive : « Je ne demande pas qu'on jette tous les jeunes en prisons mais, à choisir, je préfère une machine à incarcération à une machine laxiste. Si la prison doit rester le dernier recours, la minorité ne doit pas être une excuse dans tous les cas. Il faut qu'un jeune sache qu'une infraction sera punie et que la récidive sera sanctionnée plus lourdement. Contrairement à ce que prétend la responsable du Syndicat de la magistrature, les prisons n'exploseront pas, même si, il est vrai, elles sont surpeuplées »

Et dénigré les Juges des Enfants de Bobigny dans les termes suivants : « Car lorsque Nicolas SARKOZY dit qu'il y a une démission des juges pour enfant du Tribunal de Bobigny, force est de constater qu'il est dans le vrai même s'il ne faut pas occulter leurs moyens limités et leur charge de travail importante. N'appelle-t-on pas d'ailleurs ces juges les « pères Noël » pour leur grande mansuétude envers les jeunes présentés au Tribunal ? ».

Guy Geoffroy, Député de Seine et Marne. A signé la pétition des Maires contre le PACS quand il était Maire de Combs la Ville (77). A signé la pétition contre l'Homoparentalité. A soutenu le projet de Loi  pour la reconnaissance des aspects positifs de la colonisation. A été le rapporteur de la Loi sur la récidive.

Marie-Thérèse Hermange, Sénatrice UMP de Paris. Etait contre le PACS. A signé la pétition contre l'homoparentalité. A soutenu le projet de Loi pour la reconnaissance des aspects positifs de la colonisation. Il semblerait qu'elle soit très liée à la hiérarchie catholique et aux réseaux anti-IVG :

A soutenu la campagne de la hiérarchie catholique pour que soit mentionnées dans la constitution européenne les racines chrétiennes de l'Europe selon l'Observatoire du Communautarisme qui écrit en 2003 sur son site : « La Commission des Episcopats de la Communauté Européenne (COMECE) souhaite notamment inscrire une référence à "la contribution du christianisme" dans le préambule de l'actuel projet de Constitution européenne. Une dizaine de députés européens ont accompagné la pétition en faveur d'une référence explicite à l'"héritage chrétien" de l'Europe. Parmi eux, deux élues françaises de droite : Elisabeth Montfort et Marie-Thérèse Hermange (Parti Populaire Européen, PPE)».               

Le 7 février 2007 elle déclarait au Sénat  : « Qu'il deviendrait particulièrement difficile pour les médecins gynécologues obstétriciens et les sages-femmes, d'exercer leur métier dans le respect de leurs convictions (...)  « (...) Il faut vraiment revisiter la pratique des IVG.  Le Haut conseil de la population et de la famille, dont je suis membre, s'est penché sur cette question, et j'ai pu constater que de plus en plus de jeunes - de plus en plus jeunes - avaient recours à l'IVG. Des médecins externes, qui auraient bien voulu pratiquer la gynécologie, mais qui ont renoncé à s'engager dans cette voie, m'ont même cité l'exemple de jeunes femmes qui en étaient à leur septième avortement à trente ans ! Dans ces conditions, nous avons tous le devoir de nous pencher sur les conditions dans lesquelles sont pratiquées les IVG - je pense notamment à l'entretien préalable, qui est souvent bien trop rapide. Il y va de notre responsabilité ! » et réitère dans le même style le 8 avril 2008, une déclaration mettant en cause la Loi Veil sur l'IVG lors d'une discussion sur la question de ''la fin de vie'': « La fausse compassion nous expose à bien des dangers, dont le vote de textes qui ne répondent pas au problème posé -on l'a vu avec la légalisation de l'avortement : alors qu'on a voté la Loi sur l'IVG pour éviter sa banalisation, il n'y a jamais eu autant d'avortements - j'ai du mal à penser que chaque année 200 00 femmes connaissent la détresse en raison d'une grossesse ».

Michèle Tabarot est Députée UMP des Alpes Maritime. A soutenu le projet de Loi pour la reconnaissance des aspects positifs de la colonisation.

Selon la LDH de Toulon de novembre 2007 : « Lors de l'élaboration du projet de loi en faveur des rapatriés, en 2004, Michèle Tabarot a défendu la cause des anciens membres de l'OAS, afin qu'ils récupèrent des points de retraite perdus durant leurs années de clandestinité et d'exil. Un amendement a été adopté en ce sens. «En plus de l'effort d'indemnisation des harkis, il était normal de réparer cette injustice», a  estimé Michèle Tabarot. Le dispositif a pourtant du mal à s'appliquer: «Sur 400 dossiers, seuls une poignée ont été retenus», déplore Jean-François Colin, président de l'Adimad, une association d'anciens de l'OAS. La jeune députée du Cannet a surtout soutenu sans hésiter l'amendement qui demandait aux programmes scolaires de souligner «le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord». «Il y en a marre de la repentance permanente! dit-elle. Tant que nous ne serons pas fiers de notre histoire, nous ne pourrons pas favoriser l'intégration des jeunes générations.» A la tribune, Michèle Tabarot a fustigé la gauche, en expliquant que «la France coloniale a permis l'éradication des épidémies, la fertilisation de terres incultes et la réalisation d'infrastructures que les Algériens utilisent encore aujourd'hui». Les extraits du discours de cette députée UMP  le 29 novembre 2005 à l'Assemblée Nationale pour la reconnaissance des aspects positifs de la colonisation sont particulièrement éloquents sur son positionnement à la droite de la droite: « Pour ma part, je n'oublie pas que les enseignants qui aujourd'hui demandent l'abrogation de l'article 4, sous un prétexte d'objectivité et de neutralité, sont les mêmes qui arrivaient avec des roses à la main dans l'enceinte de nos salles de classe le 11 mai 1981...  Pour sa part, la France coloniale a permis d'éradiquer des épidémies dévastatrices, grâce aux traitements dispensés par les médecins militaires, Les Français d'Outre-mer ont permis la fertilisation de terres incultes et marécageuses, la réalisation d'infrastructures que les Algériens utilisent encore aujourd'hui que La France a posé les jalons de la modernité en Algérie, en lui donnant les moyens d'exploiter les richesses naturelles de son sous-sol. [...] ».

En guise de conclusion   

La politique antisociale de Sarkosy a pour conséquence l'amplification des discriminations et la mise à l'écart de la jeunesse en  grande difficulté sociale. Pour pouvoir ''réprimer sans entraves'' cette partie de la jeunesse, en la stigmatisant comme classe dangereuse, il faut liquider totalement l'esprit éducatif et humaniste de cette ordonnance sur l'enfance délinquante qui a été votée en 1945 dans un climat d'espérance de progrès social à venir. Pour accomplir la  sale besogne le pouvoir a coopté cette ''fraction politique'' de la droite extrême dans la ''Commission chargée de formuler des propositions pour réformer''. Ces ''compagnons de route'' de la droite extrême sont là pour imposer les desideratas du gouvernement aux autres membres de la commission, pour qu'à l'issue des ''travaux'' de la commission, le nouveau texte de Loi, certainement déjà en grande partie rédigé par les juristes du cabinet de Rachida Dati, puisse être ratifié rapidement et sans obstructions par le Parlement.

VISA

 

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

10.04.2017 - 16:02

Marine Le Pen espère une vague de ralliements en vue des élections législatives des 11 et 18 juin, mais, pour l’instant, ces derniers se font au compte-gouttes. Selon nos informations, qui confirment celles du site d’info locale...

10.04.2017 - 16:02

Benoît Loeuillet, entouré de Marion Maréchal-Le Pen et Olivier Bettati pendant la campagne des régionales 2015 (crédit : Olivier Faye)

Depuis son accession à la tête du Front national, en 2011, Marine Le Pen assure avoir fait le ménage parmi...

15.03.2017 - 16:11

Fil d'informations RESF

ll faut lever l'OQTF de Betty Kabena et Fifi Lunda, et leur accorder le droit au séjour ! BettyKabena et Fifi Lunda sont toutes deux venues de République Démocratique du Congo en 2012 afin de fuir les violences récurrentes dans ce pays. Betty était accompagnée de deux de ses enfants, Prescillia ,...
27.04.2017 - 23:11
Une fois de plus, le Conseil Départemental [de Loire Atlantique] a failli à sa mission de protection de l'enfance ! Depuis vendredi 20 avril, une dizaine de jeunes Mineurs Isolés Étrangers sont arrivés à Nantes. Ils ont été reçus dans le service chargé par le Conseil Départemental d'assurer leur...
27.04.2017 - 20:50
Une carte de séjour pour Victor-Hugo ! Victor-Hugo Dos Santos Pereira, élève en terminale littéraire au lycée Léon Blum de Créteil (94), a demandé sa régularisation et un titre de séjour à la Préfecture de Créteil. Celle-ci ne lui a octroyé qu'une autorisation provisoire « pour finir l'année...
27.04.2017 - 15:08
Parce qu'il n'est pas admissible de condamner des êtres humains à une vie de « sans » (sans papiers, sans travail, sans droits …), nous vous invitons à venir nombreuses et nombreux constituer avec nous, chaque premier mardi du mois, un cercle du silence pour crier silencieusement notre indignation...
27.04.2017 - 00:16
Le Réseau Éducation Sans Frontières nous a habitués à voir se succéder les bonnes et les mauvaises nouvelles. Même dans le cas de ces dernières (souvent une mise en rétention), il y a toujours un espace pour la lutte. Cette fois non. Aucun espace : notre camarade André Landrain nous a quittés. C'...
26.04.2017 - 18:15
La famille géorgienne Petrova-Dzidziguri est menacée d'expulsion alors qu'elle est arrivée en novembre 2013 pour rejoindre le père malade, décédé depuis. Les deux jeunes enfants sont scolarisés et très bien intégrés et la mère est bénévole au Secours Populaire ! Comment peut-on expulser une...
26.04.2017 - 09:36
1 – Intro durée : 05:18 = = = = = = = = = = = = = = = = 2 - « Sursaut Citoyen » Avec Nina Marx (CCFD) par téléphone Une cartographie collaborative et un répertoire à vocation de mettre en lumière toutes les initiatives de personnes, de collectifs citoyens ou d'associations qui viennent localement...
22.04.2017 - 14:37
En pièce jointe voici le premier numéro du tout nouveau Journal de RESF69.
21.04.2017 - 16:38
assure le lien avec de site de l'AME ; cet article a une date de publication qui est mise à jour par la syndication avec le site de l'AME
21.04.2017 - 08:36
Le Juge des libertés et de la détention du Mesnil-Amelot a rendu la justice… M. S. et ses fils K. (23 ans) et L. (20 ans) sont emprisonnés au Centre de rétention du Mesnil-Amelot depuis un mois. Ils y resteront 15 jours de plus s'ils ne sont pas expulsés avant. Comme ils ont déjà refusé d'embarquer...
20.04.2017 - 00:08

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

Le 1 er mai 1995, Brahim Bouarram, 29 ans, profitait d'une journée ensoleillée sous le pont du Carrousel. Il ne savait pas qu'on allait le précipiter dans la Seine et mettre fin à ses jours. Les assassins venaient de quitter le défilé du Front National. Depuis, d'autres noms se sont ajoutés à la...
gisti
01.05.2017 - 10:00

COMMUNIQUE Paris le  26 avril 2017

STOP expulsions illicites ! Nouvelle expulsion dans le 17e … Action concrète Avec des locataires victimes de ces bailleurs voyous RV jeudi 27 avril – 12h sortie du métro Pereire

Des centaines de locataires sont...

dal
26.04.2017 - 16:28

 

  Samedi 29 avril à Paris RdV à 8h angle place des Ternes/bd de Courcelles Métro Ternes (ligne 2)

Les mal logés et les sans logis, avec la « fanfare invisible », de nombreuses...

dal
24.04.2017 - 10:22

COMMUNIQUE Paris le 21 avril 2017

 

Les expulsions illégales continuent malgré la loi !

Environ 200 locataires et mal logés ont manifesté mercredi...

dal
21.04.2017 - 12:27
Monsieur le ministre de l'intérieur, L'ouverture de la salle d'audience « délocalisée » du tribunal de grande instance de Bobigny dans la zone aéroportuaire de Roissy Charles de Gaulle est annoncée pour le mois de septembre prochain en vue d'y faire comparaître les personnes dont la prolongation du...
gisti
20.04.2017 - 15:35
Source: Halem La Charte d’Essonne ou la chasse aux sorcières

mardi 18 avril 2017

Au nom de l’écologie, la préfète de l’Essonne organise une chasse aux pauvres L’...
dal
19.04.2017 - 16:42
gisti
13.04.2017 - 10:19
Ce jeudi 13 avril, dix associations et syndicats mettent en ligne les vidéos du tribunal d'opinion pour les droits des enfants Roms qui s'est déroulé le 27 juin 2015 à Saint-Denis (93). La question posée par ce procès était celle des responsabilités des pouvoirs publics dans les violations de leurs...
gisti
13.04.2017 - 09:39
Abandonner un gamin à la rue, ce n'est pas le « délaisser » au sens de l'article 223-3 du code pénal : telle est la subtile nuance que la cour d'appel de Paris invoque pour absoudre ceux qui ont refusé d'en assumer la charge. Livré à lui-même dans les rues de Paris depuis une semaine, un jeune...
gisti
12.04.2017 - 17:46
Les deux documents ci-dessous ont été transmis aux candidats à l’élection présidentielle: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup —>...
dal
07.04.2017 - 19:43
L'Observatoire de l'Enfermement des Etrangers vous invite à une réunion publique sur le contrôle et l'internement des Tsiganes en France. La réunion se tiendra dans les locaux de la Ligue des droits de l'Homme 138 rue Marcadet 75018 Paris (Métro : Ligne 12, arrêt Lamarck-Caulaincourt) Afficher une...
gisti
05.04.2017 - 18:00
Première expulsion sans relogement d’un locataire prioritaire DALO à PARIS Rassemblement / raffut Mercredi 5 avril 15h , Place Louis Lépine (sortie M° Cité )

  Mardi après midi, un locataire d’une résidence Richemond (RIVP), a été expulsé dans le 13e arrondissement, car il ne répondait...

dal
05.04.2017 - 13:01

 

COMMUNIQUE

Paris, le 3 avril 2017

Fin de la trêve hivernale des expulsions : A PARIS, les...

dal
03.04.2017 - 18:36
2 documents ci-dessous: Expulsions, logement cher et profits: bombance pour les uns, crise pour beaucoup

—> ici

 

Les...
dal
01.04.2017 - 09:46

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier