Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...
Appel unitaire "Fermons l'Arcadia, local fasciste à Strasbourg" Deuxième manifestation le 20 janvier 2018 L’Arcadia, local/bar du mouvement néo-fasciste "Bastion Social" qui a officiellement succédé au GUD, a été inauguré à Strasbourg le 9 décembre. Le même jour, une manifestation forte de 400 personnes avait alors défilé dans les rues de la capitale alsacienne pour refuser l’implantation de ce local. Nous soulignions alors qu’en prétendant lutter contre la misère sociale, les fascistes entendaient surtout disposer d’un QG pour la préparation d’agressions.    Et nous avions malheureusement raison : le soir même de l’inauguration, un jeune homme d’origine algérienne a été violemment agressé par un groupe de vingt personnes. Deux ont été arrêtées et jugées : l’une d’elle, Thomas Beauffet, une figure de premier plan du Bastion Social à Strasbourg, a été condamné à huit mois de prison ferme.  En...
  Communiqué de la fédération Solidaires étudiant-e-s, émanant de sa commission Antipatriarcat, au sujet du harcèlement ciblé dont sont victimes depuis 2 jours des militantEs féministes et antiracistes.   Depuis le matin du 8 janvier 2018, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) la page "Memes royalistes" une page d’extrême droite a annoncé "faire des révélations sur l’UNEF", et a publié des captures d’écrans de tweets de militantEs (femmes racisées) de l’UNEF, en citant leurs noms prénoms et pseudo, incitant de ce fait a un harcèlement ciblé sur ces personnes. Depuis, plusieurs autres camarades de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s ont également fait les frais de cette abjecte méthode militante d’intimidation.   Les propos cités étaient à chaque fois des tweets dénonçant des oppressions qu’elles subissaient et qui ont été qualifiés par des individus, en majorité d’extrême droite, et certains...
Vous pouvez signer la pétition en ligne par ici. Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds Monsieur le Président de la République   Nous sollicitons votre intervention pour empêcher  qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.           Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des...
Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA   La conférence de presse qui a suivi la rencontre des chefs d’État français et turc a permis de mettre en lumière les manipulations de l’opinion publique par les détenteurs du pouvoir politique à Ankara afin de parvenir à l’instauration d’un régime autoritaire.   Les purges et les licenciements massifs de salariés et de fonctionnaires, les violations quotidiennes des droits fondamentaux de l’Homme continuent sans relâche en Turquie. L’état d’urgence, en vigueur depuis dix-sept mois dans tout le pays, était l’opportunité pour le président Erdogan de promulguer 30 décrets-lois en contradiction, tant sur la forme que sur le fond, avec la Constitution turque.   Dernier en date, un décret-loi du 24 décembre, a entraîné le limogeage de plus de 2 700 personnes. Toutes sont accusées soit d’appartenir, soit d’être liées à des organisations «...
NON A L’OUVERTURE D’UN LOCAL FASCISTE A CHAMBERY !   Le mouvement néo-nazi « Bastion Social », anciennement Edelweiss Pays de Savoie, inaugurera son local "l’Edelweiss", situé entre le 169 et le 187 Avenue de Lyon à Chambéry, le 3 février prochain.   Ne voulant plus se limiter à être un "club de ratonnade", les fascistes savoyards tentent de se reconvertir dans la "solidarité" entre "bon français" blancs.   Sous couvert de récupérer la lutte contre la misère sociale et le mal- logement, les fascistes entendent surtout disposer d’un lieu pour la préparation d’agressions. Devons-nous rappeler les violences d’extrême droite quasi quotidiennes dans le Vieux Lyon, l’attaque violente sur un concert militant le 20 octobre dernier à Chambéry (par les mêmes personnes qui ouvrent ce lieu), ou encore l’agression raciste LE SOIR MÊME de l’ouverture d’un local du «...
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire   Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais "Ile de France Mobilités") [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).   Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les...
L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux   Ni nulle part ailleurs !    L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.  C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte. Leurs ambitions politiques sont en totale opposition avec nos valeurs, notre aspiration de transformation sociale, nos combats syndicaux pour une société plus juste, plus solidaire, accueillante et fraternelle.  Toutes ces organisations ne font...

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Les chroniques "lumières sur mairies brunes", le numéro 6

Voici le nouveau numéro des "Chroniques sur mairies brunes". Vous y retrouverez les derniers faits et dernières analyses, d'octobre à fin janvier, des municipalités d'extrême droite. Ces analyses sont rédigées, pour leurs départements, par les VISA locaux du 13 et du 83. VISA remercie tout particulièrement le CRIC de Mantes-la-Ville pour sa contribution et se relecture.

 
Cette sixième chronique de VISA recense une fois de plus les nombreux faits et méfaits de l'extrême droite à la tête des villes conquises au printemps 2014. Elle couvre la période allant d'octobre 2015 à janvier 2016.
Avec le numéro 5 d'octobre 2015, elle complète utilement notre dernier livre « Lumière sur mairies brunes ». Ces informations compilées sont plus que jamais nécessaires pour montrer le vrai visage de l'extrême droite au pouvoir et militer utilement contre elle.
Pour ce numéro, nous vous proposons un découpage par ville ou département, et non uniquement par thème. Ainsi, la première partie traite de Béziers, Hayange, Villers- Cotterêts et Beaucaire. La deuxième est centrée sur Mantes la Ville, la troisième sur le Var, la quatrième sur Hénin-Beaumont et la cinquième sur Marseille 13/14.
 
Béziers, Hayange, Villers-Cotterêts et Beaucaire
 
Répression antisyndicale
 
Le syndicalisme reste toujours un adversaire déclaré aux yeux de la plupart des maires FN, même si certains tentent d’enrôler des équipes locales dans une sorte de pseudo-consensus. Ailleurs, en revanche, c’est quasiment la guerre ouverte.
Les derniers mois de l’année 2015, le conflit entre le maire FN de Hayange, Fabien Engelmann, et la CGT (à laquelle il avait appartenu jusqu’à son exclusion en mars 2011 pour candidature FN aux cantonales) a continué à faire des ravages.
Le 17 septembre 2015, le CGT locale avait distribué un tract dans lequel elle dressait le constat « qu’un certain nombre de réorganisations voulues par le maire détériorent la qualité du service public qui devrait être rendue. Il supprime des postes, augmente la précarité, attaque les représentants du personnel, exerce pressions et menaces... Ce qui dégrade les conditions de travail et la santé des agents. »
Au cours des semaines suivantes, la mairie est passée à la contre-attaque. Dès le lendemain, elle a fait distribuer par trois agents municipaux un contre-tract, diffusé dans les services communaux et portant le logo de la ville. Sous le titre : « Réponse au tract mensonger de la CGT : Garants des droits des travailleurs ou adeptes des petits arrangements entre amis ? », la municipalité attaquait nommément Hugues Miller, le secrétaire général du syndicat CGT des fonctionnaires et agents territoriaux des établissements de la Ville de Hayange. Ce dernier fut traité de « fraudeur », parce qu’il aurait été rémunéré par l’administration en appliquant une NBI (Nouvelle bonification indiciaire) à laquelle il n’aurait plus droit, selon les prétentions de la mairie.
Dans les semaines suivantes, Fabien Engelmann se répandait dans la presse locale, déclarant par exemple au Républicain Lorrain (v. numéro du 12 janvier 2016) : « C’est toujours pareil avec la CGT, constamment dans la contestation bête et méchante. (...) Nous n’avions jamais répondu aux précédents tracts, pourtant diffamatoires à mon sens, mais là, c’était trop. Avec ce syndicat, nous sommes sur une autre planète à Hayange. »
En réponse à cette attaque diffamatoire grave, le secrétaire général dudit syndicat CGT a décidé de porter plainte pour diffamation publique, en janvier 2016. Un premier rendez-vous, destiné à fixer les étapes ultérieures de la procédure, s’est déroulé le 26 janvier 2016 au Tribunal correctionnel de Thionville. Nous tiendrons informés nos lecteurs et lectrices sur les suites de cette procédure.
 
Changements idéologiques de nom de rues
 
Au dernier trimestre 2015, des municipalités FN ont également continué à utiliser leur pouvoir local afin de mettre en œuvre des actes dictés par l’idéologie. Cela concernait notamment l’histoire de la guerre d’Algérie, qu’il s’agit – aux yeux de l’extrême droite – de relire dans un sens revanchard et pro-« Algérie française ».
A l’instar de ce qui avait été fait ailleurs, auparavant (Béziers en mars 2015), le maire FN de Beaucaire, Julien Sanchez, a fait débaptiser la « rue du 19 mars 1962 » de la ville. L’ancien nom se référait à la date d’entrée en vigueur du cessez-le-feu inscrit dans les accords d’Evian conclus entre la France et le FLN algérien. Alors qu’à Béziers, la mairie de Robert Ménard avait opté pour un nouveau nom qui se réfère à un militaire ayant participé au putsch des généraux à Alger (dirigé contre Charles de Gaulle et « l’abandon de l’Algérie française »), celle de Beaucaire a choisi de remplacer la date du 19 mars 1962 par une autre.
Désormais, la rue en question s’appelle « rue du 5 juillet 1962 ». On pourrait penser qu’il s’agit de
rappeler la date de l’indépendance de l’Algérie, marquant la fin effective de la pire guerre coloniale que la France ait menée. Or, l’apparence est trompeuse, sur ce point. En réalité, pour la mairie, il s’agit de ré-occuper la date en question pour lui donner un autre sens, devant l’opinion publique.
La municipalité de Beaucaire explique ainsi qu’il s’agit de commémorer ainsi le massacre d’habitants européens (pieds noirs) de la ville d’Oran, qui ont été tués le même jour en marge de la célébration de l’indépendance. Ce fait est historiquement avéré, mais ne s’explique que si on tient compte de la profonde colère qu’avaient suscité, dans la population arabe et berbère de l’Algérie, les attentats massifs et « aveugles » de l’OAS (organisation paramilitaire d’extrême droite qui se battait pour le maintien de la colonisation en Algérie). Un mouvement de foule, animé par des cris de vengeance, avait ainsi eu lieu dans la ville d’Oran, échappant vite au contrôle du FLN et des nouvelles autorités algériennes, pour déboucher sur une tuerie qui fera plusieurs centaines de morts. L’extrême droite française ne cesse, depuis, de rappeler ce fait pour jeter une ombre sur le fait même que l’Algérie soit devenue indépendante ; et pour défendre le colonialisme qui est à l’origine des haines ayant opposé des populations.
La mairie FN de Beaucaire a officiellement annoncé ce changement de nom de la rue à la date du 27 novembre 2015, alors que le nouvelle plaque avait déjà été posée. Administrativement, le changement de nom est entré en vigueur le 29 novembre dernier. Le Conseil municipal avait pris la décision par un vote intervenu le 04 novembre 2015 au soir. Le PCF local avait dénoncé une « tentative de réhabilitation du colonialisme et du terrorisme » de l’OAS, ajoutant : « (Le FN) voudrait nous ramener près de 60 ans en arrière, ressusciter les guerres coloniales, rouvrir les plaies, diviser les peuples de la Méditerranée et les Français entre eux. »
Cela n’empêche pas, par ailleurs, le maire FN de Beaucaire de vouloir se poser en « rassembleur ». Lors de la séance du Conseil municipal du 18 décembre 2015, Julien Sanchez a ainsi appelé les deux groupes d’opposition municipale à se réunir avec lui, pour peser ensemble à la Communauté de communes. Prenant prétexte de la demande d’ouverture d’un musée, il leur lança : « Incarnons ensemble une nouvelle majorité. Nous gérerons différemment. Ce serait intelligemment ( sic !) de votre part. ».
 
Racisme et surenchère sécuritaire
 
Le climat délétère suscité par les attentats du 13 novembre 2015 est favorable aux excès de l’extrême droite. S’inscrivant dans ce qu’elle aperçoit comme le sens du vent, notamment avec l’instauration de l’état d’urgence et le débat sur la déchéance de nationalité, elle n’a pas toujours su contrôler les « énergies » de ses éléments les plus vindicatifs.
A Villers-Cotterêts, une élue municipale s’est illustrée par ses excès verbaux. Chargée entre autres du CCAS (Centre communal d’action sociale) sous la municipalité FN et membre de la « commission sociale » à la mairie, la retraitée Anie Pirckher s’est lâché sur Facebook, fin décembre 2015. A propos du débat sur la déchéance de nationalité pour certains binationaux, elle y écrivait : « Pourquoi accorder tant d'indulgence à des êtres qui n'en valent pas le coup. (...) Juste les expédier du haut d'un avion dans leur pays d'origine que cela leurs plaisent ou non, bien sure accompagnés par une centaine de têtes de porcs et déversser du sang de porc par dessus tout. » (Sic !, orthographe laissée à l’état original) L’Etat de droit, elle ne connaît pas ! Ces propos ont été portés à la connaissance du grand public par le journal L’Aisne nouvelle, le 11 janvier 2016.
Tout en affirmant qu’il « ne partage pas ce qu’elle a dit », le maire FN Franck Briffaut ne prendra pas position sur le fond, se contenant d’affirmer que les médias sociaux étaient dangereux (et que lui-même était donc « rétif et récalcitrant à tout ce qui est Facebook et autres »). C’est donc le messager qui est coupable, plutôt que l’auteur du message ? Toujours est-il que, suite au scandale qui avait éclaté - d’autant plus qu’un responsable du FNJ du département avait réagi aux attentats en s’exclamant « Aux armes, patriotes, bordel de merde ! » -, la mairie a été obligée de lâcher Madame Pirckher. Celle-ci sera remplacée début février 2016, dans ces fonctions concernant entre autres la gestion des affaires sociales de la ville, par Georges Escalié.
A Béziers, Robert Ménard a profité du climat général pour lancer, à partir du 1er décembre 2015, une campagne visant à créer une « Garde biterroise ». Ressemblant à un embryon de milice, celle-ci aurait été composée de bénévoles, une priorité étant donnée aux anciens policiers, anciens gendarmes, anciens militaires et pompiers à la retraite. Venant doubler la police nationale et venant renforcer la police municipale (aux effectifs déjà doublés par la mairie d’extrême droite), cette « Garde » bénévole aurait dû exister tant que l’état d’urgence s’applique en France. Sa mission aurait consisté à effectuer des patrouilles sur des sites jugés sensibles de la ville et des « déambulations sur la voie publique » ; ainsi que d’ « alerter les forces de l'ordre (police nationale et police municipale) en cas de troubles à l'ordre public ou de comportements délictueux » selon un texte de la mairie.
Le projet fut validé par un vote du Conseil municipal, au soir du 15 décembre 2015, alors que la mairie annonça que « 80 volontaires » auraient dores et déjà été « recrutés ». Le préfet de l’Hérault, Pierre de Bousquet, ne l’entendait cependant pas de cette oreille et demanda à plusieurs reprises à la mairie de retirer ce projet. Selon lui, il remettait en cause les accords passés entre l’Etat et la municipalité de Béziers, ayant permis à cette dernière de créer puis de renforcer une police municipale.
Saisi par le préfet en référé (procédure d’urgence) depuis le 23 décembre 2015, le Tribunal administratif de Montpellier a suspendu ce projet par un jugement du 19 janvier 2016. Le juge des référés n’a que le pouvoir de suspendre une mesure administrative en cas de « trouble manifestement illicite », mais non pas de l’annuler, ce qui restera réservé dans un deuxième temps au juge du fond. En attendant, la milice de Béziers ne pourra pas sévir...
La prolifération de « crèches de Noël » dans des mairies tenues par l’extrême droite (en novembre/décembre 2015 entre autres à Béziers, Hayange, Villers-Cotterêts, Orange..) n’est, quant à elle, évidemment pas motivée uniquement par l’amour de l’artisanat. A l’évidence, il s’agit bel et bien de se démarquer des populations non-chrétiennes, et tout d’abord musulmanes, à qui un message de non-appartenance « aux racines et traditions locales » est ainsi adressé.
Robert Ménard, exige par ailleurs des mosquées locales de signer une « charte » conçues par ses services et a déclaré, dans l'émission Envoyé spécial diffusée en octobre 2015 sur France 2, qu’il allait s’opposer à l’ouverture de tout nouveau kebab dans la ville. Alors que certains musulmans avaient participé à une action symbolique de « protection » de fidèles chrétiens, assistant en décembre 2015 à une messe de Noël dans le quartier de La Devèze (pour montrer leur réprobation de tout acte anti-chrétien, vu que des projets d’attentats contre des églises étaient prêtés à certains djihadistes), le maire de Béziers a là encore diffusé son message de haine. S’interrogeant publiquement, le 26 décembre 2015 : « Depuis quand les pyromanes protègent des incendies ? », il avait ajouté la question rhétorique : « Une garde musulmane "protégeant" une église catholique. Contre qui ? Des hordes de moines bouddhistes ? Des chamans sibériens ? Oui, de qui se moque-t-on ? Et où va ce pays ? ». Ainsi, Robert Ménard avait suggéré que, loin d’être une mesure de protection symbolique, le geste des musulmans fraternisant avec les chrétiens constituait en réalité un acte d’occupation de l’espace et d’intimidation.
Décidément, aux yeux d’un maire FN, le vivre-ensemble est impossible, et tout acte des populations qu’ils jugent indésirables est forcément vu comme une supposée déclaration de guerre.
 
Mantes-la-Ville
Politique sécuritaire
 
La ville adhère depuis juin 2015 au dispositif « Mairie Vigilante – Voisins Vigilants », qui se propose de « mettre en relation les habitants d'un même quartier pour lutter ensemble contre le fléau des cambriolages de manière simple et gratuite" par l'installation de panneaux signalétiques et la mise à disposition d'une application et d'un serveur informatique pour recevoir les messages des informateurs.
Présenté en grande pompe, ce dispositif permet à la mairie d'afficher à moindre frais une politique tout sécuritaire en mettrant en place un système qui favorise la méfiance, la délation, voire l'auto- défense.
La Police Municipale
L'ancienne équipe municipale (PS) avait fait voter l'autorisation d'armer la police. Cela n'a pas été fait, mais l'autorisation reste valable sous le mandat FN... Un nouveau chef de la Police Municipale a été recruté. Il est délégué Ile-de-France du SDPM (Syndicat de Défense des policiers Municipaux), syndicat qui milite pour l'armement à feu généralisé des polices municipales et soutient la politique de Ménard à Béziers.
 
Enseignement et Culture
 
La ville investit de moins en moins dans les activités péri scolaires. Il est impossible de connaître l'utilisation par la mairie FN de la somme versée par l'Etat pour aider à préparer les nouveaux rythme scolaires.
Depuis que le FN a revu le budget à la baisse, le tarif des centres aérés a été augmenté de façon sensible et il y a de moins en moins de sorties pendant les vacances d'été.
Le maire, un professeur d'Histoire, cite Maurras et Brasillach. Il revendique une « Culture la moins idéologique possible ». Pour lui, la culture idéologique c'est celle qui propose un contenu politique subversif ou transgressif. Il défend une programmation culturelle « populaire » qui remplit les salles car « il faut que ça rapporte ».
Après les attentats, de nombreux spectacles et animations ont été annulés, même la bourse aux jouets qui se tient pourtant à l'intérieur de l’école Armand Gaillard. Mais d’autres événements commerciaux ont pu se produire sur la place du marché, notamment l'animation « Beaujolais nouveau » et le marché de Noël où les enfants ont été invités par la ville, sans restriction aucune...
 
Vie Associative
 
AUTHENTIK 78, le club de Hip Hop dont les subventions ont déjà été largement diminuées ne recevra pas d’acompte sur ses subventions 2016. Le maire confirme que les activités liées au Hip Hop et la culture urbaine ne sont pas une priorité pour lui et menace de supprimer les avances en cas de comportement « impoli et discourtois ». Par contre «Le Goujon Mantais », club de pêche où un élu FN est inscrit, touche désormais une subvention de la ville...
Enfin la mairie reprend en main le comité des fêtes qui était jusqu'ici une association indépendante. Pour l'instant, certaines associations sont directement soutenues par le Conseil Général et la réserve parlementaire de la députée. la Ligue des Droits de l'Homme a été relogée par le PC.
 
Le bras de fer avec le FCMANTOIS continue. 
En contentieux avec la mairie pour non-respect de la convention liant les 2 parties, le club de foot devra s’attendre à la suppression de ses subventions (qui ont déjà été divisées par 5 en deux années). Malgré tout, le FC Mantois est allé loin dans le championnat cette année mais a perdu face à Nantes, qui lui a offert sa prime. Un beau geste.
 
Nouvelle mosquée
 
La cour administrative d'appel de Versailles a rendu son jugement dans le dossier de la mosquée de Mantes-la-Ville en donnant raison au préfet contre le maire.
Lors de la campagne électorale des régionales, Wallerand de Saint-Just, tête de liste du FN en Île- de-France, est venu sur place pour dénoncer ce projet : « Nous sommes venus ici spécialement pour dénoncer le rôle du préfet d’inciter à installer une mosquée. Il est scandaleux qu’un préfet prenne fait et cause à une opération électoraliste ». Le Bloc Identitaire a aussi soutenu le maire via une pétition contre le projet.
Mais l'affaire semble aujourd'hui réglée. L’acte de vente du bâtiment a été signé en octobre 2015 et les travaux sont en cours pour mettre la salle de prière aux normes avant son ouverture. La mairie devra verser plusieurs milliers d'euros à l'association MMS ( Musulmans Mantes Sud) pour avoir bloqué les procédures plusieurs fois.
 
Racisme
 
Les changements de rythme de ramassage des ordures ménagères ont entraîné quelques difficultés et un adjoint FN s'en est donné à coeur joie en affirmant que les "Roumains" sont évidemment responsables de l'introduction de rats dans la ville.
Autoritarisme et difficulté du dialogue démocratique
Lors du conseil municipal du 30 novembre 2015, l'opposition dénonce la difficulté de travailler vu le nombre important de dossiers et le délai imparti trop bref.
Elle demande d’augmenter la fréquence des Conseils Municipaux et des commissions associées aux divers sujets (celle des Sports ou celle du Marché ne se sont jamais réunies depuis le début du mandat). Le maire a refusé, arguant que la loi lui n'imposait qu'un seul conseil par trimestre.
Lors du 1er tour des élections régionales, un différend entre le maire FN et ses opposants a retardé la proclamation des résultats. Vers 22 heures, les représentants des listes LR et PS se sont vus refuser l’accès au bureau centralisateur par des agents municipaux. Colère des deux délégués qui sont partis, refusant de valider les résultats. Il a fallu l'intervention du sous-préfet pour que les choses rentrent dans l’ordre.
A l'intérieur du groupe FN aussi les choses ne semblent pas très simples. Après que ses adjoints aient dit pas mal de bêtises, le maire leur a interdit de prendre la parole en public, devant des journalistes, ou d'utiliser Face Book. Depuis les élections, 4 conseillers FN ont démissionné, d'autres cumulent les absences....
 
Var
 
Si les derniers mois de 2015 ont été occupés par les élections régionales, dans le Var comme ailleurs, (voir notre article sur le site « Régionales dans le Var et en PACA : le FN entre en campagne » du 16/10/15) les maires FN varois n’en ont pas moins continué à agiter leurs « fondamentaux ».
Le premier d’entre eux est d’attiser les haines en glorifiant le passé et la supposée culture chrétienne de la Provence en opposition bien sûr aux musulmans, même si, pour contourner les lois antidiscriminatoires, cela n’est pas ouvertement dit mais fortement suggéré.
 
La croisade de Fréjus continue
 
Ainsi, le 25 Novembre 2015, les 3 maires FN de Fréjus, Cogolin et Le Luc ont claqué la porte de l’Association des Maires de France, l’AMF, sous prétexte qu’elle n’approuvait pas la mise en place de crèches au sein des mairies. « Il est incontestable que le christianisme est une expression de la culture française » expliquent-ils dans leur communiqué justifiant leur départ.
Mais c’est autour de la Mosquée de Fréjus que cette nouvelle « croisade » s’est concentrée. Après la décision du tribunal administratif de Toulon de faire ouvrir provisoirement la mosquée le jour de la fête de l’Aïd, le 24 Septembre, ce même tribunal a rejeté, le 20 Octobre, la demande de son ouverture définitive. Mais le Conseil d’Etat, saisi en référé, ordonne le 9 Novembre, que la mosquée soit provisoirement ouverte jusqu’au jugement sur le fond du tribunal de Draguignan.
Le maire FN de Fréjus se met alors hors la loi en refusant d’appliquer la décision du Conseil d’Etat ! Le Préfet du Var, qui aurait dû prendre le relai du maire défaillant, rechigne aussi à appliquer cette décision. Devant ces blocages, le Conseil d’Etat, par une nouvelle décision du 14 Janvier 2016 donne 72h au Préfet pour faire ouvrir la mosquée ! Le 22 janvier c’est enfin chose faite, et un millier de Fréjussiens de confession musulmane peuvent enfin prier dans leur mosquée...plutôt que dans la rue ou dans des caves.
Ces péripéties sont avant tout le fruit de l’acharnement et de la concurrence entre eux du maire FN de Fréjus et du maire LR de Saint Raphael, dans leur course nauséabonde pour gagner, ou conserver, l’électorat de ces deux villes à leur rhétorique antimusulmane et anti immigrée. Le feuilleton n’est pas pour autant terminé : le 26 Février, le tribunal de Draguignan se prononcera sur le fond (légalité du permis de construire, conformité par rapport aux risques d’inondation) et pourrait même demander la destruction de la mosquée ! Sans attendre, David Rachline, le maire de Fréjus, a d’ores et déjà annoncé que, si le jugement lui était favorable, il consulterait les Fréjussiens par référendum, sur l’ouverture ou non de l’édifice religieux. Une habile manœuvre visant à jouer au démocrate et en même temps à se préserver des accusations de mollesse dans ce dossier que le maire de Saint Raphaël lui assène régulièrement.
A Cogolin, c’est par la promotion d’une conférence « au secours des chrétiens d’Orient » organisée par une association proche du FN le 04 Octobre que la mairie a apporté sa petite pierre à cette croisade. Son zèle l’a conduite à envoyer une lettre au proviseur et directeurs d’écoles pour les inviter à la conférence et, en joignant l’affiche, leur proposant « de bien vouloir l’imprimer et l’afficher dans vos établissements »
 
Le tout sécuritaire
 
C’est le deuxième créneau porteur ; le maire de Fréjus a présenté ses projets pour 2016 : augmentation du nombre de caméras fixes et mobiles, extension du dispositif « citoyens vigilants », renforcement des effectifs, changement des armes et des munitions etc.... Il a revendiqué ne faire « aucune économie en matière de sécurité » pour répondre aux inquiétudes des Fréjussiens.
La mairie de Cogolin, elle, a ciblé l’ensemble immobilier de La Cauquière qui, selon elle, « s’est enkysté» et « s’est même progressivement communautarisé et il y règne un net sentiment d’insécurité ». En conséquence la mairie va y implanter la « base logistique » de la Police Municipale et dans les mêmes locaux aussi les agents du CCAS qui « ont parfois à gérer des populations difficiles » et cela « évitera des gestes déplacés voire menaçants de certains de leurs visiteurs ». (Var Matin du 02/12/2015). Voilà donc la boucle bouclée : pauvreté=population difficile=immigration=communautarisme=délinquance ! La solution aux problèmes des quartiers pauvres est simple pour le FN : la police pour endiguer « les kystes ».
Au Luc, c’est l’extension du dispositif «Citoyens vigilants », copie frontiste de « voisins vigilants », qui est à l’ordre du jour avec la création d’une quinzaine de zones pour mieux quadriller la commune.
 
Les nouveaux habits gestionnaires des maires frontistes du Var
 
Marc-Etienne Lansade, le maire de Cogolin qui était tête de liste FN pour les Régionales dans le Var, se sent fort de ses succès : 143 des 153 communes du département l’avaient placé en tête au premier tour des élections régionales. Aussi, malgré la désillusion perceptible au soir du deuxième tour, le maire de Cogolin veut la jouer cool et grand seigneur. « M-Etienne Lansade enterre les querelles de campagne » titre Var-Matin le 7 janvier2016 après la cérémonie des vœux du maire. Il y rappelle que les fondamentaux de sa politique sont « la sécurité, l’esthétique, l’animation ». Il explique aussi que sa référence économique est...la Norvège (et son fond souverain) et qu’il voulait créer une « foncière », structure immobilière de « rapport » qui engrangerait les bénéfices tirés des 30000m2 qu’il entend faire bâtir sur 13 hectares en bord de mer, après avoir fait modifier le PLU.
Tout cela rappelle le Levallois des Balkany d’où vient d’ailleurs son conseiller en urbanisme ! La comparaison ne s’arrête pas là : Après avoir emprunté 2,5 M d’euros aux banques en 2014, 5 M de plus en 2015, il prévoit encore 4M d’emprunts en 2016. A ce rythme là, l’endettement de la ville va dépasser celui que les équipes UMP précédentes avaient souscrit. Mais, contrairement à la Norvège, Cogolin n’a pas de pétrole offshore à exploiter et ainsi le maire continue à appliquer les bonnes vieilles recettes libérales pour faire payer la note aux moins fortunés. Toutes les coupes budgétaires 2016 ne sont pas encore connues mais la mairie a déjà fait savoir que le budget des écoles allait être diminué ; toujours pour les écoles, le transport des enfants par les cars communaux pour des activités hors des murs (piscine, voile, sorties éducatives etc....) sera supprimé au profit d’une entreprise de cars privée. Enfin, dès septembre 2016, il n’y aura plus d’études du soir payées par la commune aux instituteurs, ils seront remplacés par des bénévoles.
A Fréjus aussi le maire veut promouvoir le bénévolat ! Il a voulu faire signer une convention d’occupation des ateliers communaux aux artistes, les obligeant à effectuer des garderies dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires. Ceux qui refuseraient verraient leur bail résilié. Face à ce chantage, une partie des artistes de Fréjus a créé « la fourmilière » et se sont délocalisés à St Raphaël, où la mairie LR leur a loué un local. Au final, « plus de la moitié partent, vont partir ou dénoncer la nouvelle convention » explique Olivier Isselin, porte parole des artistes fréjussiens ( la Marseillaise du 17/11/2015 )
Au Luc, la nouvelle responsable des Ressources Humaines, dont le mari est le DGS de la mairie, a décidé de supprimer la prime de fin d’année des agents municipaux, sous prétexte qu’elle serait illégale.
Ainsi donc dans le Var, on est loin des discours antisystème et anti austérité de Marine Le Pen et Philippot ; le FN s’adapte à un électorat qui, pour le moment, se contente du tout sécuritaire, de l’endiguement des « populations difficiles », de l’embellissement du centre ville à grands coups de peinture et de décoration florale, des soirées dj ou cabaret et des thés dansants.
 
Turbulences dans le parti
 
Le dicton raconte que le poisson pourrit par la tête, et c’est bien un des problèmes auquel le FN, dans le Var et ailleurs, est confronté. Si durant les Régionales, un conseiller municipal de la majorité de droite de Saint Tropez, Henri Prévost-Allard, a appelé à voter pour le Front National, cette petite prise de guerre ne compense pas les dégâts, d’abord sur le plan médiatique, de la
démission du FN d’Antony Giraud, conseiller municipal à Cogolin. Par lettre recommandée, celui ci reproche au maire son « habitude à mettre les gens devant le fait accompli », que « Monsieur Lansade avait 3 Millions d’euros de côté, il les a mangé » et qu’il ne veut plus s’associer à cette « mascarade politique ».
Il s’excuse enfin auprès des Cogolinois « pour avoir aidé un parachuté à s’installer à la mairie » (Var Matin du 26/11/2015). A la séance du conseil municipal du 21 Décembre, le dissident, siégeant dorénavant dans les non inscrits, est apparu avec un bâillon sur la bouche ! La réponse du maire de Cogolin dans le même journal fut très violente : Il l’accuse d’abord d’être un proche de Jean-Marie Le Pen, que ce n’est « qu’un trublion qui se raconte sa vie » et que « ce monsieur est un psychotique et je ne suis pas médecin »
La médicalisation des divergences politiques a toujours été un marqueur des partis totalitaires et cela en dit aussi long sur les mœurs internes de ce parti que sur les plaies non cicatrisées depuis l’éviction du vieux chef. Cette violence en interne et les questions stratégiques non réglées qui sont en arrière plan, peuvent, à terme, être un facteur déstabilisant pour les mairies FN varoises surtout si cela se combine avec des résultats économiques peu différents de ceux qui ont fait chuter les équipes de droite qui les ont précédées.
 
Hénin Beaumont

 
Les demandeurs d'asile, un bouc émissaire pratique dans les municipalités FN....
Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont du 29 septembre 2015, la majorité municipale FN a voté une motion présentée par Aurélia Beigneux, adjointe à la famille et à la petite enfance.
Cette motion visait à dénoncer l'arrivée de personnes demandeuses d'asile et de « s'opposer à l'arrivée » de ces personnes sur la ville en raison de la « crise du logement ».
Cette motion met en concurrence, concernant le droit au logement, des personnes demandeuses d'asile et des salarié-e-s ou privé-e-s d'emploi de la commune, plutôt que de poser la question du financement massif des logements sociaux pour tous et toutes, et chercher à se battre pour en construire de nouveaux.
Cette lutte est apparemment moins simple à mener, et le programme du FN est muet sur ce point donc : tapons sur les derniers arrivés 
 
Faites ce que je dis...
 
Au mois de décembre 2015, la même conseillère municipale porteuse de la motion se fait pincer pour une suspicion de... fraude au RSA !
 Elle aurait « oublié » de déclarer certains de ses revenus perçus en tant qu'élue... La perception du RSA ouvre aussi quelques autres droits : les allocations logement, la CMU-C...
Le FN met souvent sur le dos des étrangers et des précaires les difficultés de notre système social, sans prendre en compte les fraudes beaucoup plus massives aux reversements de cotisations sociales ou de la TVA...
Certains de ces élu-e-s seraient-ils/elles aussi des fraudeurs ? La Voix du Nord avait interrogé José Évrard, président du groupe FN au Département : elle n’aurait perçu le RSA que « pendant deux ou trois mois. Et c’était compatible (avec l’indemnité d’élue) car il y avait un plafond qu’elle ne dépassait pas. Si son travail était bien fait, il n’y a rien à dire ».
Permission de fraude à tout « bon-ne » élu-e- FN ?
 
La démocratie à Hénin-Beaumont...
 
Ce trimestre encore, les élu-e-s d'opposition ont déploré la présence tellement massive des militant-e-s FN aux conseils municipaux que ceux-ci s'apparentent à un meeting FN permanent. Remarquons ensuite le crédit que donne le maire aux droits de l'opposition : de manière quasi systématique, les tribunes de l'opposition font l'objet d'une réponse insérée dans la même page du journal municipal.
Steeve Briois et son équipe s'enferrent à de longues explications, évidemment sans possibilité de continuer le débat dans le même journal, dont ils maîtrisent la date de publication...
 
 
Marseille, 13ème et 14 ème arrondissements
 
Ravier est décidément opposé au vivre ensemble !
 
L'Espace Culturel Busserine est en danger suite à l'annonce prématurée de sa fermeture par le sénateur/maire Stéphane Ravier.
Des travaux de mise en conformité pour les personnes à mobilité réduites sont prévus depuis 2013 à l'Espace Culturel Busserine, nécessitant sa fermeture pendant plusieurs mois. Malgré un calendrier qui ne prévoit pas le démarrage de ces travaux avant début 2017, la Mairie des 13/14 a arrêté toute activité sur cet équipement depuis le mois de janvier 2016 et réaffecte son personnel au sein du service fêtes et manifestations à partir du 22 février 2016 jusqu'au terme du chantier, soit plus de 18 mois de fermeture !
La mairie de secteur a donc supprimé la subvention de fonctionnement de 100 000€ à l'espace Culturel Busserine pour l'année 2016, alors qu'aucuns travaux n'y seront vraisemblablement effectués durant cette période ! C'est donc en toute logique que Ravier c'est également prononcé contre une programmation "hors les murs" du centre social.
Ces travaux de mise en conformité ont servis de prétexte à Ravier pour la fermeture anticipée d'une structure aux antipodes de l'idéologie du FN, une structure qui prône le vivre ensemble.
 
Ravier déjà en campagne pour 2020 ?
 
La campagne des municipales de 2020 a visiblement commencé pour Stéphane Ravier, et elle est financée par la mairie des 13ème et 14ème arrondissements de Marseille !
En effet, Stéphane Ravier voit les choses en grand. Il a choisi rien moins que le Dôme pour présenter ses vœux à la population du secteur dont il est maire. C’est la première fois que la salle de concerts (pouvant accueillir jusqu'à 8500 personnes) est choisie comme cadre des vœux du maire de secteur. La folie des grandeurs ? Estimation du coût : 30 000€ au bas mot !
 
Chassez le naturel...
 
Pour finir, nous ne pouvons pas passer au-dessus de la vision qu'à Stéphane Ravier de l'école publique. Il déclara en effet, lors de la séance du Conseil d'arrondissement du 14 décembre 2015 : « l’Education de Mme Najat Belkhacem, qui n’a plus rien de Nationale, où on apprend la violence et tous les trafics, ... Heureusement qu’il existe les écoles privées avec des vrais enseignants et non ces militants des écoles publiques, pas respectables, qui ne protègent pas les enfants, heureusement qu’il existe des écoles privées pour que les élus y envoient leurs enfants.".
 
 
Lutter contre le Front National et l'extrême droite nécessite un travail d'analyse et de mise en lumière de la réalité de leurs idées.
 Forts de ces éléments, il appartient aux syndicalistes de se faire les meilleurs ennemis de l'extrême droite, et, pour les faire reculer, l'unité syndicale et la lutte pour la justice sociale seront nos meilleures armes.
 
Fichier attachéTaille
VISA chroniques mairies n6 fevrier 2016.pdf744.31 Ko

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de l'AG annuelle de VISA du 9 décembre dernier, nous avons décidé de baisser les tarifs de vente du tome 2 à 5€ l'unité et jusqu'à 2€ pour les commandes supérieures à 500 exemplaires (voir tableau ci-après).

« Lumière sur mairies brunes » tome 2, c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite. Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS

Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

assovisabis@gmail.com

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

Nous, enseignants, personnels du collège Léonard deVinci et du lycée Rabelais, camarades de classe, amis, d'Ermir et d'Amina, associations et individus membres du comité de soutien de la famille Sulejmani leur apportons tout notre soutien afin qu'ils puissent rester ici, auprès de nous. Qu'ils...
23.04.2018 - 21:26
22.04.2018 - 21:57
M. Oleksandr LOBANOVSKYI, ressortissant ukrainien, n'avait jamais été interpellé par les forces de police jusqu'à ce jour. Le 15 avril 2018, Oleksandr a été arrêté pour un simple contrôle d'identité, à l'occasion d'un contrôle routier. Il a déclaré au commissariat sa situation familiale sur le...
21.04.2018 - 12:32
Prochaines réunions du RESF13 - à Marseille : - Mercredi 18 avril de 16h à 18h : Réunion de fonctionnement RESF à Marseille à Mille Bâbords (61 rue Consolat 13001). attention horaire modifié - Mercredi 9 mai de 15h à 17h : permanence RESF à la MMDH (34 cours Julien, à Marseille 13006). À...
16.04.2018 - 08:00
PETITION DE SOUTIEN A LA FAMILLE BOUKHARI DE ROUVROY Kheira et Rédouane Boukhari sont arrivés en France à Charleville avec leurs fils Walid et Youssef en 2010. Ils vivaient chez le frère de Kheira en situation régulière depuis longtemps. Puis en 2014 la famille arrive à Rouvroy chez l'autre frère...
15.04.2018 - 13:37
1 - Maltraitance institutionnelle Télécharger 2018-04-12%20initiative%2094%20-%201%20-%20Maltraitance%20institutionnelle.mp3 ( 1.7 Mo ) 1 - Maltraitance institutionnelle Durée : 01:52 2 - Jeunes majeurs sans papiers Télécharger 2018-04-12%20initiative%2094%20-%202%20-%20Jeunes%20majeurs%20sans%...
14.04.2018 - 22:57
Avec Bruno Chevalier et Julie (Romeurope) Razvan (Arcueil) et Laure Palun (ANAFE) 1 – Intro et journal Il sera surtout question d'une mobilisation aux Ulis (91) Télécharger 2018-04-11%20RESF%20sur%20FPP%20471%20-%201%20-%20Intro%20et%20journal%20Aux%20Ulis.mp3 ( 5.9 Mo ) 1 – Intro et journal...
14.04.2018 - 17:07
14.04.2018 - 10:57
Parti de mon pays à l'âge de 16 ans, emmené par mon frère sans savoir pourquoi et où j'allais... je suis devenu MENUISIER. Je m'appelle Kanvaly. Je suis originaire de Côte d'Ivoire. Parti de mon pays à l'âge de 16 ans, emmené par mon frère sans savoir pourquoi et où j'allais. Six mois après un...
13.04.2018 - 21:06
Mon pays est en guerre. Quand l'armée française est intervenue au Mali en 2013, je n'avais pas 15 ans. Après l'Opération Serval qui devait mettre fin à l'occupation djihadiste, ce sont les militaires de l'ONU qui sont arrivés et les Français ont engagé l'Opération Barkhane pour traquer les...
13.04.2018 - 21:00

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

12.04.2018 - 15:37
11.04.2018 - 19:21
06.04.2018 - 16:27
06.04.2018 - 13:57
Rarement un sujet absent d'un projet de loi n'aura mobilisé tant de députés lors de son examen. Lors de la discussion par l'assemblée nationale du projet de loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie », ils étaient nombreux, dans chacun des groupes...
gisti
23.04.2018 - 17:25
Cette tribune collective a été publiée par Libération le 18 avril 2018. À l'heure du débat sur la loi asile et immigration, la France doit respecter et protéger les droits de l'enfant. En 2017, plus de 300 mineurs ont été enfermés et ce chiffre ne cesse d'augmenter. Les centres de rétention...
gisti
19.04.2018 - 09:32
« Et de fait, rien peut-être ne rend plus sensible le formidable recul qu'a subi le monde depuis la Première Guerre mondiale que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et, de façon générale, à leurs droits. Avant 1914, la terre avait appartenu à tous les hommes. Chacun...
gisti
19.04.2018 - 09:44
On the 18th of July 2017, 35 residents of Moria hotspot on Lesvos Island in Greece were arrested after a demonstration organised in the camp earlier in the day. Hundreds of the camps inhabitants took part in this protest against their inhumane living conditions. A few days later, Amnesty...
gisti
18.04.2018 - 11:25
Le 18 juillet 2017, 35 résidents du hotspot de Moria sur l'île de Lesbos en Grèce ont été arrêtés à la suite d'une manifestation organisée quelques heures plus tôt dans le camp et à laquelle plusieurs centaines d'exilés avaient participé pour protester contre leurs conditions de vie indignes et...
gisti
18.04.2018 - 11:25
Alors que s'ouvrent au Parlement les débats sur le projet de loi Collomb « pour une immigration maîtrisée et un droit d'asile effectif », nous vous invitons à une réunion publique d'information pour aborder : les changements apportés par ce texte à la réglementation actuelle les effets qu'aura...
gisti
16.04.2018 - 17:30
Les collectifs citoyens et les associations, nationales et locales, impliqués dans le processus des États Généraux des Migrations appellent les députés à rejeter le projet de loi Asile et Immigration discuté à partir du 16 avril, et à réfléchir d'urgence à une politique migratoire radicalement...
gisti
13.04.2018 - 10:08

COMMUNIQUÉ

Paris le 11 avril 2018

 

Droit Au Logement soutient depuis plusieurs années le combat contre le projet d’aéroport et l’occupation de la ZAD, et :

– Confirme que la plupart des expulsions en...

dal
12.04.2018 - 15:37

 

 COMMUNIQUE DAL Fédération  Paris le 11 avril 2018

 

Le DAL rend hommages à F’MURR...
dal
11.04.2018 - 19:21
signé à Sandhurst le 18 janvier 2018, entré en vigueur le 1er février 2018, publié par le décret n° 2018-263 du 11 avril 2018 Accords bilatéraux...
gisti
11.04.2018 - 13:23

COMMUNIQUÉ

Paris le 5 avril 2018

 

Analyse sommaire et survol du Projet de loi ELAN :

 ...

dal
06.04.2018 - 16:27
Le DAL salue la mémoire de Jacques Higelin, ce grand artiste, musicien, poète, ainsi que son engagement aux côtés des mal logés et des sans logis. On n’oubliera jamais Jacques en mars 93 chantant...
dal
06.04.2018 - 13:57

 

 

COMMUNIQUE Paris le  5 avril 2018

Piquet anti expulsion, 1ère victoire dans le 11e, mais une nouvelle expulsion par Paris Habitat menace dans le 20e: L’expulsion d’Anne-Marie par la RIVP programmée...
dal
05.04.2018 - 13:24
Le projet de loi Collomb « Pour une immigration maîtrisée et un droit d'asile effectif » avait été annoncé dès juillet 2017, dans le cadre d'un plan gouvernemental intitulé « Garantir le droit d'asile, mieux maîtriser les flux migratoires ». Quel que soit l'ordre des objectifs affichés, le texte...
gisti
05.04.2018 - 09:14
Discriminations: La Mairie refuse de déposer plainte.   Ce vendredi 30 mars se tenait le conseil municipal de Toulouse, parmi les affaires évoquées lors de celui-ci, l’affaire des discriminations chez Habitat Toulouse Métropole révélées par...
dal
04.04.2018 - 18:40

COMMUNIQUE Paris le 31 mars 2018  

Contre les expulsions, les fins d’hébergement … Pour le respect de la loi DALO et DAHO Des  locataires et des sans logis campent place de la République

 

...

dal
31.03.2018 - 17:08
Vendredi 23 mars, vers 9h, le campement situé Rue des Verrotières dans la Zone industrielle des Dunes a été détruit, une fois de plus. Il n'y avait pourtant, sur ce lieu-là, pas eu d'opération d'expulsion depuis plus d'un mois. Les exilé.e.s étaient installé.e.s dans des dizaines de tentes et...
gisti
30.03.2018 - 12:45

 

(à compléter!)

 

24/03GRENOBLE: départ  de l’arrêt de tram la Bruyère à 14h =>...

dal
29.03.2018 - 15:02

COMMUNIQUE Paris le 29 mars 2018

Ce matin, ENEDIS est venu couper l’énergie à 5 familles avec enfants, occupant des pavillon désaffectés appartenant à la DGAC (Administration de l’aviation civile sous tutelle du ministère de Mr HULOT), depuis...

dal
29.03.2018 - 15:01
Le 21 mars 2018, en Guadeloupe, la police aux frontières a refusé l'entrée sur le territoire à Carmen et 20 autres touristes vénézuéliens. Ils ont été maintenus en zone d'attente pendant quatre jours dans des conditions indignes et sans respect de leurs droits. À l'aéroport de Pointe à Pitre, la...
gisti
29.03.2018 - 12:33

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier