Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
La Mairie de Bollène (ligue du Sud) envisage, pour des projets immobiliers, de vendre le stade de Bollène-Ecluse, dit des Tamaris, qui est pourtant le dernier équipement public significatif d'un quartier populaire, excentré.    Le stade est une ressource importante pour l’école publique des Tamaris : les enseignants l'utilisent fréquemment pour les activités sportives des élèves, l’éducation physique et sportive étant un aspect indispensable des apprentissages et du développement des élèves, inscrit dans tous les programmes scolaires. La cour de l’école, du fait de sa taille et de son état général, ne pourrait s'y substituer et assurer des conditions de sécurité correctes.    Le stade des Tamaris est la seule structure sportive à proximité de l’école, avec un accès direct, qui permet aux enseignants et aux élèves de s'y rendre facilement, sans coût pour l’école, sans avoir besoin de solliciter des parents-...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
La Maison des Potes vous invite à participer le 21 mars 2017 de 14h à 22 h, au colloque "Unis pour l'Egalité, contre le FN" à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d'Eau 75010 Paris (Metro République).    Le 21 mars, journée internationale de lutte contre le racisme, nous voulons débattre avec des syndicats de travailleurs, les associations de défense des droits de l'homme et de lutte contre le racisme, avec les militants et responsables politiques fidèlement mobilisés contre la préférence nationale et le racisme.   A chaque étape du "Grand Paris de l’Égalité" du 21 février au 21 mars, les marcheurs des Maisons des Potes vont à la rencontre des associations, des élus progressistes pour partager des revendications communes pour l'égalité, contre le racisme et les discriminations. Avec nos tracts et nos affiches "Unis pour l’Égalité" nous faisons campagne pour le droit de vote des étrangers, l'...
Même si vous savez très bien pourquoi le Front national est d’extrême droite, VISA vous signale la conférence que la CGT organise, à son siège, le mardi 14 mars : "Pourquoi le Front national est-il d’extrême droite ?". Une petite et salutaire mise au point face à l’entreprise de dédiabolisation du FN qui est à l’œuvre.
Le FN a fait connaître son intention d’organiser une réunion publique en présence de Marion Maréchal Le Pen à Bayonne le mardi 11 avril prochain. (…) Aujourd’hui le FN représente une réelle menace pour la société. Le projet de société proposé par Marine Le Pen et son parti porte en lui un retour en arrière considérable. Malgré ses tentatives de toilettage afin de devenir un parti présentable qui prétend défendre les intérêts des « petits » contre les « grands », son idéologie n’a pas changé : intolérance, exclusion, rejet des libertés publiques… Les villes gérées par le FN en sont la preuve. Le FN n’est pas un parti « anti-système » comme il le prétend, au contraire le projet qu’il porte ne remet aucunement en cause le libéralisme qui concentre les richesses dans les mains d’une minorité et produit des effets dévastateurs sur le plan écologique, social et économique mettant en jeu le droit des...

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

pdf 4 le racisme au travail


Informations

Syndicales

Antifascistes

N° 4 Octobre 1998 7 F

LE RACISME AU TRAVAIL

Au-delà de la présence directe de militants Front national, les propos racistes et actes de discriminations se multiplient sur les lieux de travail. Face à un dispositif juridique plutôt inefficace, les syndicats analysent et agissent... mais engager le débat est parfois difficile.

L'inefficacité de la loi

Si personne ne nie plus en France la réalité des discriminations raciales à l'embauche, les victimes de ces pratiques ont pourtant bien peu de chance de faire reconnaître leurs droits. Le fossé est grand entre les principes d'égalité largement affichés en France et la réalité des pratiques. L'arsenal juridique français, pourtant impressionnant, n'a ainsi débouché en 1995 que sur quatre condamnations effectives... La victime doit en effet non seulement établir la matérialité des faits, mais aussi apporter la preuve de l'intention discriminatoire : quasi impossible. L'Union Européenne, après avoir consacré une clause de non-discrimination dans le traité d'Amsterdam, commence à inciter les pays qui ne disposent d'aucune législation anti-discriminatoire spécifique à en adopter une (Allemagne, Autriche, Scandinavie notamment). Elle pousse aussi ceux, comme la France, qui ont une législation inefficace à la réformer. Trois pays ont d'ores et déjà mis en place des institutions publiques spécialisées dans l'instruction et le recours. La commission pour l'égalité raciale créée en 1976 en Grande-Bretagne emploie 220 personnes chargées d'accueillir et d'instruire les plaintes, mais aussi de mener des campagnes de promotion sur la diversité raciale en relation avec les associations et les autorités. Relayée par des comités locaux, elle enregistre 1800 plaintes par an, dont 300 font l'objet d'un règlement juridique. Elle souligne pourtant que ces chiffres ne constituent que la partie émergée de l'iceberg. Les Pays-Bas et la Belgique ont aussi - plus récemment créé des commissions de même nature. En France, il faut signaler les initiatives communales de parrainage, comme celle de la mission locale pour l'emploi des jeunes de Mantes-la-Jolie. Située au coeur de la ZUP du Val Fourré, elle aide les jeunes à surmonter les obstacles de la discrimination à l'embauche : un adulte bénévole suit des jeunes en difficulté et fait le lien avec les entreprises. Source : P. Bernard, « Le monde du travail, lieu d'expression des discriminations raciales » Le Monde 26.08.98

Contre le racisme en entreprise : une campagne de la CGT

Après le « Tour de France de la Fraternité » en 1997, la CGT a engagé en 1998 une campagne contre le racisme et les discriminations au travail. Dans un article du « Peuple » du 01.07.98, Gérard Chemouil, responsable du Secteur Migrants, fait le point avec lucidité sur les difficultés rencontrées : « Nous avions conscience qu'il ne serait pas simple d'obtenir que s'engage une campagne contre les discriminations dans un nombre conséquent d'entreprises ». Les questions soulevées par une telle campagne ne sont pas éludées : ouvrir le débat ne risque-t-il pas de provoquer des dissensions entre militants, n'est-ce pas du temps « perdu » pour les revendications, etc... Et pourtant l'article souligne l'importance de la discrimination à l'emploi : « ...selon l'INSEE, si le taux de chômage est de 12 % parmi les français, il atteint les 32 % parmi les étrangers hors CEE... ». Et pour les jeunes d'origine étrangère, c'est encore plus grave : « 42 % des hommes entre 20 et 29 ans sont au chômage si leurs deux parents sont algériens. »

G. Chemouil rappelle aussi que la lutte contre les discriminations au travail peut être l'occasion de « dépasser l'irrationnel pour aborder des revendications concrètes en matière d'emploi, de salaire, de droit à la formation ». Pour cette campagne, la confédération CGT a pris plusieurs initiatives : une carte témoignage tirée à un million d'exemplaires, la diffusion d'un questionnaire dans des entreprises ciblées, une affichette, « Le racisme, ça se combat ». Dans la « Tribune de l'immigration » (CGT secteur Migrants) n°27 -mars-avril 1998, un article consacré à la campagne contre les discriminations en Gironde relate la lutte victorieuse contre la menace de licenciement à l'encontre d'une stagiaire-cadre d'origine laotienne à l'entreprise Carrefour de Mérignac.

A noter et saluer aussi l'initiative de « L'Hebdo » de la CGT cet été : chaque semaine, l'hebdomadaire a consacré ses « feuilles d'été » à un portrait de « Ces français venus d'ailleurs » : sénégalais, arméniens, vietnamiens, algériens, portugais... L'introduction de ces articles précise : « De pays voisins ou beaucoup plus éloignés, ils sont venus en France pour des raisons économiques, politiques, syndicales. Tous les jours, ils produisent, inventent, créent. Eux aussi font la France. »

Le racisme au travail

De Philippe Bataille, sociologue, maître de conférence à l'Université de Lille III et chercheur au CADIS (EHSSS/CNRS)

Le livre de Philippe Bataille sur le « racisme au travail » est le résultat d'un enquête de longue haleine menée conjointement par des chercheurs et des syndicalistes de la CFDT. Bien évidemment ces travaux n'ont pas prétention statistique, mais la diversité régionale et professionnelle des lieux étudiés en fait un outil nécessaire pour la prise de conscience et la réflexion. De l'entreprise de métallurgie de l'Est de la France à la grande surface de meubles en région parisienne en passant par un service de l'administration préfectorale, c'est tout un pan occulté d'un racisme au quotidien qui se dévoile sous des formes à la fois spécifiques et renouvelées. Souvent nié, le plus étonnant cependant eût été qu'il n'y ait pas expression de racisme dans l'entreprise. Les faits-divers alimentent les conversations et servent d'illustration à tel ou tel préjugé. Le mode de la plaisanterie est largement utilisé pour exprimer un racisme primaire. Tout ce rejet se nourrit d'une profonde inquiétude quant à l'avenir, vécu comme « menacé par les autres », et particulièrement par « le maghrébin » et « l'intégrisme islamiste ». Ce racisme est encore analysé comme « contenu dans les limites de l'acceptable » par les patrons, c'est à dire celles qui permettent de ne pas remettre pas en cause les capacités productives de la « communauté » de travail. Mais ici où là un seuil semble cependant avoir été franchi. L'existence du Front National, vécu comme outil politique d'accrétion des thèses racistes est certainement un facteur important de cette évolution, mais, pour l'auteur, cela n'est pas suffisant pour expliquer la situation actuelle. Pour lui, les nouvelles contradictions qui s'accumulent dans les entreprises génèrent en soi un racisme spécifique qu'il convient de bien analyser. Pour l'auteur, il faut renverser la problématique et considérer que le racisme au travail découle essentiellement de ce qui se passe dans l'entreprise. Le racisme dans l'entreprise s'affirme de plus en plus dans les relations quotidiennes au travail. Des politiques patronales comme par exemple celle consistant à utiliser l'immigration pour durcir les conditions de travail, ont souvent favorisé des réactions dures de rejet. Avec la menace du chômage et l'intensification du travail, des fortes tensions, allant jusqu'au saccage de lieu de prière ou aux rixes, sont désormais choses courantes. Les réactions hiérarchiques ou patronales à cette montée de tension sont loin d’êtres uniformes. Certains participent aux actes racistes, d'autres sont simplement complaisants ou complices, d'autres enfin s'arc-boutent au refus de toute intrusion de cette menace pesant sur la cohésion du collectif de travail, qu'ils veulent analyser comme « extérieure », et vont jusqu'à sanctionner tout problème. Les discriminations au travail sont très nombreuses et vont en s'aggravant. La carrière est loin d'être la même pour tous. Et ce qui était déjà incompréhensible par les

3 BROCHURES DISPONIBLES !

Les rencontres syndicales antifascistes,
Paris 1er mars 1997

(30 F + 10F de port)

2 ans d'information syndicale antifasciste

(20 F + 10 F de port)

Agir contre le Front national et son programme pseudo social

(60 F + 16 F de port)

Les 3 brochures : 100 F + 25 F de port

travailleurs de la première génération de l'immigration qui en étaient victimes est de moins en moins accepté par des générations nées en France et de même niveau de formation que « les autres », générant un réel « conflit culturel ». Les sélections raciales deviennent de plus en plus courantes. Ainsi en est-il pour ces chantiers du nettoyage dont l'obtention du marché a été conditionnée au fait qu'ils soient interdits aux maghrébins ; ce qui pousse certains patrons du nettoyage, pour faciliter l'organisation de leurs services, à exiger que des femmes transforment leur nom... en portugais, jugé « plus acceptable ». Ainsi encore, de plus en plus, dans des entreprises où l'accès du public est permanent, les pressions se font fortes pour « orienter » certaines personnes « trop voyantes » vers des lieux de travail moins accessibles au public. La division du travail par l'ethnie prend ainsi une nouvelle forme dans certaines grandes surfaces commerciales. Enfin, les offres de formation ou d'emplois ouverts aux seuls « BBR », ou plus hypocritement à ceux qui ont effectué leur service militaire, fleurissent en toute illégalité tandis que se généralisent les embauches, « poussées ou garanties » par un salarié de l'entreprise. Discriminations et ségrégations, difficiles à prouver au cas par cas, sautent statistiquement aux yeux. Dans la fonction publique, ce sont aussi des fonctionnaires qui utilisent leurs fonctions pour appliquer de façon plus ou moins sélective et vexatoire les textes de loi. Il ne fait pas bon, on le savait déjà, se trouver en situation plus ou moins régulière dans certains services surtout lorsqu'on maîtrise mal la langue. Face à ces réalités, incontournables, le silence, la gène et l'impuissance sont le plus souvent la règle. Les militants syndicaux se sentent souvent désarmés ou démunis et l'expliquent par le trop grand poids idéologique pris par le FN à l'extérieur. Certains évoquent aussi les enjeux de concurrence entre organisations syndicales comme facteur d'immobilisme pour l'organisation de la réflexion et des ripostes collectives.

LES PROCHAINS DOSSIERS D’ISA

    • L’infiltration du FN dans les syndicats

    • Les syndicats dans les villes occupées (Toulon, Orange, Marignane, Vitrolles)

    •  

    • Le FN et la fonction publique…

    •  

N’hésitez-pas à nous adresser documents – tracts, motions… et/ou articles pour enrichir ces prochains numéros !

Pourtant ici et là des militants analysent les situations, élaborent des stratégies, se battent, saisissent les opportunités pour introduire des coins dans le consensus du silence, obtiennent des victoires. Mais pour le faire il faut être fort et crédible dans l'entreprise, donc agir efficacement à ce niveau sur les réalités. Cela n'est bien sûr pas contestable et l'auteur y voit avec pertinence une nouvelle source de légitimation pour le syndicalisme. Il estime par contre qu'introduire le débat sur le Front National au sein du collectif de travail est contre-productif. Pour lui, aux yeux des salariés, cela sort le syndicalisme de son champ naturel vers un terrain politique qui n'est pas le sien et ainsi le délégitimise. En témoigne, pour lui, la grande difficulté des équipes syndicales qui ont abordé le problème de cette manière à mobiliser autour de leur démarche. Ce point de vue est discutable. Certes personne ne doit contester la nécessité d'agir sérieusement, au quotidien, dans les entreprises, contre le racisme au travail. Mais faut-il en rester là et laisser les autres thèmes et notamment celui du programme « social » du Front national hors du champ du débat syndical? Est-il réaliste pour le syndicalisme de simplement contourner la question frontiste? Ces questions méritent débat.

Bataille, P. « Le racisme au travail », Editions la Découverte, 265 pages, 120 F.

« Racisme et comportements professionnels aux Finances » : une étude à l'initiative de la fédération des Finances CGT

Cette étude a été menée sur le terrain dans les trois plus grandes directions du ministère (Impôts, Trésor, Douanes). Ponctuant le travail de terrain, deux séminaires de recherches ont réuni, en novembre 97 et mars 98, des militants CGT des Finances et des chercheurs de l'URMIS (CNRS) et de l'ISERES (CGT) (cf ISA n. 3). « Il y a quelques années, jamais on aurait entendu de tels propos dans un bureau » résume un militant. La Fédération CGT des Finances a essayé de comprendre comment se construit le racisme « ordinaire » dans les actes de travail et ce qui amène un fonctionnaire à avoir des comportements discriminatoires. L'enquête montre que ces comportements sont fortement liés « aux conditions d'exercice de l'activité professionnelle » : les impératifs de « performance » ont conduit l'administration à privilégier - par exemple en termes d'effectifs - les secteurs « rentables », et ont conduit les agents à abandonner le principe de traitement égalitaire des contribuables. La banalisation des propos racistes est également soulignée, encouragée par le contexte social et politique, en particulier la « médiatisation » voire la présence du Front national. L'attitude de la hiérarchie n'est pas toujours à la hauteur... Selon un chercheur, « tout se passe comme si le risque de déstabilisation sociale et politique que ferait encourir la simple reconnaissance de l'ampleur de la discrimination ethnique et sociale était jugé plus important que celui du « laisser faire » en la matière ». D'où une attitude fuyante, voire des prises de position favorables. Les difficultés à aborder cette question dans le syndicat sont aussi étudiées : lancer le débat, c'est aussi risquer de provoquer des « malaises », des « divergences » entre les militants. La conclusion rédigée par la Fédération réaffirme : « La lutte contre le racisme et les tentatives d'implantation du Fn dans les services publics, une bataille syndicale qui nous concerne tous ». Des propositions concrètes sont aussi avancées, pour améliorer l'accueil des usagers, combattre « les injustices de la législation et de la réglementation fiscales », et « reconquérir les valeurs du service public ». Une étude intéressante et une initiative qui devrait connaître des prolongements. A suivre...

Sanction à la CNAV

Suite à des propos racistes réitérés, au cours d'une formation, un agent assurant l'accueil des assurés sociaux à fait l'objet d'une procédure disciplinaire avec l'accord des organisations syndicales. La sanction retenue a été un changement de service. Le débat s'avère difficile avec les salariés du secteur où exerçait la personne sanctionnée ; ceux-ci estiment la sanction disproportionnée. La discussion se poursuit à la CNAVTS dans les syndicats et avec le personnel sur l'attitude à adopter dans de tels cas.

Mis en examen pour présence au tribunal...

Le 21 Août dernier, devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, comparait Idriss Dieng pour une requête en annulation d'un arrêté de reconduite à la frontière. Arrivé en France en 1991 pour ses études, il vit sans papiers depuis 1994, attendant le résultat de la procédure de naturalisation qu'il a engagée : Idriss est le fils d'un Sénégalais ayant servi dans l'armée française. Si Idriss retourne en Casamance, sa vie sera menacée. La guerre fait encore des ravages et les massacres ne sont pas rares. Seulement, le tribunal administratif a rejeté la requête. « Selon la version du policier chargé du transfert d'Idriss Dieng à Lyon, le jeune homme s'échappe du tribunal. Voulant s'élancer à sa poursuite, le policier en aurait été empêché par une bousculade sciemment provoquée par le public. » (L'Humanité du 29.08.98). L'assistance est composée de membres d'associations de défense des droits de l'homme et de soutien aux sans-papiers. Le secrétaire de l'U.D. C.G.T., Michel BEURIER, se retrouve mis en examen, non seulement pour aide au séjour irrégulier (peine encourue : 10 ans de prison et 5 millions de francs d'amende), mais aussi pour « violences sur agent de la force publique avec préméditation » (passible de trois ans de prison et de

30.000 F. d'amende)... Une manifestation a été organisée le 1er Septembre pour « demander l'arrêt des poursuites judiciaires, une décision de non-lieu, afin de mettre un terme à cette affaire qui prouve que les lois actuelles sur l'immigration peuvent servir à mettre en cause l'ensemble des libertés ». Une pétition intersyndicale de soutien à Michel Beurier, lancée par les UD CGT, CFDT, UNSA, FSU et SUD a déjà recueilli plus de 2000 signatures. A quelques semaines de la célébration du cinquantenaire de la déclaration universelle des Droits de l'Homme, souhaitons que Michel Beurier bénéficie d'un non-lieu. ISA tient à l'assurer de tout son soutien.

Un « Appel » du FN aux fonctionnaires et des réactions syndicales

Les élus Fn du Conseil Régional d'Ile de France ont lancé un « Appel à tous les fonctionnaires patriotes ». Il s'agit explicitement de demander aux fonctionnaires concernés de ne pas appliquer les textes concernant les régularisations des sans-papiers, textes jugés « laxistes », dont « la légalité paraît sujette à caution »... et qui feraient des fonctionnaires des « complices de l'invasion –régularisation ».

La CGT-Police et l'Union Générale des Fonctionnaires CGT ont réagi. Des élus appelant des agents de l'Etat à ne pas appliquer la loi... voilà qui révèle un singulier mépris des institutions républicaines, mais on est bien là dans la tradition fasciste.

NH, les 35 heures, l'UIMM, Aubry et la CFDT

Sous le titre « 35 heures Aubry, mauvaise perdante », NH. 733 du 6 août se réjouit de l'accord signé dans la métallurgie par FO, la CFTC et la CGC, « reconstituant de la sorte le fameux front des réformistes des années 50 au début de la décennie 80 ». Conclu « dans le respect des intérêts des salariés et de celui des entreprises » (sic !), cet accord ressuscite des clivages syndicaux « que l'on croyait disparus depuis...la grève contre le plan Juppé ». D'après NH, la CFDT n'a pas signé parce qu'il lui « fallait choisir entre s'entendre avec le partenaire patronal et déplaire alors à Martine Aubry, ou l'inverse, [et] elle a préféré s'aligner sur le pouvoir politique et retourner à ses vieilles utopies du paradis social sur terre ». Quant à la « fureur » d'Aubry, NH l'explique à sa façon : la loi des 35 heures « devait servir à créer en masse des emplois artificiels, subventionnés par l'État, dans une logique socialiste très classique ». L'accord dans la métallurgie a « esquivé ce piège mortel pour l'emploi et l'économie à moyen terme [et] permet l'adaptation aux 35 heures en préservant les intérêts salariaux des personnels »...

Abonnement

Nom, Prénom (ou syndicat) :
Adresse :
Code Postal : Ville :
10 numéros (1 an) : 50 frs

Abonnement de soutien : 100 frs ou plus Chèques à l’ordre d’ISA

Pour nous contacter
BP 241-16 75765 Paris cedex 16
Tel-Fax : 01 42 30 96 63

Informations Syndicales Antifascistes (I.S.A.) Dir. De publication F. Pécoup – Comité de rédaction : commission syndicale de Ras l’front

 


N° CCPA en cours – imprimé par nos soins


Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Benoît Loeuillet, entouré de Marion Maréchal-Le Pen et Olivier Bettati pendant la campagne des régionales 2015 (crédit : Olivier Faye)

Depuis son accession à la tête du Front national, en 2011, Marine Le Pen assure avoir fait le ménage parmi...

15.03.2017 - 16:11

Fil d'informations RESF

VOIR PLAN CI-DESSOUS
28.03.2017 - 00:04
Depuis la réouverture de la sous-préfecture, le vendredi est maintenant le jour maudit (alors qu'à l'inverse, la sous-préfecture est vide le mercredi, 4 personnes dans le hall et 3 à un guichet mercredi dernier à 14, saisissant !). Vendredi 3 mars à 9h, 320 personnes comptées plus celles n'étant...
27.03.2017 - 12:54
150 personnes rassemblées place Stanislas pour le Cercle de silence mensuel.
27.03.2017 - 09:27
Les 36 mineurs non accompagnés hébergés à Sion par le conseil départemental seront logés provisoirement à la « Maisonnée » de Malzéville, en attendant que des travaux soient réalisés dans un bâtiment de Pixérécourt. Cliquez sur les articles pour les agrandir.
27.03.2017 - 09:36
Lieu : Sur le campus à la bibliothèque Droit et Lettres à 12h30. Arrêt Tram "bibliothèque universitaire". Ce centre va fermer à la fin du mois d'Avril. Les personnes y vivant sont inquiètes de leur sort. Elles n'ont pas envie d'être séparées. Leurs revendications sont simple : Rester sur Grenoble....
26.03.2017 - 17:31
Rassemblement pour la régularisation des familles menacées d'expulsion LUNDI 27 mars à 18h00
25.03.2017 - 20:17
1 – Le Journal avec Odile Jouhanne (par téléphone) Il sera en particulier question de la stupéfiante histoire de « Bambino », enfant soudanais retenu au Centre de Rétention de Plaisir, en attente d'une « réadmission » vers l'Italie. On parlera également d'un autre mineur soudanais, qui devait être...
25.03.2017 - 18:37
Après l'annonce d'un refus de séjour pour cette famille, et la perspactive d'un éloignement proche, nous nous voyons contraints de lancer cette pétition afin qu'ensemble nous obtenions pour cette famille, la possibilité de vivre normalement ici, aux côtés des leurs. Ce n'est jamais par plaisir que...
24.03.2017 - 21:50
Prochaines réunions du RESF IDF en 2016 réunion à 18h30 à l'EDMP 8 impasse Crozatier 75012 Paris. 2017 jeudi 30 MARS jeudi 20 AVRIL jeudi 11 MAI jeudi 1 JUIN jeudi 22 JUIN jeudi 13 JUILLET Habituellement à l'EDMP 8 impasse Crozatier 75012 Paris Métro Faidherbe Chaligny ou Reuilly-Diderot
22.03.2017 - 18:30
Les familles et personnes sans papiers ainsi que les membres du Réseau Education Sans Frontières de la Somme sont heureux de vous inviter à participer à leur déjeuner solidaire : Samedi 1er avril 2017 à 12h, Centre Culturel Léo-Lagrange, 12 place Vogel, Amiens Ce repas solidaire, aux délices du...
22.03.2017 - 11:28

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

24.03.2017 - 11:25
21.03.2017 - 17:08
15.03.2017 - 15:45
L'Observatoire de l'Enfermement des Etrangers vous invite à une réunion publique sur le contrôle et l'internement des Tsiganes en France. La réunion se tiendra dans les locaux de la Ligue des droits de l'Homme 138 rue Marcadet 75018 Paris (Métro : Ligne 12, arrêt Lamarck-Caulaincourt) Afficher une...
gisti
05.04.2017 - 18:00
Session de 2 jours, le 30 mars 2017 - [Autres Formations]
gisti
30.03.2017 - 08:30

Liste des premiers rendez-vous prévus à la fin de la trêve hivernale des expulsions par les différents comités DAL:

  • Bordeaux 1er avril, 15h Place de la Victoire (et conférence de presse mercredi 29 à 11h à la Bourse du travail) =>...
dal
27.03.2017 - 15:33
Réquisition Abbé Pierre: le sort des habitant-e-s pas prioritaire pour la Préfecture.

Alors que des négociations ont été entamées il y a de cela trois semaines avec la Préfecture, la Mairie, le CHU pour trouver des solutions de relogement aux 70 personnes dont 30 enfants y vivant, aucune...

dal
27.03.2017 - 13:12
Les professionnels sociaux sont plus que jamais acteurs des politiques migratoires. De lois en lois, ils se sont vu confier des compétences de contrôle ou de sélection des migrants. Le tournant a été pris avec la loi du 26 novembre 2003 qui confère aux centres communaux d'action sociale le soin de...
gisti
24.03.2017 - 16:33

COMMUNIQUE Paris le 23 mars 2017

 

Les militant-e-s du DAL Bordeaux définitivement  relaxés après 4 années de harcèlement policier et judiciaire, injuste et ciblé

La cour d’appel de Bordeaux, s’alignant sur la décision de la cour de Cassation du...

dal
24.03.2017 - 11:25
C'est ce que vient de lui rappeler assez sèchement le juge des référés du tribunal administratif de Lille. Ce n'est pas faute pour Natacha Bouchart de s'être démenée pour compliquer par tous les moyens la vie des associations qui reprennent inlassablement les distributions de nourriture aux...
gisti
23.03.2017 - 21:01
Arrêt des expulsions, baisse des loyers, un toit pour tou-te-s! MANIFESTONS samedi 1er avril – 15h à République

 

Le 1er avril annonce le retour menaçant  des expulsions sans relogement pour plus de 130 000 locataires du privé comme en HLM qui ont reçu un jugement d’...

dal
23.03.2017 - 15:33
Session de 2 jours, le 23 mars 2017 - [Autres Formations]
gisti
23.03.2017 - 09:30
Session de 2 jours, le 23 mars 2017 - [Autres Formations]
gisti
23.03.2017 - 09:30
Procès D.A.L.33 ​Jeudi 23 mars 14h Cour d’Appel de Bordeaux Place de la République

Conférence de presse en suivant.

*** Communiqué de l’association Droit Au Logement de Gironde D.A.L33

Bonjour,

Après le report de deux semaines d’un délibéré attendu avec...

dal
21.03.2017 - 17:08
Tricot Tour – Nos droits contre leurs privilèges, c’est parti!!!

Dans le cadre de la campagne Nos Droits contre leurs Privilèges, lancée par de...

dal
21.03.2017 - 12:00
« Le délit de solidarité n'existe plus ». Cette déclaration de Manuel Valls, ministre de l'intérieur lors de la réforme en 2012 de l'article L. 622 du code de l'entrée et du séjour des étrangers en France, faisait écho à celle d'Éric Besson, précédent ministre en charge de l'immigration, qui avait...
gisti
20.03.2017 - 10:32
Le travail social est en pleine tourmente. Confrontées à la baisse des subventions, les associations entrent en concurrence sur des marchés publics où, comme n'importe quel compétiteur, elles pratiquent le mieux-disant économique… et le moins-disant social avec des répercussions sur l'emploi et les...
gisti
20.03.2017 - 09:56
Interventions Thierry Kuhn, président d'Emmaüs-France Léopold., poursuivi pour avoir signé, en 2011 et 2012, des certificats de domiciliation,, relaxé par la Cour d'appel de Caen en novembre 2016. Le parquet a fait appel. Jean-Luc, conseiller municipal de Loos (prés de Lille), poursuivi pour «...
gisti
19.03.2017 - 19:43

COMMUNIQUE Paris le 17 mars 2017

Conseil d’État : belle victoire pour l’encadrement des loyers ! Honte à Valls, Pinel et Cosse !

Droit Au Logement salue l’arrêt symbolique du Conseil d’État, obtenu par J. Bayou et son avocat, annulant pour excès de pouvoir...

dal
17.03.2017 - 14:13

COMMUNIQUE Paris le 15 mars 2017 – 15h

Droit Au Logement, manifeste depuis le siège de NEXITY, dans le 9e à Paris N°1 des promoteurs en France pendant qu’ils paradent à CANNES, au MIPIM

1er promoteur de France au chiffre d’affaire de plus de...

dal
15.03.2017 - 15:45
Communiqué de presse de l’assemblée des locataires, mal logé.es et sans logement et du Droit au Logement 38 du samedi 11 mars 2017

 

 

Aujourd’hui, nous étions un millier...

dal
14.03.2017 - 12:00
La saturation du dispositif d'accueil des demandeurs d'asile notamment en Île-de-France empêche les personnes de demander immédiatement l'asile et de bénéficier d'une mise à l'abri, comme le prévoient les textes internationaux et la loi française. Ainsi, depuis de nombreux mois, les campements d'...
gisti
14.03.2017 - 11:31
Le 7 février 2017, la maire de Calais opposait un refus à la demande de la Plateforme solidarité migrants demandant l'autorisation d'ouvrir la mise en place d'un nouveau lieu de distribution de repas pour les exilés. Par deux arrêtés successifs, des 2 mars et 6 mars, elle a ensuite interdit « des...
gisti
13.03.2017 - 13:47

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier