Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Réunis le 19 février 2015, nous, organisations et citoyens biterrois, appelons à une manifestation nationale massive contre les nostalgiques de l'OAS et du colonialisme. Samedi 14 mars 2015 à 14 heures dans la rue du «19 Mars 1962» de Béziers (non loin de l'hôpital) Ce jour-là, le maire de Béziers organise une cérémonie pour débaptiser la rue «19 mars 1962», pour lui donner le nom de Denoix de Saint Marc, un commandant putschiste. Le 19 mars 1962 est la date de la signature des accords d’Evan qui mettent fin à la guerre d'indépendance de l'Algérie, après 130 ans de colonisation. Hélie Denoix de Saint Marc s'est opposé à cette indépendance, comme l’OAS, Organisation de l'Armée Secrète qui a tout tenté pour que l'Algérie reste une colonie de l'Empire français. L'OAS a commis de multiples crimes contre les Algériens, contre les Français qui soutenaient l'indépendance de l'Algérie et contre les représentants...
 Le maire (FN) de Beaucaire, tout en se prétendant le défenseur des ouvriers et des salariés modestes, s'attaque aux 35 heures hebdomadaires. Il a fait voter par sa majorité municipale le 25 février 2015 une délibération qui porte la durée hebdomadaire du travail en mairie à 36 h 36 mn 36 s (sic). Ce dépassement de la durée hebdomadaire du travail est producteur d'un peu plus de 9,5 jours d'ARTT sur l'année. Or, le maire ne compense les jours d'ARTT qu'à hauteur de 7,5 jours octroyés à date fixe. Il impose ainsi au personnel un volant de 14 h 36 mn supplémentaires, gratuites et obligatoires, soit 2 jours de travail, bafouant au passage la loi sur les 35 heures.  Le maire de Beaucaire, serait-il un sous-marin du MEDEF dans la remise en cause des 35 heures ? Communiqué des syndicats Territoriaux CGT & FO de la Mairie de Beaucaire. http://www.humanite.fr/le-maire-fn-de-beaucaire-s-attaque-aux-35-h-566957
Suite à la publication en mars dernier, sur le site internet des JRE (Journées de Retrait de l’Ecole), d’une vidéo diffamant une collègue de l’Ecole Blotterie à Joué-lès-Tours, la procédure judiciaire débouche aujourd’hui sur la mise en examen de Farida Belghoul. Cette dernière, (…) a été convoquée pour complicité dans un « délit de diffamation publique envers un fonctionnaire public ». SUD éducation 37 se félicite que l’instruction de ce dossier soit élargie à l’ensemble des personnes qui ont attisé des haines sociales, par leurs actions ou leurs propos diffamatoires (…). Les diverses publications faites par F. Belghoul sur son site sont accompagnées de commentaires injurieux à l’égard des enseignants concernés et plus largement de l’Education nationale. Cela n’a rien d’étonnant de la part d’un mouvement qui entretient une certaine confusion complotiste au profit d’...
Le Vaucluse, son théâtre antique, son pont d'Avignon, son Mont Ventoux... et son extrême-droite : 4 mairies d'extrême-droite et deux député-es (FN et Ligue du Sud). Et l'extrême-droite se donne aujourd'hui pour objectif de remporter le conseil départemental de Vaucluse. Solidaires 84 a organisé le 29 janvier 2015 une journée de réflexion « Combattre syndicalement l'extrême-droite » avec la participation de VISA13 et de la commission « Ripostes syndicales face à l’extrême droite » de Solidaires afin d'échanger les expériences et de déterminer des perspectives de lutte. L’extrême-droite, c’est l’ennemie des salarié-es et des plus pauvres : au Pontet, Hébrard, fraîchement élu, s'en cache à peine lorsqu'il supprime la gratuité de la cantine pour les ménages aux plus bas revenus tandis que simultanément il augmente ses indemnités de 44 %. A Orange, depuis 20 ans, Bompard s'assure la sympathie des...
Ne laissons pas le Front national s’attaquer aux enseignants et aux syndicalistes ! La secrétaire départementale de la CGT éducation du Gard élue au conseil d’administration du lycée Paul Langevin à Beaucaire a porté plainte contre Julien Sanchez maire FN de Beaucaire pour diffamation. Les faits sont clairs comme la stratégie de ce parti qui une fois en place affiche clairement ses idées et insulte les militants syndicaux au travers de la presse. Le 17 juin les militants siégeant au conseil d’administration ont décidé de : · Ne pas serrer les mains aux élus FN en se contentant de dire « bonjour » en signe de politesse ! · Ne pas siéger en présence de ces élus après lecture de leur déclaration et de quitter la salle. Suite à cet événement, le maire de Beaucaire a utilisé les médias pour insulter les responsables syndicaux via ‘le Figaro’  et ‘le Midi Libre’ en s’exprimant de la sorte : « Ce ne sont pas...
1. Le FN, parti d'extrême droite, veut des élus pour exister médiatiquement et vise le pouvoir national. 2. Pour obtenir cela il a besoin de vos votes et pour les obtenir, il est prêt à tout et n'importe quoi : il fait semblant de s'intéresser au sort des plus démunis, des salariés, des petits entrepreneurs, des agriculteurs; mais il fait tout le contraire. 3. Il veut mettre en œuvre son obsession : exclure les « immigrés » jugés responsables de tous les maux. 4. Il veut renvoyer les femmes au foyer et même restreindre le droit à l'interruption volontaire de grossesse. 5. Il se méfie des jeunes des quartiers populaires, il veut instituer un délire sécuritaire qui ne fait que renforcer les haines, les incompréhensions et les difficultés à vivre ensemble. 6. Il veut une « France d'avant » avec toujours des privilèges pour certains et l'exclusion des autres. Il donne des réponses simplistes à des problèmes économiques complexes. 7. La...

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

La première brochure de VISA
toujours disponible sur simple
demande
'Le Front National au travail'

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier

Législatives 2012 : retour de l’extrême droite à l’assemblée

Trois députés représentent désormais l’extrême droite, à l’Assemblée nationale : Gilbert Collard (candidat du FN quoique non encarté au parti), Marion Maréchal-Le Pen, et Jacques Bompard, maire d’Orange et dirigeant de la « Ligue du Sud » (ce mini-parti d’extrême droite réunit des anciens du FN ainsi que des militants de la mouvance « identitaire », dans le Sud-est du pays). Tous les trois ont gagné dans des circonscriptions du Midi de la France. Ce fait n’est pas anodin dans la mesure où il risque de conférer une « crédibilité » institutionnelle à ces représentants d’idées nauséabondes. La jeune députée Marion Maréchal-Le Pen a pu, ainsi, présider au vote des députés pour élire le président de l’Assemblée nationale, le 26 juin dernier. Sa photo a illustré les articles concernant le scrutin au « perchoir ». Les journalistes et photographes, quant à eux / elles, ne démordent pas de leur intérêt pour ces nouveaux élus extrémistes. Le profil ultra-médiatique de l’avocat Gilbert Collard contribuera, à n’en pas doutant, à entretenir cette forte présence médiatique. Cela ne doit cependant pas masquer un autre fait tout aussi important : si l’extrême droite a obtenu, au scrutin majoritaire, trois sièges au Parlement, elle « rate » de peu un nombre plus important de mandats.

La présence de l’extrême droite au second tour a été certes limitée : 61 candidat/e/s du FN y étaient qualifiés, sur 577 circonscriptions. Mais ceci est surtout dû au faible taux de participation. Alors que 12,5 % des inscrits doivent voter pour un/e candidat/e pour assurer sa présence au second tour, la proportion (rapportée aux voix réellement exprimées) augmente au fur et à mesure que la participation baisse. Si cette dernière atteint 50 %, par exemple, un/e candidat/e doit avoir obtenu 25 % des exprimés pour être au second tour. Cette année, l’abstention ayant atteint 43 % au premier (moyenne nationale), le seuil était donc assez élevé pour le FN (dont le résultat national était de 13,6 %, avec des pointes dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans le Nord-Pas de Calais). Cela a limité l’ampleur de sa présence au second tour, même si ses candidats ont parfois obtenu des scores très importants.

Dans plusieurs circonscriptions, le 17 juin 2012, le FN a été proche de remporter le siège. Parfois ses scores ont été même plus importants que là où le parti a obtenu des députés, puisque Marion Maréchal-Le Pen (à Carpentras) et Gilbert Collard (à Vauvert dans le Gard) ont été élus avec des majorités relatives d’environ 42%.. Jacques Bompard, quant à lui, a réussi à s’imposer même à la majorité absolue, (58,77 %) dans sa circonscription à Orange. Marine Le Pen échoue d’une centaine de voix à Hénin-Beaumont, (49,89 % contre 50,11 % pour le socialiste Philippe Kemel). La présidente du FN a, depuis, saisi les tribunaux pour contester le résultat électoral. A Marseille, dans la troisième circonscription des Bouches-du-Rhône (qui comprend une partie des quartiers Nord de la cité phocéenne), Stéphane Ravier a obtenu 49,01 % des voix. En Lorraine, à Forbach, Florian Philippot, le jeune technocrate qui avait dirigé la campagne présidentielle de Marine Le Pen, totalise quant à lui 46,3 %. C’est surtout dans les circonscriptions où le FN affrontait le PS dans le cadre d’un « duel », au second tour, que ses candidats ont fait les plus gros scores. Cela confirme que le transfert de voix de la droite classique au profit du FN a été important. Au contraire, là où le FN se trouvait en lice avec le PS et la droite, dans le cadre de « triangulaires », ses scores stagnent entre le premier et le second tour. Alors qu’un sondage publié, à la veille du second tour, révélait que 66 % des électeurs et sympathisants de l’UMP étaient favorables à des accords de désistement au profit le FN, ces observations confirment le rapprochement important qui a eu lieu entre les électorats respectifs de la droite et de l’extrême droite.

La direction de l’UMP avait pris, avant le second tour, une double décision. Elle consistait, d’abord, à maintenir ses candidat/e/s partout où c’était possible. Cela lui permit de « fixer » les électeurs de son camp, et d’éviter la discussion sur le positionnement au second tour en l’absence de candidat/e de la droite classique. Puis, dans un second temps, la direction de l’UMP avait décidé de maintenir une ligne du « ni – ni ». Autrement dit : une ligne du strict refus du « front républicain » contre le FN, mais aussi du refus d’alliance avec le FN. Cette décision de ne chercher à s’allier ni au PS ni au FN, lui a probablement permis d’éviter des déchirures stratégiques sans toutefois totalement faire taire les critiques sur la stratégie de « droitisation » impulsée par Patrick Buisson au moment de la présidentielle (débats sur « l’identité nationale », campagne contre le halal, campagne sur l’immigration…). Sur le plan formel, cette ligne du « ni-ni » a été globalement respectée par les représentants de l’UMP. Un seul candidat a enfreint cette ligne dans le sens d’un désistement en faveur du FN : Roland Chassain, à Arles, qui a été promptement menacé d’exclusion. Un second candidat UMP avait hésité d’imiter sa démarche – Etienne Mourut, tenté de se retirer en faveur de la candidature de Gilbert Collard à Vauvert -, avant de se rétracter et de finalement maintenir sa candidature conformément à la « ligne ». Dans l’autre sens, c’est-à-dire celui d’une sollicitation des voix du FN au profit d’une candidature UMP maintenue au second tour, les candidat/e/s UMP ayant franchi la ligne officielle ont été plus nombreux. Le cas le plus spectaculaire a été celui de l’ex-ministre Nadine Morano, évoquant ouvertement des « valeurs communes » avec le FN puis tombant dans le piège de l’entretien en sympathie avec Louis Aliot, vice-président du FN (en fait l’imitateur Gérald Dahan…) . Si ce cas a été le plus médiatisé, Nadine Morano n’a pas été la seule à faire des appels du pied très visibles au FN. La maire d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains-Masini (UMP), parla elle aussi de « valeurs communes avec Marine Le Pen »… celle-ci répondant d’ailleurs, qu’à ses yeux, la maire d’Aix était « sincère ». Dans le Sud-ouest, l’ancienne députée UMP Brigitte Barèges du courant « Droite populaire » avait annoncé qu’elle souhaitait voir Marine Le Pen élue députée. Or, la plupart des candidat/e/s ayant joué ce jeu, ont été battu au second tour des élections législatives. La « Droite populaire » a ainsi vu 19 de ses 39 députés sortants battus, le taux de « perdition » étant ainsi plus fort que pour l’UMP en général (50 % de sièges en moins, contre environ 30 % pour l’UMP, dans son ensemble).

Pour l’instant, la question d’une alliance ouverte avec le FN est donc plutôt écartée à l’UMP, qui tentera d’abord de se reconstruire elle-même, après avoir désigné un chef lors de son congrès à venir (les 18 et 25 novembre 2012). A la longue, la question risque cependant de réapparaître, vu le fort degré de pénétration d’idées favorables à une alliance au FN dans l’électorat « de base » du principal parti de la droite française. Vu, aussi, la dérive idéologique qui s’était installé ces dernières années, avec la création d’un ministère « de l’immigration et de l’identité nationale », le discours de Grenoble (juillet 2010), la campagne contre la nourriture halal mais aussi cachère (mars 2012)… Le reste dépendra, bien entendu, en bonne partie de la dynamique du FN lui-même.

Les trois nouveaux députés d’extrême droite
Concernant les trois députés de l’extrême droite, leur profil respectif est bien différent.

● Marion Maréchal-Le Pen, la plus jeune parlementaire jamais élue à l’Assemblée nationale, est avant tout la petite-fille de son grand-père. (Jean-Marie Le Pen considérant, d’ailleurs, le 3 juin, que la présence de trois générations de Le Pen sur la scène politique attestait du fait que cette famille serait… « de bonne race ». Sic !) Elle sera largement inspirée et « guidée » par son ancêtre et sa famille. C’est le président d’honneur et fondateur du FN qui avait, selon les propres dires de la nouvelle jeune députée, insisté auprès de Marion Maréchal-Le Pen pour qu’elle se présente à Carpentras, puisque « notre nom (de famille) a été sali » dans cette ville du Vaucluse, faisant allusion, à la profanation du cimetière juif de Carpentras, en mai 1990, qui avait été suivie d’une très importante mobilisation contre l’extrême droite, dans toute la France. Si l’identité des coupables est restée longtemps inconnue, en juillet 1996, un des participants à la profanation (ancien néonazi entretemps converti au bouddhisme et à la non-violence) s’est rendu à la police. Par la suite, il s’est avéré que les cinq coupables avaient été, en effet, des néonazis ; et sans être encartés au FN, deux sur les cinq avaient temporairement milité avec ce parti. Or, pendant toutes ces années, le FN avait sans relâche battu le tambour de la propagande, et prétendu qu’un « complot d’Etat » avait été mené contre lui. En novembre 1995, un « train de la vérité » (un TGV spécialement affrété) avait conduit Jean-Marie Le Pen et des centaines de militants du FN à Carpentras, où l’extrême droite avait organisé une manifestation nationale pour demander sa réhabilitation politique et morale. Aujourd’hui, la légende du FN selon laquelle la profanation n’avait rien à voir avec l’idéologie de l’extrême droite n’est plus tenable (même si les cinq coupables n’étaient pas des militants du FN proprement dit,). Aujourd’hui, Jean-Marie Le Pen, et, dans une moindre mesure, la direction du FN prennent désormais appui sur l’élection de Marion Maréchal-Le Pen à Carpentras pour souligner leur « pleine réhabilitation morale ».

● L’avocat Gilbert Collard avait, lui aussi, joué un certain rôle au moment de l’« affaire Carpentras ». En 1995, ce très médiatique avocat avait brandi une enveloppe à la télévision, prétendant détenir « des preuves » et que « la vérité » allait sortir en l’espace de quelques semaines. Selon ses dires à l’époque, la profanation n’avait rien à voir ni avec le FN ni avec l’extrême droite en général, mais avec des « jeux de rôle » de notables locaux ou de leurs enfants. Pour cette raison, la « bonne société » aurait caché la (prétendue) vérité. Si cette version n’est, elle non plus, plus du tout tenable aujourd’hui, Maître Collard aura continué son chemin avec le FN. Or, Gilbert Collard a déjà été le défenseur – ou défenseur apparent – de multiples causes. Dans sa vie, l’homme aura déjà été trotskiste, socialiste mitterrandien, antiraciste (le MRAP l’a exclu en 1990 pour avoir défendu le négationniste Bernard Notin, en mentant publiquement sur ses prétendues fonctions au sein de l’association antiraciste), conseiller municipal Divers droite (…à Vichy), soutien du très droitier ministre Charles Pasqua, puis sarkozyste. Bref, nous avons affaire à un homme à l’égo démesuré et aux ambitions sans limites. Il n’est pas sûr que sa présence soit, à l’avenir, toujours un cadeau pour le FN. Même si en général, une très haute opinion de soi-même, n’est pas incompatible avec les idées de « supériorité naturelle » défendues par l’extrême droite.

● Jacques Bompard, quant à lui, est un vieux routier de l’extrême droite, à l’ancrage idéologique très solide. Ayant commencé à militer dans des groupes pro-OAS et dans le groupe « Occident » dans les années 1960, il a appartenu au FN pendant des décennies. Lorsque le FN avait un groupe de 35 députés, entre 1986 et 88 (élus à l’époque à la proportionnelle), Bompard était de ce groupe. Elu maire FN en juin 1995 à Orange, Jacques Bompard s’est illustré à la suite par une gestion idéologique assez spectaculaire. Ainsi, des livres jugés trop « cosmopolites » (dont des contes pour enfants venant de Chine, d’Afrique ou des Caraïbes) ont été bannis de la bibliothèque municipale. Cependant, comme sa gestion – accompagnée de coupes dures dans les budgets sociaux et culturels – apporta aussi des baisses des impôts locaux, Bompard a su gagner et maintenir une certaine base sociale sur le plan local. Loin d’être un « modéré », Bompard entra en opposition à Jean-Marie Le Pen à partir de 1999 : il lui reprochait à la fois une absence de repères idéologiques suffisamment forts, et une négligence dans l’attention portée à l’ancrage local du « mouvement national ». Après un passage au MPF de Philippe de Villiers (à partir de novembre 2005), Bompard a fini par se rapprocher de la mouvance du Bloc identitaire. Après que la « convention identitaire » - 600 participants de toute la France et d’autres pays européens – eut lieu dans « sa » ville, en octobre 2009, Bompard devint dirigeant d’un mini-parti, allié aux branches régionales de la mouvance identitaire. Il s’agit de la « Ligue du sud », dont le modèle officiel est la Ligue du Nord en Italie, un parti régionaliste et raciste implanté entre Milan et Venise.  Or, malgré la haine tenace de Jean-Marie Le Pen à son égard, Jacques Bompard s’est aujourd’hui rapproché de la direction du FN sous les ordres de Marine Le Pen. Cette dernière a même voulu le présenter comme candidat du « Rassemblement bleu marine », plan qui échoua principalement en raison de l’opposition de son père. Il faut, cependant, s’attendre à ce que Bompard et les deux députés FN à l’Assemblée nationale coopèrent à l’avenir, alors que tous les trois sièges parmi les parlementaires « non inscrits ».

Pour nous, antifascistes, il y aura lieu de suivre de près le comportement de ces députés, bien entendu sans leur faire une « publicité inutile ». Quelles mesures, « sociales », ou « antisociales » soutiendront-ils, proposeront-ils, refuseront-ils ? A n’en pas douter, l’extrême droite utilisera sa présence à l’Assemblée nationale pour élargir ses possibilités de communication. Or, les votes concrets de ses élus à l’Assemblée montreront aussi une partie de son visage.

Brochure 2015 :

« Lumière sur mairies brunes »
A commander dès maintenant !

Garder la mémoire… pour mieux combattre la progression de l’extrême droite dans les têtes et dans les urnes. Garder la mémoire… pour démontrer que le Front national n’a pas changé depuis 1972, qu’il est toujours un parti raciste, xénophobe, nationaliste et férocement hostile à l’action syndicale.
 

Composé par Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes (VISA), ce livre est une  «boîte à outils». On y trouve le récit détaillé des faits et méfaits du Front national et de ses alliés au terme d’une année d’exercice du pouvoir municipal dans les quinze villes qu’ils occupent depuis le printemps 2014.

 

Si depuis cette date, le FN ne transforme pas brutalement les villes conquises en laboratoires d'expérimentations fascistes, il n'en demeure pas moins que nombre de leurs délibérations sont marquées du sceau de la destruction des politiques sociales, du racisme, de la stigmatisation des étrangers et des populations d'origine immigrée et de la mise au pas des opposants.

 

Attaques frontales contre la culture, baisses drastiques des subventions aux associations non soumises, surarmement des policiers municipaux, noms de rues changés, appropriation et falsification de symboles ouvriers, fonctionnaires territoriaux mis sous pression, ségrégation dans l'attribution des logements sociaux... Tel est le quotidien dans les municipalités brunes dont ce livre dresse le catalogue accablant, mais indispensable, pour amplifier la riposte.

 

On peut également y découvrir les analyses et communiqués de VISA ainsi que les expressions syndicales (CGT, Solidaires, FSU, CFDT) et intersyndicales qui sont autant de coups de projecteurs sur les réponses à apporter aux incursions du FN sur le terrain social. La lecture de ce livre permettra à chacun-e, de contrer les discours haineux et la démagogie sociale de l’extrême droite.

 

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

 

Tarif dégressif : de 1 à 10 exemplaires : 5 €

de 11 à 100 ex : 4 €

à partir de 101 : 3 €

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.
Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fil d'informations RESF

06.02.2016 - 21:58
06.02.2016 - 21:58
Une femme nigériane et sa fille de 7 ans ont été enfermées au centre de rétention administrative de Saint Jacques de La Lande pendant 48 heures. Arrivées en France en avril dernier sous couvert d'un visa Shengen délivré par l'Italie Madame A et sa fille de 7 ans ont cru trouver refuge à Vannes où...
06.02.2016 - 16:06
06.02.2016 - 16:10
Avec Elsa Tyszler (Migreurop) et Anne Guisolia (RESF Laval), par téléphone Au sommaire : 1 - Intro et journal durée : 09'30'' ================== 2 - Laval, mobilisation au lycée Buron pour Knarik et ses parents Anne Guisolia, enseignante au Lycée Buron à Laval (Mayenne), jointe par téléphone, parle...
06.02.2016 - 16:36
Maison de quartier des Chapélies, Rue Jean Dumaitre, 19100 Brive-la-Gaillarde 05 55 88 28 69
06.02.2016 - 15:09
L'école Pajol, mentionnée dans les médias récemment parce que l'un des parents d'élèves a été menacé d'expulsion, est une école ouverte, soudée, qui créé du lien. Une école qui n'a rien avoir avec la plupart de celles qui peuplent le système éducatif français. L'actualité vous déprime, moi aussi :...
06.02.2016 - 14:28
« Elles sont en route pour revenir », informe l'une des participantes au rassemblement de soutien à Tofumi, 8 ans, et à sa maman, devant l'école Guyomard. C'est mardi, vers 20 h, que toutes deux ont été emmenées par des policiers à Rennes, en centre de rétention, alors qu'elles sont hébergées à...
06.02.2016 - 14:36
A l'école d'Orsel, dans le quartier des Abbesses, c'est l'immense joie. Contre toute attente, Mérabi Dugladze, le papa Géorgien du petit Géga, élève modèle de la moyenne section de cette maternelle, a été libéré après avoir arrêté en situation irrégulière, dimanche dernier. A l'école d'Orsel, dans...
06.02.2016 - 14:57
par Radia Sadani 12 000 migrants ont été passés au crible depuis septembre dernier. Et moins de 1 % se sont révélés des cas litigieux. Au final, rares sont les demandeurs d'asile liés au terrorisme. Un screening est opéré depuis 5 mois par les services de renseignements sur la base des listings...
05.02.2016 - 19:06

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

03.02.2016 - 12:14
28.01.2016 - 09:30
14.01.2016 - 13:11
12.01.2016 - 18:43
Depuis son octobre 2015 le nouveau CRA héberge régulièrement un LRA. Étrange puisque la justification usuelle de la création d'un LRA est l'absence d'espace dans le CRA... Premier semestre 2015 : arrêtés préfectoraux créés simultanément à Dzaoudzi dans les locaux de la PAF, de la gendarmerie et de...
gisti
07.02.2016 - 17:30
Les renvois d'étrangers en situation irrégulière dans leur pays d'origine ou dans un pays tiers – certains frappés par une interdiction, provisoire ou définitive, de retourner dans le pays qui les a expulsés –, ont été, à partir des années 1990, à l'origine d'un corpus de travaux sur le rôle des...
gisti
05.02.2016 - 22:28
Après avoir annoncé la constitutionnalisation puis la prorogation de l'état d'urgence, le gouvernement s'apprête à intégrer dans le droit commun certaines mesures jusque-là réservées à l'état d'urgence, à l'occasion d'un projet de loi renforçant la lutte contre le crime organisé. Nos libertés sont...
gisti
05.02.2016 - 15:27

COMMUNIQUE

Paris le 3 février 2015

Rassemblement des mal logés devant le siège de Paris Habitat Les mal logés...
dal
04.02.2016 - 17:33

Le 30 janvier 2016, malgré les intempéries, le nombre des manifestants a été évalué à 45000 avec 81 initiatives recensées sur toute la France!

A suivre vous trouverez des images...

dal
04.02.2016 - 17:05
À l'appel des collectifs « Nous ne céderons pas » et « STOP état d'urgence », des manifestations ont eu lieu samedi 30 janvier dans plus de 80 villes en France. Plus de 40 000 personnes, dont 20 000 à Paris, ont marché pacifiquement contre l'état d'urgence et les différents projets de loi qui le...
gisti
03.02.2016 - 19:46
La procédure d'asile, modifiée en 2015, reste compliquée et parfois difficilement compréhensible. Les fiches du Gisti ont pour but de fournir aux demandeurs et demandeuses d'asile et aux personnes qui les aident les informations nécessaires pour déposer une demande d'asile, faire valoir leurs...
gisti
03.02.2016 - 12:14
Fin 2015, l'impact de l'état d'urgence se mesurait essentiellement au niveau des prolongations du maintien de personnes par le JLD. L'état d'urgence est utilisé notamment pour justifier des prolongations JLD pour des ressortissants syriens ou palestiniens de Syrie. Si la majorité des Syriens et...
gisti
02.02.2016 - 17:50
Décision JLD Bobigny du 5 janvier 2016 1er janvier 2016, un Somalien arrive à Paris en provenance d'Istanbul. Extrait d'un compte-rendu des bénévoles de l'ANAFE : ALI Z M , somalien, prov Istanbul le 01/01/2016, MZA : 0001303, DA Mr X a été déchu de sa nationalité norvégienne qu'il avait acquis par...
gisti
02.02.2016 - 17:50
Les associations et organisations syndicales regroupées autour de l'appel « Nous ne céderons pas ! » et ayant lancé la pétition « Pour nous, c'est définitivement non ! » contre la réforme constitutionnelle appellent à manifester le samedi 30 janvier 2016 partout en France, et à Paris, à 14h30,...
gisti
30.01.2016 - 14:30
présenté à l'assemblée nationale le 23 décembre 2015 Article 1er Après l'article 36 de la Constitution, il est inséré un article 36-1 ainsi rédigé : « Art. 36-1. – L'état d'urgence est déclaré en conseil des ministres, sur tout ou partie du territoire de la République, soit en cas de péril imminent...
gisti
29.01.2016 - 16:10
La loi impose que l'autorité judiciaire, en l'occurrence le juge des libertés et de la détention, soit saisie pour autoriser ou non le maintien en rétention d'un étranger en vue de son éloignement. À cet égard, elle constitue un garde-fou contre l'arbitraire de l'administration, surtout dans un...
gisti
28.01.2016 - 12:05
La Constitution de 1958 ne contient quasiment pas de dispositions relatives au statut juridique des étrangers. Si bien que les juges constitutionnels ne s'intéressent à leur sort qu'à la faveur de l'examen a priori des lois ou lorsqu'une question prioritaire de constitutionnalité est soulevée dans...
gisti
28.01.2016 - 12:09
Bien qu'ils n'aient pas de documents les autorisant à travailler, les sans-papiers sont couramment employés par des sociétés qui méconnaissent leur situation administrative ou font mine de la méconnaître. Il arrive qu'ils soient en désaccord avec leur employeur, notamment en cas de rupture du...
gisti
28.01.2016 - 12:09
À l'échelle européenne, deux cours – La Cour de justice de l'Union européenne et la Cour européenne des droits de l'Homme – veillent au respect des droits fondamentaux par les États parties. La législation communautaire ne fait pas de distinction entre étrangers et ressortissants européens. Ce qui...
gisti
28.01.2016 - 12:12
L'administration haïtienne ne parvient pas à assurer un service d'état civil régulier. Cependant, pour les Haïtien·ne·s qui demandent un visa ou une autorisation de séjour, les autorités françaises accroissent leurs exigences concernant la production de pièces d'état civil. Elles suspectent...
gisti
28.01.2016 - 12:13
En 1980, les travailleurs agricoles saisonniers marocains du Loiret se mobilisent pour réclamer le droit au séjour et au travail permanent. Soutenus par la CGT, ils mènent une grève pendant près d'un mois et élargissent leur lutte aux conditions de travail. Intervention policière et arrestations...
gisti
28.01.2016 - 12:32
Session de 2 jours, le 28 janvier 2016 - [Autres Formations]
gisti
28.01.2016 - 09:30
Le texte du projet de loi de maîtrise de l'immigration ouvre une brèche dangereuse sur la levée du secret professionnel dans des secteurs essentiels de la vie citoyenne comme la santé, l'école, l'emploi et le social à travers ses articles 8, 22 et 25. Si le projet de loi initial allonge les durées...
gisti
20.01.2016 - 11:08
Hors de l'état d'urgence, l'assignation à résidence peut être prononcée par un juge à la place d'une peine de prison ou d'un placement en rétention. Avec l'été d'urgence, elle peut être prononcée par le ministre de l'intérieur à l'égard d'une personne s'"il existe des raisons sérieuses de penser...
gisti
19.01.2016 - 09:01

Deux mois après l’assaut, les victimes du 48 rue de la République à Saint-Denis attendent toujours du concret

Les habitants du 48 rue de la République à Saint-Denis ont...

dal
14.01.2016 - 19:29

Lancement du site www.stopetatdurgence.org, un outil afin de lutter pour:

- le respect de la liberté de manifester...

dal
14.01.2016 - 13:11
Intimidations policières et condamnations de militants à la suite de contrôles frontaliers permanents à la frontière franco-italienne à Vintimille Contexte Depuis le 11 juin 2015 des contrôles frontaliers permanents ont été mis en place à des points fixes de la frontière franco-italienne ciblant de...
gisti
14.01.2016 - 11:02
Des militants sans frontières À Calais Non, le mouvement No Border n'est pas responsable de l'augmentation de la tension dans le Calaisis, 17 novembre 2015 - communiqué interassociatif Ils incitent les migrants à des actes de violence ». « Ils profitent du désarroi et de la détresse des migrants,...
gisti
14.01.2016 - 11:27
Accompagnement de deux réfugiés à la gare d'Antibes Les faits Le 13 juillet 2015, C. accompagnait deux réfugiés en gare d'Antibes. Elle est interpellée puis placée en garde à vue et inculpée d'aide à l'entrée et au séjour d'étrangers. 18 décembre 2015 : Tribunal correctionnel de Grasse Condamnation...
gisti
14.01.2016 - 10:44
Objet : Observations sur les questions complémentaires posées au gouvernement et sur la communication des autorités françaises transmise au Comité des ministres du Conseil de l'Europe le 30/09/2015 et enregistrée sous la référence DH-DD(2015)1101 en ce qui concerne l'exécution de l'arrêt De Souza...
gisti
13.01.2016 - 13:27
gisti
12.01.2016 - 18:43

"droites extrêmes" Blog Le Monde

01.02.2016 - 11:20

Le lieu n'est pas encore connu, "pour éviter toute pression de groupes hostiles sur les responsables de l'établissement", est-il écrit dans Rivarol, mais la liste des invités, elle, commence à se faire jour. Le "grand banquet des amis de Rivarol", qui doit se tenir,...

01.02.2016 - 11:20

Petit parti, grandes manœuvres. Le Centre national des indépendants et paysans (CNIP) a beau jouir d'une notoriété toute relative et d'un réseau d'élus étique, ce dernier se trouve au cœur de tractations entre droite et extrême droite, alors qu'il doit élire - en théorie - son nouveau président...

29.01.2016 - 18:11

Manifestation fasciste en 2012 à Predappio en Italie, ville natale de Mussolini. TIZIANA FABI / AFP

Romanzo Criminale, Suburra, Les Noirs et les Rouges...

28.01.2016 - 10:01

L'hypothèse était sur la table depuis plusieurs semaines, elle s'est confirmée en cette rentrée 2016 : le nouveau conseiller régional d'Ile-de-France Jean-Lin Lacapelle intègre l'organigramme du Front national, au poste de secrétaire général adjoint. C'est en tout cas l'annonce qui a été faite,...

06.01.2016 - 19:54

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html