Aller au contenu principal

Syndicats britanniques : La montée de l'extrême droite - Construire une réponse syndicale

mar 12/01/2021 - 18:51
illustration

Le 3 décembre 2020, le Trades Union Congress, la confédération des syndicats britanniques, publiait une brochure « La montée de l'extrême droite - Construire une réponse syndicale » dont nous publions ci-après des extraits. Ce document en anglais est disponible à l’adresse suivante : https://www.tuc.org.uk/TheRiseoftheFarRight

 

Résister à l'extrême droite fait partie de l'ADN du mouvement syndical. De la bataille de Cable Street[1] et de la lutte contre le nazisme à la longue lutte pour vaincre l'apartheid, les syndicats ont une histoire remarquable de lutte contre la politique de la haine. Et comme l'extrême droite gagne en force et en influence à l'échelle mondiale, nous devons maintenant écrire un nouveau chapitre de cette histoire.

 

L'extrême droite n'a pas tardé à exploiter les échecs du néolibéralisme

 

Plus d'une décennie de crise, d'austérité et d'insécurité a fourni un terreau fertile pour l'idéologie d'extrême droite. L'extrême-droite est au pouvoir en Hongrie, en Pologne, en Turquie, au Brésil et en Colombie - et influente ailleurs. Et le trumpisme continue de vivre dans le cœur et l'esprit de plus de 70 millions d'électeurs américains.

Il est alarmant de constater que les idées d'extrême droite font désormais partie du courant politique dominant. Les récits de division, d'exclusion et de blâme ont entraîné la montée du racisme, du nativisme et du nationalisme. Cette normalisation de l'extrémisme pose un énorme défi à tous ceux qui croient en l'égalité, la justice et la tolérance. La montée de l'extrême droite est une question fondamentalement politique qui exige une réponse politique.

En tant que voix des travailleurs dans toute notre merveilleuse diversité, les syndicats ont une responsabilité particulière dans la détoxication du poison de l'extrême droite. Et ce nouveau rapport du Trades Union Congress, produit par nos amis de Trademark, expose la manière dont nous devons réagir.

Le rapport décrit des stratégies pratiques et efficaces pour lutter contre l'extrême droite sur nos lieux de travail et dans nos communautés. Il souligne la manière dont nous devrions utiliser notre fière tradition d'internationalisme pour organiser l'extrême droite à l'échelle mondiale. Et il souligne pourquoi nous avons besoin d'une réponse numérique intelligente à la présence menaçante de l'extrême droite en ligne et à l'utilisation judicieuse des nouvelles technologies. À chaque fois, nous devons veiller à ce que notre réponse soit fondée sur des preuves, en cartographiant l'infiltration de l'extrême droite sur nos lieux de travail et dans nos syndicats, aux côtés des principaux acteurs d'influence des réseaux d'extrême droite en ligne.

Comme le rapport l'indique clairement, nous devons également nous attaquer aux causes structurelles de l'extrémisme de droite. Notre modèle actuel de capitalisme de marché libre a laissé tomber les travailleurs au Royaume-Uni et ailleurs, faisant baisser les salaires, enrichissant une petite élite et libérant des niveaux d'inégalité insoutenables. C'est pourquoi les syndicats ont mené la campagne pour un un avenir économique plus juste, plus vert et plus équitable. Les arguments en faveur de notre alternative sont encore plus convaincants dans le contexte de la crise actuelle de Covid : lorsque cette crise sera terminée, il ne faudra pas revenir au statu quo.

En fin de compte, la meilleure façon de vaincre l'extrême droite est de fournir des emplois, des salaires, des droits, des services et des logements de qualité pour tous. Le fascisme a prospéré au milieu du désespoir de la dépression des années 1930 - et après avoir tant sacrifié pour le vaincre, les travailleurs ont obtenu de réels changements économiques après la guerre. Ce n'est que lorsque le consensus de l'après-guerre s'est effondré dans les années 1970 que l'idéologie d'extrême droite a de nouveau gagné du terrain.

Malgré l'avancée sobre de l'extrême droite aujourd'hui, ce rapport contient des nouvelles encourageantes pour les syndicalistes. Dans le monde entier, il existe de nombreux exemples de syndicats qui ont mené avec succès des coalitions progressistes contre l'extrême droite. Certains syndicats tirent également parti de leur puissance industrielle, en engageant les employeurs dans la lutte contre l'extrémisme. Et d'autres travaillent en étroite collaboration avec leurs homologues à l'étranger, là où les entreprises ont des sites dans leurs pays respectifs. Toutes les personnes impliquées - y compris les responsables internationaux - méritent un immense crédit pour ce travail innovant.

Le rapport souligne surtout l'importance de la solidarité et du pouvoir des travailleurs. En plus de sensibiliser à la menace de l'extrême droite, nous devons montrer que nos acquis de travailleurs se développent  et s'effondrent en même temps. Noir et Blanc, femmes et hommes, jeunes et vieux, les travailleurs sont toujours plus forts ensemble. Comme le dit à juste titre le vieil adage : le pouvoir existe dans le syndicat.

Lecture incontournable pour les syndicalistes, les militants antiracistes et les antifascistes, ce rapport est une ressource complète dans notre lutte contre l'extrême droite. En mettant l'accent sur des solutions pratiques, il montre comment nous pouvons faire une réelle différence sur nos lieux de travail, dans nos communautés et en ligne. En s'en tenant à nos valeurs d'unité, d'égalité et de solidarité, je suis convaincu que notre mouvement peut gagner cette bataille décisive.

 

Frances O'Grady, secrétaire générale du TUC

[…]

 

Construire notre action

 

Il existe peu d'informations sur la pénétration des organisations  sur les lieux de travail britanniques et sur l’adhésion de leurs membres aux syndicats. Un programme de recherche actuellement mené par la DGB offre un modèle méthodologique et des enseignements utiles pour entreprendre un exercice similaire au Royaume-Uni, qui peut ensuite servir de base aux stratégies syndicales. Il ne rentre pas dans le cadre de ce rapport d'entreprendre un examen complet des réponses syndicales à l'extrême droite au niveau international. Toutefois, il s'agit d'un travail important qui serait utile pour identifier les stratégies les plus efficaces actuellement employées et les réponses innovantes face à la menace en constante évolution de l'extrême droite.

Il pourrait être utile d'entreprendre une analyse plus large de la croissance de l'extrême droite au niveau international et de mettre en évidence d'autres études de cas importantes, par exemple en Asie, en Afrique et dans d'autres régions. […]

 

S'attaquer à l'extrême droite en ligne

 

Le rôle des médias sociaux et des grandes entreprises technologiques dans l'amplification des discours d'extrême droite exige une attention accrue de la part des syndicats, à la fois pour comprendre ce phénomène et pour formuler une réponse efficace, notamment en faisant pression pour une réglementation plus stricte. [..]

 

La réponse des syndicats

 

La question de savoir comment l'extrême droite va évoluer dans les mois et les années à venir est ouverte. Les conditions actuelles et la probabilité de crises récurrentes, plus profondes et plus intenses - économiques, politiques et écologiques - continueront à fournir un terrain fertile pour s'organiser. Il n'est pas exclu qu'une forme agressive d'autoritarisme une "nouvelle forme de politique réactionnaire de masse" prenne racine au milieu de ces crises. Beaucoup dépend de la réaction des syndicats, des mouvements sociaux et des partis politiques. Nous ne présentons ici que quelques exemples de réponses au racisme et à l'extrême droite qui ont impliqué, ou ont été menées par des syndicats dans différents pays. [..]

 

Au Royaume-Uni

 

Les syndicats sont l'un des piliers de l'activité antiraciste et antifasciste en Grande-Bretagne depuis des décennies, depuis les batailles contre les Chemises noires de Mosley dans les années 1930. Plus récemment, les syndicats ont mené la mobilisation contre le Front national dans les années 1970 et 1980. Cela explique en partie la nature faible et fragmentée de la droite néo-nazie en Grande-Bretagne aujourd'hui. Mais les syndicats ont une fois de plus été contraints de se mobiliser contre l'extrême droite, car celle-ci a refait surface sous différentes incarnations. Dans un effort pour refuser à l'extrême droite l'espace dans lequel elle peut s'organiser et propager ses vues, les syndicats britanniques ont initié ou soutenu un certain nombre de manifestations et de contre-manifestations ces dernières années. Cela a notamment donné lieu à un large soutien et à une activité de solidarité entre les syndicats en faveur du mouvement Black Lives Matter.

Reconnaissant la nécessité urgente de s'appuyer sur ce qui a déjà été fait, le TUC et ses affiliés ont travaillé à l'élaboration de nouvelles stratégies pour lutter contre le racisme et l'extrême droite. Par exemple, le TUC s'est engagé avec des partenaires internationaux sur la question de savoir comment s'organiser au mieux contre les forces et les récits d'extrême droite dans les lieux de travail, en vue d'élaborer un programme de travail commun sur une base transfrontalière. En outre, le TUC est en train de mettre au point de nouveaux cours de formation, dont l'un - Winning Workplace Unity - a déjà été dispensé dans quatre régions.

Le groupe de coordination syndicale (TUCG) a récemment publié un recueil qui attire l'attention sur divers aspects de l'activité syndicale visant à lutter contre le racisme et l'extrême droite. Parmi les initiatives mises en avant, citons les voyages de solidarité et d'éducation de la FBU dans les camps de réfugiés de Dunkerque et de Calais, au cours desquels des membres pompiers se sont rendus dans les camps avec des fournitures indispensables et ont rapporté les récits des réfugiés sur leur lieu de travail. La direction de la FBU a décidé d'étendre ce projet afin que son message d'internationalisme et de solidarité puisse être diffusé plus largement parmi ses membres. Il faut également souligner les efforts de campagne du RMT dans la lutte contre le racisme institutionnel et l'extrême droite, et son engagement à formuler une réponse syndicale incluant, en collaboration avec le TUC et d'autres, le développement d'une formation antifasciste.

Pour sa part, l'UEN a élaboré une charte antiraciste sur le lieu de travail qui sert de modèle de bonnes pratiques et de comportements pour les écoles en ce qui concerne le programme d'études et les pratiques en matière d'emploi. Le syndicat a également mis en ligne sur son site web des ressources pédagogiques élaborées par ses membres sur les réfugiés et les migrants. Les militants du NEU ont entre-temps travaillé sur des initiatives visant à "décoloniser" le programme d'enseignement, ce qui constitue une évolution importante non seulement en raison de son parti pris pro-impérialiste de longue date, mais aussi et surtout à la lumière du scandale Windrush, de l'affaire Black Lives Matter et des attaques des Tories contre les libertés académiques dans les écoles et les universités. Ce programme de décolonisation vise à : relier les désavantages racialisés contemporains aux processus historiques plus larges du colonialisme ; rendre ce que les enseignants enseignent et la façon dont ils l'enseignent plus sensible aux problèmes des privilèges et de la discrimination coloniale et racialisée ; [..]

Unite a lancé une campagne « L'unité au-dessus de la division », pour permettre un débat direct avec ses membres. Le travail d'Unite comprend un processus de renforcement des compétences et de la confiance des militants pour défier les discours d'extrême droite sur le lieu de travail et dans la communauté en engageant des conversations qui peuvent être difficiles, ce qui est très conforme à la stratégie de la "porte ouverte" poursuivie par certains syndicats allemands. Au moment de la rédaction du présent document, Unite a organisé une série de grands événements de type atelier avec des travailleurs de tout le Royaume-Uni, en plus d'événements de formation d'une journée plus localisés. Le syndicat a formé l'ensemble de ses 100 formateurs dans les régions, en développant de nouvelles ressources pour les programmes de formation de base des délégués syndicaux, et a formé 100 autres animateurs en Irlande à avoir des conversations difficiles dans leurs communautés en réponse à une augmentation des activités d'extrême droite. Pendant le confinement, Unite s'est engagé avec des entreprises privées et des conseils locaux pour dispenser une éducation antiraciste, en obtenant le soutien des employeurs pour la charte du syndicat « Unity Over Division ».

Il est important d'ajouter qu'une campagne politique réussie contre le racisme et l'extrême droite a toujours été liée à des campagnes visant à construire une solidarité de classe. Rien qu'au cours des deux dernières années, il y a eu plusieurs conflits à grande échelle touchant des secteurs qui sont essentiels au maintien de nos communautés et qui comptent une forte proportion de BME [black and minority ethnic] et de travailleurs migrants.

Ce sont ces types d'actions qui servent à renforcer les liens entre l'industrie, la politique et la communauté. En outre, la pandémie a suscité une réévaluation de ce qui constitue un travail essentiel et de la manière dont il devrait être valorisé, financièrement et sociétalement. Les propositions du gouvernement conservateur concernant de nouvelles restrictions à l'immigration après Brexit laisseront nombre de ces travailleurs, déjà mal payés et précaires, face à des difficultés encore plus grandes. […]

 

 

Conclusion : Une menace résistible

 

 

La menace de l'extrême droite est aujourd'hui puissante, notamment en raison de sa force électorale et extra-parlementaire. Les partis électoraux d'extrême droite ont gagné du terrain parallèlement à la mobilisation des extrémistes de droite dans la rue. Ils sont au Parlement et ont pris le pouvoir, non seulement au niveau local ou régional, mais aussi au niveau national. Nous avons vu comment l'autoritarisme et les idéologies d'extrême droite ne sont pas incompatibles avec le néolibéralisme ; au contraire, ces régimes se situent à l'extrémité d'un continuum, un continuum qui lui-même évolue dans une direction plus autoritaire et plus radicale de la droite. Le courant politique dominant a de plus en plus adopté des discours et des pratiques d'extrême droite, tandis que les partis, les mouvements et les régimes d'extrême droite eux-mêmes ont également montré des tendances à la radicalisation dans certaines conditions. C'est cette diffusion des idées, des discours et des pratiques d'extrême droite qui constitue un tel défi. L'extrême-droite d'aujourd'hui est également transnationale, ce qui a un effet catalyseur sur sa capacité à se développer et à se radicaliser. L'extrême droite contemporaine a également fait preuve de flexibilité tactique, de pragmatisme idéologique et d'un certain degré de sophistication dans ses méthodes d'organisation et de communication préférées. À cela s'ajoute l'écosystème complexe des médias, réseaux et groupes transnationaux d'extrême droite, qui ont attiré un grand nombre de personnes dans de dangereux "trous de lapin" et ont introduit des récits d'extrême droite dans le discours public.

Et pourtant, l'extrême droite n'a pas les réponses aux multiples crises auxquelles nous sommes confrontés. Les exemples de résistance réussie dans le monde entier contiennent des leçons utiles pour nous tous. Les syndicats, le plus grand mouvement social de la planète, sont les mieux placés pour relever ce défi de front en s'articulant et en s'organisant autour d'une vision d'avenir pleine d'espoir.

 

Si la gauche ne parvient pas à apporter des solutions rationnelles et progressistes aux crises sociales et économiques croissantes, la droite saisira l'occasion avec des « solutions » irrationnelles et réactionnaires à ces crises. (Daniel Singer)

[1][La bataille de Cable Street s'est déroulée le 4 octobre 1936 autour de Cable Street, une rue de l'East End, dans la banlieue de Londres. Un violent affrontement s’est alors produit entre 7 000 militants de la British Union of Fascists, appelés « chemises noires », qui avaient décidé d'organiser une manifestation dans un quartier à forte population juive, et 100 000 antifascistes, regroupant des militants communistes, anarchistes, d'organisations juives et des nationalistes irlandais de gauche. NdT.

 

VISA remercie Patrick Le Tréhondat, des éditions Syllepse, pour la traduction de ce texte

 

 

[1] La bataille de Cable Street s'est déroulée le 4 octobre 1936 autour de Cable Street, une rue de l'East End, dans la banlieue de Londres. Un violent affrontement s’est alors produit entre 7 000 militants de la British Union of Fascists, appelés « chemises noires », qui avaient décidé d'organiser une manifestation dans un quartier à forte population juive, et 100 000 antifascistes, regroupant des militants communistes, anarchistes, d'organisations juives et des nationalistes irlandais de gauche. NdT.