Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Août 2016, Menton, des chauffeurs de car menacés de sanctions pour refus d’obéir à un ordre de réquisition et de participer au refoulement de migrants vers l’Italie Le 5 août 2016 au soir, un autocar d’une entreprise de transport en commun fait l’objet d’une réquisition ordonnée par le préfet des Alpes-Maritimes. Il s’agit de refouler en territoire italien des migrants, dans le contexte du rétablissement des contrôles aux frontières décidé après les attentats de novembre 2015, en lien avec l’instauration de l’état d’urgence. Le chauffeur du car ne se plie pas à l’ordre de réquisition, prend contact avec sa hiérarchie, demande la présence d’un contrôleur... Les choses tardent, entraînant l’annulation de l’opération de police envisagée. Le délégué syndical de la CNT-SO écrit à la direction de l’entreprise autocariste pour l’informer de l’incident, réclamer qu’aucune sanction ne soit...
Des inscriptions "Juden verboten", "sales juifs et Roms", accompagnées d'étoiles de David et de croix gammées ont été découvertes vers 16 heures, le jour de Noël, dimanche 25 décembre 2016, sur le portail d'entrée et la boîte aux lettres de l’école élémentaire Anne Franck à Montreuil par des agents municipaux qui ont prévenu la police.   Nous condamnons fermement ces actes antisémites et racistes.   Qu’ils soient perpétrés à Montreuil, ville où toutes les  communautés se côtoient en bonne intelligence, renforcent notre détermination à combattre le racisme et l’antisémitisme et à agir pour des services publics territoriaux accessibles à tous.   Communiqué du SNUTER 93-FSU, Montreuil le 26 décembre 2016.
... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
La Mairie de Bollène (ligue du Sud) envisage, pour des projets immobiliers, de vendre le stade de Bollène-Ecluse, dit des Tamaris, qui est pourtant le dernier équipement public significatif d'un quartier populaire, excentré.    Le stade est une ressource importante pour l’école publique des Tamaris : les enseignants l'utilisent fréquemment pour les activités sportives des élèves, l’éducation physique et sportive étant un aspect indispensable des apprentissages et du développement des élèves, inscrit dans tous les programmes scolaires. La cour de l’école, du fait de sa taille et de son état général, ne pourrait s'y substituer et assurer des conditions de sécurité correctes.    Le stade des Tamaris est la seule structure sportive à proximité de l’école, avec un accès direct, qui permet aux enseignants et aux élèves de s'y rendre facilement, sans coût pour l’école, sans avoir besoin de solliciter des parents-...
Le mercredi 22 février,le FN organise à 19 h, à Agen, une rencontre des militants FN (appelé "apéro militant", mais il s'agit bien d'un meeting) avec Sebastien Chenu, conseiller stratégique de MLP et Bousquet-Cassagne qu'on ne présente plus. Plusieurs fois, on nous a informé de la présence du FN sur les marchés du département, de leurs collages récurrents et de leurs actions parfois agressives. Leur progression locale n’est plus un secret, et il nous a semblé urgent de nous rassembler pour contrer leur progression. C'est pourquoi nous vous proposons de vous joindre au rassemblement qui aura lieu le 22 février à 18h30 Place Wilson.  Nous avons conscience des difficultés à mobiliser en si peu de temps et pendant les vacances scolaires. Le FN ne communique jamais ses évènements à l'avance, d'ou la difficulté de nous organiser. Cependant, il nous semble urgent d'exercer un droit de réponse en nous rassemblant le plus largement possible, en...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Second tour : L’extrême droite n’est pas en mesure de peser sur le scrutin mais des élus représentent toujours ses idées

De façon globale, là où elle s’est présentée sous forme organisée en parti politique autonome - notamment sous les couleurs du Front national (FN), et en moindre mesure du MNR -, l’extrême droite n’a pu peser sur l’issue du scrutin. Absente du second tour dans la plupart du cas, l’extrême droite n’a, en outre, pas su progresser là où elle se maintenait. Néanmoins, des élus, ayant jadis fréquenté les rangs de l’extrême droite ou ayant passé, autrefois, alliance avec celle-ci, restent présents dans certaines mairies, voire à leur tête,. Il est légitime de supposer que ces élus-là ont conservé, au moins en partie, leurs « idées » nauséabondes initiales.

Défaite de Marine Le Pen

Au total, le FN n’a pu se maintenir au second tour que dans sept municipalités, en mars 2008 (à comparer avec les 41 villes où elle était encore présente en mars 2001, et surtout les 103 villes de juin 1995).

Tous les espoirs du FN reposaient sur Hénin-Beaumont où se présentait Marine Le Pen en seconde position sur la liste de Steeve Briois. Mais de victoire électorale, il n’en fut rien : la liste d’extrême droite avait déjà entièrement épuisé ses réserves de voix dès le premier tour, où elle avait totalisé 28,53 % des voix exprimés (contre 43,09 % pour le maire socialiste sortant). Au second tour, la liste FN obtient 28,83 % des voix, soit une progression de 0,3 %, mais une perte de vingt voix en nombre absolu de suffrages. Le maire sortant Gérard Dalongeville est ainsi réélu haut la main (avec 51,94 % des voix), et ceci malgré le maintien - irresponsable - d’une liste « Divers gauche » conduite par un ancien président de la section socialiste locale. Les espoirs électoraux de Marine Le Pen sont ainsi anéantis, et ce revers affaiblit sans doute aussi sa position au sein du FN. Cette défaite vient après son score de 41,7 %, réalisé dans cette même ville au second tour des législatives de juin 2007, qui semblait lui autoriser tous les espoirs (et qui avait été fêté comme un triomphe, le seul dont pouvait alors se targuer le FN). Alors même que ses adversaires au sein de la direction du FN ne se sont, pour la plupart d’entre eux, même pas confrontés aux aléas du scrutin de mars 2008, Marine Le Pen voit néanmoins s’assombrir - pour le moins partiellement - son avenir politique. Ainsi a-t-elle confié, le soir du dimanche électoral du second tour, avoir « parfois marre de cette vie » à l’envoyée spéciale du journal « Le Monde » ...

Reculs au second tour

Dans les autres villes où le FN a été en mesure de se maintenir, il doit - pour la plupart d’entre elles - assister au recul de son score entre les deux tours. Ainsi à Perpignan, où la liste conduite par le secrétaire général du parti d’extrême droite, Louis Aliot, passe, d’une semaine à l’autre, de 12,29 % à 10,42 % des voix exprimées. Si, aujourd’hui, la ville occupe l’actualité ce n’est pas en raison des résultats du FN, mais plutôt à cause du lourd soupçon de fraude qui pèse sur la (courte) victoire électorale du maire UMP sortant, Jean-Paul Alduy... - A Cluses, ville de 18.000 habitants de la Haute-Savoie, les espoirs de la tête de liste du FN, Dominique Martin, auront également été déçus. Allant dans le sens du recul général de son parti, les résultats de sa liste locale passent de 23,6 % au premier, à 20,45 % au second tour. Dans les deux cas ici présentés, la baisse en pourcentage correspond aussi à une perte de voix si l’on mesure en nombre absolu de suffrages.

La fameuse exception qui confirme la règle, aurait pu être la ville de Mulhouse. En effet, dans cette grande ville industrielle du sud de l’Alsace, la liste FN - conduite par Patrick Binder, vieux routier de l’extrême droite alsacienne - obtient 14,27 % des voix au second, après les 10,31 % du premier. En nombre absolu de voix, elle progresse également d’un tiers environ. Cependant l’impression est quelque peu trompeuse, puisqu’il faut tenir compte des 7,75 % réalisés au premier tour par Gérard Freulet. Ce candidat du MPF, mouvement présidé par Philippe de Villiers, avait été un cadre local bien en vue du Front national jusqu’à sa scission (mégrétiste) en 1999. Freulet n’ayant pas donné de consigné de vote pour le second tour, son électorat s’est probable scindé en deux au profit à la fois du maire sortant soutenu par l’UMP - Jean-Marie Bockel (réélu) - et du candidat FN.

A Calais, la liste FN était en mesure de se maintenir également, avec 12,35 % récoltés au premier tour. Cependant sa tête de liste, François Dubout, a décidé au lendemain du 9 mars de se retirer de la course et de ne pas déposer de liste. Ce retrait était motivé par le souhait de ne pas empêcher l’UMP de battre le maire sortant issu des rangs du PCF, Jacky Hénin. Par la suite, François Dubout a été « suspendu » de sa qualité de membre du FN, et Marine Le Pen a annoncé publiquement que « sa carrière politique [était] finie » dans la mesure où il aurait « trahi les électeurs du FN ». Néanmoins ses électeurs ont probablement suivi le raisonnement de l’ancien chef de file local, puisque le maire a été effectivement battu par la candidate UMP Natacha Bouchart (54 %). Dans le même département, à Harnes (62), la liste FN conduite par Jean-Pierre Kleinpeter a fortement reculé entre les deux tours, perdant la moitié de ses voix et passant des 11,27 % initiaux à 6,13 % au second tour. A Noyon (60), où la liste FN de Michel Guiniot était également en mesure de se maintenir, celle-ci passe de ses 16,98 % initiaux à 9,17 %. En nombre absolu de voix, elle perd environ 40 pour cent de ses électeurs entre les deux tours. (Auparavant, ses résultats de premier tour étaient de 44 % en juin 1995, 30 % en mars 2001,.)

Enfin, à Carpentras (84), où le FN avait totalisé 22,11 % des voix au second tour de mars 2001, il n’obtient, cette année, que 11,58 % au premier tour avant de s’effondrer (toute proportion gardée) à 7,65 % au second.


Des élus historiquement marqués à l’extrême droite,
ou (anciennement ?) proches de ses idées


Alors que le FN a visiblement baissé sur la quasi-totalité du territoire national, on observe en même temps que des élus soit issus de ses rangs, soit (un temps) plutôt proches de ses idées tirent bien leur épingle du jeu.

C’est surtout le cas du maire d’Orange, Jacques Bompard, qui fut parmi les co-fondateurs du FN en 1972. Si celui-ci a quitté son ancien parti, en septembre 2005, pour rejoindre les rangs du MPF de Philippe de Villiers en novembre 2005, ce n’était point sur fond d’une « modération » politique... improbable dans son cas. Tout au contraire, Bompard avait fustigé Jean-Marie Le Pen pour avoir mis « trop d’eau dans son vin » puis avait mené une bataille dure contre les « modernisateurs » au sein de son ancien parti : tout d’abord contre Samuel Maréchal, - alors un des gendres de Jean-Marie Le Pen et étoile montante du FN avant d’être marginalisé et de disparaître de la scène politique -, quand celui-ci plaidait en 1999 (après le départ des mégrétistes) en faveur de la reconnaissance du caractère « multi-confessionnel » de la France, ensuite contre Marine Le Pen et son entourage, soupçonnes de dérive « moderniste ». Encore en avril 2006, Bompard mit en ligne un texte intitulé « Le Pen contre le FN », et dans lequel on put lire : « Alors que jamais les réalités quotidiennes n’ont autant donné raison au FN, ce mouvement est incapable de capitaliser les intérêts électoraux de trente ans de combat. » Ce n’était point les « idées » - racistes et nauséabondes - de ce parti qui étaient ici remises en cause par Bompard, mais uniquement le « régime monarchique » prévalant à l’intérieur du FN.

L’opposition de Bompard ne visait donc pas à adoucir les positions de son ancien parti, mais plutôt à les durcir. Ce propos reste valable, même si la tendance générale du « Mouvement pour la France » villiériste - que Bompard a rejoint depuis - va aussi dans le sens de la recherche d’une compatibilité avec la droite UMP, et pourrait donc éventuellement s’avérer décevante aux yeux de Bompard. En tout cas, son adhésion au MPF lui aura permis de maintenir une (petite) machine politique à son service, au moins localement. En même temps, il aura conservé une base sociale dans la ville : cette année, Bompard a été réélu maire d’Orange, dès le premier tour, avec 60,97 % des voix ! C’est légèrement mieux qu’en mars 2001, quand il était passé au premier tour (déjà !) avec 59,97 %. A n’en pas douter, ce maintien d’une base sociale est, avant tout, dû à une gestion clientéliste de la mairie, à la baisse des impôts locaux et à la mise en valeur du centre-ville historique, politique qui se fait au détriment des quartiers périphériques où vivent la plupart des immigrés, (quartiers dont le « pourrissement » total est cependant évité grâce aux fonds de l’Etat, alors que la mairie s’en est en bonne partie désengagée). Pourtant, cette année, Bompard s’était vu opposé une brochette d’adversaires, de la gauche à l’UMP, jusqu’à une liste comprenant d’anciens adjoints et partisans déçus du maire. Son ancien parti, le FN, n’avait de son côté pas réussi à monter une liste, alors même qu’il propageait de fausses informations en faisant croire que Bompard serait favorable à la construction d’une « grande mosquée » dans sa ville. Une semaine après sa réélection, le 16 mars, Jacques Bompard a également été réélu conseiller général du Vaucluse, dans le canton d’Orange-Ouest, avec 59,61 % des voix au second tour. Le canton englobe plusieurs communes. Sur la partie de la ville d’Orange elle-même qui est comprise dans le canton, le score du candidat avoisine même les 70 %. Jacques Bompard détenait déjà ce canton depuis 2001. En même temps, son épouse, Marie-Claude Bompard, a été élue maire « Divers Droite » de Bollène - autre petite ville du département du Vaucluse - avec 47,95 % des voix exprimées au second tour. En mars 2001, alors qu’elle était déjà candidate (FN) à cette même mairie, elle avait été battue par la liste conduite par le maire socialiste sortant, Marc Serein.

Dans un communiqué daté du 17 mars 2008, le « Bloc identitaire », courant ultra-radical de l’extrême droite française (qui dénonce la « mollesse » du FN, sous l’inspiration du clan autour de Marine Le Pen), « salue les victoires de Jacques et Marie-Claude Bompard ». Le groupe fustige le FN pour avoir, selon lui, fait front commun avec l’UMP, le PS, le PC et le MoDem contre la réélection du maire d’Orange. A la fin du communiqué, le groupe ultra-radical poursuit : « Ces victoires sont dues à un enracinement puissant, fruit d’un travail quotidien inlassable. Elles prouvent que les idées dites "nationales" ne peuvent vaincre que lorsqu’elles s’incarnent charnellement, localement, dans des hommes et des femmes. Loin des états-majors parisiens, du jacobinisme des partis, l’avenir est en la constitution de zones de libération où les nationaux ou les identitaires, au delà de leurs différences, pèsent de façon décisive pour la défense des intérêts de notre peuple. »

Jacques Bompard est, aujourd’hui, le seul « survivant » politique de la génération des maires d’extrême droite élus en juin 1995 (Jean-Marie Le Chevalier à Toulon, Jacques Bompard à Orange, Daniel Simonpieri à Marignane) puis en février 1997 (Catherine Mégret à Vitrolles). Les autres trois ont, aujourd’hui, été battus après avoir - tous - quittés le FN, qui au moment de la scission mégrétiste, qui un peu plus tard.

Autre élu du FN de l’époque, Daniel Simonpieri avait conservé « sa » mairie à Marignane jusqu’à cette année. Après avoir co-fondé le « Mouvement national » de Bruno Mégret (aujourd’hui le MNR), Simonpieri a tourné le dos à ce dernier parti en 2001. Pour l’élection présidentielle de 2002, il avait appelé à voter pour Jean-Marie Le Pen. Depuis 2004, il s’est cependant rapproché de l’UMP, siégeant au Conseil général comme élu non inscrit mais membre du groupe du parti sarkozyste. Grand adepte des politiques et pratiques très « sociales », Simonpieri a fait construire, à Marignane, exactement 0,7 % des logements sociaux prévus dans un « plan de rattrapage » (au vu du retard de la municipalité en la matière) pour les années 2001 à 04. (Cf. La ligue des droits de l’homme ) Pour l’élection municipale de mars 2008, l’UMP avait investi Simonpieri (alors qu’il n’était qu’ « apparenté ») pour reprendre la mairie de Marignane. C’est finalement un candidat « dissident » lui-même issu des rangs de l’UMP mais se présentant comme « Divers Droite » etqui ne supportait pas que son parti ait adoubé Simonpieri, Eric Le Disses, qui remporte la mairie, à l’issue d’une triangulaire, avec 51,13 % des voix (contre 25,53 % pour le PS et « seulement » 23,35 % pour le « candidat soutenu par l’UMP », Simonpieri).


Le FN pèse peu sur le second tour, même dans le sud-est de la France


Un autre ancien édile sorti des rangs de l’extrême droite, Jacques Peyrat, maire de Nice pendant treize ans (1995 à 2008), n’avait pas retrouvé le soutien du parti sarkozyste cette fois-ci. L’UMP lui avait opposé un candidat issu du sérail, le secrétaire d’Etat Christian Estrosi, « pur produit sarkozyste »... puis avait exclu Peyrat non pas pour ses idées ou son passé au Front national (de 1972 à 1994, avant de rejoindre le RPR en juin 1996 puis l’UMP), mais pour avoir présenté et maintenu sa candidature contre celle d’Estrosi. En même temps, le FN a fini par soutenir Peyrat avant le second tour. Après avoir « suspendu pour indiscipline » son ancien leader local, Gérard de Gubernatis - qui avait exprimé son soutien à Peyrat dès avant le premier tour -, Jean-Marie Le Pen a adopté la même position, cinq jours plus tard. Alors que le chef vieillissant du FN a l’habitude d’être extrêmement dur avec les « traîtres » qui l’ont abandonné, Peyrat passe toujours pour un ami personnel de Le Pen. A l’issue d’une triangulaire, le maire sortant fut cependant battu, finissant lui aussi en troisième position (avec 25,5 % des voix, derrière Estrosi à 41,33 % et le PS Allemand à 33,17 %). Nous souhaitons « bon débarras »... !

En raison de la non-volonté de l’UMP d’entamer des pourparlers avec le FN pour un soutien éventuel au second tour, la direction du parti d’extrême droite avant demandé de « boycotter les candidats de l’UMP ». Surtout en Provence-Alpes-Côte d’Azur, elle jurait leur perte au second tour. Cependant cette consigné n’a guère eu d’influence sur l’issue de l’élection du 16 mars. Non seulement Estrosi passe devant Peyrat (et le PS) à Nice, Mais à , le candidat UMP Jean-Claude Gaudin est également réélu - même si c’est de justesse -, alors que le FN avait explicitement demandé à tous les électeurs de ne donner « Marseille absolument aucune voix à Jean-Claude Gaudin » (cf. l’article dans Le Parisien). Avec 8,76 % au niveau de la ville au premier tour, le FN - loin de son ancienne score dans la cité phocéenne - n’avait pu se maintenir que dans un seul arrondissement de Marseille sur sept.

C’est donc l’UMP qui attire à elle, aujourd’hui, le plus gros de l’électorat de l’extrême droite, même dans la partie sud-est de la France, alors qu’il y a peu encore celle-ci avait donné quelques-uns de ses meilleurs résultats au parti lepéniste. Le parti sarkozyste peut, pour l’essentiel, se passer du soutien du FN, même sur le plan local. Cela alors que dans un passé pas si lointain, la droite RPR/UDF (déjà conduite par Gaudin) avait, de fait, laissé le Front national - partiellement - co-gérer la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pendant quelques années, après l’élection régionale de 1986 en lui accordant des présidences dans plusieurs commissions et en s’appuyant, souvent, sur son vote sur les budgets. Aujourd’hui, le FN jure la perte du maire de Marseille, mais en vain !, alors que celui-ci s’est dépensé cette année pour soutenir le candidat « converti » Simonpieri à Marignane.

Mais les idées restent...

A l’évidence, cela ne signifie pas la mort des « idées », jadis défendues par le FN. A titre de preuve, le score réalisé par Bompard dans sa ville et son canton. Pour preuve également, le déplacement effectué par le président Sarkozy, au surlendemain du premier tour, à Toulon. Dans cet ancien fief de l’extrême droite, ville gérée par le FN de 1995 à 2001 (même si le parti a fini par exploser à la suite de problèmes internes, et même si le FN n’y a obtenu que 6,55 % en mars 2008), Sarkozy était venu parler de « l’immigration ». Accompagné de son ministre de l’immigration et de « l’identité nationale », Brice Hortefeux. Ce n’était très certainement pas un hasard, ni dans le choix du thème ni dans celui du lieu. Alors même qu’il est vrai que sa vision de l’immigration ne recoupe pas exactement celle du FN - ce dernier se situe plutôt dans une logique de défense d’une France « blanche et catholique », Sarkozy défen celle d’une sélection des seuls migrants « utiles » à l’économie française -, c’est bien à cet électorat que la droite de gouvernement entend donner des signes et des gages. Notamment à travers sa politique d’expulsion, exprimée en « chiffrage » annuel occultant tous les drames humains que cela entraîne.

Signe également de la persistance des idées qui faisaient la force - électorale - du FN, la réélection de certains maires non issus du parti de Jean-Marie Le Pen, mais qui se sont illustrés un temps par des propos douteux voire racistes. On pourra ici nommer, parmi d’autres, le maire de Montfermeil en région parisienne, Xavier Lemoine (UMP). Celui-ci, maire de sa commune depuis 2002, avait été choisi comme « dauphin » puis successeur par l’ancien édile local : Pierre Bernard. Ce dernier, condamné à plusieurs reprises - depuis 1989 - pour discrimination raciste, a pendant plusieurs années géré « sa » ville avec le soutien d’élus du FN, du MNR et du MPF. Par ailleurs Pierre Bernard avait participé, en juillet 1996, au défilé d’enterrement de l’ancien chef de la milice du régime de Vichy, Paul Touvier. Si son successeur, Lemoine, montre des angles plus arrondis et a adhéré à l’UMP - en venant du camp des partisans de Philippe de Villiers -, il ne défend pas moins une vision du monde très marquée. Surtout, il se situe dans une logique tendant vers une sorte de guerre froide (voire guerre tout court) avec l’islam, conflit dont il croit fermement qu’une des lignes de front traverse sa propre ville de Montfermeil. (Cf. l’article d’ISA) Xavier Lemoine a été réélu, cette année, avec 60,23 % des voix dès le premier tour.

A également été réélu, à Meru (60), le maire UMP Yves Leblanc. Ce dernier s’était également illustré, dans un passé pas si lointain, par des propos d’une teneur fortement douteuse. Il avait par ailleurs attaqué en justice des militants syndicalistes et associatifs, membres du « Collectif Solidarité migrants » de Méru, qui avaient publiquement dénonce « les fantasmes » du maire et ses appels à « la délation » vis-à-vis d’habitants de sa ville issus de l’immigration. (Cf. l’article d’ISA) Après un procès, en octobre 2007, ces militants ont été acquittés par le tribunal. Cette année, le maire de Méru a cependant, pour la première fois depuis son entrée à la mairie en juin 1995, connu des difficultés électorales. Il était confronté à la fois à une liste de la gauche et une autre, sans étiquette, sur laquelle se présentaient (entre autres) des militants associatifs issus des quartiers défavorisés de la commune. Alors qu’auparavant, les listes concurrentes étaient celle de la gauche d’un côté et celle du FN de l’autre, cette année les deux listes d’opposition pouvaient se réunir face à lui au second tour. Leblanc, dont la majorité sortante comptait aussi des membres réputés proches du FN selon la presse locale - dont un policier à la retraite qui, alors qu’il travaillait dans le 93, aurait été (selon l’opposition municipale) membre d’un syndicat de la police affilié de l’extrême droite - a cependant su faire face à la « menace » en développant une politique clientéliste vis-à-vis de certaines populations d’origine immigrée notamment en se vantant d’avoir « offert, contre un euro symbolique, un bâtiment pour la construction d’une mosquée » en 2002 (alors que l’opposition municipale exhibe, elle, une délibération du conseil municipal qui démontre que ce bâtiment a été vendu, en assez mauvais état, pour au moins de 50.000 euros), puis en promettant « la construction d’une seconde mosquée ». Selon ses détracteurs, le maire a ainsi réussi à diviser les communautés immigrées de la ville et à gagner une nouvelle clientèle électorale, alors qu’une partie de son ancienne base sociale menaçait de lui tourner le dos. L’opération semble avoir réussi, Yves Leblanc ayant été réélu au second tour avec 51,44 % des voix.

ISA

 

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

 

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

08.02.2017 - 15:33
18.01.2017 - 14:56
16.01.2017 - 19:59

Gilbert Collard (à gauche) et Louis Aliot (à droite). A gauche de M. Collard, Richard Abitbol, président du CJFAI (crédit photo : Olivier Faye)

C’est le genre de rendez-vous dont rêve le Front national pour essayer de convaincre qu’il s’est...

08.02.2017 - 15:33

Photo d’un graffiti « La France reste » signé de l’Organisation de l’Armée secrète (OAS)./AFP

La menace est brandie par certaines figures politiques, médiatiques ou intellectuelles, en particulier au sein de la droite...

18.01.2017 - 14:56

Comme chaque année, l’association « Paris fierté », excroissance des Identitaires (ex-Bloc identitaire) et de son appendice « jeunes » Génération identitaire, a organisé, samedi 14 janvier, sa « journée de la fierté parisienne...

16.01.2017 - 19:59

Fil d'informations RESF

La mobilisation autour de la famille I.a permis d'éviter leur expulsion, mais l'avenir reste incertain. Nous devons maintenir notre vigilance envers leur situation. Vous pouvez continuer à faire signer la pétition papier ou en ligne(voir article précédent pétition) . Nous remettrons les signatures...
26.02.2017 - 20:25
Pendant cette période électorale le RESF11 sera particulièrement vigilant pour tout ce qui concerne l'accueil des enfants et de leurs familles qu'ils soient demandeurs d'asile, réfugiés,sans-papiers …... Droit d'Asile malmené , Convention Internationale des droits de l'enfant non respectée , accès...
26.02.2017 - 11:33
RESF53 et Les 3 Mondes organisent un ciné-débat autour du film J'ai marché jusqu'à vous, récits d'une jeunesse exilée (2016, 52 min), en présence du réalisateur Rachid Oujdi samedi 4 mars 2017, à 19h30 à l'Avant-scène à Laval (31 allée du vieux St Louis) C'est un des évènements des Semaines d'...
26.02.2017 - 09:43
1 – Intro et journal Durée : 07:22 = = = = = = = = = = = = 2 – En Vendée. Avec Bernard Bulteau (RESF Vendée), par téléphone depuis La-Roche-sur-Yon Quelques nouvelles de Vendée : grande inquiétude pour une famille géorgienne « en fuite », disparue après que les gendarmes soient venus les chercher...
25.02.2017 - 18:23
Genève veut en finir avec l'hypocrisie qui entoure la situation des sans-papiers. Reconnaissant leur contribution à l'économie et leur intégration sociale, le canton veut faciliter leur régularisation tout en luttant contre le travail au noir. Inédite en Suisse, l'opération Papyrus devrait...
25.02.2017 - 10:41
Le gérant de la scierie Ramboz, située à Mont-sur-Monnet, a été condamné ce mardi à dix-huit mois de prison dont six ferme. Lui et son entreprise ont également écopé de nombreuses amendes. Jugé par le tribunal de Lons, il était notamment poursuivi pour embauche de sans-papiers entre 2012 et 2015....
25.02.2017 - 10:36
Nous exigeons un logement et des papiers pour tous ! Il y a urgence : 4 familles du Nord-Isère (des femmes isolées, des personnes âgées,des enfants en bas-âge) vivent sous la menace de se retrouver à la rue ! Toutes ces familles ont fui des zones de conflits où elles étaient en danger. Elles sont...
24.02.2017 - 20:19
Vous pourrez trouver en pièce jointe le neuvième numéro de "Entre les grilles", le journal de l'ASSFAM dans les centres de rétention. -*
24.02.2017 - 12:31
C'est le titre de la lettre de PICUM (RESF est l'un des 70 signataires), envoyée à Federica Mogherini, Haute représentante pour l'Union européenne des pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Frans Timmermans, 1er vice-président de la Commission européenne, Donald Tusk, Président...
24.02.2017 - 12:47
Un coup de gueule plein d'humour d'une militante de RESF 78 : Merci Monsieur le Préfet ! Merci d'offrir des vacances à Versailles, haut lieu du tourisme français. Merci, d'autant plus, que grâce aux files d'attente, on peut bien profiter de la vue sur le château. Merci aussi pour les voyages jusqu'...
22.02.2017 - 12:21

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

23.02.2017 - 10:55
21.02.2017 - 11:59
10.02.2017 - 16:46
08.02.2017 - 19:31
30.01.2017 - 12:25
27.01.2017 - 14:39
Date : Lundi 6 mars 2017 Programme 9h00 - Accueil et enregistrement des participant·e·s 9h30 - Introduction, Vanina Rochiccioli, Présidente du Gisti Le contexte de la loi – ses objectifs – ses insuffisances Les changements dont nous ne parlerons pas : l'entrée, le parcours d'intégration...
gisti
06.03.2017 - 09:00
Pour une mise à l'abri immédiate et inconditionnelle de tous les enfants en danger ! Depuis plusieurs mois, la Croix Rouge et la Mairie de Paris laissent délibérément des centaines de mineurs isolés étrangers à la rue. Cette pratique indigne est illégale et doit cesser ! La loi est formelle : tous...
gisti
01.03.2017 - 15:00
gisti
23.02.2017 - 10:55
Nous, mouvements sociaux,

dans notre diversité associative, syndicale et citoyenne comptons bien faire entendre nos voix et nos propositions dans les prochains mois. Dans la période électorale qui s’ouvre, nous ne...

dal
21.02.2017 - 11:59
Monsieur le Préfet, Informées par l'un de ses membres, l'Observatoire Citoyen du CRA de Palaiseau, les organisations de l'OEE (Observatoire de l'enfermement des étrangers) ainsi que le Réseau éducation sans frontières de l'Essonne (RESF 91) sont très préoccupées par les témoignages de maltraitance...
gisti
17.02.2017 - 18:46
Par une ordonnance rendue le 15 février 2017, le Conseil d'État juge que les personnes mineures étrangères qui concluent un contrat d'apprentissage doivent obtenir de plein droit une autorisation de travail. Cette décision intervient alors que partout en France ces mineur·e·s voient la délivrance d...
gisti
17.02.2017 - 13:18
8 février 2017 : une benne est installée par la mairie de Calais devant l'entrée d'un bâtiment du Secours Catholique pour empêcher l'installation de douches pour les exilés [Le Secours catholique et la Ville de Calais s'affrontent sur l'aide aux migrants >http://www.lemonde.fr/societe/article/...
gisti
16.02.2017 - 10:02

 

La Bible de la rue Jean-Paul Fantou, dit Clocheman

 

“Dans son existence, Jean-Paul Fantou a vécu plusieurs vies, mais des vies d’...

dal
14.02.2017 - 18:47
Au prétexte de la réforme dite de la « Protection universelle maladie (PUMa) », entrée en vigueur il y a plus d'un an, le gouvernement s'apprête à remettre en cause les règles établies depuis la réforme CMU de 1999. Un arrêté réduisant la liste des titres et documents qui autorisent les personnes...
gisti
13.02.2017 - 10:26
La demande du CHU d’expulser la réquisition Abbé Pierre rejetée!!! Victoire juridique du DAL Toulouse 31

Le Tribunal Administratif de Toulouse a tranché et décidé de rejeter la demande du CHU d...

dal
10.02.2017 - 16:46

COMMUNIQUE Paris le 8 février 2017  – 15h30

Les mal logés s’invitent au siège de la FNAIM

Depuis 15h30, environ 150 mal logés et sans logis occupent le siège de la...

dal
08.02.2017 - 19:31
On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est considérée comme un délit. Procès de personnes venues en aide à des personnes étrangères, menaces de lourdes sanctions, mesures d'intimidation, poursuites, condamnations à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne,...
gisti
08.02.2017 - 05:30
Le contexte Ibtissam B., éducatrice de la Sauvegarde de la Marne est menacée de licenciement pour avoir témoigné sur les conditions indignes d'accueil des jeunes du foyer de mineurs isolés de la Sauvegarde de la Marne à Châlons-en-Champagne. Un jeune Malien qui s'est défenestré le 6 janvier 2017 y...
gisti
05.02.2017 - 19:00
L'Observatoire de l'Enfermement des Etrangers vous invite à une réunion publique sur les centres de répit, CAO, CAOMIE, camps « humanitaires ». La réunion se tiendra dans les locaux de la Ligue des droits de l'homme 138 rue Marcadet, 75018 Paris (Métro : Ligne 12, arrêt Lamarck-Caulaincourt)...
gisti
30.01.2017 - 19:00

Communiqué de l’association Droit Au Logement de Gironde D.A.L. 33

Bordeaux, le 27 janvier 2017

Jeudi 26 janvier 2017 s’est tenu le deuxième procès en appel des prévenu-e-s du D.A.L.33 dans l’affaire dite « Planterose », du nom de la rue où se trouvait...

dal
30.01.2017 - 12:25

Résultat de l’audience, la décision est reporté au 8 février ! :...

dal
28.01.2017 - 08:30

 

 

 —————————————————-

 

 

LOI ÉGALITÉ ET CITOYENNETÉ Le conseil...
dal
27.01.2017 - 14:39

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier