Aller au contenu principal

16 Février 2013 : Création de la CONEX : Coordination Nationale contre l’EXtrême droite

mer 20/02/2013 - 14:52
defaut

Après 4 mois de discussions à l’initiative de VISA, près d’une quinzaine d’associations, nationales, régionales ou locales se sont regroupées en « coordination nationale antifasciste, CONEX, afin de mettre en place une structuration unitaire  qui permette d’agir ensemble contre le venin de l’extrême droite. La déclaration ci-dessous acte la naissance de la CONEX.
Bien sûr, le plus dur reste à accomplir : faire vivre cette coordination, sortir du matériel de propagande commun, en un mot, faire d’elle un instrument utile, un outil qui décuple les capacités d’action de chacune de ces composantes, tout en respectant l’autonomie de chacune.
Au moment où le danger fasciste en France, et dans d’autres pays d’Europe, n’a jamais été aussi présent, la création de la CONEX est un premier pas qui en appelle d’autres. La coordination est ouverte à tous les réseaux, associations et syndicats qui pensent que l’antifascisme n’est pas un supplément d’âme mais un combat unitaire décisif de l’heure.
Faisons en sorte que ce 16 Février 2013 soit, comme l’écrivait Victor Serge en titre d’un de ses remarquables livres : la « Naissance de notre force ».

V.I.S.A.

COordination Nationale contre l’EXtrême droite  CONEX - conex@riseup.net

FACE A L’EXTREME DROITE ET SON IDEOLOGIE, LA CONTRE OFFENSIVE UNITAIRE EST UNE URGENCE !                            

L’extrême droite s’est durablement enracinée dans le paysage politique français et européen.

Ses thèmes de prédilection n’ont pas changé : la préférence nationale, la stigmatisation des immigrés, la xénophobie, l’antisémitisme, l’homophobie, la défense de l’ordre moral au détriment des droits et de la place des femmes, l’Etat autoritaire, le nationalisme exacerbé…

Ces thèmes s’accompagnent aujourd’hui d’inflexions nouvelles avec la stigmatisation des musulmans, une soi disant défense du peuple et des travailleurs Français, ainsi qu’une dénonciation des institutions financières et politiques internationales.

Le Front National, principal représentant de l’extrême droite, réalise des scores électoraux sans précédent, y compris dans les couches populaires désorientées et frappées par les politiques d’austérité. Par ailleurs, nous assistons au développement de groupuscules radicaux et violents qui représentent une menace pour nos libertés.

L’idéologie nauséabonde de l’extrême droite a trouvé des échos, voire des convergences, dans une partie de la Droite qui reprend sans complexe des pans entiers des thèmes du FN, pensant ainsi séduire son électorat.

Par ailleurs, certains à gauche, sur la question des droits des immigrés (dans et hors Schengen, avec ou sans papiers, les Roms), abondent dans le même sens, au mépris des engagements pris par leur candidat maintenant Président.

La diffusion de cette idéologie est facilitée par la stratégie de « dédiabolisation » de Marine Le Pen que certains intellectuels et médias ont accompagnée. Le FN, même derrière son paravent bleu marine, n’a en fait pas changé et les groupuscules fascistes font de la surenchère pour se démarquer. Le danger que représente l’extrême droite s’en trouve ainsi renforcé.

Cette situation lourde de menaces n’est pas spécifique à la France. Partout en Europe, sous les coups de boutoir des politiques d’austérité, les courants fascistes, voire néo-nazis comme en Grèce, relèvent la tête. Des mouvements populistes apparus plus récemment leur emboîtent le pas.

Tous ces courants prétendent apporter leurs solutions démagogiques à la crise du système capitaliste. Mais comme dans les années 1930, cette crise économique et financière pourrait conduire à de nouvelles catastrophes sociales et politiques !

Pour éviter cela, les mobilisations contre les politiques anti-sociales sont donc nécessaires, mais il nous faut aussi créer les conditions d’un large front antifasciste unitaire qui soit un bouclier efficace face à la résurgence de toute forme de fascisme !

C’est à cette tâche que, nous, associations nationales, régionales et locales, nous sommes attelés. Afin de démultiplier notre combat tout en respectant les particularités de chacun, nous décidons maintenant de mettre nos efforts en commun en créant une :

Coordination Nationale contre l’extrême droite : CONEX

Nous appelons tous les collectifs, réseaux, associations et syndicats qui partagent cette inquiétude et qui ont à cœur de participer à cette bataille à nous rejoindre. Nous encourageons aussi la création de structures unitaires antifascistes dans toutes les régions.

Notre unité dans l’action sur des objectifs communs est une nécessité vitale pour ce combat décisif !

Les 14 premiers signataires :

Les collectifs RL’F de Rouen, Grenoble, Voiron, Grésivaudan, Justice & Libertés de Strasbourg, Le Collectif de VigilanceLyon/ 69, Les Collectifs de Lutte antifascistes de Renneset de Reims, les Collectifs Antifascistes d'Avignon et de Paris-Banlieue, Le collectif de St Denis / 93 contre le FN et l'extrême droite,La Horde, Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes-VISA,Mémorial 98.

Étiquettes