Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Ne laissons pas le Front national s’attaquer aux enseignants et aux syndicalistes ! La secrétaire départementale de la CGT éducation du Gard élue au conseil d’administration du lycée Paul Langevin à Beaucaire a porté plainte contre Julien Sanchez maire FN de Beaucaire pour diffamation. Les faits sont clairs comme la stratégie de ce parti qui une fois en place affiche clairement ses idées et insulte les militants syndicaux au travers de la presse. Le 17 juin les militants siégeant au conseil d’administration ont décidé de : · Ne pas serrer les mains aux élus FN en se contentant de dire « bonjour » en signe de politesse ! · Ne pas siéger en présence de ces élus après lecture de leur déclaration et de quitter la salle. Suite à cet événement, le maire de Beaucaire a utilisé les médias pour insulter les responsables syndicaux via ‘le Figaro’  et ‘le Midi Libre’ en s’exprimant de la sorte : « Ce ne sont pas...
  La mairie FN de Cogolin vient de décider de réduire de 60% le budget fournitures d’une école de la ville au motif que son projet pédagogique ne plaît pas aux édiles. Visiblement, le « voyage musical autour de la Méditerranée » organisé par l’équipe pédagogique écorcherait les oreilles des élus Front national. En prenant une telle décision, c’est une liberté fondatrice de l’École de la République qui est remise en question : la liberté pédagogique des enseignants dans le cadre des programmes nationaux. Au-delà, cette mesure de rétorsion va toucher directement les élèves et leurs familles, notamment les plus modestes, qui devront mettre la main à la poche pour équiper leurs enfants des fournitures scolaires indispensables. Le SE-Unsa assure de toute sa solidarité l’ensemble de l’équipe éducative de cette école et plus largement des autres écoles de Cogolin. Pour ceux qui en doutaient encore, « la France apaisée »du Front...
  Dans le Var, une municipalité frontiste menace de procéder à une réduction des crédits d’une des écoles de la ville car la thématique du spectacle ne leur convient pas. Le SNUipp-FSU dénonce ces procédés arbitraires et interpelle la ministre dès aujourd’hui. A Cogolin, dans le Var, l’équipe pédagogique de l’école élémentaire Fontvieille propose cette année à ses élèves de présenter un spectacle de chants issus de différents pays bordant la Méditerranée : un voyage artistique leur permettant aussi de découvrir un territoire proche mais surtout des cultures différentes répondant ainsi aux exigences des programmes qui incitent au Vivre ensemble et à la connaissance de l’Autre. La chanson de la discorde C’est la chanson de Khaled « Aïcha » que les enfants doivent chanter qui a entraîné les foudres des élus municipaux appartenant au Front national. Ils menacent donc, si cette chanson et l’ensemble du projet...
Le jugement rendu le 19 mai par le tribunal correctionnel de Tours reconnaît la diffamation dont a été victime notre collègue de l’école Blotterie (Joué-lès-Tours) au printemps 2014, accusée d’attouchements, dans une vidéo publiée par l’association JRE (Journées de Retrait de l’Ecole) sur son site. Les représentantes de l’association JRE sont reconnues coupables de diffamation et de complicité de diffamation. Mmes Hassan et Belghoul sont condamnées respectivement à des peines d’amende de 4 000 et 5 000 euros. Ce jugement s’accompagne d’une peine supplémentaire, à savoir la publication du dit-jugement, à leurs frais, dans la Nouvelle République, Le Monde et le Figaro. Au titre civil, Mmes Hassan et Belghoul sont également condamnées à verser solidairement 12 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 000 euros chacune au titre de l’article 475.1 du code de procédure pénale. Le tribunal reconnaît que les propos tenus par Mme...
  Le Var est le département comptant le plus grand nombre d’adhérents au Front national ; c’est du moins ce qu’affirme son sulfureux secrétaire départemental, Frédéric Boccaletti. Le département compterait actuellement 154 élus se revendiquant du FN, dont : 1 sénateur, 3 maires, 5 conseillers départementaux et 10 conseillers régionaux. Mais le Front national a perdu une vingtaine d’élus au cours des dernières années, suite notamment à des conflits internes : Le Luc en est aujourd’hui à son troisième maire, et le maire de Cogolin se voit menacé d’être mis sous tutelle ...  la suite sur http://ldh-toulon.net/conflits-et-demissions-au-FN-du.html
Août 2016, Menton, des chauffeurs de car menacés de sanctions pour refus d’obéir à un ordre de réquisition et de participer au refoulement de migrants vers l’Italie Le 5 août 2016 au soir, un autocar d’une entreprise de transport en commun fait l’objet d’une réquisition ordonnée par le préfet des Alpes-Maritimes. Il s’agit de refouler en territoire italien des migrants, dans le contexte du rétablissement des contrôles aux frontières décidé après les attentats de novembre 2015, en lien avec l’instauration de l’état d’urgence. Le chauffeur du car ne se plie pas à l’ordre de réquisition, prend contact avec sa hiérarchie, demande la présence d’un contrôleur... Les choses tardent, entraînant l’annulation de l’opération de police envisagée. Le délégué syndical de la CNT-SO écrit à la direction de l’entreprise autocariste pour l’informer de l’incident, réclamer qu’aucune sanction ne soit...

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

La première brochure de VISA
toujours disponible sur simple
demande
'Le Front National au travail'

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier

Législatives 2012 : retour de l’extrême droite à l’assemblée

Trois députés représentent désormais l’extrême droite, à l’Assemblée nationale : Gilbert Collard (candidat du FN quoique non encarté au parti), Marion Maréchal-Le Pen, et Jacques Bompard, maire d’Orange et dirigeant de la « Ligue du Sud » (ce mini-parti d’extrême droite réunit des anciens du FN ainsi que des militants de la mouvance « identitaire », dans le Sud-est du pays). Tous les trois ont gagné dans des circonscriptions du Midi de la France. Ce fait n’est pas anodin dans la mesure où il risque de conférer une « crédibilité » institutionnelle à ces représentants d’idées nauséabondes. La jeune députée Marion Maréchal-Le Pen a pu, ainsi, présider au vote des députés pour élire le président de l’Assemblée nationale, le 26 juin dernier. Sa photo a illustré les articles concernant le scrutin au « perchoir ». Les journalistes et photographes, quant à eux / elles, ne démordent pas de leur intérêt pour ces nouveaux élus extrémistes. Le profil ultra-médiatique de l’avocat Gilbert Collard contribuera, à n’en pas doutant, à entretenir cette forte présence médiatique. Cela ne doit cependant pas masquer un autre fait tout aussi important : si l’extrême droite a obtenu, au scrutin majoritaire, trois sièges au Parlement, elle « rate » de peu un nombre plus important de mandats.

La présence de l’extrême droite au second tour a été certes limitée : 61 candidat/e/s du FN y étaient qualifiés, sur 577 circonscriptions. Mais ceci est surtout dû au faible taux de participation. Alors que 12,5 % des inscrits doivent voter pour un/e candidat/e pour assurer sa présence au second tour, la proportion (rapportée aux voix réellement exprimées) augmente au fur et à mesure que la participation baisse. Si cette dernière atteint 50 %, par exemple, un/e candidat/e doit avoir obtenu 25 % des exprimés pour être au second tour. Cette année, l’abstention ayant atteint 43 % au premier (moyenne nationale), le seuil était donc assez élevé pour le FN (dont le résultat national était de 13,6 %, avec des pointes dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans le Nord-Pas de Calais). Cela a limité l’ampleur de sa présence au second tour, même si ses candidats ont parfois obtenu des scores très importants.

Dans plusieurs circonscriptions, le 17 juin 2012, le FN a été proche de remporter le siège. Parfois ses scores ont été même plus importants que là où le parti a obtenu des députés, puisque Marion Maréchal-Le Pen (à Carpentras) et Gilbert Collard (à Vauvert dans le Gard) ont été élus avec des majorités relatives d’environ 42%.. Jacques Bompard, quant à lui, a réussi à s’imposer même à la majorité absolue, (58,77 %) dans sa circonscription à Orange. Marine Le Pen échoue d’une centaine de voix à Hénin-Beaumont, (49,89 % contre 50,11 % pour le socialiste Philippe Kemel). La présidente du FN a, depuis, saisi les tribunaux pour contester le résultat électoral. A Marseille, dans la troisième circonscription des Bouches-du-Rhône (qui comprend une partie des quartiers Nord de la cité phocéenne), Stéphane Ravier a obtenu 49,01 % des voix. En Lorraine, à Forbach, Florian Philippot, le jeune technocrate qui avait dirigé la campagne présidentielle de Marine Le Pen, totalise quant à lui 46,3 %. C’est surtout dans les circonscriptions où le FN affrontait le PS dans le cadre d’un « duel », au second tour, que ses candidats ont fait les plus gros scores. Cela confirme que le transfert de voix de la droite classique au profit du FN a été important. Au contraire, là où le FN se trouvait en lice avec le PS et la droite, dans le cadre de « triangulaires », ses scores stagnent entre le premier et le second tour. Alors qu’un sondage publié, à la veille du second tour, révélait que 66 % des électeurs et sympathisants de l’UMP étaient favorables à des accords de désistement au profit le FN, ces observations confirment le rapprochement important qui a eu lieu entre les électorats respectifs de la droite et de l’extrême droite.

La direction de l’UMP avait pris, avant le second tour, une double décision. Elle consistait, d’abord, à maintenir ses candidat/e/s partout où c’était possible. Cela lui permit de « fixer » les électeurs de son camp, et d’éviter la discussion sur le positionnement au second tour en l’absence de candidat/e de la droite classique. Puis, dans un second temps, la direction de l’UMP avait décidé de maintenir une ligne du « ni – ni ». Autrement dit : une ligne du strict refus du « front républicain » contre le FN, mais aussi du refus d’alliance avec le FN. Cette décision de ne chercher à s’allier ni au PS ni au FN, lui a probablement permis d’éviter des déchirures stratégiques sans toutefois totalement faire taire les critiques sur la stratégie de « droitisation » impulsée par Patrick Buisson au moment de la présidentielle (débats sur « l’identité nationale », campagne contre le halal, campagne sur l’immigration…). Sur le plan formel, cette ligne du « ni-ni » a été globalement respectée par les représentants de l’UMP. Un seul candidat a enfreint cette ligne dans le sens d’un désistement en faveur du FN : Roland Chassain, à Arles, qui a été promptement menacé d’exclusion. Un second candidat UMP avait hésité d’imiter sa démarche – Etienne Mourut, tenté de se retirer en faveur de la candidature de Gilbert Collard à Vauvert -, avant de se rétracter et de finalement maintenir sa candidature conformément à la « ligne ». Dans l’autre sens, c’est-à-dire celui d’une sollicitation des voix du FN au profit d’une candidature UMP maintenue au second tour, les candidat/e/s UMP ayant franchi la ligne officielle ont été plus nombreux. Le cas le plus spectaculaire a été celui de l’ex-ministre Nadine Morano, évoquant ouvertement des « valeurs communes » avec le FN puis tombant dans le piège de l’entretien en sympathie avec Louis Aliot, vice-président du FN (en fait l’imitateur Gérald Dahan…) . Si ce cas a été le plus médiatisé, Nadine Morano n’a pas été la seule à faire des appels du pied très visibles au FN. La maire d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains-Masini (UMP), parla elle aussi de « valeurs communes avec Marine Le Pen »… celle-ci répondant d’ailleurs, qu’à ses yeux, la maire d’Aix était « sincère ». Dans le Sud-ouest, l’ancienne députée UMP Brigitte Barèges du courant « Droite populaire » avait annoncé qu’elle souhaitait voir Marine Le Pen élue députée. Or, la plupart des candidat/e/s ayant joué ce jeu, ont été battu au second tour des élections législatives. La « Droite populaire » a ainsi vu 19 de ses 39 députés sortants battus, le taux de « perdition » étant ainsi plus fort que pour l’UMP en général (50 % de sièges en moins, contre environ 30 % pour l’UMP, dans son ensemble).

Pour l’instant, la question d’une alliance ouverte avec le FN est donc plutôt écartée à l’UMP, qui tentera d’abord de se reconstruire elle-même, après avoir désigné un chef lors de son congrès à venir (les 18 et 25 novembre 2012). A la longue, la question risque cependant de réapparaître, vu le fort degré de pénétration d’idées favorables à une alliance au FN dans l’électorat « de base » du principal parti de la droite française. Vu, aussi, la dérive idéologique qui s’était installé ces dernières années, avec la création d’un ministère « de l’immigration et de l’identité nationale », le discours de Grenoble (juillet 2010), la campagne contre la nourriture halal mais aussi cachère (mars 2012)… Le reste dépendra, bien entendu, en bonne partie de la dynamique du FN lui-même.

Les trois nouveaux députés d’extrême droite
Concernant les trois députés de l’extrême droite, leur profil respectif est bien différent.

● Marion Maréchal-Le Pen, la plus jeune parlementaire jamais élue à l’Assemblée nationale, est avant tout la petite-fille de son grand-père. (Jean-Marie Le Pen considérant, d’ailleurs, le 3 juin, que la présence de trois générations de Le Pen sur la scène politique attestait du fait que cette famille serait… « de bonne race ». Sic !) Elle sera largement inspirée et « guidée » par son ancêtre et sa famille. C’est le président d’honneur et fondateur du FN qui avait, selon les propres dires de la nouvelle jeune députée, insisté auprès de Marion Maréchal-Le Pen pour qu’elle se présente à Carpentras, puisque « notre nom (de famille) a été sali » dans cette ville du Vaucluse, faisant allusion, à la profanation du cimetière juif de Carpentras, en mai 1990, qui avait été suivie d’une très importante mobilisation contre l’extrême droite, dans toute la France. Si l’identité des coupables est restée longtemps inconnue, en juillet 1996, un des participants à la profanation (ancien néonazi entretemps converti au bouddhisme et à la non-violence) s’est rendu à la police. Par la suite, il s’est avéré que les cinq coupables avaient été, en effet, des néonazis ; et sans être encartés au FN, deux sur les cinq avaient temporairement milité avec ce parti. Or, pendant toutes ces années, le FN avait sans relâche battu le tambour de la propagande, et prétendu qu’un « complot d’Etat » avait été mené contre lui. En novembre 1995, un « train de la vérité » (un TGV spécialement affrété) avait conduit Jean-Marie Le Pen et des centaines de militants du FN à Carpentras, où l’extrême droite avait organisé une manifestation nationale pour demander sa réhabilitation politique et morale. Aujourd’hui, la légende du FN selon laquelle la profanation n’avait rien à voir avec l’idéologie de l’extrême droite n’est plus tenable (même si les cinq coupables n’étaient pas des militants du FN proprement dit,). Aujourd’hui, Jean-Marie Le Pen, et, dans une moindre mesure, la direction du FN prennent désormais appui sur l’élection de Marion Maréchal-Le Pen à Carpentras pour souligner leur « pleine réhabilitation morale ».

● L’avocat Gilbert Collard avait, lui aussi, joué un certain rôle au moment de l’« affaire Carpentras ». En 1995, ce très médiatique avocat avait brandi une enveloppe à la télévision, prétendant détenir « des preuves » et que « la vérité » allait sortir en l’espace de quelques semaines. Selon ses dires à l’époque, la profanation n’avait rien à voir ni avec le FN ni avec l’extrême droite en général, mais avec des « jeux de rôle » de notables locaux ou de leurs enfants. Pour cette raison, la « bonne société » aurait caché la (prétendue) vérité. Si cette version n’est, elle non plus, plus du tout tenable aujourd’hui, Maître Collard aura continué son chemin avec le FN. Or, Gilbert Collard a déjà été le défenseur – ou défenseur apparent – de multiples causes. Dans sa vie, l’homme aura déjà été trotskiste, socialiste mitterrandien, antiraciste (le MRAP l’a exclu en 1990 pour avoir défendu le négationniste Bernard Notin, en mentant publiquement sur ses prétendues fonctions au sein de l’association antiraciste), conseiller municipal Divers droite (…à Vichy), soutien du très droitier ministre Charles Pasqua, puis sarkozyste. Bref, nous avons affaire à un homme à l’égo démesuré et aux ambitions sans limites. Il n’est pas sûr que sa présence soit, à l’avenir, toujours un cadeau pour le FN. Même si en général, une très haute opinion de soi-même, n’est pas incompatible avec les idées de « supériorité naturelle » défendues par l’extrême droite.

● Jacques Bompard, quant à lui, est un vieux routier de l’extrême droite, à l’ancrage idéologique très solide. Ayant commencé à militer dans des groupes pro-OAS et dans le groupe « Occident » dans les années 1960, il a appartenu au FN pendant des décennies. Lorsque le FN avait un groupe de 35 députés, entre 1986 et 88 (élus à l’époque à la proportionnelle), Bompard était de ce groupe. Elu maire FN en juin 1995 à Orange, Jacques Bompard s’est illustré à la suite par une gestion idéologique assez spectaculaire. Ainsi, des livres jugés trop « cosmopolites » (dont des contes pour enfants venant de Chine, d’Afrique ou des Caraïbes) ont été bannis de la bibliothèque municipale. Cependant, comme sa gestion – accompagnée de coupes dures dans les budgets sociaux et culturels – apporta aussi des baisses des impôts locaux, Bompard a su gagner et maintenir une certaine base sociale sur le plan local. Loin d’être un « modéré », Bompard entra en opposition à Jean-Marie Le Pen à partir de 1999 : il lui reprochait à la fois une absence de repères idéologiques suffisamment forts, et une négligence dans l’attention portée à l’ancrage local du « mouvement national ». Après un passage au MPF de Philippe de Villiers (à partir de novembre 2005), Bompard a fini par se rapprocher de la mouvance du Bloc identitaire. Après que la « convention identitaire » - 600 participants de toute la France et d’autres pays européens – eut lieu dans « sa » ville, en octobre 2009, Bompard devint dirigeant d’un mini-parti, allié aux branches régionales de la mouvance identitaire. Il s’agit de la « Ligue du sud », dont le modèle officiel est la Ligue du Nord en Italie, un parti régionaliste et raciste implanté entre Milan et Venise.  Or, malgré la haine tenace de Jean-Marie Le Pen à son égard, Jacques Bompard s’est aujourd’hui rapproché de la direction du FN sous les ordres de Marine Le Pen. Cette dernière a même voulu le présenter comme candidat du « Rassemblement bleu marine », plan qui échoua principalement en raison de l’opposition de son père. Il faut, cependant, s’attendre à ce que Bompard et les deux députés FN à l’Assemblée nationale coopèrent à l’avenir, alors que tous les trois sièges parmi les parlementaires « non inscrits ».

Pour nous, antifascistes, il y aura lieu de suivre de près le comportement de ces députés, bien entendu sans leur faire une « publicité inutile ». Quelles mesures, « sociales », ou « antisociales » soutiendront-ils, proposeront-ils, refuseront-ils ? A n’en pas douter, l’extrême droite utilisera sa présence à l’Assemblée nationale pour élargir ses possibilités de communication. Or, les votes concrets de ses élus à l’Assemblée montreront aussi une partie de son visage.

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fil d'informations RESF

http://enfantsetrangers.hautetfort.com
24.09.2016 - 13:00
Emmanuel KUNDELA, sa femme et leurs deux premiers enfants sont arrivés en France en 2011, il y a presque 5 ans. Ils fuyaient le Kivu, province du Congo (RDC), toujours en guerre et où il n'y a pas de sécurité pour la population. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/09/21/les-troubles-...
24.09.2016 - 12:15
La région IDF n'aidera pas au parrainage de lycéens sans papiers IDF | collectivités | migrations | lycées | clandestins Paris, FRANCE | AFP | jeudi 22/09/2016 - 09:43 UTC La présidente du Conseil régional Valérie Pécresse (LR) a refusé jeudi d'engager la région Ile-de-France dans le parrainage de...
24.09.2016 - 12:32
Soirée en soutien aux migrants, avec une collecte organisée pour RESF19, Super programmation et possibilité de diner, si réservation ! Par ailleurs, à la demande de certains qui ne pourront pas être présents samedi mais également pour partager sans modération dans vos réseaux respectifs, une...
24.09.2016 - 12:43
assure le lien avec de site de l'AME ; cet article a une date de publication qui est mise à jour par la syndication avec le site de l'AME
23.09.2016 - 19:15
Fatima BENLAZREG, surnommée Farah, est une camarade de classe de nos enfants pour la 5e année. Elle a fréquenté pendant trois ans l'école maternelle du jardin de ville, puis la classe de CP de l'école primaire où elle est désormais inscrite en CE1. Cette petite fille a joué avec nos enfants dans...
23.09.2016 - 00:16
Libérer un père de famille Monsieur le Préfet de l'Isère, Monsieur Emmanuel KUNDELA, Congolais, a été arrêté alors qu'il était dans les locaux d'une agence de La Poste pour retirer de l'argent. Un employé zélé, trouvant que le récépissé n'avait pas un air de vrai récépissé, a appelé la police....
22.09.2016 - 08:00
21.09.2016 - 23:14
Ariane, jeune congolaise a fui les persécutions et les violence sous un faux nom avec un passeport angolais. Le préfet de la Somme veut l'expulser en Angola ! Ariane Linda Lukau, Congolaise libérée du CRA du Mesnil Amelot le samedi 17 septembre est toujours menacée d'expulsion vers l'Angola !...
21.09.2016 - 22:58
Monsieur le Préfet des Bouches du Rhône, Habitant depuis 8 ans en France à Istres, Monsieur Vladimir BABAKHANOV, de nationalité arménienne, a été arrêté le 8 août et a reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français avec une assignation à résidence jusqu'au 23 septembre. Monsieur BABAKHANOV...
19.09.2016 - 15:42

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

15.09.2016 - 08:30
13.09.2016 - 15:23
Projet de loi Egalité et Citoyenneté – Amendements DAL et Pas Sans Nous A l’approche de la première lecture au Sénat du projet de loi Egalité et Citoyenneté, le DAL et la coordination Pas Sans Nous envoient aux sénateurs les propositions d’amendements suivants concernant la...
dal
23.09.2016 - 16:19
Si, depuis quelques années, militants et chercheurs commencent à compter les morts sur les routes migratoires, ils ont tendance à se focaliser sur l'arc méditerranéen, négligeant la frontière franco-britannique que l'on pourrait qualifier de nasse calaisienne. Accords européens, traités bilatéraux...
gisti
22.09.2016 - 09:31
La prochaine réunion publique de l'Observatoire de l'enfermement des étrangers (OEE) aura lieu mardi 11 octobre 2016, à 19h au Lieu Dit (6, rue Sorbier 75020 Paris - métro Ménilmontant) Déroulé de la réunion : Introduction : Claire Rodier (OEE) Lydie Arbogast, membre du réseau Migreurop, pour...
gisti
21.09.2016 - 15:12
Dans un courrier envoyé ce jour au Préfet de Police, 9 associations l'appellent fortement à revenir sur les décisions d'éloignement que ses services ont délivrées depuis cet été aux exilé·e·s en recherche de protection. La saturation du dispositif d'accueil à Paris empêche les personnes d'entrer...
gisti
21.09.2016 - 11:24
Session de 5 jours (35H), le 19 septembre 2016 - [Autres Formations]
gisti
19.09.2016 - 08:30
La mer constitue un défi : elle efface les traces de passages et de naufrages. Si bien que les circonstances des morts en mer de migrants sont rarement documentées et les responsabilités rarement établies. C'est pour documenter ces morts et les violations des droits des migrants qu'a été lancé le...
gisti
16.09.2016 - 09:15
Session de 2 jours, le 15 septembre 2016 - [Autres Formations]
gisti
15.09.2016 - 08:30

COMMUNIQUE

le 13 septembre 2016

APL : nouvelle attaque contre les locataires modestes

Après la suppression des APL pour 80 000 ménages modestes au prétexte qu’ils payent un loyer trop élevé, le gouvernement s’apprête...

dal
14.09.2016 - 08:56

COMMUNIQUE Paris le 13 septembre 2016   Sénat, loi Egalité et Citoyenneté, menaces sur : la loi DALO, la justice dans l’attribution des HLM, le logement social, la loi SRU …

A la lecture des amendements proposés à la commission spéciale  (...
dal
14.09.2016 - 08:43
relatif au corps européen de garde-frontières et de garde-côtes, modifiant le règlement (UE) 2016/399 du Parlement européen et du Conseil et abrogeant le règlement (CE) n° 863/2007 du Parlement européen et du Conseil, le règlement (CE) n° 2007/2004 du Conseil et la décision 2005/267/CE du Conseil...
gisti
14.09.2016 - 08:29
ከይደ አስራርሓ አቀባብላ ስደተኛ ካብ 2015 ጀሚሩ ተለዊጡ አሎ።ስብ ስልጣን ፖለቲካ ዝተመሓየሽ አሰራርሓ ተገይሩ አሎ እናበሉ'ኳ እንተተዛረቡ ሎሚውን እንተኸነ ዝተወሳሰበን ብቐሊሉ ዘይርዳአካን ኸይኑ ይርከብ። እዚ ጉዳይ እዚ ብቅልጡፈ ፍታሕ ክረከበሉ ይግባእ ምክንያቱ ብኣማቲ ዝቑፅሩ ሓተትቲ ዕቕባን ስደተኛታትን በዚ እዋን እዚ አብ ብዘሕ ፀገም ዝርከብሉ ኹኔታት አቀባብላን ኣለሻ ምምሕዳራዊን ፍትሓዊን ምትሕባበርን፣ ዝተወሰኑ ፍጹም ሓገዝ ኣብ ዘይረኽብሉ ማእከላት ተሰዲዶም...
gisti
13.09.2016 - 15:23
Entre janvier et septembre 2016, à Paris, Calais, Cherbourg, Chocques, Dieppe et Steenvoorde, de nombreux campements ont été détruits, où survivaient plusieurs centaines d'hommes, femmes et enfants. À Norrent-Fontes, un campement où survivent 250 exilé.e.s est menacé à son tour. Cet endroit précis...
gisti
09.09.2016 - 11:15
Le 5 août 2016 au soir, un autocar d'une entreprise de transport en commun fait l'objet d'une réquisition ordonnée par le préfet des Alpes-Maritimes. Il s'agit de refouler en territoire italien des migrants, dans le contexte du rétablissement des contrôles aux frontières décidé après les attentats...
gisti
02.09.2016 - 15:58

COMMUNIQUE

Paris le 31 août  2016

Les expulsions continuent :   …  des mobilisations à suivre

A l’issue du 24h contre les expulsions aux invalides, qui a rassemblé une cinquantaine de familles et ménages...

dal
01.09.2016 - 17:49
On ne considère ici que la mobilité des personnes au sein du territoire où s'applique le Ceseda c'est à dire les cinq DOM et les trois COM d'Amérique ; dans le Ceseda, "en France" désigne ce territoire. Le cas le plus fréquent est un déplacement d'un DOM vers la métropole ou vice-versa. Maintien du...
gisti
31.08.2016 - 16:27

COMMUNIQUE

Paris le  27 août  2016

24h contre les EXPULSIONS, relogement!  RV mardi 3O août 15h aux Invalides

Des familles expulsées de leur logement, ou en voie de l’être dans les...

dal
29.08.2016 - 11:06

"droites extrêmes" Blog Le Monde

31.08.2016 - 15:58
25.08.2016 - 14:00

Sigle du site Breizh nfo.com/DR.

Les identitaires bretons investissent… dans le rugby. Plus exactement dans le Rugby club de Vannes, premier club breton à évoluer au niveau professionnel (ProD2,...

08.09.2016 - 17:35

Au Front national, où la famille Le Pen se confond avec l’histoire du parti, l’affectif et le politique sont intimement liés. C’est la raison pour laquelle il aura fallu attendre dix-huit ans, et l’exclusion de Jean-Marie Le Pen, pour voir revenir aujourd’hui...

31.08.2016 - 15:58

C’est un tournant dans le mandat de Robert Ménard à la Mairie de Béziers. André-Yves Beck, son omniprésent directeur de cabinet dans la sous-préfecture de l’Hérault, s’en va. L’ancien nationaliste révolutionnaire, qui a milité dans les groupuscules Troisième Voie et...

25.08.2016 - 14:00

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html