Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...
Appel unitaire "Fermons l'Arcadia, local fasciste à Strasbourg" Deuxième manifestation le 20 janvier 2018 L’Arcadia, local/bar du mouvement néo-fasciste "Bastion Social" qui a officiellement succédé au GUD, a été inauguré à Strasbourg le 9 décembre. Le même jour, une manifestation forte de 400 personnes avait alors défilé dans les rues de la capitale alsacienne pour refuser l’implantation de ce local. Nous soulignions alors qu’en prétendant lutter contre la misère sociale, les fascistes entendaient surtout disposer d’un QG pour la préparation d’agressions.    Et nous avions malheureusement raison : le soir même de l’inauguration, un jeune homme d’origine algérienne a été violemment agressé par un groupe de vingt personnes. Deux ont été arrêtées et jugées : l’une d’elle, Thomas Beauffet, une figure de premier plan du Bastion Social à Strasbourg, a été condamné à huit mois de prison ferme.  En...
  Communiqué de la fédération Solidaires étudiant-e-s, émanant de sa commission Antipatriarcat, au sujet du harcèlement ciblé dont sont victimes depuis 2 jours des militantEs féministes et antiracistes.   Depuis le matin du 8 janvier 2018, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) la page "Memes royalistes" une page d’extrême droite a annoncé "faire des révélations sur l’UNEF", et a publié des captures d’écrans de tweets de militantEs (femmes racisées) de l’UNEF, en citant leurs noms prénoms et pseudo, incitant de ce fait a un harcèlement ciblé sur ces personnes. Depuis, plusieurs autres camarades de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s ont également fait les frais de cette abjecte méthode militante d’intimidation.   Les propos cités étaient à chaque fois des tweets dénonçant des oppressions qu’elles subissaient et qui ont été qualifiés par des individus, en majorité d’extrême droite, et certains...
Vous pouvez signer la pétition en ligne par ici. Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds Monsieur le Président de la République   Nous sollicitons votre intervention pour empêcher  qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.           Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des...
Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA   La conférence de presse qui a suivi la rencontre des chefs d’État français et turc a permis de mettre en lumière les manipulations de l’opinion publique par les détenteurs du pouvoir politique à Ankara afin de parvenir à l’instauration d’un régime autoritaire.   Les purges et les licenciements massifs de salariés et de fonctionnaires, les violations quotidiennes des droits fondamentaux de l’Homme continuent sans relâche en Turquie. L’état d’urgence, en vigueur depuis dix-sept mois dans tout le pays, était l’opportunité pour le président Erdogan de promulguer 30 décrets-lois en contradiction, tant sur la forme que sur le fond, avec la Constitution turque.   Dernier en date, un décret-loi du 24 décembre, a entraîné le limogeage de plus de 2 700 personnes. Toutes sont accusées soit d’appartenir, soit d’être liées à des organisations «...
NON A L’OUVERTURE D’UN LOCAL FASCISTE A CHAMBERY !   Le mouvement néo-nazi « Bastion Social », anciennement Edelweiss Pays de Savoie, inaugurera son local "l’Edelweiss", situé entre le 169 et le 187 Avenue de Lyon à Chambéry, le 3 février prochain.   Ne voulant plus se limiter à être un "club de ratonnade", les fascistes savoyards tentent de se reconvertir dans la "solidarité" entre "bon français" blancs.   Sous couvert de récupérer la lutte contre la misère sociale et le mal- logement, les fascistes entendent surtout disposer d’un lieu pour la préparation d’agressions. Devons-nous rappeler les violences d’extrême droite quasi quotidiennes dans le Vieux Lyon, l’attaque violente sur un concert militant le 20 octobre dernier à Chambéry (par les mêmes personnes qui ouvrent ce lieu), ou encore l’agression raciste LE SOIR MÊME de l’ouverture d’un local du «...
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire   Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais "Ile de France Mobilités") [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).   Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les...
L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux   Ni nulle part ailleurs !    L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.  C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte. Leurs ambitions politiques sont en totale opposition avec nos valeurs, notre aspiration de transformation sociale, nos combats syndicaux pour une société plus juste, plus solidaire, accueillante et fraternelle.  Toutes ces organisations ne font...
Une manifestation, regroupant largement des organisations syndicales, des associations et collectifs, ansi que des partis politiques, se tiendra à Lyon le 26 mai 2018 à 14h30, place des terreaux. Les organisations signataires appellent à amplifier la mobilisation populaire contre le Bastion social et l'extrême droite en général qui sévit sur la ville.  

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Lumière sur mairies brunes - La chronique trimestrielle de VISA N° 4 - Juillet 2015

Au cours de la période allant de fin mars à fin juin 2015, plusieurs maires d’extrême droite élus en mars 2014 ont pu conserver leur mandat alors qu’ils risquaient de le perdre.
C’est le cas du maire FN de Hayange, Fabien Engelmann. Celui-ci avait été sanctionné, le 19 décembre 2014, par une peine d’inéligibilité d’un an, suite à des irrégularités financières lors de sa campagne électorale. Déclaré inéligible, il risquait de perdre son mandat ce qui aurait obligé le conseil municipal à élire un(e) successeur(e) en son sein. Or, le 17 juin 2015, le Conseil d’Etat a permis à Engelmann de conserver son fauteuil, estimant que le montant des dépenses litigieuses était « tout de même demeuré limité » (1 575 € de frais de campagne). Engelmann peut donc continuer de diriger Hayange.

Le mois précédent, une autre décision du Conseil d'Etat confortait dans son mandat le maire FN de Villers-Cotterêts, Franck Briffaut. Deux citoyens de la ville avaient contesté son élection, en faisant valoir que celui-ci n’habitait pas régulièrement dans la ville. En avril 2015, le rapporteur public auprès du Conseil d’Etat plaidait en ce sens : la chambre de 15 m2 louée par le maire ne constituait pas un domicile au sens juridique du terme. Mais le mois suivant, l’arrêt du Conseil d’Etat a tranché en sens inverse.

 

Election, réélection

La question de la conservation du mandat était surtout posée pour le maire du Pontet, Joris Hébrard. Ce dernier devait se présenter à nouveau devant les électeurs et électrices en raison de l’annulation par la Justice de son élection. Le Conseil d’Etat avait confirmé la position du tribunal, en premier ressort, le 25 février 2015 : dix-sept signatures d’électeurs présentaient des différences significatives entre le premier et le second tour. On aurait pu s’attendre à ce que les choses se compliquent en raison des premières décisions politiques de Joris Hébard (augmentation de son indemnité de 44 % avant censure par le préfet du Vaucluse, fin de la gratuité des cantines scolaires pour les familles les plus pauvres, etc.). Et pourtant, Hébrard a été réélu le 31 mai 2015, dès le premier tour, sa liste obtenant 59,43 % des voix. La division de l’opposition « institutionnelle » municipale, entre une liste sans étiquette mais soutenue par le PS (28 %) et une liste de droite (12,57 %), l’aura probablement aidé. 

Toutefois, la leçon, amère, de ce scrutin réside dans le constat que la base sociale et politique du FN ne s’est pas érodée, et ce malgré les choix opérés, y compris du point de vue de l'électorat frontiste (l'augmentation de l'indemnité n'est pas à proprement parler une gestion stricte et désintéressée des deniers publics, et ne colle pas non plus au discours « anti-corruption  de la classe politique » de l’extrême droite). 
La participation au vote a certes baissé au Pontet, passant de 65,03 % en mars 2014 à 60,85 % en mai 2015, mais ce recul ne peut à lui seul expliquer la victoire de nouveau accordée au candidat FN. Il faudra surtout retenir que ce sont les politiques à l’échelle nationale, décevant de larges couches de la population en matière économique et sociale, qui polarisent l’attention, alors que le parti d’extrême droite n’en porte aujourd’hui aucune responsabilité. Il apparaît ainsi comme une « alternative qu’il faudra tester » à bon nombre d’électeurs et électrices, alors même qu’il a commencé à montrer son vrai visage, au plan local.
Les élections départementales de mars 2015 avaient, déjà, été l’occasion de démontrer que le socle électoral du FN ne s’est généralement pas érodé, dans les villes gérées par un élu frontiste, en tout cas jusqu’ici. Dans les onze municipalités dont il est à la tête (ou leurs cantons respectifs), le FN a ainsi réussi à faire élire neuf ‘binômes’ aux récentes départementales. Le parti d’extrême droite a ainsi gagné tous les trois cantons de Béziers, les deux cantons d’Hénin-Beaumont (avec respectivement 65,21 % et 61,78 % des voix exprimées), ou encore les cantons dans lesquels sont situées les villes de Beaucaire et du Pontet. Franck Briffaut, maire FN de Villers-Cotterêts, a également gagné le canton dans lequel il se présentait.
Cependant les ‘binômes’ du FN ont perdu à Mantes-la-Ville – son maire, Cyril Nauth, n’étant majoritaire ni dans la ville ni dans son canton -, à Hayange, ou encore à Marseille-IV, canton dans lequel est située la mairie de Stéphane Ravier dans le 7e secteur de Marseille. Au Luc (Var), le binôme du FN a perdu au niveau du canton contre la droite  ; mais malheureusement, sur la ville elle-même, le FN a pu récolter 52,78 % des voix (contre 42,02 % aux dernières municipales). Le bilan électoral du FN est ainsi contrasté, bien qu’il sorte souvent vainqueur dans les communes qu’il administre, à partir des résultats des dernières départementales.
Il convient de souligner que, le 29 juin dernier, Joris Hébrard a été élu à la vice-présidence du Conseil d’agglomération du Grand Avignon. Ce sont surtout les élus d'agglomération de la droite (UMP/Les Républicains) qui ont voté pour lui, lors de ce scrutin à bulletin scrutin. Mais avec les seules voix de droite, Hébrard n’aurait obtenu que 29 voix  ; or, il en a obtenu 32. Il apparaît que certains élus PS voire PC lui ont visiblement apporté leur vote, au nom du respect d’un accord local de 2014 selon lequel toutes les communes devaient être représentées au conseil d’agglomération par leur maire respectif. Les partis de gauche ont dénoncé cet accord …mais pas tous leurs élus. Le maire PCF de Sauveterre, par exemple, a revendiqué « avoir respecté cet accord »

 

Actes idéologiques

Si une mairie a des pouvoirs limités, un maire FN peut néanmoins utiliser sa position locale pour faire avancer le programme de son parti. Un premier moyen consiste à prendre des décisions d’ordre symbolique, mais à forte connotation idéologique, censée agir sur l’opinion publique, la polariser ou la mobiliser.
Ainsi, un premier axe concerne une certaine vision de l’Histoire qu’il s’agit de faire partager. Une place de choix revient,  dans la logique du FN, à tout ce qui tourne autour de l’  « Algérie français ». Comme annoncé précédemment dans nos chroniques, la mairie de Béziers a, par exemple, le 14 mars dernier, débaptisé la rue « du 19 mars 1962 », date d’entrée en vigueur du cessez-le-feu en Algérie, selon les Accords d’Evian, pour la renommer « rue Hélie Denoix de Saint-Marc », du nom du commandant militaire qui avait participé au putsch des généraux d’Alger, en avril 1961.
A Fréjus, le 16 mai 2015, c’est une stèle à la gloire de «  tous ceux qui sont tombés pour que vive la France en Algérie  (sic) » et aux « Français d’Algérie, 1830 – 1962 » qui a été inaugurée par le maire, David Rachline, entouré du Conseil municipal. 300 personnes ont assisté à cette cérémonie.
A son tour, le maire FN de Beaucaire a lui aussi annoncé, le 19 mars dernier, qu’il débaptisera une « rue du 19 mars 1962 » dans sa ville, dans un proche avenir (ce qui n’a pas encore été fait).
Plusieurs des maires FN ont d’ailleurs boycotté les cérémonies officielles organisées le 19 mars 2015  dans toutes les villes pour commémorer la fin de cette guerre. A Béziers, ce jour-là, les drapeaux ont été mis en berne. A Cogolin, le maire, Jean-Etienne Lansade a choisi de sécher la cérémonie officielle tout comme le maire de Mantes-la-Ville, Cyril Nauth, et tous les élus de sa majorité municipale. Dans certains cas, ce comportement a cependant provoqué la colère d’anciens combattants de la ville, comme à Mantes-la-Ville  et à Beaucaire, où ceux-ci ont choisi de tourner le dos au maire suite à l’annonce du changement du nom de rue. Notons qu’un maire UMP, celui de Perpignan, Jean-Marc Pujol, a également opté pour un boycott de la cérémonie du 19 mars 2015 …
Mais le parti d’extrême droite n’aime pas toujours parler d’Histoire, surtout quand celle-ci ne colle pas à sa vision axée sur la « gloire » nationale. Une fois de plus, la mairie de Villers-Cotterêts a refusé de célébrer l’abolition, définitive depuis mai 1848,  de l’esclavage en France, lors de la journée nationale du 10 mai. Dans cette ville du  général Thomas Alexandre Dumas, premier général noir de l’armée française et né esclave, les commémorations, avant l'arrivée du FN, avaient une symbolique particulière. Briffaut n’a pas accordé le concours de la mairie pour une commémoration officielle, au nom du refus « d’une auto-culpabilisation permanente en France » (selon un propos cité par le «  Courrier picard  » du 10/05/15). Un collectif de Villers-Cotterêts, composé d’associations, de syndicats et de partis politiques a, en revanche, organisé une cérémonie, doublée d’une « marche contre la haine et le racisme » et suivie d’un pique-nique citoyen, comme en 2014. 
A Hénin-Beaumont, c’est l’anniversaire du 8 mai 1945 qui a servi de prétexte à la diffusion d’un message idéologique destiné à brouiller les repères. Le numéro de juin 2015 du bulletin municipal résume ainsi les propos de Steeve Briois  : « Remontant le cours de l’Histoire, il [Briois] a ensuite pointé 'le fondement des régimes nazis et communiste qui ont décimé des nations et des peuples entiers' (… ) ». Alors que selon des témoins que VISA a pu rencontrer, Briois affichait des sympathies pro-nazies au cours de son adolescence, il s’agit avant tout d’incriminer « le communisme  ».
Dans le même style, le maire du 7e secteur de Marseille, Stéphane Ravier, a clamé en plein conseil municipal, début avril 2015  : « J’espère que viendra le temps d’un Nuremberg du communisme  !  ».
A Béziers, le 16 juin, le maire, Robert Ménard, a tenu à recevoir en mairie, et de façon médiatisée, Ludovine de la Rochère, catholique ‘ultra’ et présidente du mouvement «  La Manif pour tous  », mouvement opposé à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels.

 

Racisme et discrimination

La discrimination, officiellement baptisée « préférence nationale » (ou, récemment, aussi « priorité nationale ») par le FN, fait partie structurante de son discours et de son programme. Pour mémoire, certaines mairies d’extrême droite avaient déjà revendiqué son application (celle de Vitrolles en 1998 en matière de « prime de naissance »). Par une politique de rupture ostensiblement mise en œuvre, il fallait montrer aux Français que les lois existantes étaient mauvaises, qu’il fallait donc élire des députés FN, etc. Or, pour l’instant, le FN s’inscrit moins clairement dans une telle stratégie d’affrontement, dans la gestion de « ses » communes … à l’exception, peut-être, de Robert Ménard à Béziers.
Le 4 mai 2015, celui-ci, dans une émission de télévision, a publiquement affirmé qu'« il y a 64,6 % d'élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers ». Ménard prétendait alors que la mairie disposait de ses propres statistiques en la matière, et qu’il était facile de déduire l’appartenance confessionnelle des enfants « grâce aux noms et prénoms ». La réaction n’a pas tardé, puisque la mairie a été perquisitionnée par la police judiciaire le jour suivant. Peut-être surpris par l’ampleur de cette réaction (mais peut-être pas), Ménard a alors fait mine de rétropédaler, déclarant au lendemain de cette perquisition : « Personne n’a fiché et ne fichera jamais les enfants de Béziers » ajoutant que la mairie, même si elle le voulait, « n’en a d’ailleurs pas les moyens ». Cette annonce tonitruante n’a servi qu’à déclencher et alimenter une campagne idéologique. En attendant, le parquet de Béziers, saisie d’une enquête pénale, a classé ce dossier sans suite, faute d'éléments probants, le 2 juillet dernier. Cela n’a pas empêché ce même Ménard d’écrire aux députés à l’Assemblée nationale, leur réclamant la légalisation de statistiques à caractère ethno-confessionnel.
Le FN développe, au travers des propos de ses cadres, une stratégie de communication tendant à démontrer sa capacité à « dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas ». 

C’est le cas avec Stéphane Ravier, maire du 7e secteur de Marseille. Pour justifier, lors d’un conseil municipal en avril dernier, son refus de la construction de nouveaux logements sociaux, il affirme : « Tant que cette politique-là sera mise en œuvre, en plus de la préférence étrangère de fait, (…) ce sera non pour nous ». Rappelons que ce même Stéphane Ravier, a fait sienne publiquement, et à plusieurs reprises en 2014, la notion très contestée de « grand remplacement ». Dans un film documentaire diffusé fin avril 2015, par France 3, montrant entre autres des propos tenus par Ravier lors d’un conseil d’arrondissement et alors qu’il se savait filmé, on entend à nouveau ce maire évoquer le « grand remplacement », ou encore un prétendu « problème économique, social et identitaire » qui serait posé par l’immigration. Ravier conclut d’ailleurs un échange avec ces mots : « Ce n’est pas trop mon vocabulaire, ça, le 'bien vivre ensemble'… Je t’en foutrai, du ‘vivre-ensemble’  !  »
A Beaucaire, le maire Julien Sanchez a entamé une politique de «  nettoyage  » (selon les mots des victimes de cette démarche) du marché de la ville. Comme son homologue de Cogolin, il souhaite écarter des commerçants dont bon nombre sont d’origine maghrébine, pour faire un « marché provençal » ! Des emplacements d’étals ont été supprimés, sans qu’aucune alternative n’ait été proposée aux commerçants concernés. Nombre d’entre eux ont aussi été écartés sous divers prétextes,  et la place est automatiquement perdue au troisième « avertissement ». La mairie a aussi supprimé 170 emplacements à la foire annuelle qui se tient à Beaucaire (depuis 1217 !), dans le même objectif. Le 23 mars 2015, un certain nombre de forains ont, en conséquence, manifesté et bloqué les entrées de la ville avec leurs camions, en proclamant sur des banderoles  : « Non à la discrimination  !  »
A Mantes-la-Ville, l’enjeu idéologique pour la mairie consiste surtout à empêcher l’installation d’une salle de prière musulmane dans le quartier des Merisiers. Autorisée par l’ancienne équipe municipale, celle-ci fait l’objet de toutes sortes de tentatives de blocage par la nouvelle municipalité. (Cf. sur le site de VISA la partie 3 de nos chroniques.)

Le maire, Cyril Nauth, avait cru trouver le moyen de bloquer le projet en séchant le rendez-vous au cours duquel la transaction portant sur la salle devait être définitivement conclue. Mais la Communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (CAMY), dont relève Mantes-la-Ville, a pris de court la municipalité et a, elle-même, autorisé la vente de la salle, le 19 mai 2015. Le lendemain, en réponse à cette autorisation, le maire annonçait à l’AFP que la municipalité allait exercer son droit de préemption, pour un motif d’intérêt général, et installer la police municipale dans les murs. L’association musulmane concernée, de son côté, a qualifié cette dernière sortie du de Cyril Nauth d’initiative « de dernière minute  » et d’«  abus de pouvoir manifeste ». Le projet du maire a été soumis aux conseillers municipaux, le 29 juin 2015.
Depuis la fin juin 2015 est apparu un mystérieux collectif appelé « Agir pour Mantes ». Il s’oppose au projet de salle de prière et distribue des tracts hostiles à ce projet. Ce collectif prétend être indépendant de la mairie, mais il pourrait bien y exister quelques liens…  même si « Le Parisien » suggère, dans son édition du 28 juin, plutôt un rapprochement entre ce collectif et la mouvance des Identitaires.

 

Actes d’autoritarisme

A Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), la municipalité avait d’abord semblé avancer avec prudence. Elle se savait particulièrement observée (fief électoral de Marine le Pen, prix de l'élu local de l'année décerné à Steeve Briois et «  laboratoire  » du « nouveau » Front National).

Néanmoins, la prudence semble maintenant appartenir au passé.   Le " climat municipal vire à l’orage », constate un journaliste du  « Monde » dans un article publié le 6 juin. Une tribune de l’opposition municipale (PS, EE-LV et PCF) avait ainsi été refusée par le bulletin municipal. Depuis que cette opposition a épinglé la forte augmentation des « frais de réception et de déplacement » sous la nouvelle équipe (+ 135 000 €, l’appétit est grand  !), les rapports se sont tendus. Le maire a publiquement traité des membres d’opposition de « manchots », d’  « hystériques » et d’«  irrespectueux ». Un des six élus de l’opposition municipale, le conseiller communiste David Noël, ‘collectionne’ involontairement les plaintes pour diffamation de la part de la municipalité frontiste. Il commente ainsi le harcèlement judiciaire dont il fait l’objet  : « Ils veulent faire taire les opposants et faire payer les partis. ». En mars 2015, cet élu avait, par exemple, relayé sur son blog, l’information concernant une enquête ouverte au Parlement européen contre une vingtaine d’assistants parlementaires du FN… dont Bruno Bilde, soupçonnés de fraude par l’administration européenne.
A Béziers, Robert Ménard est, lui, carrément passé à l’insulte à l’encontre de journalistes. Le maire, apparenté FN a attaqué à plusieurs reprises le quotidien régional « Midi Libre », faisant même placarder sur ‘son’ bulletin municipal en pleine page: « Midi Libre ment ! Midi Libre ment ! » Afin d’apaiser les tensions, le Club de la presse – dont Ménard - qui avait jadis présidé l’association « Reporters sans frontières » avant de basculer vers l’extrême droite, fut l’un des fondateurs – avait nommé deux journalistes en « médiateurs ». Or, leur visite chez le maire s’est soldé par un long monologue de celui-ci (s’achevant par  : « Vous n’aurez plus le droit à la parole ! »), ponctué d’injures.
A Hayange, les opposants au maire Fabien Engelmann sont « perçus comme anti-démocrates », ainsi que le constate « Libération » à la date du 16 avril 2015, puisqu’une partie de la société locale pense qu’il faudrait « le laisser travailler » et, dans la mesure du possible, faire ses preuves. Le maire FN lui-même joue à fond sur ce registre, accusant « une opposition qui scrute le moindre point-virgule » et des « brailleurs professionnels ».
A Marseille, dans la mairie des 13ème et 14ème arrondissements, l’équipe municipale de Stéphane Ravier a maille à partir avec les parents et enseignant-e-s de l’école de la Busserine depuis le début d’année 2015. Les interpellations des enseignants et des parents d’élèves sont pourtant légitimes : l’atelier théâtre a été suspendu jusqu’en février 2015 du fait de l’action de la mairie de secteur. Les travaux d’installation de la nouvelle école ont aussi donné lieu à mobilisation en janvier 2015 : parents et enseignants avaient refusé la venue des élu-e-s FN, qui avaient voté contre les budgets permettant la réhabilitation. Le conseil d’école du 12 mars a dû être suspendu du fait de menaces individuelles d’un élu à l’encontre d’un enseignant et du directeur. Stéphane Ravier est allé même jusqu’à déclarer vouloir éradiquer les « métastases rouges  des quartiers ».
A Cogolin, les directeurs et directrices sont soumis de la part du maire à des pressions régulières sur la gestion de la vie scolaire (gestion des conflits entre parents par une réunion incluant le maire, amendements sur le règlement intérieur de l’école, etc.). Cette volonté du maire s’accentue depuis le second trimestre 2015.

 

Les municipalités FN, en position d'employeur

Le parti est aussi aux affaires pour gérer les carrières, rémunérations et conditions de travail de centaines d'employés municipaux. Comme nous l'avons constaté dans de précédentes chroniques, la violence anti-syndicale des élus FN n'a d'égale que la régression ou la stagnation sociale qu'ils imposent aux employés-e-s municipaux.
Le maire FN de Beaucaire s’en est pris avec une certaine violence verbale à des militant-e-s de la CGT. Alors que des syndicalistes enseignant-e-s du Lycée Paul-Langevin de Beaucaire avaient refusé de serrer la main du maire (se contentant de lui dire bonjour), en signe de protestation contre sa présence, le 17 juin 2015 au Conseil d’administration, le chef de la municipalité était sorti de ses gonds. Parlant à  la presse (« Le Figaro » et « Midi Libre »), il avait attaqué « quelques syndicalistes sans éducation, privilégiés, aigris et sectaires, dont le comportement n’a rien à envier à celui de racailles ».
En réponse, la CGT a porté plainte pour diffamation et injure publique. Le 25 juin 2015, l’audience s’est tenue au Tribunal correctionnel de Nîmes dans un climat tendu, mais avec une belle mobilisation syndicale. Le jugement a été mis en délibéré au 22 septembre prochain.
A Hayange, Fabien Engelmann a instauré un système de gestion clientéliste des contrats précaires, qui a conduit à une grève des agents d’accueil de la petite enfance, mi-mai 2015. L’élément déclencheur de cette grève a été le non renouvellement du contrat précaire d’une auxiliaire de puériculture, en poste depuis quatre ans, âgée de 55 ans et employée en contrats précaires depuis toute sa vie. Le maire a déclaré à ce propos  : «  Il n’y aura pas de nouvelle embauche mais nous continuerons à travailler avec des contrats aidés ». Cette salariée résidant à Knutange, une commune proche d’Hayange, Engelmann a ainsi justifié sa décision : « Compte tenu du nombre de chômeurs hayangeois, nous avons décidé de donner sa chance à une autre personne, de Hayange ». La salariée en départ forcé se prénomme Rachida, alors que la remplaçante pressentie était… une militante du FNJ (Front national de la jeunesse), réputée proche du maire et embauchée sans entretien avec la directrice de la structure.

Les salarié-e-s ainsi que les parents, révolté-e-s par cette décision, ont créé un « Collectif hayangeois pour le bien-être des doudous » (la structure en question s’appelant « la Maison des doudous »). Les collègues de Rachida ont déposé un préavis de grève, fin avril 2015. Le 11 mai, le maire décide de fermer la structure dès le lendemain, préférant ainsi une sorte de lock-out. Le 13 juin, le collectif a appelé à une manifestation en ville, devant la mairie, pour réclamer « la réintégration de Rachida et la titularisation des précaires ». Vue la détèrmination des salarié-e-s, la remplaçante pressentie a d’ailleurs préféré ne pas venir travailler (mais a été recasée par le maire dans une école de la ville). Mais Rachida, forcée de quitter son emploi le 20 mai dernier, n’est toujours pas réintégrée.
A Hénin-Beaumont, les grandes coupes dans les "frais de personnel" n’ont pas encore commencé. Au bilan de 2014 (année dont une partie s’est déroulée sous l’ancienne équipe), on constate une augmentation de la masse salariale de l’ordre de 5 %, due à des hausses mécaniques (ancienneté et avancement en grade). Cependant, le maire, cité par « La Voix du Nord » du 22 juin 2015, annonce la couleur pour le proche avenir  : « Il y a des augmentations mécaniques, mais on devrait y voir plus clair dans deux – trois ans, en n’ayant pas remplacé les départs d’agents non productifs ». Tout en triomphant d'ores et déjà  : «  Quant aux embauches 2014, il n’y en a eu que 13, pour 24 départs  !  » 
A Béziers, «  le dialogue avec les syndicats devient difficile à la mairie  », selon ce que constate le quotidien « Midi Libre  ». Le 5 mai 2015, le Directeur général des services (DGS) avait lancé l’offensive contre les organisations syndicales, en déclarant sur un ton menaçant  :  « Il est fini, le temps où les syndicats ouvrent les portes de la DRH à coups de pied. (…) Nous avons, nous aussi, les moyens de durcir le dialogue social, nous espérons ne pas les avoir à mettre en œuvre ». Le 9 juin, devait se tenir un « Comité technique paritaire », à la mairie. Les organisations syndicales CGT, CFDT et FA FPT avaient souhaité lire une déclaration commune, à l’ouverture, « pour dénoncer la dégradation du dialogue social » (selon « Le Midi libre »). Mais cela leur fut refusé. Les trois syndicats ont alors quitté la séance, alors que le syndicat FO a poursuivi la réunion avec les représentants de la mairie, s’attirant la critique des autres organisations syndicales. La CGT se plaint, par ailleurs, de l’absence du maire (Ménard) lors des réunions de la Commission paritaire, « alors que les décisions importantes sont prises par lui et par le directeur du cabinet ». Dans son numéro du 27 mai, le journal « La Marseillaise », établissant un bilan du Ménard-employeur,  compte ainsi « quinze ou seize cadres mutés ou licenciés », en citant des chiffres du secrétaire du syndicat CGT à la mairie de Béziers, Yvan Vialette.

 

Après un an d'exercice, les premiers budgets 100% FN

 

Les choix budgétaires opérés par les municipalités FN, dès ce premier budget élaboré par elles, sont des choix éminemment politiques. Les orientations prises ne le sont pas par hasard. Ces municipalités font partie des «  vitrines  » du Front national  : leur « réussite » sera mise en avant, comme gage de sérieux, par Marine Le Pen en 2017.

Une obsession  : la réduction des impôts locaux et de la dette des villes
Marine Le Pen l'avait promis durant les élections municipales  : les équipes municipales FN élues s'emploieront à réduire la dette des municipalités et à diminuer les impôts locaux. Le FN a choisi, à tous les niveaux des politiques publiques, un programme fondé sur la ‘  bonne gestion  ‘ des deniers publics. Par le passé, l'endettement des villes FN (à Toulon notamment) a fait perdre en partie les mairies conquises par le FN en 1995.
Marine Le Pen aura besoin, pour sa campagne présidentielle, de montrer que ses élu-e-s sont des gestionnaires soucieux de la maîtrise des dépenses et de leurs obligations vis-à-vis de leurs débiteurs. L’un des objectifs de ces majorités municipales frontistes est de désendetter leur ville, c’est un leitmotiv. Dès lors, il convient de tailler dans les dépenses courantes de la ville : le premier poste budgétaire à en faire les frais, en cette première année de mandature, est celui du fonctionnement, et notamment les dépenses de personnel.
Rappelons que Marine Le Pen, de manière régulière depuis la présidentielle 2012, se revendique défenseure du ‘Service public’, et se pose en championne ‘anti-austérité’. De telles coupes budgétaires ne posent-elles pas la question de l’efficacité du service public municipal et de son éventuelle réorientation ou développement  ? La seule boussole est une logique purement comptable de rabotage des dépenses publiques par des coupes budgétaires orientées et des réductions sur les dépenses de fonctionnement.
Cette ‘ maîtrise des dépenses ’ supporte toutefois quelques exceptions : Robert Ménard a multiplié par 4 le budget ‘ Communication ’ et par 2 celui concernant les ‘ autres personnels extérieurs ‘ de la municipalité. Rien n’est trop beau pour soigner son image et se faire conseiller par la fine fleur de l’extrême droite identitaire (André-Yves Beck).
A Beaucaire également, le budget ‘ Communication ’augmente très sensiblement. A Hénin-Beaumont, les élus d'opposition ont mis en lumière une augmentation considérable des frais de réception (voir plus haut). Les indemnités des élus qui avaient été augmentées (Villers-Cotterêts, Cogolin, Le Luc) restent au même niveau. Les entreprises liées à l’extrême droite bénéficient de la manne financière que représentent certaines de ces municipalités. Ainsi, la société ‘ Patrouille de l’événement ’ (tout un programme !) continue d’assurer les festivals d’été de Fréjus , à force de concerts et autres animations…
Le FN a fait de la baisse des impôts locaux un second leitmotiv. Vis-à-vis de l'électorat traditionnel de l'extrême droite, la baisse générale des impôts demeure un véritable enjeu. L'argent est d'abord pour soi et sa famille, et il n'existe aucun intérêt à ce qu'il soit redistribué dans des services publics. Par temps de crise, et à la faveur de la pénétration des idées libérales dans l'ensemble de la société, cette idée devient de plus en plus populaire : les institutions doivent fonctionner pour assurer le minimum et le pilotage, la solidarité étant dévolue à la cellule familiale. C'est aussi sur ce terreau idéologique que le « nouveau » Front national a pu prospérer.
En 2015, le FN se targue dans son matériel de communication de réussir, dès la première année, à baisser les impôts locaux (Hayange, Hénin Beaumont, Béziers, Villers-Cotterêts) ou de faire en sorte qu'ils n'augmentent pas. Nous sommes encore loin des promesses électorales  initiales. Toutefois, la rigueur budgétaire et purement comptable dans les villes FN bat son plein.
Cette volonté unanime des mairies FN entre parfaitement en résonnance avec le programme national du parti  : loin de l’anti-système et d’une politique publique de « stratège », la baisse des divers impôts locaux, sans modulation en fonction des revenus, est un gage donné à la population locale la plus fortunée. Cette politique municipale ne pose pas non plus, au fond, la question de la redistribution des recettes, ou de l’efficacité du service public. Elle va massivement dans le paiement de la dette ou de ses intérêts, sans autre formalité, ou dans des choix budgétaires contestables.

Les choix budgétaires notables 

La ligne du FN en matière sociale prend racine : dès leur arrivée, certains maires avaient coupé ou diminué drastiquement les subventions à certaines associations. Ce sont les centres sociaux des quartiers populaires qui ont été les premiers touchés. 

A Fréjus, dès 2014, comme VISA s’en est déjà fait écho, le centre social de la Villeneuve voit sa convention dénoncée, du fait d’un « engagement militant » contre la mairie. En premier lieu, il avait été visé par une baisse des subventions imposée à tous les centres sociaux de la ville.

Dans le budget 2015, la baisse des subventions aux associations continue d'être une quasi constante des municipalités FN. Elle s'accompagne d'une réorientation des attributions : clubs de football, bibliothèques, associations de quartier et centres sociaux en sont les victimes.
C’est notamment le cas à Mantes-la-Jolie. La section locale de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) a vu la totalité de ses subventions municipales supprimée, par un vote intervenu dans la nuit du 30 au 31 mars 2015. Le maire FN Cyril Nauth, cité par l’AFP, a alors clairement précisé  : « C'est un choix politique et symbolique : nous ne souhaitons plus subventionner cette association très politisée ».
A Béziers, le conseil municipal avait voté, lors de sa séance du 24 mars, un budget primitif qui prévoyait d’accorder une subvention annuelle de 44 000 € à « Arc en Ciel », association s’occupant d’actions à caractère social et culturel dans le quartier populaire de La Devèze. Or, le maire a annoncé par un simple communiqué en date du 13 avril qu’il avait décidé d’arrêter le versement de cette subvention, à cause d’une prétendue « impossibilité de travailler avec cette association » (démarche par ailleurs illégale car la décision d’attribuer cette subvention avait été actée).
A Marseille aussi, dans la mairie des 13ème et 14ème arrondissements, Stéphane Ravier et son équipe s’opposent au versement des subventions à certains centres sociaux de l’arrondissement (versées par la mairie centrale), en représailles à leur prétendu manque de « neutralité politique » à son égard.
A Mantes-la-Ville, c’est une douzaine d’associations à la fois qui ont été privées d’une subvention accordée par l’ancienne municipalité. Considérant que la mairie bloquait totalement ce dossier, le département des Yvelines s’est substitué à elle, contractant lui-même directement avec les associations concernées. Il leur allouera une somme prévisionnelle de 61 875 € pour l’année en cours. Dans un communiqué  du 11 juin 2015, le département reproche ainsi à la ville de ne pas avoir tenu son engagement de reverser aux associations des sommes allouées par le département, pour financer l’action sociale dans les quartiers défavorisés de la ville. En retour, la mairie a annoncé dans un courrier électronique qu’elle coupait tout lien avec ces associations, leur reprochant d’être entrées dans une guerre contre le maire, Cyril Nauth. Ces mêmes associations ont déclaré à leur tour qu’elles étaient « prises en étau », et que « ce sont les habitants qui vont en pâtir ». Cyril Nauth, cité par « Le Parisien », le 15 juin dernier, en guise de conclusion cynique, a déclaré en toute franchise : « Plutôt que de soutenir leurs actions de prévention ou d’insertion, je préfère investir pour notre police municipale ».
Toujours à Mantes-la-Ville, la municipalité a décidé de frapper fortement le FC Mantois, club de football comptant 880 licenciés, mais qui est considéré par les dirigeants FN comme trop proche des populations issues de l’immigration. Dès 2014, la subvention municipale allouée au club avait diminué. Le 30 mars 2015, le conseil a voté sa diminution drastique, passant de 60 450 € à 15 112 €, cette dernière somme correspondant à un acompte déjà versé. Le FC Mantois a argué de l’illégalité de cette mesure, en raison du non-respect d’une convention liant la ville au club et portant sur la période 2013 à 2016. Il a annoncé son intention d’attaquer la délibération du conseil municipal en justice. En attendant, dans l’après-midi du samedi 11 avril, le club a lancé une première mobilisation autour du stade, pour le soutenir dans ses démarches vis-à-vis de la mairie tenue par le FN. Un message Twitter du premier adjoint au maire, cité par le magazine « Challenges » (11 mai 2015), montre deux photos du club prises à 25 ans d’intervalle  ; sur l’une, on voit majoritairement des « blancs », sur l’autre majoritairement des « noirs ». Quant au maire Cyril Nauth lui-même, il a reproché aux dirigeants du club leur prétendu style, qui ressemblerait selon lui à celui de « z‘y-va de banlieue (sic) ».
A Beaucaire, la municipalité s’en est également pris à un club de football, le ‘ Stade beaucairois’. Lors de sa séance du 10 avril 2015, le conseil municipal a voté la réduction de sa subvention, qui passe de 80 500 à 40 000 € annuels. Pour se dédouaner de tout soupçon de motivation raciste, le maire Julien Sanchez s’est défendu en argumentant  : « La preuve, le club de futsal (= football en salle) a lui aussi la plupart des joueurs issus de l’immigration, et pourtant, nous avons décidé d’augmenter sa subvention annuelle de 2000 euros à 7000 euros.  ». Parallèlement, les subventions au Centre communal d'action sociale (CCAS) continuent de baisser en cette année 2015. 
A Cogolin, le maire, M. Lansade, a diminué la subvention de 46 %. A Béziers comme à Fréjus, le budget du CCAS, baissé respectivement de 10 et 5 % à l’arrivée des maires FN, est maintenu à ce bas niveau.
Les mairies FN, en 2015, rationnent en outre les budgets en direction des écoliers. Au Pontet comme à Beaucaire, la gratuité de la cantine a été supprimée pour les plus pauvres. A Cogolin, les transports scolaires, autrefois gratuits, sont désormais payants. A Beaucaire, le maire refuse de subventionner la «  Maison du vivre ensemble  » qui assurait l’aide aux devoirs  : elle ferme en janvier 2015 (voir partie 3 des Chroniques de VISA). 
Les choix budgétaires des mairies tenues par l’extrême droite, sous couvert de désengagement de l'Etat et de lutte contre le «  communautarisme  », notamment dans le Sud, ont pour objet ou pour effet de réduire encore plus les financements des projets sociaux et collectifs. Le fait que les restrictions se focalisent bien souvent sur certaines activités (football, danse orientale, etc.) n'est évidemment pas anodin et vise indirectement les quartiers populaires, assimilés en quartiers d'immigration ou d'insécurité.  
Notons, enfin, la volonté commune à toutes ces équipes municipales  : bien qu’elles se défendent de mettre au pas les associations en agitant le bâton des subventions, il s’agit bel et bien de pressions exercées sur les dirigeants de ces structures, pour qu'ils ne contestent pas. Les exemples de baisses drastiques et de dé-conventionnement, ou de fin anticipée de bail pour des raisons d'opposition au maire, dont au moins un exemple peut être trouvé dans chaque ville, ont suffi à leur faire comprendre la lourde sanction encourue.
En matière culturelle, les mairies FN cherchent, cette année, la formule conciliant festival estival «  grand public  » et initiative, identitaire certes, mais respectable tout de même. A Fréjus ou à Hénin-Beaumont, c'est encore sur le mode du «  festival populaire  », avec des têtes d'affiches « populaires » (les forbans, la souris déglinguée), que reposent les initiatives. Mais déjà à Cogolin, à Beaucaire, au Luc ou à Hayange, l'accent est mis sur les spécificités locales qui formeraient l'identité de la région. Cette politique « culturelle » n'est pas anodine : elle vise les publics familiaux, tout en permettant au parti de distiller son idéologie pernicieuse, celle de l'identité civilisationnelle.

Nous sommes, ici, loin des coups d'éclats qui entourent les participations des édiles aux messes, l'installation des crèches, ou les déclarations fracassantes. Mais cette politique ne permet cependant pas à un public varié l'accès à diverses sortes d'évènements culturels. 2015 est un début : la politique culturelle des mairies FN sera ‘dédiaboliquement’ identitaire, se vautrant dans le cliché du populaire durant toute la durée de la mandature.
Autre constante dans les budgets FN : les investissements en matière de sécurité. Les restrictions budgétaires ne concernent manifestement pas ce poste, en 2015 : développement de la police municipale par des embauches (souvent d’ailleurs seules embauches dans les villes FN), de son équipement (à grand renfort de communication comme à Béziers), de nouvelles installations (vidéosurveillance).

 

Conclusion provisoire

Les méfaits des mairies d’extrême droite continuent de plus belle. Malheureusement les résultats des élections départementales dans certaines de ces villes, comme celui du scrutin municipal partiel du Pontet du 31 mai 2015, attestent du fait que le FN maintient une base électorale parfois solide. Un recours aux urnes pour se légitimer ne signifie en rien que son projet de société soit de nature démocratique, de nature égalitaire, de nature humaniste. Les faits démontrent le contraire. Voilà pourquoi il est nécessaire et urgent de le combattre.

Des résistances se font jour, que ce soit autour de clubs de football (comme à Mantes-la-Ville en avril 2015), autour de la défense d’une salariée écartée à Hayange, autour de collectifs citoyens ou d’une « Fête de la diversité » comme celle de Villers-Cotterêts du 30 mai 2015.

Ainsi, le 6 mai 2015, à Béziers, des syndicalistes venant de plusieurs des villes tenues par l’extrême droite se sont réunis pour échanger leurs informations, leurs analyses et leurs expériences, et pour préparer les combats à venir. Une prochaine initiative de ce type aura lieu le 2 octobre prochain, à Hayange ou dans la région. 

Le 7 juin dernier, à l'initiative de plusieurs organisations syndicales, associatives et politiques, 800 personnes se sont retrouvées au ‘dock des sud’ à Marseille, pour échanger et débattre sur l'extrême droite et préparer les prochaines offensives locales. VISA 13 était présent et très investi.

VISA sera de toutes ces initiatives, les soutiendra et contribuera à les rendre publiques. Toutes ces luttes sont plus nécessaires et plus justifiées que jamais.

 
 

 

 
Fichier attachéTaille
Chronique lumiere sur mairies brunes n° 4.pdf559.39 Ko

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de l'AG annuelle de VISA du 9 décembre dernier, nous avons décidé de baisser les tarifs de vente du tome 2 à 5€ l'unité et jusqu'à 2€ pour les commandes supérieures à 500 exemplaires (voir tableau ci-après).

« Lumière sur mairies brunes » tome 2, c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite. Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS

Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

assovisabis@gmail.com

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

Monsieur Ricardo DEGALA, de nationalité philippine, est enfermé au centre de rétention de Paris-Vincennes depuis le 2 juillet 2018, suite à un contrôle d'identité au moment où il rechargeait son Pass Navigo à la station RER de La Défense (92). Monsieur DEGALA vit en France depuis un an avec sa...
19.07.2018 - 10:38
Une cérémonie était organisée jeudi soir en mairie de Massy, pour le parrainage républicain de trois enfants congolais dont la famille a été déboutée de sa demande d'asile. Dans un contexte de durcissement de la législation. https://www.essonneinfo.fr/91-essonne-info/123837/massy-retour-parrainages...
14.07.2018 - 13:20
Ces murs ont à peine suffi à l'heure de rassembler les quelque 80 personnes présentes lors de ce moment particulier. Toutes soucieuses du sort de ce couple et de leurs trois enfants âgés de 15, 13 et 10 ans, scolarisés dans un collège et une école primaire de Massy. Enseignants, parents d'élèves,...
14.07.2018 - 10:25
Dans la presse : http://www.leparisien.fr/massy-91300/massy-avec-ce-parrainage-republicain-ils-esperent-echapper-a-l-horreur-13-07-2018-7819350.php https://www.essonneinfo.fr/91-essonne-info/123837/massy-retour-parrainages-republicains-face-risque-dexpulsion/?utm_source=wysija&utm_medium=email...
14.07.2018 - 10:17
Avec, « par ordre d'apparition » Mathilde Godoy (Cimade) François Guennoc (Auberge des Migrants), Anzouman Cissoka (CSP 75 et CISPM), Laure Palun, (ANAFE), et Odile Ghermani (LDH, Observatoire de l'Enfermement des Étrangers et Observatoire de CRA de Vincennes). 1 – Présentation et sommaire Durée :...
14.07.2018 - 10:02
DIANE MOLEKA est congolaise, née le 8 mars 2003 à Kinshasa. C'est une mineure de 15 ans. Pour venir en Europe son oncle l'a confiée à un passeur qui l'a conduite en Angola pour faire son visa (pour ce faire, le passeur a donné comme âge 20 ans et comme nationalité angolaise). Or elle parle français...
13.07.2018 - 10:58
KHAOULA DOIT RESTER PARMI NOUS Arrivée en France en septembre 2014 à l'âge de14 ans, Khaoula KHELFA de nationalité algérienne, est scolarisée en classe d'accueil durant l'année 2015 – 2016 au collège Danielle CASANOVA à Ivry sur Seine pour apprendre le français, puis elle a été admise en classe de...
12.07.2018 - 13:13
La Cimade, Réseau Education sans frontières (RESF), Ligue des droits de l'Homme (LDH), Anafé, MRAP, Syndicat des avocats de France (SAF), France terre d'asile, Clowns Sans Frontières, Syndicat national des médecins de PMI (SNMPMI), Centre Primo Levi, ACAT, Assfam-Groupe SOS Solidarités, Amnesty...
11.07.2018 - 12:14
Avec Jean François Imbert du RESF 65, Simon, de la Marche Citoyenne et Solidaire, Clémence Richard de la Cimade) et Fernanda Marrucchelli de la FASTI (reportage) 1 – Intro durée : 04:05 2 – Financement des PRAHDA : la Rencontre RESF65 avec la délégation MAIF et ses (non) suites avec Jean-Louis...
10.07.2018 - 12:20
PARRAINAGE D'UNE FAMILLE DEBOUTEE D'ASILE Mairie de Massy Salle des mariages Le 12 juillet 2018 à 18h30 La famille TUMBUKA-NDOMBASI est en France depuis janvier 2017. Ils ont fui le Congo après l'arrestation de M. TUMBUKA, opposant au régime, sa détention et les violences qu'il a subies en prison....
09.07.2018 - 22:02

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

04.07.2018 - 08:27
02.07.2018 - 16:50
Le collectif « j'y suis, j'y vote » qui regroupe les associations militant depuis de nombreuses années pour le droit de vote des étrangers aux élections locales constate et regrette que le président de la République et le gouvernement n'aient pas inscrit ce sujet dans la révision constitutionnelle...
gisti
19.07.2018 - 14:54
Comme la loi le prévoit, il revient à chaque département de mettre en place l'accueil provisoire d'urgence de toute personne se déclarant mineure et privée temporairement ou définitivement de la protection de sa famille, période durant laquelle le département doit évaluer la minorité et la...
gisti
18.07.2018 - 16:20
Alors que la version initiale du projet de loi Asile et immigration ne contenait aucune mention d'un fichage national des mineur·e·s non accompagné·e·s, le gouvernement souhaite faire adopter en nouvelle lecture à l'Assemblée nationale un amendement permettant un « traitement de données »,...
gisti
17.07.2018 - 14:57
Mardi 17 juillet, 4 personnes sont convoquées pour une garde-à-vue à la gendarmerie de Briançon. Le motif : avoir « aidé à l'entrée d'étrangers en situation irrégulière sur le territoire français, en bande organisée », à l'occasion de la marche de solidarité du 22 avril dernier. Rappelons que cette...
gisti
16.07.2018 - 19:33
Plusieurs mouvements se sont alliés pour faire face aux dangers de la loi ELAN et appellent à une : MARCHE MARDI 17 JUILLET rdv 17H à Odéon (puis marche vers le Sénat)   Des organisations de mal logés, locataires, sans abri, handicapés, salariés, architectes se sont indignés des mesures...
dal
16.07.2018 - 18:48
Présidente de région et ancienne magistrate, Valérie Pécresse persiste à se maintenir hors-la-loi après deux décisions de justice ! Celles-ci ont constaté l'illégalité de la délibération adoptée le 17 février 2016 par le Conseil d'administration d'Île-de-France Mobilités, qui excluait les...
gisti
16.07.2018 - 15:05
Le 11 juin dernier a eu lieu une réunion entre le préfet de police de Paris et l'ambassadeur du Maroc sur la situation des mineurs isolés marocains à Paris. Ces mineurs seraient entre 40 et 70, principalement dans le quartier de la Goutte d'Or. L'association Trajectoires indique dans son rapport d'...
gisti
13.07.2018 - 14:37
À Grande Synthe, aujourd'hui, il est impossible aux bénévoles non-français de venir en aide aux migrant⋅e⋅s. Depuis jeudi 28 juin, à Grande Synthe, les bénévoles britanniques, et souvent l'ensemble des bénévoles non-français, appartenant à des associations britanniques et françaises se voient...
gisti
13.07.2018 - 09:53
Saisie par l'Anafé, l'ADDE, le GISTI, La Cimade, le SAF et le SM (membres de l'Observatoire de l'enfermement des étrangers - OEE), la Cour de cassation s'est prononcée le 11 juillet 2018 sur la validité des audiences tenues dans l'annexe du tribunal de grande instance de Bobigny, ouverte depuis le...
gisti
11.07.2018 - 17:43

 

Manu 1er, arrête ton baratin ! RDV à partir de lundi 15h à République  

(Réaction en direct au discours de Macron sur les grandes lignes de son plan contre la pauvreté)

...
dal
08.07.2018 - 07:05

 

Manu 1er, arrête ton baratin ! RDV à partir de Lundi 14h à République  

(Réaction en direct au discours de Macron sur les grandes lignes de son plan contre la pauvreté)       Les associations, collectifs, syndicats , les chômeur-euses,...

dal
08.07.2018 - 07:36
Le Conseil constitutionnel consacre pour la première fois un principe à valeur constitutionnelle de fraternité, créant ainsi une protection des actes de solidarité. Il est désormais acquis que chacun a « la liberté d'aider autrui, dans un but humanitaire, sans condition de la régularité de son...
gisti
06.07.2018 - 13:34

COMMUNIQUÉ

Paris le 4 juillet 2018 

 

Le CAMP DES OUBLIÉS DU LOGEMENT s’est installé à République à Paris cet...
dal
04.07.2018 - 20:29

 

COMMUNIQUÉ Paris le 4 juillet 2018 

Loi ELAN : le Sénat veut criminaliser les occupants sans titre Retrait de l’amendement 567

La criminalisation des occupants sans titre, dont les squatters, est...

dal
04.07.2018 - 20:15

COMMUNIQUÉ

Mise à jour de la note sur le projet de loi ELAN :

5 juillet 2018

La loi ELAN menace les habitants :...
dal
04.07.2018 - 08:27
Le droit des étrangers est souvent considéré comme le laboratoire du droit commun en France, notamment pour ce qui concerne ses dispositions les plus coercitives. Cette assertion se vérifie une nouvelle fois avec l'adoption de l'état d'urgence puis l'évolution du code de la sécurité intérieure. Les...
gisti
03.07.2018 - 10:34
La Cour de cassation est amenée à se prononcer sur la validité des audiences tenues dans l'annexe du tribunal de grande instance de Bobigny, ouverte depuis le 26 octobre 2017 au bord des pistes de l'aéroport de Roissy, imbriquée dans la zone d'attente. L'audience se tiendra le mardi 3 juillet....
gisti
02.07.2018 - 18:30

ROUEN

4 juillet 2018

Il faisait chaud ce lundi après-midi dans la salle du T.I., mais les nombreuses personnes venues soutenir les occupants de la Garenne, ancienne résidence de personnes âgées et les associations qui les aident, le Réseau Soutien...

dal
02.07.2018 - 16:50
Le Gisti a été autorisé à intervenir en qualité de tierce partie dans l'affaire Mirzai et autres c. Grèce. L'affaire a été introduite le 9 juillet 2013 et communiquée le 25 manier 2018. Elle concerne des demandeurs d'asile iraniens et afghans qui ont été détenus pendant plusieurs mois dans un...
gisti
02.07.2018 - 13:19
Justification de l'identité et/ou de l'état civil (pour l'accès aux droits sociaux) Immatriculation, identification, NIR et fichiers Rubrique en construction Voir également la rubrique "Contrôles - fichiers - droit de communication - fraudes" Pour toute demande, il est demandé de pouvoir justifier...
gisti
29.06.2018 - 09:41

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier