Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...
Appel unitaire "Fermons l'Arcadia, local fasciste à Strasbourg" Deuxième manifestation le 20 janvier 2018 L’Arcadia, local/bar du mouvement néo-fasciste "Bastion Social" qui a officiellement succédé au GUD, a été inauguré à Strasbourg le 9 décembre. Le même jour, une manifestation forte de 400 personnes avait alors défilé dans les rues de la capitale alsacienne pour refuser l’implantation de ce local. Nous soulignions alors qu’en prétendant lutter contre la misère sociale, les fascistes entendaient surtout disposer d’un QG pour la préparation d’agressions.    Et nous avions malheureusement raison : le soir même de l’inauguration, un jeune homme d’origine algérienne a été violemment agressé par un groupe de vingt personnes. Deux ont été arrêtées et jugées : l’une d’elle, Thomas Beauffet, une figure de premier plan du Bastion Social à Strasbourg, a été condamné à huit mois de prison ferme.  En...
  Communiqué de la fédération Solidaires étudiant-e-s, émanant de sa commission Antipatriarcat, au sujet du harcèlement ciblé dont sont victimes depuis 2 jours des militantEs féministes et antiracistes.   Depuis le matin du 8 janvier 2018, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) la page "Memes royalistes" une page d’extrême droite a annoncé "faire des révélations sur l’UNEF", et a publié des captures d’écrans de tweets de militantEs (femmes racisées) de l’UNEF, en citant leurs noms prénoms et pseudo, incitant de ce fait a un harcèlement ciblé sur ces personnes. Depuis, plusieurs autres camarades de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s ont également fait les frais de cette abjecte méthode militante d’intimidation.   Les propos cités étaient à chaque fois des tweets dénonçant des oppressions qu’elles subissaient et qui ont été qualifiés par des individus, en majorité d’extrême droite, et certains...
Vous pouvez signer la pétition en ligne par ici. Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds Monsieur le Président de la République   Nous sollicitons votre intervention pour empêcher  qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.           Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des...
Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA   La conférence de presse qui a suivi la rencontre des chefs d’État français et turc a permis de mettre en lumière les manipulations de l’opinion publique par les détenteurs du pouvoir politique à Ankara afin de parvenir à l’instauration d’un régime autoritaire.   Les purges et les licenciements massifs de salariés et de fonctionnaires, les violations quotidiennes des droits fondamentaux de l’Homme continuent sans relâche en Turquie. L’état d’urgence, en vigueur depuis dix-sept mois dans tout le pays, était l’opportunité pour le président Erdogan de promulguer 30 décrets-lois en contradiction, tant sur la forme que sur le fond, avec la Constitution turque.   Dernier en date, un décret-loi du 24 décembre, a entraîné le limogeage de plus de 2 700 personnes. Toutes sont accusées soit d’appartenir, soit d’être liées à des organisations «...
NON A L’OUVERTURE D’UN LOCAL FASCISTE A CHAMBERY !   Le mouvement néo-nazi « Bastion Social », anciennement Edelweiss Pays de Savoie, inaugurera son local "l’Edelweiss", situé entre le 169 et le 187 Avenue de Lyon à Chambéry, le 3 février prochain.   Ne voulant plus se limiter à être un "club de ratonnade", les fascistes savoyards tentent de se reconvertir dans la "solidarité" entre "bon français" blancs.   Sous couvert de récupérer la lutte contre la misère sociale et le mal- logement, les fascistes entendent surtout disposer d’un lieu pour la préparation d’agressions. Devons-nous rappeler les violences d’extrême droite quasi quotidiennes dans le Vieux Lyon, l’attaque violente sur un concert militant le 20 octobre dernier à Chambéry (par les mêmes personnes qui ouvrent ce lieu), ou encore l’agression raciste LE SOIR MÊME de l’ouverture d’un local du «...
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire   Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais "Ile de France Mobilités") [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).   Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les...
L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux   Ni nulle part ailleurs !    L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.  C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte. Leurs ambitions politiques sont en totale opposition avec nos valeurs, notre aspiration de transformation sociale, nos combats syndicaux pour une société plus juste, plus solidaire, accueillante et fraternelle.  Toutes ces organisations ne font...
Une manifestation, regroupant largement des organisations syndicales, des associations et collectifs, ansi que des partis politiques, se tiendra à Lyon le 26 mai 2018 à 14h30, place des terreaux. Les organisations signataires appellent à amplifier la mobilisation populaire contre le Bastion social et l'extrême droite en général qui sévit sur la ville.  

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

"Lumière sur mairies brunes" la chronique trimestrielle de VISA n° 3 - Mars 2015

Les faits et méfaits des municipalités d'extrême droite sont toujours aussi nombreux que dangereux. A l'approche des élections départementales, VISA publie ce numéro 3 des chroniques pour encore mieux « armer » les militant-es antifascistes afin qu'ils puissent prouver, exemples à l'appui, que la dédiabolisation du FN n'est qu'une fumisterie de plus dans son entreprise de communication. Ce nouveau numéro des chroniques revient en introduction sur l'attribution hallucinante du prix de l'élu local de l'année à Steeve Briois. Rendez-vous mi-juillet pour le numéro 4 !

Le 27 janvier 2015, accueilli dans l’Hôtel particulier du Président de l’Assemblée nationale, un jury composé de journalistes a décerné des prix à des responsables politiques. Dans la catégorie « élu local de l’année », le gagnant est Steeve Briois, maire FN d’Hénin-Beaumont. Jusqu’au dernier congrès du parti, fin novembre 2014, il était également secrétaire général de celui-ci. Le maître des lieux, Claude Bartolone, avait cependant préféré s’abstenir, justifiant son absence par des raisons de calendrier : le matin même, il intervenait lors de la commémoration du soixante-dixième anniversaire de la libération des survivants d’Auschwitz. Cette célébration, laissait-il entendre, n’était pas compatible avec la cérémonie qui allait se dérouler. Le jury a justifié sa décision par le fait que ce prix, distinguant un succès d’«implantation locale », ne valait pas adhésion au programme du FN. Encore heureux … Le mal était cependant fait, entraînant, entre autres, la protestation du syndicat de journalistes CGT-SNJ. Lors de la cérémonie, le parti d’extrême droite a d’ailleurs montré un visage beaucoup moins avenant d’habitude face aux caméras. Au journaliste Gilles Leclerc, président de la chaîne LCP, la députée Marion Maréchal - Le Pen a adressé ces paroles menaçantes : « Mais on va vous avoir, mais quand ça va arriver, ça va vraiment vous faire mal ». La remise de ce prix à ce militant d’extrême droite depuis 25 ans, marque une victoire symbolique pour ce parti utilisant son implantation locale comme d’une prétendue preuve de  'normalité'.

En contraste avec cette victoire, d’autres édiles du même bord ont vu leurs activités couronnées de moins de succès. Deux des onze maires FN sont actuellement sur la sellette.

Maires invalidés …
Le 25 février 2015, le Conseil d’Etat a confirmé une décision du Tribunal administratif de Nîmes qui avait annulé l’élection de Joris Hébrard, maire du Pontet. Cette annulation résulte de soupçon d’irrégularités portant sur des « différences significatives » entre les signatures d’émargement au premier et au second tour. Or, la différence de voix entre la liste conduite par Joris Hébrard et celle de son adversaire Claude Toutain (UMP) n’avait été, au final, que de sept unités.
Ainsi, pour la première fois un maire FN ' cru  2014 ' devra repasser devant les électeurs. Il n’est pas certain que ceux-ci aient apprécié tous les actes et toutes les décisions de sa courte mandature. Comme l’avait noté VISA dans sa précédente chronique, le maire s’était fait augmenter son indemnité de 44 %, avant que cette décision ne soit annulée par le préfet. Dans le même temps, Hébrard mettait fin à la gratuité des cantines scolaires pour les enfants de familles démunies. Le scrutin, organisé dans quelques semaines, montrera si ce bilan sera sanctionné.

Autre maire FN en butte à une sanction, le maire d’Hayange, Fabien Engelmann. Celui-ci risque de perdre son mandat en raison d’une peine d’inéligibilité d’un an infligée par le Tribunal administratif de Strasbourg, le 19 décembre 2014, en raison d’irrégularités concernant le financement de sa campagne. En toile de fond, un vif conflit oppose Engelmann à son ancienne première adjointe (et ancienne mandataire financière pendant la campagne), Marie De Silva. Le maire ayant fait appel, le Conseil d’Etat doit se prononcer sur ce dossier. Si le jugement est confirmé, ce sera toutefois au Conseil municipal d’élire un(e) nouveau maire.
En attendant, l’équipe, arrivée il y a tout juste un an, se présente en bien mauvais état. Elle a été partiellement déstructurée par les dissensions internes provoquées, notamment, par la direction autoritaire de celui que ' Le Monde ' avait appelé, en septembre 2014, « le tyran de Lorraine ». Le 27 octobre dernier, celui-ci a fait retirer leurs attributions à deux anciens adjoints « tombés en dissidence », Marie Da Silva et Patrice Hainy, qui ont, par la suite, publiquement déchiré leurs cartes d’adhérents du FN. Depuis quelques mois, les médias n’invoquent d’ailleurs plus guère la mairie de Hayange que pour parler des querelles intestines ou encore de l’action en justice introduite, en février 2015, par l’artiste Alain Mila. Ce dernier réclame 10000 € de dommages et intérêts pour la dénaturation d’une de ses œuvres, une fontaine que la mairie avait fait repeindre sans demander l’avis de l’auteur. Aujourd’hui, la municipalité de Hayange ne figure plus parmi les ' exemples de gestion ' mis en avant par le FN, et Fabien Engelmann, ancien « conseiller au dialogue social » de Marine Le Pen, a perdu toutes ses fonctions nationales au dernier congrès.

D’autres actions devant les tribunaux ont tenté de d’invalider l’élection de certains maires FN, comme à Mantes-la-Ville et à Villers-Cotterêts. Mais elles n’ont pas abouti. Concernant Mantes-la-Jolie, le Tribunal administratif de Versailles a rejeté, début novembre 2014, le recours déposé par le PS local en avril de la même année, recours motivé par des différences de signature sur les listes d’émargement du premier et du second tour.

… ou démissionnaires
Au Luc (Var), le maire Philippe de la Grange, a démissionné le 6 février 2015, officiellement « pour des raisons de santé ». Il a été remplacé par Patricia Zirilli, dont l’engagement en politique est très récent. Elle a déclaré vouloir s’inscrire « dans la continuité de l’action de Philippe de la Grange ». Ce dernier laisse un souvenir mitigé dans sa commune, sa première action ayant consisté à faire augmenter sa propre indemnité de 15 %, en avril 2014.

Autoritarisme
A Mantes-la-Ville (Yvelines), le maire Cyril Nauth a annoncé le 9 mars dernier qu’il retirait à la Ligue des droits de l’Homme (LDH) le local municipal gratuitement mis à disposition depuis une vingtaine d’années. Le maire a déclaré à l’AFP qu’il n’allait pas renouveler la convention, arrivant à échéance fin mars, justifiant cette décision par le fait que « la LDH ne défend pas l’intérêt général » et qu’elle était « très politisée ». La LDH, fondée en 1898 pour s’opposer à la condamnation du capitaine Alfred Dreyfus, est l’une des plus anciennes associations en France. La municipalité mettra aussi fin à la possibilité d’assurer des permanences juridiques dans le cadre du « Centre de vie sociale » de la ville.

A Villers-Cotterêts, le maire Franck Briffaut, a interdit, en janvier 2015, tous les rassemblements consécutifs aux assassinats de ' Charlie Hebdo '. Il a prétexté ce refus par le fait que « ces rassemblements sont contraires à l’esprit de Vigipirate ». La mairie s’est contentée de faire « sonner les cloches en hommage aux victimes », et d'ouvrir un registre de condoléances.

Au Pontet, le site de la mairie a été utilisé, en novembre 2014, pour publier un communiqué violant ouvertement la vie privée d’une élue municipale. Ce communiqué affirmait que la conseillère municipale Magali Ceci, « entrée en dissidence », l'était en raison d’un prétendu soutien amoureux à un élu d’opposition, Alexandre Quet (UDI).

A Fréjus, la municipalité a fait évacuer le 9 novembre un stand du Parti de gauche établi sur un marché alors que celui-ci faisait signer une pétition pour une votation sur la révocabilité des élu-e-s. Toujours à Fréjus, la mairie FN a décidé de supprimer plusieurs quotidiens de la bibliothèque municipale, réduisant ainsi le pluralisme d’idées. L’abonnement à ‘Libération’ a été résilié fin décembre 2014. Comme pour ‘compenser’, la mairie a alors expliqué qu’elle allait aussi résilier celui du ‘Figaro’ fin avril 2015. Elle a déclaré ne garder que le quotidien local ' Var Matin ', ainsi que le journal ‘Le Monde’ (en tant que « quotidien de référence » !). Selon la mairie, il ne s’agit pas d’une décision politique, mais d’une mesure d’économie.
La mairie de Fréjus s’est aussi illustrée par la distribution, dans les établissements scolaires, d’un questionnaire à des mineur-e-s, comportant des questions incompatibles avec le respect du droit à la vie privée. Selon les informations fournies par la LDH, ce questionnaire demandait aux mineur-e-s s’ils vivaient « avec papa ou maman » ou bien avec d’autres personnes ou encore s’ils partaient en famille en France ou à l’étranger.

Le comble est sans doute atteint, en matière de méthode autoritaire, avec le comportement du maire de Béziers, Robert Ménard. Ce dernier n’a pas seulement décidé de doter 'sa' police municipale d’armes à feu, à partir du 1er février 2015, il en a aussi lancé une campagne d’affichage, au goût fort douteux, pour se vanter de cet exploit sous le titre martial : « La police municipale de Béziers a un nouveau meilleur ami », avec la photo d’un pistolet 7.65 automatique. Le 11 février 2015, le ministre de l’Intérieur a publié un communiqué dénonçant « la tonalité délibérément provocatrice de la campagne initiée par le maire de Béziers ».

A Hénin-Beaumont, ville où la gestion municipale du FN se veut relativement consensuelle, l’équipe autour de l’ancien secrétaire général du parti, Steeve Briois, se sachant particulièrement observée, les mesures à visée sécuritaire se veulent cependant aussi spectaculaires. Le 2 février 2015, la municipalité a ainsi fait ériger un mur dans le quartier de Bord-des-Eaux, empêchant tout passage de véhicule, soi-disant pour « décourager les voleurs », suite à un certain nombre de cambriolages. Les habitant-e-s se montrent assez partagés sur cette mesure plus spectaculaire qu’efficace. Une riveraine a ainsi déclaré au journal 'La Voix du Nord' : « Maintenant, pour aller chercher (m)es enfants, ça me prend dix minutes au lieu d’une minute ».

Actes idéologiques
Le samedi 14 mars 2015, Robert Ménard entend débaptiser solennellement la rue « rue du 19 mars 1962 » (commémorant la fin de la guerre d'Algérie)  pour le remplacer par celui de "Denoix de Saint-Marc", défenseur inconditionnel de l’Algérie française et participant au 'putsch des généraux' du 21 avril 1961. Faut-il rappeler que l’histoire familiale de Robert Ménard est marquée par l’engagement de son père auprès de l’OAS ?

Le maire de Villers-Cotterêts, Franck Briffaut, s’est opposé (en sa qualité de conseiller régional) à la réhabilitation des déserteurs de la Première guerre mondiale, fusillés pour s’être opposés à la boucherie de 1914-1918 ou pour avoir cherché à s’y soustraire. Le 20 octobre 2014, il a déclaré  que « ces fusillés ne l’étaient pas tous pour l’exemple !".
Après avoir fait scandale par son refus, le 10 mai dernier, de célébrer officiellement le jour anniversaire de l’abolition de l’esclavage, ce même maire n’entend toujours pas mettre en avant la mémoire du système esclavagiste et de sa suppression. Toutefois, le 4 février 2015, la mairie a organisé une commémoration de la mort du général Thomas Alexandre Dumas, père de l’écrivain Alexandre Dumas et premier général noir de l’armée française, né esclave en 1762 à Haïti et décédé en février 1806 à Villers-Cotterêts. Si un hommage au général Dumas était bien organisé par la mairie, il l’a été sans mentionner le passé esclavagiste de la France.

Racisme et discrimination
En matière d’attitudes racistes et de discriminations, les mairies FN sont évidemment à la pointe, toutefois dans les limites de ce que leur permet la Loi.  Leurs attributions légales ne les autorisent pas, en effet, à mettre en œuvre ouvertement une politique se réclamant de la « préférence nationale » (le noyau dur du programme du FN, désormais renommée « priorité nationale ») bien que certaines décisions municipales y ressemblent fort.

Ainsi, la mairie du 7e secteur de Marseille, dirigée par Stéphane Ravier, a organisé pour les enfants de sa ville un spectacle de Noël, début décembre 2014 … à la seule condition d’être munie d’une « carte nationale d’identité ». Ce maire n’hésite d’ailleurs pas à affirmer, en séance du Conseil municipal (12 février 2015), qu’il existe «dans cette ville et ce pays un processus de remplacement, de grand remplacement », reprenant ainsi explicitement le concept de l’écrivain Renaud Camus, condamné en avril 2014 en première instance pour incitation à la haine raciale (pour des propos tenus en 2010 lors d’un congrès organisé par 'Riposte Laïque' et le Bloc identitaire). Renaud Camus est également l’auteur d’un livre qui a dû être retiré par son éditeur, en avril 2001, en raison de passages antisémites. Marine Le Pen a déclaré, fin 2014, refuser l’utilisation du terme « grand remplacement » parce qu’il est marqué par une vision complotiste : il existerait un plan délibéré des élites dirigeantes, visant à chasser les populations blanches et chrétiennes pour y substituer d’autres populations. Pour Stéphane Ravier, ce complot existerait bel et bien car : « Tous les chiffres officiels sont bidonnés, on nous cache tout. Je pense qu’il y a un processus de grand remplacement par l’immigration massive, les binationaux et même les gens qui ont une triple nationalité … et pourquoi pas plus ! »

Dans les villes dirigées par le FN, la construction de mosquées ou de salles de prière devient vite un sujet de conflits. A Fréjus, un permis de construire une mosquée dans le quartier de La Gabelle avait été délivré, en 2011. La nouvelle municipalité a pris, dès le 17 novembre, un arrêté interruptif des travaux, sous prétexte que le chantier aurait débuté « en dehors du délai imparti ». Un an auparavant, le site raciste  'F de Souche' avait déjà jubilé : «Le travail de lobbying de la réinfosphère (sic) a porté ses fruits ! », attribuant ainsi à la mouvance communément appelée 'fachosphère' (mais se revendiquant d’une prétendue « réinformation »), une future victoire. Toutefois le Tribunal administratif de Toulon a annulé cet arrêté, par une décision du 19 décembre 2014, autorisant ainsi la poursuite des travaux.

A Mantes-la-Ville, où le FN avait fait de l’opposition à la construction d’une salle de prière musulmane un axe central de sa campagne, le maire a promis de continuer d’opposer son refus aux travaux … quitte à encaisser une condamnation juridique, et à faire payer les contribuables. Depuis son élection, le maire a bloqué la vente du terrain, promise par l’ancienne municipalité. En novembre 2014, la presse locale a cité Nauth : « Les musulmans bétonnent ? Nous bétonnons juridiquement ! ». ‘Le Nouvel Observateur’ a révélé que la municipalité avait déjà calculé et budgetisé le coût d’une future condamnation, dans un audit interne daté du 1er septembre 2014 : « Indemnité suite à la non vente de la salle pour le lieu de culte : 500 K euros en 2015 ». L’affaire est pendante devant le Tribunal administratif de Versailles, qui avait d’abord demandé une conciliation aux parties, rejetée par la mairie.

On comprend aisément que ce n’est pas l’amour de l’artisanat qui a poussé plusieurs municipalités FN (Villers-Cotterêts, Béziers, etc.) à exposer, avant Noël, des crèches dans les mairies. A l’évidence, il s’agissait bel et bien d’affirmer l’idée de « racines chrétiennes » éternelles de la France. Dans le cas de la ville de Béziers, le Tribunal administratif de Montpellier a rejeté un recours faisant valoir une atteinte à la laïcité dans un bâtiment public. (D’autres collectivités territoriales, dirigées par la droite et non par l’extrême droite, avaient agi de façon similaire. S’agissant du Conseil général de Vendée, il s’était fait imposer, par le TA de Nantes, d’enlever sa crèche alors que la mairie de Melun a été autorisée, le 22 décembre, à garder la sienne.)

A Cogolin (Var), l’adjointe déléguée aux Affaires sociales de la mairie, Régine Rinaudo, déclare dans le magazine municipal « Cogolin Terre-mer » (daté de novembre/décembre 2014) : «Comme nous l’avions annoncé pendant la campagne, nous mettons en place une politique sociale qui intègre la préférence nationale et surtout la ,préférence cogolinoise’, plus particulièrement en matière de logements sociaux, pour lesquels il y a beaucoup de demandes». Ce qui ne constitue rien d’autre que l’affirmation d’une intention politique qui est, purement et simplement, contraire à la Loi et à la Constitution.
Dans ce même numéro du bulletin municipal, la mairie admoneste ouvertement un club de ‘futsal’ (football en salle), qu’elle avait auparavant cherché à écarter parce qu’il comportait trop d’enfants d’origine immigrée à son goût. Suite aux critiques émanant du club, le bulletin municipal menace : « si la propagation de ces accusations persistait, des dispositions seraient prises, pouvant aller jusqu’au refus de salle, cette fois-ci pour de bon ».
Dans le numéro suivant du bulletin « Cogolin Terre-mer », un article fait ouvertement de l’agitation contre le fait que « la municipalité (a été) contrainte par le procureur de la République de marier une étrangère en situation irrégulière, ayant outragé deux agents publics ». Il s’agit, en fait, de l’histoire d’un couple franco-marocain que la municipalité FN avait longuement refusé, en toute illégalité, de marier. Seul le procureur de la République, que le maire peut saisir en cas de soupçon, a le pouvoir de s’opposer à la célébration du mariage, et uniquement au cas où il a des raisons fondées de penser qu’il s’agit d’un mariage « blanc ». Ce qui n’était pas le cas ici. La mairie a donc été contrainte d’appliquer la Loi, tout simplement.
Toujours dans ce bulletin, la mairie exprime son vif souhait de voir écartées des sorties scolaires des mères de famille portant le foulard. Elle se plaint du fait que dans deux écoles de la ville, les enseignant-e-s et parents d’élèves n’étaient pas d’accord avec une telle mesure d’exclusion, argumentant que « cela priverait l’école d’accompagnateurs lors de sorties ». Une mesure d’exclusion qui n’existe pas uniquement dans des mairies FN et qui peut être légalement adoptée par une direction d’école depuis la circulaire gouvernementale du 27 mars 2012.

Mesures de personnels : des choix très marqués
Il n’est pas davantage étonnant de voir que des représentants de la mouvance identitaire, qui exprime son racisme anti immigrés de façon plus dure et moins maquillée que le FN, peuvent se sentir très à l’aise dans certaines municipalités. Le 3 octobre 2014, le maire de Cogolin (Var), Marc-Etienne Lansade, a nommé le co-fondateur du mouvement 'Génération identitaire', Julien Langella, chargé de communication à la mairie. 'Génération identitaire', groupuscule fondé en 2012, fait figure de mouvement de jeunesse aux côtés du Bloc identitaire, lancé en 2003. Langella affirmait alors à la revue 'Les Inrockuptibles' qu’il n’avait « pas changé ses idées », suite à son rapprochement avec la municipalité et le maire d’ajouter à ce moment-là : « Ca ne pose aucun problème, c’est un garçon très gentil. »... même si ce "gentil garçon" était fiché à la DCRI pour hooliganisme et activisme d’extrême droite. Depuis, Langella a été écarté de la mairie.

Au Pontet, le 6 novembre 2014, c'est l’ancien porte-parole des Jeunesses identitaires (et militant très actif à Nice), Philippe Vardon, qui assiste aux débats du Conseil municipal. Vardon prétend qu’il n’y était que par hasard, s’étant trouvé en déplacement professionnel dans la région. Lors des élections départementales de la fin mars 2015, quatre candidats appartenant au mouvement identitaire local de Vardon, 'Nissa Rebela', figurent sur les listes du FN à Nice.

Mais l’extrême droite est plurielle. A Mantes-la Ville, c’est un catholique traditionnaliste, Thomas de Chalard de Thaveau, qui a été nommé directeur de la communication depuis la rentrée 2014. Quelques semaines plus tard, un nouveau chef de la police municipale a été recruté, il s’agit de Luc Bélier, auparavant affecté à Gonesse (Val-d’Oise). Bélier est par ailleurs le délégué Ile-de-France du Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM). Son président, Cédric Michel, a rencontré, le 23 octobre 2014, le maire de Béziers, Robert Ménard. Dans un communiqué publié sur le site du SDPM, il rappelle qu’il avait « soutenu les projets de sécurité de M. Robert Ménard, pendant la campagne municipale », et qu’il « suit la mise en place progressive de celui-ci (sic) ». Le 4 décembre, le journal ‘Le Parisien’ précise que Luc Bélier avait « présenté une candidature spontanée pour venir exercer à Mantes-la-Ville », et qu’il «s’apprête à réorganiser sa police municipale». Les effectifs de celle-cisont censés évoluer. ‘Le Parisien’ précise que la mairie cherche à embaucher «un ou deux agents» supplémentaires, par an, pendant toute la durée du mandat. Surtout, la municipalité compte développer la vidéosurveillance, et installer des caméras sur la voie publique à partir de l’été 2015.
Auparavant, on avait observé des départs en nombre de personnels employés à la mairie de Mantes-la-Ville. Le 19 septembre 2014, le magazine ‘Le Point’ avait écrit sur son site : « En seulement six mois de mandature de Cyril Nauth, ce sont une quinzaine de personnes (sur vingt environ) qui auraient quitté leurs fonctions. ».

Dans d’autres municipalités, le FN a surtout recasé ses militants battus aux élections. Ainsi, la mairie du Luc a recruté en octobre 2014 une nouvelle Directrice générale des services, Elisabeth Calou-Laselart. Celle-ci avait été tête de liste du FN à Saint-Cyr-sur-Mer (Var) en mars 2014. Mais dès avant son recrutement officiel, elle disposait déjà de locaux dans la mairie et d’une voiture de fonction, aux frais du contribuable local, à partir de septembre 2014.

Au Pontet (Vaucluse), c’est l’épouse de Philippe Lottiaux, candidat malheureux à la mairie d’Avignon, qui a été engagée pour gérer le bulletin municipal, avec cette particularité qu’elle le gère… depuis Paris, plus précisément depuis les locaux de l’agence de communication 'Anatha', comme l’a précisé le site ‘City Local News’.

A Beaucaire (Gard) selon le journal 'L’Humanité' du 27 novembre 2014, « Julien Sanchez vient (alors) d’embaucher parmi ses réseaux une demi-douzaine de nouvelles recrues. La dernière en date, au poste de chargé de communication de la mairie, le lyonnais Damien Rieu, porte-parole du groupuscule néofasciste Génération identitaire (…). L’ambiance est telle que les deux plus hauts gradés de la police municipale ont démissionné de leur responsabilité. Ils ont été remplacés par un collègue d’une commune voisine. Il est encarté au FN ou très proche’, (selon un) agent municipal anonyme. » Encore un Identitaire, donc, comme à Cogolin ! Précisons que Damien Rieu a été en procès, le 21 janvier 2015 à Lyon, pour incitation à la haine raciale. Ce procès concerne des propos qu’il a tenus dans un reportage diffusé sur la chaîne de télévision locale 'TLM'. Le jugement, dans cette affaire, sera connu le 17 mars 2015.

A Cogolin, Jean-Marc Smadja a été embauché comme « conseiller spécial chargé de l’urbanisme ». Il s’agit d’un homme des réseaux de Patrick Balkany. Smadja lui-même a dirigé le Société d’économie mixte d’aménagement de Levallois-Perret (Semarelp), qui a joué un rôle essentiel dans la spéculation immobilière de cette ville, de 2001 à 2008. Marc-Etienne Lansade, actuel maire de Cogolin, avait lui-même résidé dans cette commune de la région parisienne. Il a chargé Smadja de travailler sur la « reconversion » d’un terrain municipal de treize hectares, où la mairie souhaite voir pousser des hôtels ou des logements de standing. La revue ‘Marianne’, qui a consacré un article à Smadja (n° du 5 janvier 2015), résume les choses ainsi : « Cogolin : Le maire FN embauche un ex du clan Balkany pour ‘faire du pognon’ ». Le maire lui-même avait précisé, lors d’une réunion publique, le 26 novembre 2014 : « Je serai d’une cupidité absolument monstrueuse ». Autre mesure de personnel … très particulière : la police municipale de Cogolin a été placée sous les ordres d’un ancien policier, révoqué de la police municipale de Cannes pour « déviation comportementale ». Eric Masson, élu premier maire adjoint en mars 2014, était brigadier-chef de la police cannoise. En conflit avec la mairie, il a multiplié les éclats et les incidents. Celui de trop s’était produit en février 2014. Le journal « Nice Matin » écrit à ce propos que Masson « avait surgi furieux dans les bureaux de la Direction des ressources humaines de la mairie et avait effrayé les employées présentes. Traumatisée, une jeune femme enceinte avait même été transportée en état de choc au Centre hospitalier de Cannes. » Cet incident a valu à Eric Masson d’être jugé en correctionnelle, le 14 novembre 2014, pour « menaces de mort et outrages », au tribunal de Grasse. L’affaire est actuellement en cours d’appel.

Mesures antisociales
En matière sociale, plusieurs des mairies FN ont rendu payants ou plus chers des services rendus aux élèves, dans le cadre de la vie scolaire. A Beaucaire, au Pontet et à Villers-Cotterêts, les tarifs de la cantine ont été substantiellement augmentés. A Hayange, les frais du transport scolaire sont devenus plus chers ; à Mantes-la-Jolie, le périscolaire a été rendu payant. A Cogolin, la mise à disposition gratuite de dictionnaires aux élèves a été supprimée.

A la mairie de Villers-Cotterêts,  cette politique est très explicitement assumée. Le 14 février 2015, Franck Briffaut a déclaré qu’il était « contre la gratuité totale des transports scolaires » parce que cela constituait, à ses yeux, une « déresponsabilisation ». Il s’agit bien d’une prise de position antisociale, même si Briffaut attaque aussi le département « qui ferme des écoles » en zone rurale, augmentant ainsi la masse globale du ramassage scolaire.

A Beaucaire (Gard), la publication officielle de la municipalité, 'Beaucaire Magazine' (numéro de février 2015), a ouvertement ciblé les « parents profiteurs », leur crime consistant à « abandonner » leurs enfants à la cantine scolaire sans paiement préalable. L’éditorial charge ces parents durement, parlant de « pratiques inadmissibles » et les menaçant immédiatement d’un « signalement au procureur de la République ». Le tout étant justifiant par ce propos moralisateur : « Les parents honnêtes n’ont pas à payer pour les parents malhonnêtes ! ». Le 2 février 2015, Julien Sanchez déclare ainsi au ‘Figaro’, justifiant l’arrêt de toutes les subventions à la 'Maison du vivre ensemble', un centre socio-éducatif qui assurait un soutien scolaire aux enfants : « Si ces personnes ont besoin de soutien parce qu’elles ne parlent pas le français, ce n’est pas mon problème, ce n’est pas à nous de payer ! » .
La 'Maison du vivre ensemble', qui accueillait jusque-là une centaine d’enfants en soutien scolaire, a dû fermer ses portes le 28 janvier 2015. Auparavant, un courrier du cabinet du maire avait intimé à tous les personnels l’ordre d’être « tous dehors ». Cette mesure a provoqué la colère des habitants du quartier concerné, dont beaucoup ont manifesté à plusieurs reprises. Le maire a refusé de répondre aux questions de journalistes de « Canal + ».
La mairie de Beaucaire a aussi lancé une offensive contre les personnels de la municipalité. Le 3 février dernier, le maire a annoncé que le prime de fin d’année, jusqu’ici versée à tous les employé-e-s, allait à l’avenir devenir «fortement dégressive» à partir de six jours d’absence dans l’année (sans précision de motif), et totalement supprimée à partir de vingt jours d’absence.
Toujours à Beaucaire, Julien Sanchez a fait voter, le 25 février, par sa majorité une disposition qui met ouvertement en cause le temps légal de travail hebdomadaire. Suite à la délibération, le temps de travail est ainsi officiellement porté à 36 heures, 36 minutes et 36 secondes (sic) par semaine. Une mesure qui a une portée symbolique avant tout, et place le maire de Beaucaire décidément en pointe des attaques antisociales.  

Une année ne s'est pas encore écoulée depuis l'élection des 15 maires d'extrême droite et la liste de leurs méfaits est déjà bien longue.La vigilance et les mobilisations unitaires des organisations syndicales et des collectifs sont plus que jamais nécessaires pour éclairer les citoyen-es sur la réalité de l'extrême droite aux affaires !

VISA

Fichier attachéTaille
chronique n°3.pdf851.94 Ko

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de l'AG annuelle de VISA du 9 décembre dernier, nous avons décidé de baisser les tarifs de vente du tome 2 à 5€ l'unité et jusqu'à 2€ pour les commandes supérieures à 500 exemplaires (voir tableau ci-après).

« Lumière sur mairies brunes » tome 2, c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite. Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS

Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

assovisabis@gmail.com

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

Communiqué de Presse EGM (Paris, le 2 août 2018) Le projet de loi pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie a été adopté par le parlement le 1er août 2018. En dépit de quelques évolutions depuis sa présentation en février, il reste un texte régressif dont...
13.08.2018 - 11:15
http://enfantsetrangers.hautetfort.com La demande d'asile de la famille Arabi, venue du Darfour et ayant transité par l'Italie, sera traitée en France. Le rendez-vous crucial du 5 janvier s'est conclu sur cette belle perspective. Un nouveau rendez-vous leur a été donné pour être reçus par l'Ofpra,...
10.08.2018 - 19:16
Le jour d'après
06.08.2018 - 08:59
Kevin Ipoma doit être régularisé Kevin Ipoma est né le 13 avril 1999 au Congo Kinshasa. Orphelin de mère et son père emprisonné pour raisons politiques, il est arrivé en France le 1er novembre 2015. Pris en charge par l'ASE tant qu'il était mineur, il a réussi à se faire une place dans la ville de...
01.08.2018 - 22:53
Il a fui la Guinée-Conakry. Il a été vendu en Lybie. Comme d'autres jeunes, 7 cette semaine en Meurthe et Moselle, il est mis à la rue car il a été considéré majeur. Sans attendre la décision du tribunal administratif. Sans ressource ou accompagnement. La rue n'est pas plus acceptable en été qu'en...
31.07.2018 - 10:39
L'été 2018 donne lieu à un véritablement déferlement de maltraitance à l'égard des familles sans papiers et de leurs enfants : démembrement de familles, fabrication de quasi-orphelins, emprisonnements en CRA, expulsions...
24.07.2018 - 11:06
19 juillet 2018 Il y a des jeunes (chercheurs, footballeurs, entrepreneurs, parfois élus, etc) dont on se réjouit que leurs parents aient un jour passé les frontières pour venir dans ce pays et d'autres jeunes étrangers auxquels ce gouvernement refuse de donner la chance de construire une nouvelle...
20.07.2018 - 13:18
Accueillir ou pas : telle est la question !
20.07.2018 - 09:11
Monsieur Ricardo DEGALA, de nationalité philippine, est enfermé au centre de rétention de Paris-Vincennes depuis le 2 juillet 2018, suite à un contrôle d'identité au moment où il rechargeait son Pass Navigo à la station RER de La Défense (92). Monsieur DEGALA vit en France depuis un an avec sa...
19.07.2018 - 10:38

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

09.08.2018 - 09:05

Paris, le 14 août 2018, 15h45

Les Oubliés du Logement ont obtenu un rendez-vous avec la préfecture de région au sujet du relogement des familles ET un rendez-vous au ministère du Logement! Nous quittons le quai Branly, mais la lutte continue!  

 

...

dal
14.08.2018 - 12:45

Jeudi 9 août 2018, 18h

Les familles à la rue ont été hébergées ! – Fin de l’occupation du gymnase Bercy Bastille. La lutte continue pour le relogement des...

dal
09.08.2018 - 18:01

COMMUNIQUÉ

Paris, le 9 août 2018

 

Une phrase d’une militante du DAL sortie de son contexte a été publiée au journal de LCI ce matin 9/8/18, relative à l’expulsion de locataires par un bailleur parisien selon lui pour...

dal
09.08.2018 - 13:37
Session de 2 jours, le 9 août 2018 - [Autres Formations]
gisti
09.08.2018 - 09:05

COMMUNIQUÉ Paris, dimanche 5 août 2018 

 

Sous la canicule, les oubliés du logement de République...
dal
06.08.2018 - 14:10
Depuis plus de 20 ans, la préfecture du Pas-de-Calais et la mairie de Calais utilisent tous les moyens pour empêcher les exilé·e·s, en route pour la Grande-Bretagne ou en attente de l'examen de leur demande d'asile en France, d'installer des lieux de vie, et pour empêcher les habitant·e·s et...
gisti
03.08.2018 - 14:40
Le projet de loi pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie a été adopté par le parlement le 1er août 2018. En dépit de quelques évolutions depuis sa présentation en février, il reste un texte régressif dont l'esprit est dans la droite lignée des politiques...
gisti
03.08.2018 - 08:53

DAL – #OubliesDuLogement

Après leur évacuation brutale du 115 du...

dal
01.08.2018 - 15:28

Oubliés du logement de République : Occupation du 115 de Seine-St-Denis (asso. Interlogement), à Montreuil pour l’hébergement de 5 familles du 93 à la rue Intervention annoncée de la police.

...

dal
31.07.2018 - 15:14

Le Sénat a terminé la première lecture de la loi ELAN le 25 juillet. La CMP est repoussée au 12 septembre. En pleine affaire BENALLA, la droite et l’extrême-droite ont trouvé un excellent terrain d’entente avec le gouvernement sur le dos des moins riches d’entre nous, locataires, sans abris ou...

dal
27.07.2018 - 15:31
L’article 58 ter criminalise et met à la merci d’une expulsion sans jugement des dizaines de milliers d’habitants, et leur supprime la trêve hivernale

L’article 58 ter issu de la commission des affaires économique a été adopté cette nuit en séance. Le...

dal
25.07.2018 - 15:51

Paris, le 25 juillet 2018

Depuis 10h30 ce matin, et pour 24h, Le camp des...

dal
25.07.2018 - 15:50
Dix associations actives sur Calais, auxquelles s'est joint le Gisti par une intervention volontaire, ont déposé devant le tribunal administratif de Lille, le 23 juillet 2018, un référé-liberté demandant à ce qu'il soit enjoint aux autorités administratives d'ouvrir des points d'eau à Calais pour...
gisti
24.07.2018 - 18:14

COMMUNIQUÉ Paris  le 19 juillet 2018

18e jour au camp des oubliés du logement à République Dimanche 22 juillet à partir de 15h Atelier des enfants Avec Marina VLADY...
dal
20.07.2018 - 16:56
Le collectif « j'y suis, j'y vote » qui regroupe les associations militant depuis de nombreuses années pour le droit de vote des étrangers aux élections locales constate et regrette que le président de la République et le gouvernement n'aient pas inscrit ce sujet dans la révision constitutionnelle...
gisti
19.07.2018 - 14:54
Comme la loi le prévoit, il revient à chaque département de mettre en place l'accueil provisoire d'urgence de toute personne se déclarant mineure et privée temporairement ou définitivement de la protection de sa famille, période durant laquelle le département doit évaluer la minorité et la...
gisti
18.07.2018 - 16:20

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier